Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Hugues Poulin, journaliste à Radio-Canada, reçoit le prix Raymond-Charette 2007

2007-11-24

Québec, le samedi 24 novembre 2007. - Le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) a décerné le prix Raymond-Charette à monsieur Hugues Poulin, pour son travail de journaliste à la radio de Radio-Canada. Le président du CSLF, monsieur Conrad Ouellon, a indiqué que le jury a choisi d'attribuer le prix Raymond-Charette à monsieur Poulin en raison de « son talent à évoquer des situations en mariant texte concis et trame sonore suggestive », de même que pour « l'élégance de son style narratif et l'utilisation d'un niveau de langue facilement compréhensible ». Le président a remis une bourse de 5000 $ et un parchemin calligraphié au lauréat pendant le gala du congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, qui se tient au Château Frontenac.

Monsieur Poulin a amorcé sa carrière à Radio-Canada en 1974 comme reporter pour la télé et la radio à Montréal. De 1982 à 1989, il est affecté à la politique canadienne, en plus d'être responsable de l'actualité en Amérique latine. Il est ensuite nommé correspondant à Washington. En 1994, il quitte la capitale des États-Unis pour Paris; il couvre la scène européenne jusqu'en 2000. Après un court passage comme reporter pour l'émission Zone libre, il repart à l'étranger pour la radio de Radio-Canada jusqu'à l'été 2007. Monsieur Poulin a couvert des sujets aussi importants que la première guerre du Golfe, l'élection de Vladimir Poutine en Russie, le conflit au Kosovo ou la capture de Saddam Hussein. Depuis août dernier, monsieur Poulin est correspondant à Washington pour la télé de Radio-Canada.

Le prix Raymond-Charette du CSLF est décerné, depuis huit ans, à un membre de la communauté journalistique de la presse électronique québécoise, pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité. Le CSLF constate une participation plutôt timide de la part des journalistes des stations privées, même si ceux-ci sont invités au même titre que ceux de la station publique à poser leur candidature.

Vers le haut