Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

La prédominance du français augmente dans les commerces à Montréal

1997-12-11

 

Québec, 11 décembre 1997. - La présence du français est très forte et sa prédominance augmente, telles sont les deux principales conclusions de la recherche sur L'évolution de la situation de l'affichage à Montréal de 1995 à 1997 effectuée conjointement par les organismes de la Charte de la langue française. Le rapport est déposé aujourd'hui auprès de la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française.

La présidente du Conseil de la langue française, madame Nadia Brédimas-Assimopoulos, présente cette recherche qui dresse un portrait représentatif de l'affichage pour l'ensemble de l'Île-de-Montréal.

 

La prédominance du français augmente dans les commerces

En 1997, pour l'ensemble de l'île, 78,4 % des commerces (74,9 % en 1995) présentent plus des deux tiers de leurs messages en français dont 45,7 % uniquement en français (tableau 6).

À l'ouest de la rue Saint-Laurent, 70,8 % des commerces ont plus des deux tiers de leurs messages unilingues français (tableau 6).

Plus spécifiquement dans la zone ouest, c'est-à-dire à l'ouest de la rue Atwater, la proportion des commerces présentant des messages unilingues français a augmenté à 68,2 % en 1997, contre 57,9 % en 1996 et 58,5 % en 1995 (tableau 6).

Par ailleurs dans la zone est, c'est-à-dire à l'est de la rue Papineau, la proportion des commerces dont les messages en français sont prédominants est de : 90,4 % en 1997, 87,8 % en 1996 et 88,1 % en 1995 (tableau 6).

 

Le visage linguistique dans l'affichage des commerces

Dans l'affichage global des commerces, la présence du français se maintient à un très haut niveau et augmente constamment : elle atteint 97,3 % des commerces en 1997 contre 94 % en 1996 et 1995 (tableau 1).

À l'ouest de la rue Atwater, la présence du français a augmenté d'une manière statistiquement significative quoique à un niveau légèrement inférieur à celui de l'ensemble de l'île : 94,6 % en 1997, alors que le taux était de 89,8 % en 1996 et 89,7 % en 1995 (tableau 2).

En contrepartie, l'affichage unilingue anglais se situe à 0,9 % en 1997, contre 2,6 % en 1996 et 2,5 % en 1995. (tableau 4).

 

La prédominance du français va de pair avec une augmentation de l'usage des autres langues

Bien que la présence et la prédominance du français aient augmenté en général, nous notons qu'il y a augmentation de la présence des autres langues dans l'affichage, donc une diminution de l'unilinguisme français de 48,7 % à 45,7 % (tableau 3). Selon la norme retenue, il suffit de la présence d'un seul message dans une autre langue, indépendamment du nombre de messages en français, pour changer de catégorie.

 

Les zones centre et nord de l'île-de-Montréal sont en pleine mutation, ce qui se reflète dans l'affichage des commerces.

Les zones centre et nord permettent de saisir la complexité et les paradoxes de l'affichage commercial.

Dans la zone nord, qui s'étend de la rue Papineau et la projection d'Atwater, au nord de la rue Sherbrooke jusqu'à la rivière des Prairies, l'affichage unilingue français a diminué d'une manière statistiquement significative de 54,1 % à 45,7 % (tableau 3).

En effet, si la présence du français a atteint 97,7 % des commerces, on constate en même temps une présence accrue de l'anglais de 38,9 % en 1996 à 48,2 % en 1997 (tableau 2).

Dans la zone centre, le seul changement statistiquement significatif est l'augmentation des langues tierces (tableau 2).

« La lecture de l'ensemble du rapport montre que la prédominance et la présence du français s'améliorent, y compris dans l'ouest, de déclarer la présidente du Conseil de la langue française, même s'il y a encore des zones où la situation reste fragile. »

Les organismes qui ont participé à la recherche sont : la Commission de protection de la langue française, le Conseil de la langue française, l'Office de la langue française et le Secrétariat à la politique linguistique. L'enquête de 1995 a porté sur près de 3000 commerces et plus de 26 000 messages. Celle de 1996 touche 2000 commerces sur rue et 17 000 messages. Et celle de 1997 couvre quelque 2000 commerces et plus de 19 000 messages.

Madame Nadia Brédimas-Assimopoulos est disponible pour répondre aux questions sur cette recherche.

