Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Jean Dion du journal Le Devoir reçoit le prix Jules-Fournier 2004

2004-12-04

Québec, le 4 décembre 2004. - Le Conseil supérieur de la langue française décerne le prix Jules-Fournier à monsieur Jean Dion, du journal Le Devoir, pour son style original, plein de verve et d'humour, pour sa maîtrise de la langue écrite et pour son talent de narrateur. La présidente du CSLF, madame Nadia Brédimas-Assimopoulos, remettra le prix à monsieur Dion lors du gala du congrès annuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec qui se tient à l'hôtel Hilton, à Québec.

Monsieur Dion est titulaire d'un baccalauréat en science politique de l'Université de Montréal. Il a fait ses débuts en journalisme à titre de stagiaire à La Presse, en 1991, puis il a effectué un bref passage à La Tribune de Sherbrooke. En 1992, il est entré au journal Le Devoir, où il a d'abord été reporteur aux informations générales et, par la suite, correspondant parlementaire à Ottawa pendant trois ans. Depuis 1996, il est chroniqueur ainsi que reporteur aux informations générales et au sport.

Monsieur Dion a également collaboré à plusieurs émissions de la radio et de la télé de Radio-Canada, telles que Y'en aura pas de facile, Adrénaline, C'est bien meilleur le matin et Indicatif présent. Il a de plus travaillé occasionnellement au Canal Vox et à la chaîne Historia.

Le prix Jules-Fournier du Conseil supérieur de la langue française est décerné, depuis 24 ans, à un journaliste de la presse écrite québécoise, pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité.

Vers le haut