Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Regards sociolinguistiques contemporains. Terrains, espaces et complexités de la recherche

2014-11-17


Auteurs : Sous la direction de Gilles Forlot et Fanny Martin, l’ouvrage contient des contributions de L. Arrighi, V. Feussi, G. Forlot, M. Francard, O. Francomme, C. Jeannot, S. Kakouch, P. J. Laffitte, P. Lefort, J. L. Léonard, F. Martin, C. Mathieu, A. Ndecky, M. Petrovic, G. Polian, N. Quint, C. Rey, E. Razafimandimbimanana, D. de Robillard, D. Sansault, L. Smirnova et É. Urbain.

Date de parution : Novembre 2014
Maison d’édition : L’Harmattan
Collection : Carnets d’ateliers de sociolinguistique

Les recherches dialectologiques et sociolinguistiques revendiquent leur attachement à la question, pensée comme incontournable, du terrain. Or, la pléthore d’études linguistiques dites « de terrain » mobilisant diverses théories et diverses démarches d’enquête semble appeler à la constitution d’un aggiornamento sur ces questions. Parallèlement à la question du terrain lui-même, d’autres questions vives en sociolinguistique se posent désormais, à la lumière notamment de travaux plus anciens en anthropologie et en sociologie : celle de la réflexivité, celle du lien ou de l’opposition entre subjectivation et objectivation, celle de la légitimation des approches qualitatives dans la recherche, celle de la complexité, ou encore celle des postures herméneutiques et approches sémiologiques de nos recherches.

Cet ouvrage prend donc acte que la recherche ne tient pas qu’à ses résultats, mais aussi à son processus même de production. Les contributions présentées ici s’intéressent donc aux problématiques d’enquêtes, aux questions que pose la notion de terrain, aux procédures de constitution des données, à la place des chercheurs sur le terrain et à leur rôle dans la production de ces « données ». Si ce recueil propose des textes sur des terrains sociolinguistiques explorés à partir de méthodologies éprouvées, il propose aussi d’originales considérations sur la constitution d’outils métalinguistiques tels que les dictionnaires, les atlas ou les descriptions linguistiques comme espaces de discours et d’idéologies, permettant ainsi de comprendre l’implication que tout cela a sur le chercheur in situ, sur les usagers de ces outils et sur le matériau langagier lui-même.