Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cérémonie 2007 de remise des insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique et des prix du Conseil supérieur de la langue française à l'Assemblée nationale

2007-03-14

Québec, le 14 mars 2007. - « Par la remise de l'Ordre des francophones d'Amérique, du Prix du 3-Juillet-1608 et du prix Émile-Ollivier, le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) veut faire ressortir l'admirable continuité qui existe entre l'action des récipiendaires et des lauréats et celle d'une collectivité francophone dynamique qui tient à conserver et à développer sa langue. » C'est ce qu'a souligné le président du CSLF, monsieur Conrad Ouellon, à l'occasion de la remise de l'Ordre et des prix du Conseil à l'Assemblée nationale du Québec.

L'Ordre des francophones d'Amérique a été décerné à sept personnalités : pour le Québec, monsieur Jean-Louis Roy, président de Droits et Démocratie, ainsi que monsieur Michel Rivard, auteur-compositeur-interprète; pour l'Acadie, monsieur Phil Comeau, cinéaste; pour l'Ontario, monsieur Gaétan Gervais, historien et professeur; pour l'Ouest canadien, madame Renée Popov, bénévole; pour les Amériques, monsieur David Cheramie, professeur et poète, et, pour les autres continents, monsieur Alain Rey, lexicographe aux dictionnaires Le Robert. Le Prix du 3-Juillet-1608, pour sa part, a été attribué à la Société généalogique canadienne-française. Le président de cet organisme, monsieur Marcel Fournier, a reçu le prix au nom de la Société. Finalement, le prix littéraire Émile Ollivier a été remis à monsieur Alain Raimbault, pour son récit jeunesse Le ciel en face, publié aux éditions Bouton d'or Acadie (2005).

Le CSLF remet l'Ordre des francophones d'Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608 depuis vingt-neuf ans. L'Ordre est considéré comme une haute distinction dans le monde de la francophonie et le Prix commémore la fondation de Québec par Samuel de Champlain, tout en rappelant l'importance historique de la ville de Québec pour les francophones d'Amérique. Le prix Émile-Ollivier, créé en 2004 par le CSLF en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes, récompense l'auteur d'une œuvre littéraire publiée en français par une maison d'édition canadienne située à l'extérieur du Québec.

 

Annexe

Ordre des francophones d'Amérique

Jean-Louis Roy, Québec
Dans toutes les fonctions prestigieuses qu'il a occupées, monsieur Jean-Louis Roy a toujours fait preuve d'une grande préoccupation à l'égard des droits et libertés de la personne, et en particulier des francophones. Il a d'abord été directeur du quotidien montréalais Le Devoir. Ensuite, à titre de délégué général du Québec à Paris et délégué aux affaires multilatérales francophones, il s'est entre autres occupé de tous les dossiers de coopération bilatérale entre le Québec et la France. monsieur Roy a par la suite été secrétaire général de l'Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), où il a animé la coopération multilatérale francophone et donné suite aux décisions prises aux sommets qui regroupaient les chefs d'État des cinquante pays membres de l'organisme. Monsieur Roy a également exercé le rôle de secrétaire général de la Francophonie. Il a en outre participé activement à tous les comités de travail de la communauté francophone internationale. Monsieur Roy a siégé à divers conseils d'administration, puis il a été membre du Haut Conseil de la Francophonie et il a fait partie du Centre international pour le développement de l'inforoute en français. Depuis août 2002, il est président de Droits et Démocratie, le Centre international des droits de la personne et du développement démocratique.

Michel Rivard, Québec
Monsieur Michel Rivard s'impose comme un artiste phare de la francophonie en Amérique depuis plus de trente ans. Auteur-compositeur-interprète, guitariste, comédien, monologuiste, cet homme aux multiples talents a, au fil du temps, inspiré toute une génération de jeunes auteurs-compositeurs du Québec et d'ailleurs, en plus d'avoir aidé à faire connaître la chanson québécoise et, par voie de conséquence, la culture française d'Amérique au-delà des frontières du Québec. Parmi les nombreux spectacles qu'il a donnés, on se souviendra de son apparition au Convocation Hall à Toronto en 1988, puisqu'à ce moment, aucun artiste québécois ne s'était produit en français sur la scène ontarienne depuis dix ans. Monsieur Rivard a représenté la culture québécoise dans des événements de grande envergure; il a chanté devant des milliers de personnes à l'Olympia, à Paris, et il a été l'un des rares chanteurs francophones à avoir participé au spectacle d'Amnistie internationale Human Rights Now! au Stade olympique de Montréal. Le nombre impressionnant d'albums vendus et de prix remportés ainsi que les chansons de monsieur Rivard devenues des classiques, comme « La complainte du phoque en Alaska », « Libérer le trésor » ou « Un trou dans les nuages », témoignent avec force de son statut d'auteur de premier plan.

