Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

La conceptualisation grammaticale. Histoire, réflexions, pratiques – Revue Recherches en didactique des langues/cultures

2018-02-05
Logo de l'Association.

Auteures : Raphaële Fouillet, Isabelle Audras et Danièle Coltier (dir.)
Maison d'édition : Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères (Acedle)
Année : 2018 

« La conceptualisation, on s'en sert pour les dossiers, mais en classe, c'est impossible à mettre en place... ». Cette remarque, maintes fois faite par des étudiants futurs enseignants de langues (et notamment de français langue étrangère et seconde, désormais FLES), et qui renvoie à la question de l'usage, de l'interprétation et des potentialités pédagogiques et didactiques des « exercices de conceptualisation » dans l'enseignement des langues secondes ou étrangères, pourrait être le point de départ de la réflexion proposée dans ce numéro : d'où viennent les « exercices de conceptualisation » ? Quelles interprétations en donnent les enseignants, les formateurs de (futurs) enseignants, les auteurs de manuels ? Quels effets ont les différentes pratiques de la conceptualisation sur les apprentissages (méta) langagiers ?

Les contributions rassemblées ici, dont une d'Henri Besse qui revient sur la démarche de conceptualisation telle qu'il l'avait conçue à l'origine, s'organisent en trois parties : 1) ancrage historique et théorique ; 2) pratiques professionnelles, formation, représentations ; 3) contextes, mises en pratique et verbalisations d'élèves.

Elles sont suivies d'une postface de Jean-Émile Gombert qui éclaire le processus de développement d'une conscience métalinguistique chez l'élève d'une part, et chez l'apprenant d'une langue seconde ou étrangère d'autre part.

Le résumé publié est un extrait de l'introduction.