Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

L'Ordre des francophones d'Amérique est remis à huit personnalités et le Prix du 3-Juillet-1608 au Musée de l'Amérique française

1999-03-10

Québec, le 10 mars 1999. - Pour la vingt et unième année, le Conseil de la langue française (CLF) a remis aujourd'hui l'Ordre des francophones à huit personnalités et le Prix du 3-Juillet-1608 au Musée de l'Amérique française. La cérémonie s'est déroulée à 17 h 30, au Musée de la civilisation, sous la présidence d'honneur de la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française, madame Louise Beaudoin, du maire de la ville de Québec, monsieur Jean-Paul L'Allier et de la présidente du Conseil de la langue française, madame Nadia Brédimas-Assimopoulos.

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est remis annuellement par le CLF à des personnalités dont on reconnaît la part active qu'elles prennent dans la promotion et la diffusion du français en Amérique. La première cérémonie a eu lieu en 1978 sous la présidence d'honneur de monsieur René Lévesque. Les insignes sont constitués d'une fleur de lys stylisée montée en épinglette et d'une médaille. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié signé par le premier ministre du Québec, par la ministre responsable de la Charte de la langue française et par la présidente du Conseil de la langue française. Les personnalités suivantes ont été décorées de l'Ordre des francophones d'Amérique :

Pour l'Acadie, monsieur Jean-Marie Nadeau

Du Nouveau-Brunswick, monsieur Jean-Marie Nadeau est bien connu pour son implication majeure dans le mouvement national acadien. Ancien secrétaire-général de la Société nationale de l'Acadie et ancien président de la Société des Acadiens et des Acadiennes du Nouveau-Brunswick, il a également assumé les fonctions d'éditorialiste et de rédacteur en chef de l'Acadie nouvelle. Il est l'auteur de l'essai politique Que le tintamarre commence! pour lequel il s'est vu décerné le prix littéraire France-Acadie. Monsieur Nadeau est également reconnu comme l'initiateur du Congrès mondial acadien. Le CLF lui décerne l'Ordre des francophones d'Amérique en raison, particulièrement, de la qualité et de la force d'un engagement personnel qu'il a mis entièrement à défendre la survie et la vitalité du français et de la culture d'expression française, non seulement en Acadie, mais partout en Amérique et dans la francophonie en général.

 

Pour le Québec, monsieur Robert Auclair

Avocat de formation, monsieur Robert Auclair a été durant de nombreuses années, et jusqu'à sa retraite, juge au Tribunal du travail. Monsieur Auclair a tenu une chronique mensuelle sur la langue du travail, donné de nombreuses conférences, tant en droit du travail que dans le domaine de la normalisation linguistique des lois et règlements. Il a également assumé des charges de cours et a collaboré à la réalisation d'ouvrages lexicographiques importants dans le domaine du travail. Président-fondateur et actuel président de l'Association des usagers de la langue française (ASULF), monsieur Auclair a également assumé la tâche de trésorier de l'Association Québec dans le monde durant trois ans. Le CLF tient à reconnaître les efforts particuliers et acharnés de monsieur Auclair et des gens qui comme lui s'assurent, avec une vigilance et une persévérance hors du commun, de la justesse des expressions et de la qualité stylistique des textes qui circulent dans le monde du travail québécois et dans l'usage courant.

 

Pour le Québec, monsieur André Gaulin

Enseignant, poète et homme politique, monsieur André Gaulin a enseigné le français de 1956 à 1992. Membre fondateur et président de l'Association québécoise des professeurs de français, il a été co-fondateur de la revue Québec français et co-président fondateur du Mouvement Québec français. Monsieur Gaulin est l'un des maîtres d'œuvre du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec. Il a publié plus de trois cent articles, tant pour le Dictionnaire que pour des revues et il a préparé une dizaine d'introductions d'œuvres québécoises rééditées. Il a également collaboré à de nombreux collectifs et périodiques, au Québec comme à l'étranger. Il a codirigé deux recherches, l'une sur la chanson québécoise et l'autre sur Félix Leclerc, qui ont mené à deux publications importantes. Son travail professionnel l'a conduit à devenir un véritable ambassadeur du Québec à l'étranger. Ses nombreuses prises de position, en particulier dans les éditoriaux et dans les lignes ouvertes, en font l'un des plus ardents défenseurs de la langue française des deux dernières décennies au Québec.

 

Pour l'Ontario, monsieur Paul Rouleau

Avocat de profession, monsieur Paul Rouleau est reconnu pour le rôle majeur qu'il a joué dans divers milieux de la communauté francophone ontarienne. Dans le domaine juridique, il est l'un des principaux acteurs de la création de l'Association des juristes d'expression française en Ontario. Son engagement et son acharnement se sont également fait sentir dans la promotion et la défense des autres services essentiels à la survie de la communauté de langue française, tant dans le domaine de la santé que dans le domaine municipal, ou encore dans ceux des communications et de l'éducation, terrain de prédilection pour assurer la survie et l'épanouissement du français. Dans ce domaine également, son engagement dépasse largement ses intérêts professionnels, ou de parents, et il a joué un rôle extrêmement précieux dans l'obtention récente de la gestion des conseils scolaires. C'est un défenseur infatigable des droits des Franco-0ntariens, une inspiration pour les générations futures à continuer le cheminement collectif entrepris par des hommes tels que lui.

