Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

L'Ordre des francophones d'Amérique 1993 compte neuf nouveaux membres et le Prix du 3-Juillet-1608 a un nouveau récipiendaire

1993-10-29

Québec, le 29 octobre 1993. - Neuf personnalités ont reçu aujourd'hui les insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique en reconnaissance de leur contribution au maintien et à l'épanouissement de la vie française en Amérique et ailleurs dans le monde. Trois des nouveaux membres sont du Québec, deux de l'Acadie, un de l'Ontario, un de l'Ouest canadien, un des États-Unis et un de la francophonie internationale. Par la même occasion, le Prix du 3-Juillet-1608, qui reconnaît les services exceptionnels rendus par un organisme ou par une association à la francophonie nord-américaine, a été décerné au Collège universitaire de Saint-Boniface.

Récipiendaires de l'Ordre des francophones d'Amérique

Du Québec

Monsieur Lorne Laforge est professeur au Département de linguistique de l'Université Laval. Que ce soit comme professeur, comme chercheur, comme directeur de travaux scientifiques (mémoires, thèses), comme administrateur, comme consultant, comme auteur de nombreux ouvrages ou encore comme conférencier, monsieur Laforge a été pendant toute sa carrière le plus solide et le plus vigoureux représentant de l'Université Laval, à titre de développeur sous tous ses aspects du français comme langue seconde, et de ce fait, de propagateur de la langue française auprès des Canadiens non francophones et des étrangers. Il a été la cheville ouvrière de l'organisation du programme de français langue seconde et l'un des professeurs principaux de cette discipline, tout au long de sa carrière. Monsieur Laforge s'est employé à implanter et à diffuser de nouvelles méthodes d'enseignement du français comme langue seconde, à organiser des stages de formation dans notre langue pour de nombreux Canadiens et Québécois et à apporter ses lumières à plusieurs organismes canadiens et québécois. Monsieur Laforge a publié, dans sa discipline, de solides ouvrages de base et de nombreux articles qui, par leur qualité, ont fait de lui un invité très recherché et un conférencier très actif.

Madame Lise Gauvin est professeure titulaire au Département d'études françaises de l'Université de Montréal. Directrice du programme interdisciplinaire en études québécoises de la Faculté des Arts et des Sciences, membre du comité de rédaction de la revue américaine Quebec Studies et de l'exécutif de l'Association américaine des études francophones, elle est aussi responsable des échanges entre l'Université de Montréal et l'Université de Liège en études françaises et responsable également de la chronique des lettres francophones au journal Le Devoir. Elle a été membre du Conseil de la langue française et a participé à de nombreux jurys, dont celui du prix Carbet des Caraïbes. Plusieurs des nombreuses publications de madame Gauvin ont joué un rôle dé en faveur du fait français en Amérique. Depuis plus d'une vingtaine d'années, madame Gauvin contribue de plusieurs façons à faire progresser et à faire mieux connaître les idées, les formes et les aspects institutionnels de la littérature québécoise. C'est ainsi qu'elle a été membre du comité de rédaction de plusieurs revues, dont Études françaises et Possibles. Les nombreux ouvrages à la préparation desquels madame Gauvin a participé démontrent la qualité de sa recherche et le rayonnement de sa réputation.

Madame Anne Hébert est écrivaine et poète. Elle a publié de nombreux ouvrages qui illustrent la vie des Québécois, notamment Les songes en équilibre, Les chambres de bois, Kamouraska, Les enfants de Sabbat, Les fous de Bassan, L'enfant chargé de songes et Le jour n'a d'égal que la nuit. Madame Hébert a reçu plusieurs prix, entre autres, le prix David, le prix Femina, le prix de l'Académie française, le prix du Gouverneur général du Canada. Elle est membre de la Société royale du Canada et membre d'honneur de l'Union des écrivains québécois. Absente du pays, madame Hébert recevra les insignes de l'Ordre ultérieurement.