Phil Comeau, Acadie
Monsieur Phil Comeau est le cinéaste acadien le plus prolifique. Il a réalisé plus de cent films et émissions de télévision en Acadie, au Québec et dans une vingtaine de pays. Ses films projettent sans complaisance, mais avec un amour indéniable, l'image d'une Acadie qu'il connaît, comprend et qu'il veut faire partager au monde entier. Monsieur Comeau a ouvert la voie au cinéma acadien en écrivant et en réalisant le premier long métrage acadien indépendant : Le secret de Jérôme, une œuvre cinématographique reconnue mondialement et qui se déroule au XIXsiècle dans une communauté acadienne. Il a également réalisé la deuxième adaptation pour la télévision de La Sagouine, diffusée sur le réseau national de Radio Canada. Cette télésérie, la première à être tournée par une équipe entièrement acadienne, se déroulait dans le décor authentique de Bouctouche, ville du mythique personnage de la Sagouine. En parallèle à son métier de cinéaste, il a publié un dictionnaire où sont consignés mille mots acadiens ainsi qu'un recueil de poésie intitulé Plumes d'icitte, qui est une anthologie de textes poétiques de la Nouvelle-Écosse. Il a de plus été responsable de nombreuses pétitions populaires pour franciser le nom des lieux et des rues dans les régions acadiennes de la Nouvelle-Écosse.

Gaétan Gervais, Ontario
Historien chevronné dont la contribution à l'historiographie franco-ontarienne et à l'éducation n'est plus à prouver, monsieur Gaétan Gervais est professeur titulaire d'histoire à l'Université Laurentienne, en Ontario. Il est le fondateur du Dictionnaire des écrits de l'Ontario français ainsi que l'instigateur et le cocréateur du drapeau franco-ontarien. Il s'intéresse en particulier à l'histoire franco-ontarienne, ce dont témoignent ses nombreuses contributions aux Cahiers Charlevoix. Il a en outre publié un manuel qui propose une nouvelle thèse mettant à contribution les recherches des trois dernières décennies intitulé L'Ontario français : des pays-d'en-Haut à nos jours, un ouvrage qui concourt à redonner à l'histoire franco-ontarienne ses lettres de noblesse. Monsieur Gervais a été directeur de l'enseignement en français à l'Université Laurentienne; il s'est alors battu pendant des années pour promouvoir la langue de Molière et mettre en place des programmes d'études où l'on dispense une formation en français. C'est le cas pour l'École de commerce de cette université; depuis 2005, la faculté dont elle fait partie offre un programme entièrement en français. Monsieur Gervais est entraîné par son enthousiasme et sa ténacité lorsqu'il s'agit d'assurer le rayonnement de la langue et de la culture françaises ou encore de veiller à la reconnaissance des droits de la minorité francophone.

Renée Popov, Ouest canadien
Madame Renée Popov est une bénévole accomplie. Depuis les trente dernières années, elle a fait partie de divers comités et conseils d'ordre régional et provincial ayant pour but le développement de l'éducation en langue française en milieu minoritaire. D'origine franco-ontarienne, madame Popov a fondé la première association régionale de parents francophones en Colombie-Britannique et elle a cofondé la Coalition pour l'éducation en français en Colombie-Britannique, en plus d'en avoir été la porte-parole. Elle a également occupé le poste de vice-présidente de la Fédération des parents francophones de cette province, puis elle a représenté la Colombie-Britannique au sein de la Commission nationale des parents francophones et de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones. De 2002 à 2005, elle a agi à titre de présidente du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, où elle a contribué au développement et à la mise en œuvre d'orientations stratégiques avant-gardistes, dont une qui visait à favoriser le développement de l'identité culturelle francophone des quelque trois mille neuf cents élèves des trente-neuf écoles réparties dans l'ensemble de la province. Elle est, depuis deux ans, présidente du conseil d'administration du Centre de leadership et d'aventures en nature, qui vise à contribuer au développement identitaire des élèves, en français.

David Cheramie, Amériques
Monsieur David Cheramie a contribué à remettre sur pied la francophonie canadienne. Directeur du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), monsieur Cheramie milite à ce titre depuis 1998 en faveur du plein épanouissement du français en Louisiane. Il consacre une grande énergie à attiser la dynamique du fait français en Amérique. Monsieur Cheramie défend les droits des Louisianais francophones et il s'emploie à tisser des liens entre la Louisiane, l'Acadie et le Québec. Il a représenté l'État de la Louisiane à plusieurs sommets de la francophonie, comme celui de Bucarest et de Moncton, et aussi à des réunions universitaires internationales. Monsieur Cheramie est également très engagé dans la promotion des écoles d'immersion et dans celle de l'enseignement du français dans les écoles primaires de Louisiane. Titulaire d'un doctorat en études francophones, il a rédigé une thèse portant sur Antonine Maillet et Rabelais. Il a de plus réalisé de nombreuses recherches sur la langue française en milieu minoritaire en Amérique du Nord. Ses autres domaines de spécialisation concernent la politique linguistique en éducation et l'immersion. Ce militant est aussi poète : il a été l'instigateur de la revue de création littéraire Feux follets, qui publie depuis 1992 l'œuvre de poètes francophones louisianais, à laquelle monsieur Cheramie participe annuellement.