 

Pour l'Ouest canadien, monsieur Émile et madame Marguerite Campagne

De la Saskatchewan, les deux personnalités que le CLF honore sont d'ardents défenseurs des droits des francophones. Madame Campagne est enseignante de profession et elle a travaillé sans relâche à développer et à maintenir la vitalité d'une communauté française en Saskatchewan. Monsieur Émile Campagne a publié, et publie toujours, des articles dans les journaux locaux afin d'assurer la défense et le développement du français en milieu minoritaire. Ils sont les parents des membres du groupe Hart Rouge et de Carmen Campagne, artistes connus et très appréciés partout au Canada et au Québec. En nommant ces personnalités membre de l'Ordre des francophones d'Amérique, le CLF reconnaît le rôle important et essentiel que joue la famille dans la préservation de la langue française et l'engagement soutenu qu'exige cette préservation dans les milieux minoritaires de langue française au Canada.

 

Pour les Amériques, monsieur Ronald W. Tobin

Détenteur d'un doctorat en langues romanes de l'Université de Princeton, monsieur Ronald W. Tobin assume les fonctions de vice-chancelier de l'Université de la Californie. Durant toute sa carrière, monsieur Tobin a vigoureusement fait la promotion des études québécoises aux États-Unis et dans les milieux universitaires canadiens. Monsieur Tobin a occupé les fonctions de membre, de directeur et d'éditeur en chef de la plus importante revue dans le domaine des études françaises aux États-Unis la French Review. De cette revue, la plus importante dans le domaine des études françaises aux États-Unis, il a exigé la publication de comptes rendus de livres sur tous les aspects de la culture québécoise. Professeur et chercheur assidu, il poursuit une carrière professionnelle tout en assumant de hautes fonctions administratives, notamment comme vice-chancelier de l'Université de la Californie. Il est consulté par de nombreux enseignants américains, à tous les niveaux scolaires, et son influence sur la croissance des études québécoises aux Etats-Unis est indiscutable. En lui décernant l'Ordre des francophones d'Amérique, le CLF vient reconnaître son importante œuvre littéraire et critique et son leadership dans la reconnaissance des œuvres littéraires québécoises dans les curriculum d'études des enseignants américains.

 

Pour les autres continent, monsieur Alain Beaugier

De France, diplômé en droit public, monsieur Alain Beaugier occupe depuis trente ans le poste de directeur des échanges à l'Office franco-québécois pour la jeunesse. Monsieur Beaugier est reconnu comme un des piliers de la coopération franco-québécoise, notamment par l'impulsion qu'il a donnée au développement des échanges professionnels et autres entre de jeunes Français et Québécois, de même que par l'indéfectible intérêt qu'il porte aux causes et aux projets qui lient le Québec et la France. Le CLF considère qu'il est nécessaire de souligner un si long attachement à la coopération franco-québécoise, particulièrement cette année, à l'occasion du trentième anniversaire de la création de l'Office franco-québécois pour la jeunesse.

 

Le Prix du 3-Juillet-1608

Le Prix du 3-Juillet-1608 commémore la fondation de Québec par Samuel de Champlain. Il rappelle l'importance historique de la ville de Québec pour les francophones d'Amérique et rend hommage à la persévérance, à la vitalité et au dynamisme d'une association ou d'un organisme d'Amérique du Nord pour les services exceptionnels rendus à une collectivité de langue française et à l'ensemble de la francophonie nord-américaine.

 

Le lauréat est le Musée de l'Amérique française

Le Musée de l'Amérique française, par son enracinement et sa continuité historique, répond à un besoin fondamental de la francophonie d'Amérique de connaître ses origines et son histoire. D'abord Musée du Séminaire de Québec, dont le premier catalogue de la bibliothèque a été dressé en 1782, il est devenu Musée de l'Amérique française en 1993. Depuis 1995, il a été intégré au Musée de la civilisation et un nouveau souffle anime l'institution, visible à la nature des expositions et aux activités qu'on y présente. En filiation directe avec la plus ancienne pratique muséale d'Amérique du Nord, il permet à ses visiteurs de découvrir l'histoire des hommes et des femmes qui ont bâti cette Amérique française : Acadiens, Louisianais, Québécois, Franco-Américains, Franco-Canadiens. Cette approche historique, large et ouverte, se réalise à travers des expositions permanentes et autres. Le Musée est également un lieu de recherche qui s'est beaucoup rapproché des communautés francophones et des chercheurs qui s'intéressent à l'histoire des Français d'Amérique et de la langue française en Amérique. Les membres du CLF ont reconnu que la manière dont le Musée de l'Amérique française développe et s'acquitte de sa mission se fond incontestablement dans le but même du Prix du 3-Juillet-1608.

La présidente du CLF, madame Nadia Brédimas-Assimopoulos et le maire de la ville de Québec, monsieur Jean-Paul L'Allier, ont remis au directeur général du Musée de l'Amérique française, monsieur Roland Arpin, un parchemin calligraphié signé par le premier ministre du Québec, par la ministre responsable de la Charte de la langue française et par la présidente du CLF, de même qu'une œuvre réalisée par un artiste québécois, monsieur René Derouin. À l'œuvre, est jointe une plaque commémorative gravée au nom du lauréat.

Vers le haut