Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Revue algérienne des sciences du langage, no 6 – Les banlieues françaises vues d’ailleurs

2018-08-23
Couverture de l'ouvrage.

Coordonnateur : Wajih Guehria
Responsables scientifiques : Wafa Bedjaoui et Noudjoud Bergout
Maison d'édition : Laboratoire « Linguistique, sociolinguistique et didactique des langues »
Année : 2018

De nombreuses études en sciences humaines et sociales ont été consacrées aux espaces ségrégués français, qu'on appelle « banlieues », « quartiers » ou encore « cités », notamment aux particularités linguistiques et culturelles qui leur sont propres ou qu'on leur attribue, à travers en particulier les nombreux textes de rap français à succès ou la littérature dite « de banlieue ». Ces manifestations culturelles, produites dans un français non standard, ont reçu un accueil favorable aussi bien en France qu'à l'international, état de fait qui contraste avec une vision médiatique plutôt mitigée dans laquelle ces espaces et les populations qui y vivent n'apparaissent guère qu'au travers de problèmes économiques et sociaux tels que les « difficultés scolaires », le « chômage », l'« immigration », la « radicalisation », la « violence »… (voir la contribution de Nicolas Kühl) – les exceptions éventuelles étant la mise en valeur, cependant ambiguë, de certaines réussites, spécialement par le sport, comme le montrent ici même les articles de Yesaya David ou de Christina Horvath. 

Le titre de ce numéro, Les banlieues vues d’ailleurs, vient de ce que nous l'avons souhaité interdisciplinaire, composé de contributions émanant de chercheurs confirmés comme de jeunes chercheurs, dont le lieu de travail est basé dans divers continents – en l'occurrence : en Amérique du Nord, en Europe et en Afrique. Les problématiques abordées concernent aussi bien l'analyse de parcours réels que celle de romans fondés sur des observations sociologiques, l’analyse de discours spontanés aussi bien que celle de discours médiatiques, celle de discours filmiques ou de textes musicaux, afin d'en dégager les représentations et leur incidence en retour sur ceux à qui ils s'adressent ou qui les reçoivent. Ces différentes contributions n'étudient pas le même objet, ne relèvent pas forcément de la même discipline et donc ne se fixent pas le même objectif ni par conséquent n'adoptent la même démarche, et pourtant, dans leur diversité, toutes donnent le sentiment d'aboutir au même résultat, de converger vers la même conclusion…

Le résumé publié est un extrait de l'avant-propos rédigé par Wajih Guehria.