Alain Rey, Autres continents
Lexicographe et figure emblématique de la rédaction des Dictionnaires Le Robert, monsieur Alain Rey a toujours réservé une place de choix au français d'Amérique dans ses ouvrages comme dans les débats publics qu'il a animés. Il a de plus donné un fier coup de main à l'élaboration de la stratégie de promotion du français au Québec. Monsieur Rey a dirigé la réalisation de plusieurs dizaines de dictionnaires, dont le récent Dictionnaire culturel en langue française qui témoigne de son ouverture aux autres sociétés. On lui doit l'introduction de québécismes, de variantes néologiques québécoises et d'écrivains d'Amérique dans ses dictionnaires, qui ont rapidement acquis une solide notoriété. Monsieur Rey a même créé un dictionnaire québécois de la langue française, ouvrage qu'il a lui-même baptisé Dictionnaire québécois d'aujourd'hui. Monsieur Rey est également conseiller de l'équipe qui prépare actuellement un dictionnaire du français standard du Québec à l'Université de Sherbrooke. Le Conseil de la langue française et la maison Le Robert ont déjà publié conjointement trois ouvrages collectifs grâce à l'intervention de monsieur Rey, soit La norme linguistique (1983), La crise des langues (1985) et Politique et aménagement linguistiques (1987). En somme, monsieur Rey a participé très activement à élargir les perceptions de la norme du français dans la francophonie.

 

Lauréate du Prix du 3-Juillet-1608

Société généalogique canadienne-française
Depuis 1943, la Société généalogique canadienne-française est le chef de file de toute la francophonie en matière de patrimoine généalogique. Elle est une source d'information incontournable pour les scientifiques et a même permis d'établir des règles de recherche qui font désormais de la généalogie une discipline plus exacte et plus fiable. La Société n'a cessé de favoriser l'entraide entre les générations et d'encourager la diffusion et la conservation du patrimoine familial francophone. Son centre de documentation, bien modeste à ses débuts, est devenu aujourd'hui la Maison de la généalogie; il dispose d'un service d'entraide, et on y trouve des microfilms de même que des documents numérisés et des banques de données informatisées. La Société participe en outre à la publication de quantité de livres et de répertoires. Elle met notamment à la disposition des chercheurs et des amateurs, par la publication de son périodique Mémoires, des travaux en généalogie et en histoire qui font autorité. Depuis de nombreuses années, elle offre des sessions de formation à des centaines de personnes sur une base annuelle et organise régulièrement des congrès et des voyages. Soutenue par une armée de bénévoles, la Société généalogique canadienne-française compte plus de trois mille sept cents membres; elle représente aujourd'hui le plus important rassemblement de généalogistes de toute la francophonie.

 

Lauréat du prix Émile-Ollivier

Alain Raimbault
Monsieur Alain Raimbault est poète et auteur de romans pour la jeunesse. Il a laissé derrière lui la France pour venir s'établir en Nouvelle-Écosse, en 1998, où il enseigne depuis dans une école francophone à Grand-Pré. Il a publié des poèmes et des nouvelles dans de nombreuses revues, en France, en Belgique, aux États-Unis et au Québec, notamment dans Possibles, Exit, Le Sabord et Moebius. Membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois et de la Writers' Federation of Nova Scotia, monsieur Raimbault signe des chroniques littéraires dans la revue en ligne AnPlus. Son premier ouvrage, Herménégilde l'Acadien, a paru aux éditions Hurtubise HMH (2000). Le prix Émile-Ollivier, en 2007, lui est décerné pour Le ciel en face, paru aux éditions Bouton d'or Acadie (2005). Ce récit raconte — sous forme de journal quotidien — les états d'esprit de Manuel, un jeune garçon dont la mère vient de s'enlever la vie. Avec une remarquable économie de moyens, monsieur Raimbault signe un récit touchant de manière simple et efficace. Il entraîne le lecteur à travers la gamme des émotions du personnage principal, sans en occulter ni la naïveté ni la fraîcheur. L'œuvre pour la jeunesse Le ciel en face est réussie, tant sur le plan de l'efficacité de la narration que sur le plan de la qualité de la langue.

Vers le haut