Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Le maire suppléant de la ville de Québec et la présidente du Conseil de la langue française décernent le Prix du 3-Juillet-1608 à l'Association Canado-Américaine

1997-03-15

Québec, le 15 mars 1997. - À l'occasion d'une cérémonie qui s'est déroulée aujourd'hui sous la présidence d'honneur du maire suppléant de la ville de Québec, monsieur Claude Cantin, et de la présidente du Conseil de la langue française, madame Nadia Brédimas-Assimopoulos, le Prix du 3-Juillet-1608 a été décerné à l'Association Canado-Américaine.

La cérémonie, offerte par la Ville de Québec, s'est déroulée à l'hôtel Loews le Concorde dans le cadre des activités du Forum francophone de concertation qui tient sa première rencontre à Québec.

Institué en 1978 par l'ex-premier ministre du Québec, monsieur René Lévesque, en même temps que l'Ordre des francophones d'Amérique, le Prix du 3-Juillet-1608 commémore la fondation de la ville de Québec, une des plus anciennes villes françaises d'Amérique et symbole de la permanence de la vie française en Amérique. Le Prix du 3-Juillet-1608 est décerné chaque année par le Conseil de la langue française à un organisme ou à une association pour services exceptionnels rendus à sa communauté et à la francophonie nord-américaine.

Le lauréat du Prix du 3-Juillet-1608 reçoit une œuvre d'art d'un artiste québécois, en l'occurrence une œuvre en bronze de René Derouin, une médaille en bronze ainsi qu'un parchemin signé par le premier ministre, par la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française et par la présidente du Conseil de la langue française.

L'Association Canado-Américaine a fêté son centenaire en 1996. Pour une organisation francophone aux États-Unis, il semble qu'il s'agisse là d'un véritable exploit. On lui attribue la survivance des francophones dans les États de la Nouvelle-Angleterre et elle est la seule, la dernière société fraternelle francophone aux États-Unis. Fondée par une poignée d'émigrés québécois francophones, elle possède maintenant 45 000 membres aux quatre coins de la Nouvelle-Angleterre, en Louisiane, au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

L'Association Canado-Américaine contribue de multiples façons au mieux-être économique, social et culturel de ses membres. Elle montre un souci constant de la jeunesse par l'octroi de bourses pour des études avancées et pour la tenue de camps d'été favorisant les échanges culturels entre les jeunes Franco-Américains, les Québécois et les Canadiens de langue française. L'Association Canado-Américaine a créé une bibliothèque et un centre de documentation important sur la vie française aux États-Unis et contribue à la diffusion du français par sa revue Le Canado qui paraît depuis 1900. Elle collabore aux imprimés de la Société historique franco-américaine qui existe depuis 1906 et, par ses programmes, à la radio et à une émission télévisée diffusée chaque semaine en Nouvelle-Angleterre, en Louisiane et dans les provinces de l'Atlantique.

Le Conseil de la langue française, en décernant le Prix du 3-Juillet-1608 à l'Association Canado-Américaine, reconnaît l'engagement de cette association pour la sauvegarde et la promotion de la langue française et de la culture d'expression française en Amérique. Monsieur Eugène-A. Lemieux, président général de l'Association, a reçu le prix au nom de son organisme.

Vers le haut