Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cérémonie de l'Ordre des francophones d'Amérique et des prix du Conseil supérieur de la langue française à l'Assemblée nationale 2006

2006-03-16

Québec, le 15 mars 2006. - « Par la remise de ces hautes distinctions, le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) veut faire ressortir l'admirable continuité qui existe entre l'action des récipiendaires et des lauréats et celle d'une collectivité francophone dynamique pour conserver et développer sa langue », a souligné le président du CSLF, monsieur Conrad Ouellon, lors de la remise de l'Ordre et des prix du CSLF qui avait lieu ce soir à l'Assemblée nationale du Québec.

L'événement s'est déroulé sous la présidence d'honneur de la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française, madame Line Beauchamp, en présence du ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, monsieur Benoît Pelletier, et de la mairesse de Québec, madame Andrée P. Boucher.

L'Ordre des francophones d'Amérique a été décerné à sept personnalités pour le Québec, monsieur Michel Tétu, professeur à l'Université Laval, ainsi que madame Monique Giroux, animatrice à la radio de Radio-Canada; pour l'Acadie, madame Marguerite Maillet, éditrice et professeure retraitée; pour l'Ontario, monsieur Jean Poirier, ex-député provincial de l'Ontario et président sortant de l'Association canadienne-française de l'Ontario (ACFO); pour l'Ouest canadien, monsieur Georges A. Arès, ex-président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA); pour les Amériques, monsieur Clément Mbom, professeur de littérature francophone à la City University of New York et, pour les autres continents, monsieur Jacques Dubois, professeur émérite de l'Université de Liège, en Belgique, historien et sociologue de la littérature. Le Prix du 3-Juillet-1608, pour sa part, a été attribué au théâtre manitobain Le Cercle Molière. La vice-présidente de cet organisme, madame Jeannette Filion-Rosset, était présente pour recevoir le Prix. Finalement, le prix littéraire Émile-Ollivier a été remis à madame Marie-Andrée Donovan, pour son récit Les Soleils incendiés, publié aux éditions David.

La ministre de la Culture et des Communications, madame Line Beauchamp, a déclaré à cette occasion que « Les femmes et les hommes honorés aujourd'hui, chacun dans leur domaine, ont contribué de façon exceptionnelle au dynamisme et à la vitalité de la langue française en Amérique. Ils méritent toute notre admiration et je tenais à leur manifester notre reconnaissance ainsi que notre profonde affection. » Pour sa part, le ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, monsieur Benoît Pelletier, a mentionné, en ce qui a trait au prix Émile-Ollivier auquel le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes est associé, que « [...] les auteurs contribuent, par leur talent, à l'émergence d'une conscience plus claire, plus nette de notre appartenance à une seule grande communauté de langue française au pays et dans le monde, par-delà nos différences et nos particularités. »

Le CSLF remet l'Ordre des francophones d'Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608 depuis vingt-huit ans. L'Ordre est considéré comme une haute distinction dans le monde de la francophonie et le Prix commémore la fondation de Québec par Samuel de Champlain, tout en rappelant l'importance historique de la ville de Québec pour les francophones d'Amérique. Le prix Émile-Ollivier, créé en 2004 par le CSLF en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes, récompense l'auteur d'une œuvre littéraire publiée en français par une maison d'édition canadienne située à l'extérieur du Québec.

 

Annexe

Notices biographiques des récipiendaires de l'Ordre des francophones d'Amérique

Michel Tétu, Québec
Monsieur Michel Tétu a fondé, en 1992, L'Année francophone internationale, une revue qui est devenue une référence obligée pour quiconque s'intéresse à la Francophonie. Monsieur. Tétu a été notamment premier secrétaire général adjoint de l'Association des universités partiellement ou entièrement de langue française, président fondateur du Comité international des départements d'études françaises et secrétaire général du Conseil international des études françaises.

