Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Appel à communications - Colloque international pluridisciplinaire « Le nouchi : notre français ? Parlers urbains africains : pratiques, marges et territoires linguistiques (francophonie, anglophonie…) »

2018-09-14
Logo de l'Université Félix Houphouët-Boigny.

Un appel à communications  a été lancé pour le colloque international pluridisciplinaire « Le nouchi: notre français ? Parlers urbains africains : pratiques, marges et territoires linguistiques (francophonie, anglophonie…) » qui aura lieu du 13 au 15 mars 2019, à l'Université Félix Houphouët-Boigny, en Côte d'Ivoire. L'événement est organisé par le Laboratoire de description de didactique et de dynamique des langues en Côte d’Ivoire (L3DLCI). Les personnes intéressées doivent envoyer un résumé de 500 mots maximums, en français ou en anglais, d'ici le 31 octobre 2018, aux trois courriels suivants : dorgeleshouessou@yahoo.fr, jeanclaude.dodo@gmail.com et  yvesyouant@gmail.com.        

Depuis la proclamation de l'indépendance de la Côte d'Ivoire en 1960, qui faisait notamment du français la langue officielle du pays, on constate que celle-ci s'est progressivement enracinée dans le tissu linguistique ivoirien. Cette situation découlerait d'un long processus d'appropriation, et la plupart des linguistes et spécialistes de la Côte d'Ivoire décrivent ce résultat comme un continuum linguistique avec, à ses deux extrémités, le français « standard » et le « nouchi », ce dernier étant un argot essentiellement utilisé par des jeunes urbanisés au français souvent rudimentaire, et qui y trouvent à la fois un code cryptique et un signe de reconnaissance.

Ainsi, près de trente ans après le colloque international de Dakar « Des langues et des villes » (1990), où on s'interrogeait quant à l'aptitude du nouchi ivoirien à survivre au temps, il faut maintenant reconnaître la vitalité et l’omniprésence de ce parler dans les usages linguistiques ivoiriens. 

Le présent colloque souhaite faire le point sur les avancées scientifiques observées dans l'étude de ce phénomène linguistique. Se voulant pluridisciplinaires, les chercheurs en sciences du langage, en philosophie, en psychologie, en sociologie, en littérature, en anthropologie et en ethnologie sont invitées à venir présenter leurs travaux sur les parlers urbains africains en général, et le nouchi de la Côte d'Ivoire, en particulier.

Plusieurs axes de recherche sont proposés, notamment :

 

  • Les contextes d'apparition et d'émergence
  • La dynamique des parlers urbains : description linguistique
  • Les attitudes, représentations linguistiques et discursives
  • Les parlers urbains africains et arts 
  • Les parlers urbains africains : convergences et divergences
  • La didacticité des parlers urbains africains
  • Les parlers urbains africains en littératures (roman, poésie, théâtre, nouvelles)
  • Les parlers urbains africains et politiques linguistiques
  • Les parlers urbains africains au prisme de la philosophie, la psychologie et la sociologie du Langage
  • Les parlers urbains et développement (durable)

 

Pour plus d'informations, consultez l'appel à communicationsCe lien ouvre dans une nouvelle fenêtre, et son contenu risque de ne pas être accessible.