De l'Acadie

Monsieur Herménégilde Chiasson est à la fois homme de lettres et des arts, tour à tour réalisateur, artiste, poète et auteur. Il a travaillé comme réalisateur à Radio-Canada, de 1981 à 1985. Depuis, il travaille à la pige. Il a, entre autres, réalisé Beauséjour, Marchand de la mer dans la série L'Acadie de la mer, Le taxi Cormier. En tant qu'artiste en arts visuels, monsieur Chiasson a produit, de 1974 à 1994, plus de 15 expositions-photos. Il a de plus illustré le livre Le tapis de Grand-Pré. Il compte à son actif plus d'une soixantaine d'éditions de sérigraphies et de gravures sur bois. Comme homme de lettres, on lui doit plusieurs publications en poésie dont Vous, des pièces de théâtre dont Pierre, Hélène et Michael au théâtre L'Escaouette et, enfin, des scénarios pour la radio. Il a aussi consigné le livre L'Événement Rimbaud et signé la mise en scène et la conception de la performance Évangéline : mythe ou réalité, donnée à La Rochelle, de même que celles du spectacle La grande rumeur sur la poésie acadienne. Monsieur Chiasson a reçu en 1992 le prix littéraire France-Acadie pour l'ensemble de son œuvre.

Madame Délie Gallien Chiasson a largement contribué à l'avancement de la condition féminine au Nouveau-Brunswick. En sa qualité de membre fondatrice du Conseil consultatif provincial sur la condition de la femme, elle en a fait connaître les services et a étudié des questions importantes pour les femmes du Nouveau-Brunswick. Elle a contribué à faire reconnaître les Acadiennes et les femmes francophones de sa province. Elle a siégé au conseil d'administration de la Fédération des dames d'Acadie et a été représentante provinciale de la Fédération nationale des femmes canadiennes-françaises en 1987-1988. Madame Gallien Chiasson participe depuis longtemps à plusieurs groupes communautaires où, entre autres, elle représente et défend les droits des femmes en matière de formation professionnelle. Elle s'est toujours montrée intéressée et active dans le secteur du bénévolat. Enseignante de profession, elle s'est toujours intéressée à l'éducation sous toutes ses formes. Toujours très active, elle dirige les destinées d'une cellule de l'université du Troisième Âge, agit comme trésorière de la Société des Acadiens et des Acadiennes du Nouveau-Brunswick et siège à titre de vice-présidente du comité provincial de la fête du Canada. En 1990, en reconnaissance pour son engagement diversifié, particulièrement dans l'avancement de la cause féminine, elle a reçu le prix du gouverneur général du Canada.

De l'Ontario

Le père Germain Lemieux est né à Cap-Chat mais a réalisé sa carrière en Ontario. Il a été fondateur-directeur du Centre franco-ontarien de folklore, en 1972, enquêteur dans le domaine de la tradition orale, de 1948 à 1980, organisateur d'un musée centré sur l'héritage canadien-français, en 1975, professeur d'histoire à l'Université Laurentienne de Sudbury, de 1961 à 1968, professeur de folklore à l'Université Lavai, de 1965 à 1968, et professeur de folklore également à l'Université de Sudbury, de 1969 à 1980. Pendant deux saisons, le père Lemieux a collaboré à des programmes de télévision de l'« Ontario Educational Communications Authority », devenue TV-Ontario. Grâce à sa collection de contes, il est entré en relation avec des professeurs du Japon, de l'Allemagne de l'Ouest, de la France, de l'Italie et même de la Russie. Le père Germain Lemieux a reçu plusieurs décorations et diplômes honorifiques : doctorats honorifiques de l'Université York de Toronto, de l'Université d'Ottawa et de l'Université Laurentienne de Sudbury, Palmes académiques de la République française, « Canadian Award » de l'« Ontario Historical Society », prix Samuel-de-Champlain, Ordre du Canada, médaille Luc-Lacoursière, médaille Marius-Barbeau, compagnie des Cents-Associés francophones, prix national de la ville de Sudbury et Ordre de l'Ontario.

