Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Appel à communications - Traduction et presse canadienne : un état des lieux

2018-10-22
Logo de l'organisation.

Le Laboratoire NT2 du Centre de recherche Figura, qui se consacre à l'étude de l'imaginaire, dans ses manifestations présentes et passées en explorant des nouvelles formes de textes et d'oeuvres hypermédiatiques, vient de lancer un appel à communication pour le colloque « Traduction et presse canadienne : un état des lieux ». L’événement aura lieu le 25 janvier 2019 à l'Université Concordia. Les personnes intéressées doivent envoyer une proposition de communication de 300 mots, en anglais ou en français, avec un résumé biographique de 4 à 5 lignes, d'ici le 9 novembre 2018, à l’adresse : colloquepressetraductioncanada@gmail.com.

Cette journée d'études se veut une occasion pour réfléchir à la traduction ainsi qu'à son incidence sur les évènements tant historiques que contemporains dans le contexte canadien. Les chercheurs de la relève ainsi que ceux plus expérimentés sont invités à partager leurs travaux et réflexions portant sur l’un des cinq axes suivants :

  1. Les traductions : s'agit-il principalement de nouvelles étrangères ou de nouvelles provenant de l'autre langue officielle canadienne? S’agit-il de traductions littérales, d'adaptations, de réécritures, etc.?
  2. Les textes sources : quels sont les textes servant de source d'information et de traduction pour la presse canadienne? Les périodiques provenant de l'étranger représentent-ils une source importante? Quel est le pays et la langue d'origine des textes sources?
  3. Les agents de traduction : qui sont les traducteurs de la presse canadienne? Quelle est leur formation intellectuelle? Quel est leur profil linguistique? Qui sont les autres agents impliqués dans le processus traductionnel (tels que les différents traducteurs, les éditeurs, les collaborateurs, etc.)? Il est important d’étudier non seulement le rôle du traducteur, mais également du « réseau d’agents sociaux actifs », tel que l’appelle Hermans (1996).
  4. La diffusion de la traduction et ses effets : quelles sont les idées et les nouvelles véhiculées par la traduction? Quel est l'impact de ces traductions? Quelle est la réaction des différents groupes sociaux face à ces traductions?
  5. Le discours sur la traduction : qu’est-ce que les rédacteurs disent à propos de la traduction? Peut-on parler d'une conception ou fixation – implicite ou explicite – de l'activité traductionnelle?

Pour toutes questions, nous vous invitons à consulter l’appel à communications sur le site Web du centreCe lien ouvre dans une nouvelle fenêtre, et son contenu risque de ne pas être accessible.