Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Trois auteures francophones hors Québec en lice pour le prix littéraire Émile-Ollivier 2011

2011-08-29

Québec, le 30 août 2011. ? Le Conseil supérieur de la langue française est fier d'annoncer la nomination de trois auteures francophones hors Québec à titre de finalistes du prix littéraire Émile-Ollivier 2011.

Lise Gaboury-Diallo habite à Winnipeg, au Manitoba. Son recueil de nouvelles intitulé Lointaines, publié aux Éditions du Blé, s'est démarqué des autres ouvrages, selon le jury du prix littéraire Émile Ollivier, en raison de l'univers particulier, tout près du portrait, que l'auteure arrive à créer dans chacune de ses nouvelles. Dès les premières pages, Lise Gaboury-Diallo captive avec facilité l'attention du lecteur et le fait voyager sur des terres de sable où la culture africaine se fait entendre. Son écriture est riche, variée, poétique et colorée, tout en demeurant accessible. Le jury souligne le sens du rythme de l'auteure et sa maîtrise dans l'architecture d'une nouvelle, procédant tout en subtilité, à l'insu même du lecteur, pour lui faire découvrir de nouveaux horizons et personnages qui sauront le marquer et, surtout, le faire réfléchir.

Hélène Harbec habite à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Son récit Chambre 503, publié aux Éditions David, a grandement touché le jury du prix littéraire Émile-Ollivier. Chambre 503 est empreint d'une très grande sensibilité et ne sombre jamais dans le mélodrame. L'écriture, porteuse d'âme, est maîtrisée; chaque mot est pesé, chaque passage, mesuré. Le lecteur se retrouve dans la chambre 503 d'un hôpital où un homme, accompagné de sa fille et des membres de sa famille, chemine lentement vers la mort. Selon les jurés, ce récit s'inscrit dans la lignée des œuvres qui ont renouvelé le pacte biographique, laissant la littérature se soulever et porter l'histoire. Le quotidien de cet homme est narré avec justesse, émotion, souci du détail. L'ensemble porte la vie dans ses perpétuelles variations. Un récit pas toujours facile, mais qui va à l'essentiel et soulève la beauté de l'être dans la résistance autant que dans l'abandon.

Georgette LeBlanc habite à Pointe-de-l'Église, en Nouvelle-Écosse. Son recueil de poésie Amédé, publié aux Éditions Perce-Neige, s'est révélé une véritable découverte pour le jury du prix littéraire Émile-Ollivier. À la limite du conte par sa voix narrative, Amédé possède une langue vertigineuse, soulève des images d'une grande qualité poétique et puise sa force vive dans les racines de l'histoire. Récit épique, ce recueil est une œuvre de création dont les fondements soulèvent toute la richesse littéraire. La langue de l'auteure est musicale, à la limite du poème chanté, et s'inscrit tout naturellement dans la tradition noble de l'oralité. Les jurés ont qualifié ce recueil de « véritable célébration de la langue ». L'auteure possède un sens de la rythmique hors du commun et une créativité qui se démarque. Elle a trouvé le chant de sa propre langue. Un recueil qui peut et doit se lire à voix haute.

Tous les détails concernant les œuvres mises en nomination, les critères de sélection et les lauréats des années antérieures sont disponibles sur le site Web du Conseil supérieur de la langue française dans la section Prix littéraire Émile-Ollivier de Prix et distinctions.

Le nom de la lauréate sera dévoilé par communiqué le 22 septembre 2011. Celle-ci recevra son prix au cours de la cérémonie de remise de l'Ordre des francophones d'Amérique et du Prix du 3-Juillet-1608, qui aura lieu le 28 septembre 2011 dans la salle du Conseil législatif de l'hôtel du Parlement, à Québec.

Le prix littéraire Émile-Ollivier a été créé en 2004 par le Conseil supérieur de la langue française en collaboration avec le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes. Le prix est décerné à un écrivain canadien francophone hors Québec dont l'œuvre, dans les catégories du roman, de la nouvelle, du récit, de l'essai et, nouvellement cette année, de la poésie, est publiée en français par une maison d'édition canadienne de l'extérieur du Québec et membre du Regroupement des éditeurs canadiens-français. Les œuvres soumises doivent se démarquer par leurs qualités littéraires et leur originalité. De plus, les auteurs doivent faire preuve d'une bonne maîtrise du français écrit. Par l'attribution de ce prix, le Conseil veut souligner l'importance de la création littéraire et de la maîtrise de la langue dans la vie culturelle des francophones du Canada hors Québec.

Vers le haut