De l'Ouest canadien

Monsieur Daniel Lavoie est un auteur-compositeur-interprète qui a largement contribué à faire connaître la francophonie de l'Ouest, au Canada et à l'étranger. Il a été et il est encore un modèle et une inspiration pour beaucoup de francophones. Monsieur Lavoie a également encouragé, conseillé et soutenu des artistes de l'Ouest. Par exemple, la carrière du groupe Hart Rouge de la Saskatchewan doit beaucoup à l'appui qu'il a reçu de lui. Monsieur Lavoie contribue de façon significative au rayonnement du fait français, tant dans l'Ouest canadien que sur les scènes nationales et internationales. Absent du Québec, monsieur Lavoie recevra les insignes de l'Ordre ultérieurement.

Des États-Unis

Monsieur Jacques (James) Robillard est professeur à l'Université de Milwaukee. Il a consacré sa vie professionnelle et sociale à faire rayonner la culture française et canadienne-française au Wisconsin. Il a travaillé pour doter le musée de Milwaukee d'une salle canadienne-française et s'est efforcé d'introduire des cours, donnés en anglais, sur l'histoire française d'Amérique dans les collèges et universités du Wisconsin. Il a même accepté, en 1981, l'offre d'une agence de voyage de guider, toutes les fins de semaine de juin à août 1981, des citoyens du Wisconsin intéressés à découvrir la capitale du Québec. C'est grâce aux efforts de monsieur Robillard que la ville de Milwaukee a érigé une statue en commémoration du père Marquette. Jacques Robillard a reçu les Palmes académiques en 1990.

De la francophonie internationale

Monsieur Alain Peyrefitte est un homme politique français de grande renommée. Député de l'Union de la droite républicaine (UDR) depuis 1958, il fut successivement nommé ministre délégué auprès du premier ministre, ministre de l'Information, de 1962 à 1966, ministre de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales, de 1966 à 1967, de l'Éducation nationale, de 1967 à 1968. Maire de Provins depuis 1965, il a été secrétaire général de l'UDR, poste qu'il occupa de 1972 à 1973, et nommé ministre chargé des réformes administratives dans le deuxième cabinet de P. Messmer, en 1973, ministre des Affaires culturelles et ministre de l'Environnement, en 1974, et ministre de la Justice de 1978 à 1981. Il est l'auteur de Quand la Chine s'éveillera (1973) et du Mal français (1976). Monsieur Peyrefitte a joué un rôle essentiel dans la mise sur pied de la coopération France-Québec et de la rencontre périodique des premiers ministres de France et du Québec. Écrivain prolifique, monsieur Peyrefitte a, entre autres, au cours des dernières années, publié d'importants ouvrages sur la Chine. Le nouveau membre de l'Ordre recevra les insignes ultérieurement.

 

Lauréat du Prix du 3-Juillet-1608

Le Collège universitaire de Saint-Boniface (CUSB) a pour mission d'être l'université de langue française du Manitoba. Créé en 1818 et incorporé en 1870, le Collège a une longue tradition d'enseignement dans le domaine des arts libéraux. Le CUSB offre principalement des programmes de premier cycle en Arts et Sciences ainsi que des programmes de premier et de deuxième cycles en Éducation. En 1978, le Collège a parrainé la création d'un Centre d'études franco-canadiennes de l'Ouest (CEFCO) qui a pour but d'encourager la recherche et l'échange des connaissances dans tous les domaines où l'action des francophones de l'Ouest est prédominante. En 1989, il accepte, à la demande des juristes de langue française du Manitoba, d'intégrer l'Institut Joseph-Dubuc qui offre des services de documentation et de traduction juridiques. Le Collège universitaire de Saint-Boniface est la plus ancienne université de l'Ouest du Québec et la seule université de langue française dans l'Ouest canadien.

Vers le haut