Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Une plus grande place au français dans les cégeps

2011-04-01

Québec, le 5 avril 2011.Maintenir le libre choix de la langue d'enseignement au cégep tout en visant le renforcement de l'enseignement du français dans l'ensemble du réseau collégial : telle est la substance des recommandations du Conseil supérieur de la langue française (CSLF) contenues dans son avis La langue d'enseignement au cégep rendu public aujourd'hui lors d'une conférence de presse à l'hôtel Hilton Québec.

Ces recommandations s'appuient sur l'analyse de données récentes sur la fréquentation des cégeps de même que sur la réflexion que poursuit le CSLF quant au développement de la cohésion sociale au Québec par l'usage du français, langue commune.

Le CSLF constate que la proportion des allophones qui s'inscrivent aux cégeps de langue française croît constamment. Selon son président, monsieur Conrad Ouellon : « L'obligation faite par la Charte aux parents immigrants d'inscrire leurs enfants à l'école française au primaire et au secondaire produit les fruits escomptés. » On peut aussi affirmer qu'une majorité des étudiants qui s'inscrivent au cégep anglais maîtrisent à des degrés divers la langue française orale, sinon écrite. Le Conseil croit donc que le réseau collégial actuel, avec la présence de cégeps français et anglais, doit être maintenu, de même que le libre choix de la langue d'enseignement. C'est la première recommandation de l'avis.

Les cégeps français et les cégeps anglais doivent par contre parvenir à un meilleur équilibre en ce qui a trait à leurs exigences linguistiques pour que cette recommandation prenne tout son sens. Ainsi, les cégeps français doivent prendre des mesures pour que leurs programmes soient plus attirants pour l'ensemble des élèves québécois. Le soutien linguistique offert aux non-francophones doit être renforcé. Dans le cas des cégeps anglais, leurs exigences linguistiques quant à la langue française doivent être plus élevées que dans le cas de l'anglais, langue seconde, au cégep français. Le français est en effet la langue officielle du Québec et la langue d'usage public commune.

La conservation du libre choix de la langue d'enseignement ne se justifie que si les compétences en langue française des étudiants qui fréquentent les cégeps anglais se maintiennent, voire s'améliorent pendant leurs études collégiales. En clair, le Conseil ne recommande pas le statu quo.

Le texte complet de l'avis est disponible sur le site Internet du CSLF dans la section Avis de la Bibliothèque virtuelle.

Vers le haut