Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cinq œuvres en lice pour le prix littéraire Émile-Ollivier 2013

2013-06-19

Québec, le 20 juin 2013. – Le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) est heureux de dévoiler les titres des cinq œuvres en lice pour le prix littéraire Émile-Ollivier 2013.

Les œuvres sélectionnées par le jury sont les suivantes :

  • Sorta comme si on était déjà là, un recueil de récits et d’errances de Pierre-André Doucet, publié aux Éditions Prise de parole, que le jury a sélectionné pour son écriture d’une grande maturité, sa couleur très personnelle et son style succinct, moderne et efficace.
  • Comment on dit ça, « t’es mort », en anglais?, un récit poétique de Claude Guilmain, publié aux Éditions L’Interligne, dont le jury a apprécié la structure éclatée, la véritable voix d’auteur et la recherche sur le langage, ce qui en fait une œuvre achevée, intelligente et universelle au style maîtrisé.
  • Un petit roman incertain, une prose poétique de Gilles Lacombe, publiée aux Éditions L’Interligne, qui a suscité beaucoup d’intérêt chez les jurés en raison de l’exercice de style « déjanté » accompli par l’auteur, singularisé par l’utilisation des sens et des sons, dans lequel il s’amuse avec un vocabulaire recherché et plein d’humour.
  • Entre l’étreinte de la rue et la fièvre des cafés, un récit de Pierre Raphaël Pelletier, publié aux Éditions David, que le jury a apprécié pour la maîtrise de l’écriture somptueuse et riche en vocabulaire. Ce livre constitue une réflexion singulière sur l’art et la vie dans laquelle fusionnent style classique et écriture moderne.
  • Écume, une pièce de théâtre d’Anne-Marie White, publiée aux Éditions Prise de parole, que le jury a qualifiée de « lecture surprenante ». Ce sincère hommage à la vie prend la forme d’une fable adroitement écrite et stimulante dans laquelle baignent des personnages d’une belle naïveté.

Rappelons que le prix littéraire Émile-Ollivier est décerné depuis 2004 par le CSLF, en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes, à un écrivain canadien francophone hors Québec dont l’œuvre, dans la catégorie du roman, du récit, de la nouvelle, de l’essai, de la poésie ou du théâtre, est publiée par une maison d’édition membre du Regroupement des éditeurs canadiens-français. Par l’attribution de ce prix, le CSLF veut souligner l’importance de la création littéraire et de la maîtrise de la langue dans la vie culturelle des francophones du Canada hors Québec. Le prix a été remporté l’an dernier par Michèle Vinet pour son roman Jeudi Novembre, publié aux Éditions Prise de parole.

Le nom du lauréat sera rendu public lors d’une cérémonie qui se tiendra à l’Assemblée nationale le 26 septembre 2013, durant laquelle seront également dévoilés les récipiendaires de l’Ordre des francophones d’Amérique et le lauréat du Prix du 3-Juillet-1608 pour l’année 2013.

Tous les détails concernant les œuvres mises en nomination, les critères de sélection et les lauréats des années antérieures sont disponibles dans l'onglet Prix et distinctions du site Web du CSLF.

– 30 –

Source : Conseil supérieur de la langue française
Information : Mireille Gagné, responsable des communications
Téléphone : 418 646-1128
Courriel : mireille.gagne@cslf.gouv.qc.ca

Vers le haut