Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Appel à communications – colloque international La dia-variation en français actuel
 

2014-12-19

L’Observatoire du français en Suisse romande et le Centre de dialectologie et d’étude du français régional de l’Université de Neuchâtel organisent, du 4 au 6 novembre 2015, la deuxième édition du colloque international DIA du français actuel, sous le titre « Approches sémantiques et morphosyntaxiques de la variation en français actuel. Traitement idéal des données dans les ouvrages de référence (dictionnaires/grammaires) ». Cette seconde édition s’inscrit dans le prolongement d’un atelier d’études qui s’est tenu à l’Université de Gand en mai 2012 et du premier colloque international DIA du français actuel qui a eu lieu, l’année suivante, à l’Université de Sherbrooke dans le cadre des activités du Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ).

On souhaite accueillir, pour l’édition de 2015, des exposés axés prioritairement sur des cas ciblés de variation lexicale, morphologique et/ou syntaxique. Les analyses théoriques devraient idéalement être suivies d’une réflexion relative au traitement qui paraîtrait le plus apte à refléter, dans les dictionnaires et les grammaires, les spécificités linguistiques (sémantiques, morphologiques et syntaxiques) et non linguistiques des cas de figure examinés. Par exemple, quelles seraient les informations sémantiques, morphologiques et syntaxiques à inclure dans les ouvrages en question afin d’y refléter, au mieux, les spécificités des phénomènes traités? Sous quel format ces informations devraient-elles se présenter? Suffirait-il d’accoler aux phénomènes examinés une marque d’usage pour ensuite les intégrer aux types d’ouvrages de référence déjà existants sans autre forme d’aménagement? N’y aurait-il pas risque, en pareil cas, d’obtenir l’effet inverse à celui désiré, c’est-à-dire la possibilité d’induire une lecture qui stigmatise un usage banal qu’on cherchait simplement à décrire? Ne devrait-on pas, plutôt, envisager la constitution d’ouvrages de référence ciblant préférentiellement tel ou tel « sous-système langagier »? Mais dans ce cas, ne risquerait-on pas d’entrainer une prolifération d’œuvres aux contenus se recoupant en partie?

Le colloque ne sera pas limité à l’étude de phénomènes propres à l’oralité. Toutefois, le comité organisateur souhaite insister sur l’intérêt que représente l’examen de la langue parlée, notamment en contexte informel, pour la thématique générale qui y sera abordée. Cette forme de langue étant souvent reléguée au second plan dans les ouvrages de référence, il y a donc ici doublement matière à réflexion : réflexion quant à la façon de présenter, dans ces ouvrages, les faits de variation observés, d’une part, et réflexion quant à la manière d’y intégrer ce qui caractérise en propre la langue parlée en contexte informel, d’autre part.

Conférenciers :

Marie-José Béguelin (Neuchâtel)
Henri-José Deulofeu (Aix-Marseille)
Catherine Schnedecker (Lilpa, Strasbourg)
Anne Zribi-Hertz (UMR SFL, CNRS/Paris 8)

Les personnes intéressées à intervenir au colloque sont priées de soumettre aux organisatrices, par courrier électronique, leurs propositions de communication avant le 28  février 2015.
 
Adresses courriel pour l’envoi des propositions de communication :
federica.diemoz@unine.ch
gaetane.dostie@usherbrooke.ca
pascale.hadermann@ugent.be
 
Chaque proposition sera examinée par deux membres du comité scientifique en respectant l’anonymat des auteurs, ainsi que par les organisatrices. Les résultats seront communiqués le 29  mai 2015.