Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Nicole V. Champeau, en lice pour obtenir le prix littéraire Émile-Ollivier 2010

2010-08-23

Québec, le 25 août 2010. ? Le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) annonce la nomination de madame Nicole V. Champeau à titre de finaliste du prix littéraire Émile-Ollivier 2010 pour son essai intitulé Pointe maligne. L'infiniment oubliée. Présence française dans le Haut Saint-Laurent ontarien. Tome 1, publié aux Éditions du Vermillon.

Nicole V. Champeau est originaire de Cornwall, en Ontario, mais habite maintenant à Ottawa. Son essai, Pointe Maligne. L'infiniment oubliée, a reçu les éloges du jury du prix littéraire Émile-Ollivier, d'abord pour la grande poésie de l'écriture, qui fait glisser le lecteur de page en page comme sur les eaux du Saint-Laurent, dans un univers d'une rare beauté, redonnant à ceux qui en étaient privés le sentiment d'appartenance au fleuve, au territoire, à l'Histoire et à la poésie. Le jury a également souligné la rigueur de la documentation et des recherches de l'auteure, qui ont permis de faire remonter à la surface une partie oubliée de l'histoire du fleuve Saint-Laurent en amont de Montréal. L'auteure, à travers les écrits, les cartes et les noms de villages, recueille les mots qui témoignent de la présence des francophones dans le Haut Saint-Laurent ontarien avant la construction de la Voie maritime et l'aménagement des rapides du Long Sault. Nicole V. Champeau transporte le lecteur dans une magnifique aventure : non seulement celle de la rencontre de la poésie, de la toponymie et de la quête des origines, mais aussi celle de la mémoire qui cherche à remonter les fibres sensibles de sa propre identité.

Pointe Maligne. L'infiniment oubliée a remporté le Prix littéraire du Gouverneur général 2009, dans la catégorie études et essais. Nicole V. Champeau est également l'auteure de six recueils de poésie, de la pièce Moulinette et de l'essai Mémoire des villages engloutis.

Les autres finalistes du prix littéraire Émile-Ollivier 2010 sont Françoise Enguehard, pour son roman L'archipel du docteur Thomas, publié aux Éditions Prise de parole, et Eileen Lohka, pour son recueil de nouvelles C'était écrit, publié aux Éditions L'Interligne.

Tous les détails concernant les œuvres mises en nomination, les critères de sélection et les lauréats des années antérieures sont disponibles dans la section Prix littéraire Émile-Ollivier de Prix et distinctions du site Web du CSLF.

Le nom de la lauréate sera dévoilé le 29 septembre 2010, au cours de la cérémonie de remise de l'Ordre des francophones d'Amérique et du Prix du 3 Juillet-1608, qui aura lieu à la salle du Conseil législatif de l'hôtel du Parlement, à Québec.

Le prix littéraire Émile-Ollivier a été créé en 2004 par le CSLF en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes. Le prix est décerné à un écrivain canadien francophone hors Québec dont l'œuvre, dans les catégories du roman, de la nouvelle, du récit ou de l'essai, est publiée en français par une maison d'édition canadienne de l'extérieur du Québec et membre du Regroupement des éditeurs canadiens-français. Les œuvres soumises doivent se démarquer par leurs qualités littéraires et leur originalité. De plus, les auteurs doivent démontrer une bonne maîtrise du français écrit. Par l'attribution de ce prix, le CSLF veut souligner l'importance de la création littéraire et de la maîtrise de la langue dans la vie culturelle des francophones du Canada hors Québec.

Vers le haut