Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Estelle Beauchamp reçoit le prix Émile-Ollivier 2005. Nouveau prix du Conseil supérieur de la langue française

2005-11-18

Québec, le jeudi 17 novembre 2005. - Le président du Conseil supérieur de la langue française, monsieur Conrad Ouellon, a remis le prix Émile-Ollivier à madame Estelle Beauchamp, de l'Ontario, pour son roman Les Enfants de l'été, publié aux éditions Prise de parole en 2004.

« La lauréate, a souligné le président du Conseil, manie la langue avec une grande aisance et elle parvient à capter l'attention du lecteur grâce à un style narratif novateur. » Il a tenu à rappeler que les membres du jury ont d'ailleurs indiqué qu'il s'agissait là d'une œuvre éblouissante dans laquelle l'auteure fait preuve d'une grande culture et de beaucoup d'érudition pour nous livrer un récit à plusieurs voix, mené intelligemment. L'écriture toute en douceur et en nuances de Madame Beauchamp crée une atmosphère très intimiste. Quant à la langue et au vocabulaire employés, tout en étant sobres, ils laissent place à des images évocatrices.

Le roman Les Enfants de l'été relate l'histoire de Léa et de Jeanne qui, après la mort de leur sœur Aurélie, s'engagent à écrire les mémoires des cinq sœurs jumelles Therrien dont elles font partie. Elles veulent ainsi donner une voix et un sens à leurs souvenirs, établir un pont entre les générations et apaiser les souffrances d'un drame secret vécu en commun une éternité plus tôt.

Le prix Émile-Ollivier a été créé à l'occasion du Forum de la francophonie, le 1er mai 2004, par le Conseil supérieur de la langue française, en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes. Il récompense une œuvre, dans les catégories du roman, de la nouvelle, du récit et de l'essai, publiée en français par une maison d'édition canadienne de l'extérieur du Québec. Les œuvres soumises doivent se démarquer par une bonne maîtrise de la langue écrite, par leurs qualités littéraires et leur originalité, et contribuer ainsi au rayonnement et à la promotion de la langue française.

Cette première cérémonie de remise du prix Émile-Ollivier était présidée par madame Line Beauchamp, ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française, et s'est déroulée en présence de Monsieur Benoît Pelletier, ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne. À cette occasion, la ministre madame Beauchamp s'est réjouie que la mémoire d'Émile Ollivier se perpétue à travers un prix littéraire, « d'autant plus, a-t-elle souligné, que ce prix rend hommage aux œuvres des écrivains francophones du Canada qui vivent et font vivre la langue française et sa littérature chez nous et à l'extérieur du Québec. » Quant au ministre monsieur Pelletier, il a insisté sur l'importance de reconnaître le talent d'une écrivaine francophone canadienne provenant de l'extérieur du Québec : « Le prix Émile-Ollivier s'inscrit dans une démarche mise de l'avant par le Québec pour resserrer les liens qui l'unissent aux communautés francophones et acadienne hors Québec. » L'événement avait lieu dans le cadre du Salon du livre de Montréal et la lauréate a reçu la somme de 5000 $ ainsi qu'un parchemin calligraphié.

Notice biographique d'Estelle Beauchamp, lauréate du prix Émile-Ollivier

Après des études de lettres, Estelle Beauchamp a fait carrière dans l'enseignement des langues à Montréal. Arrivée à Ottawa en 1974, elle a enseigné le français et participé à l'élaboration de matériel pédagogique. Elle se consacre maintenant à l'écriture. Elle est l'auteure de trois romans : Les Mémoires de Christine Marshall (1995), La Vie empruntée (1998) et Les Enfants de l'été (2004); elle écrit à l'occasion des nouvelles dans la revue Virages.

Vers le haut