Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Le français, langue de la diversité québécoise : une réflexion à poursuivre

2006-02-15

Québec, le 15 février 2006. - Le président du Conseil supérieur de la langue française (CSLF), monsieur Conrad Ouellon, accueille favorablement le livre Le français, langue de la diversité québécoise, récemment publié par Québec Amérique avec la collaboration de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CREQC) de l'Université du Québec à Montréal.

Monsieur Ouellon précise que « dans le contexte actuel, le CSLF ne peut passer à côté des questions soulevées dans cette réflexion proposée aux universitaires et aux leaders d'opinion ». Par ailleurs, monsieur Ouellon indique que le CSLF définit actuellement son programme de travail et qu'il aura l'occasion de faire connaître sa position et de s'approprier, s'il y a lieu, certaines des pistes de réflexion soulevées dans cet ouvrage. Rappelons que, conformément à son mandat, le CSLF effectue ou fait effectuer des recherches sur les grands enjeux linguistiques du Québec.

L'ouvrage, dirigé par monsieur Pierre Georgeault, directeur de la recherche et de l'administration au CSLF, et monsieur Michel Pagé, professeur à l'Université de Montréal, présente les résultats d'une réflexion menée par treize universitaires ou praticiens chevronnés qui analysent les implications de la prise en compte de la diversité linguistique québécoise.

En résumé, l'ouvrage invite le lecteur à :

  • se faire une image plus complète de la situation linguistique et de la dynamique des langues, particulièrement à Montréal;
  • valoriser davantage l'apport des néo-Québécois à la vitalité de la langue française;
  • clarifier le modèle que la société souhaite privilégier, et arriver à un consensus pour bâtir le Québec français de demain;
  • tenir davantage compte des perceptions, des relations intergroupes;
  • lier nationalisme civique et ethnicité en proposant un modèle civique d'ordre intégrationniste;
  • enfin, reconsidérer les rapports qui existent entre la langue et l'identité.

Vers le haut