Monique Giroux, Québec
Madame Monique Giroux a commencé sa carrière à la radio de Radio-Canada en 1986, où elle a créé l'émission Les Refrains d'abord, qui est devenue par la suite Les Refrains. Depuis, elle anime le magazine quotidien de la chanson Fréquence libre. Madame Giroux a su porter la chanson francophone au cœur du combat pour la diversité culturelle. Elle est parvenue à lui redonner une place de choix en permettant à des centaines d'artistes de se faire connaître sur tout le réseau français de Radio-Canada.

Marguerite Maillet, Acadie
Madame Marguerite Maillet est professeure émérite d'études françaises. Elle travaille également dans le domaine de l'édition : grâce à la publication de l'Anthologie de textes littéraires acadiens, 1606-1975 et de l'Histoire de la littérature acadienne, elle est parvenue à donner un sens nouveau à des œuvres du passé. La maison d'édition qu'elle a fondée, Bouton d'or Acadie, met à la disposition des jeunes Acadiens des livres d'une grande qualité qui contribuent à développer chez eux le goût de lire en français.

Jean Poirier, Ontario
Monsieur Jean Poirier a d'abord été actif au sein de l'Association canadienne-française de l'Ontario de Prescott et Russell, avant d'effectuer un passage remarqué en politique. Il a été le premier député à déclarer publiquement qu'il était nécessaire de créer une université de langue française en Ontario et à exiger la mise sur pied d'un réseau de collèges communautaires francophones. Il a de plus contribué à l'adoption de la Loi garantissant des services en français aux Franco-Ontariens puis au respect de son application.

Georges A. Arès, Ouest canadien
Monsieur Georges Arès est intervenu efficacement pour l'avenir de la francophonie en milieu minoritaire. Il a travaillé ardemment pour faire respecter le droit des communautés de langue officielle afin qu'elles accèdent à leur propre système scolaire en Alberta. Il s'est de plus assuré que le gouvernement fédéral maintienne son engagement à poursuivre le développement des communautés francophones et acadienne. Monsieur Arès a été président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) de 2000 à 2005.

Clément Mbom, Amériques
Monsieur Clément Mbom est professeur de littérature francophone à la City University of New York. Il a toujours réservé une grande place à la littérature québécoise dans son enseignement. À titre de professeur de littérature francophone à New York et comme président de la Société des professeurs de français et francophones d'Amérique, il s'est avéré un interlocuteur efficace pour favoriser le rayonnement du fait français aux États-Unis.

Jacques Dubois, Autres continents
Monsieur Jacques Dubois, professeur émérite de l'Université de Liège en Belgique, historien et sociologue de la littérature, est l'un des pionniers de la francophonie et des études québécoises en Europe. Il a présidé durant plusieurs années le Centre d'études québécoises de l'Université de Liège. Il a formé maints chercheurs qui sont aujourd'hui des figures de proue dans les études québécoises. Dans toute son œuvre sociologique, la culture québécoise est présente, de façon emblématique.

 

Description du lauréat du Prix du 3-Juillet-1608, Le Cercle Molière

Fondé en 1925, le théâtre Le Cercle Molière fête son 80anniversaire en 2006. Il s'agit de la plus ancienne troupe de théâtre au Canada. Le Cercle Molière présente des pièces de théâtre en langue française à la population francophone et francophile du Manitoba. Son succès des dernières années est tel que les pièces qu'on y produit ont été jouées à guichet fermé depuis cinq ans. La troupe poursuit comme objectif d'assurer la relève auprès de la jeune génération en lui offrant des possibilités de formation continue dans le domaine de la production et de la création artistiques.

 

Notice biographique de la lauréate du prix Émile-Ollivier

Madame Marie-Andrée Donovan
Marie-Andrée Donovan est originaire de Timmins, une ville du nord de l'Ontario, et demeure à Ottawa depuis plusieurs années. Elle est responsable de l'éditique au Corpus d'éditions critiques, un groupe de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire dont les bureaux sont situés à l'Université d'Ottawa, où elle a obtenu son baccalauréat ès arts, en 1989. Madame Donovan est l'auteure de plusieurs ouvrages : deux contes pour enfants, quatre récits, et deux recueils de nouvelles. Le prix Émile-Ollivier (2006) lui est décerné pour son récit Les Soleils incendiés, publié aux éditions David.

Vers le haut