Accueil » Actualités linguistiques » 

Le français dans l'actualité

C'est arrivé un 17 février!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-02-17 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Le 17 février 1834, 92 résolutions, qui sont un cri du cœur des Canadiens français pour défendre leurs droits, dont les droits linguistiques, sont votées par la Chambre d’Assemblée. Le texte de ces résolutions est envoyé à Londres. La réponse du Parlement de Londres arrive trois ans plus tard : les demandes sont rejetées en bloc. 

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot. 

Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 13 février!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-02-13 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Le 13 février 1973, la Commission d’enquête sur la situation de la langue française et sur les droits linguistiques au Québec, mieux connue sous le nom de Commission Gendron, recommande de faire du français la seule langue officielle du Québec.

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot. 

Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 10 février!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-02-10 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Avec la signature du traité de Paris le 10 février 1763, la France cède à l’Angleterre une partie de la Nouvelle-France, qui devient la Province of Quebec. L’anglais est alors la langue du pouvoir et de la justice. 

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot. 
Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 9 février!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-02-09 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

L’architecte Eugène-Étienne Taché signe un contrat le 9 février 1883 pour construire la façade du Palais législatif de Québec (aujourd’hui l’hôtel du Parlement). Il fait graver dans la pierre au-dessus de la porte principale la devise Je me souviens, en référence à l’histoire du Québec. Pour en savoir davantage, consultez la page intitulée « La devise du Québec » dans l’onglet Devise du site Web Drapeau et symboles nationauxCe lien ouvre dans une nouvelle fenêtre, et son contenu risque de ne pas être accessible du ministère de la Justice du Québec.

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot.
Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 4 février! 
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-02-04 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Chargé d’enquêter sur les causes de la rébellion des Patriotes, le comte de Durham présente au ministère des Colonies, le 4 février 1839, un rapport dans lequel il recommande que le Haut-Canada et le Bas-Canada soient réunis en une seule province anglaise, que soit accélérée l’immigration britannique au Canada et que l’on retire aux Canadiens français les libertés accordées par l’Acte de Québec et par l’Acte constitutionnel.

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot. 

Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 21 janvier!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-01-21 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Les députés francophones et anglophones entament, le 21 janvier 1793, des débats sur la langue des textes de loi. La Chambre d'Assemblée accepte finalement que les textes soient « mis dans les deux langues ». La toile qui surplombe le fauteuil du président de l'Assemblée nationale à l'hôtel du Parlement de Québec, intitulée Le débat sur les langues, de Charles Huot, témoigne de ces débats historiques.

C'est arrivé un 1er janvier!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2018-01-01 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Le 1er janvier 1946, le français devient l'une des cinq langues officielles et l'une des deux langues de travail de l'Organisation des Nations unies nouvellement créée.

C'est arrivé un 8 juillet!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2017-07-08 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

La reine Victoria signe, le 8 juillet 1852, la Charte royale qui permet au Séminaire de Québec de créer l'Université Laval, première université de langue française en Amérique.

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot.
Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 3 juillet!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2017-07-03 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Le 3 juillet 1608, Samuel de Champlain fonde Québec et y installe le premier établissement de la colonie française qui deviendra permanent.
Par ailleurs, dans le cadre des célébrations entourant le 370e anniversaire de la fondation de Québec, le Conseil de la langue française remet pour la première fois, le 3 juillet 1978, les insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608 afin de reconnaître l'action de personnes et d'organismes qui ont à cœur la défense et la promotion de la langue et de la culture françaises en Amérique.

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot.
Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.

C'est arrivé un 24 juin!
Les éphémérides du Conseil supérieur de la langue française

2017-06-24 Photographie de la toile de Charles Huot intitulée Le débat sur les langues

Le 24 juin 1912 se tient à Québec le premier Congrès de la langue française, qui rassemblera pendant six jours des membres du clergé ainsi que des intellectuels et des hommes politiques du Québec, du Canada français et des États-Unis.

Illustration : Le débat sur les langues, de Charles Huot.
Collection Assemblée nationale. Photographe Christian Chevalier.