 

Carte des secteurs et des zones étudiés

Carte des secteurs et des zones

 

 

Tableau 1

Présence des langues dans les commerces
de l'île-de-Montréal, en %

1995

1996

1997

Français

94,0

94,0

97,3*

Anglais

45,2

43,7

49,5*

Langues tierces

6,0

4,7

8,2*

Nombre de commerces

2008

2040

2016

*Différences significatives avec les deux années précédentes

 

Tableau 2

Présence des langues dans les commerces
de l'île-de-Montréal, selon les zones, en %

Centre

Français

Anglais

Langues tierces

N

1995

95,9

48,4

7,4

217

1996

97,8

51,3

8,0

224

1997

98,9

54,5

14,3*

309

Est

Français

Anglais

Langues tierces

N

1995

97,1

33,4

7,2

594

1996

97,0

30,3

3,6

640

1997

99,3

33,3

6,0

490

Ouest

Français

Anglais

Langues tierces

N

1995

89,7

57,9

2,8

755

1996

89,8

55,4

3,2

755

1997

94,6*

60,5

5,1

647

Nord

Français

Anglais

Langues tierces

N

1995

96,4

37,8

9,3

442

1996

95,0

38,9

7,3

421

1997

97,7

48,2*

0,5

569

*Différence significative avec les deux années précédentes

 

Tableau 3

Pourcentage de commerces avec affichage unilingue français
île-de-Montréal, 1995, 1996 et 1997

1995

1996

1997

Île-de-Montréal

48,7

50,5

45,7**

Secteurs

1995

1996

1997

Est

61,7

62,0

51,8

Ouest

38,3

39,9

35,6

Zones

 

1995

1996

1997

Centre

46,5

42,4

40,1

Est

61,1

64,7

63,4

Ouest

36,2

38,7

35,1

Nord

54,1

54,5

45,7*

* Différence significative avec les deux années précédentes
** Différence significative avec 1996

Note : La variable « unilingue français » n'exclut pas les commerces qui avaient un affichage unilingue français mais une raison sociale « indéterminable »

 

Tableau 4

Pourcentage de commerces avec affichage unilingue anglais
île-de-Montréal, 1995, 1996 et 1997

1995

1996

1997

Île-de-Montréal

2,5

2,6

0,9*

Secteurs

1995

1996

1997

Est

0,9

0,3

0,1

Ouest

3,8

4,7

1,5*

Zones

 

1995

1996

1997

Centre

0,9

1,8

1,1

Est

0,8

0,3

0,1

Ouest

5,4

5,3

2,1*

Nord

0,7

1,9

0,2

* Différence significative avec les deux années précédentes

Note : La variable « unilingue anglais » n'exclut pas les commerces qui avaient un affichage unilingue anglais mais une raison sociale « indéterminable »

 

Tableau 5

Répartition des commerces sans affichage français
par rapport à l'ensemble des commerces
Montréal, par secteurs et par zones,
1995, 1996 et 1997, en %

1995

1996

1997

Île-de-Montréal

2,6

2,8

1,0*

Secteurs

1995

1996

1997

Est

0,9

0,6

0,2

Ouest

4,0

4,9

1,5*

Zones

1995

1996

1997

Centre

0,9

1,8

1,1

Est

0,8

0,5

0,1

Ouest

5,6

5,4

2,1*

Nord

0,7

2,4

0,5**

* Différence significative avec les deux années précédentes

** Différence significative avec 1996

 

Tableau 6

Pourcentage de commerces selon la proportion
de messages unilingues français dans leur affichage,
île-de-Montréal, 1995, 1996, 1997

Île-de-Montréal

1995

1996

1997

<66 %

25,1

25,6

21,6*

entre
66 % et 99 %

26,2

23,9

32,7*

100 %

18,7

50,6

45,7

(prédominance)

(74,9)

(74,4)

(78,4)

Secteurs

Est

1995

1996

1997

<66 %

11,2

12,0

9,5

entre
66 % et 99 %

27,0

25,3

28,7

100 %

61,7

61,9

61,8

(prédominance)

(88,7)

(87,2)

(90,5)

Ouest

1995

1996

1997

<66 %

36,1

37,4

29,2*

entre
66 % et 99 %

25,6

22,7

35,2*

100 %

38,3

39,9

35,6

(prédominance)

>(53,9)

>(62,5)

>(70,8)

Zones

Centre

1995

1996

1997

<66 %

19,3

20,8

24,3

entre
66 % et 99 %

34,6

36,8

35,6

100 %

46,6

42,2

40,1

(prédominance)

(80,7)

(79,1)

(75,7)

Est

1995

1996

1997

<66 %

11,9

12,2

9,6

entre
66 % et 99 %

27,0

28,0

27,1

100 %

61,1

64,8

53,3

(prédominance)

(88,1)

(87,8)

(80,4)

Ouest

1995

1996

1997

<66 %

41,7

42,1

31,8*

entre
66 % et 99 %

22,3

19,3

33,1*

100 %

36,2

38,6

35,1

(prédominance)

(58,5)

(57,8)

(58,2)

Nord

1995

1996

1997

<66 %

17,6

18,7

18,8

entre
66 % et 99 %

28,3

26,8

35,5*

100 %

54,2

54,5

45,7*

(prédominance)

(82,5)

(81,3)

(81,2)

* Différence significative avec les deux années précédentes

Vers le haut