Accéder au contenu principal
La Loi 101 et l'école primaire à clientèle pluriethnique

LA LOI 101
ET L'ÉCOLE PRIMAIRE
À CLIENTÈLE PLURIETHNIQUE

Perceptions des intervenants


Résumé de la publication


Au Québec, jusqu'en 1975, la grande majorité des immigrants inscrivaient leurs enfants dans les écoles de langue anglaise. La législation québécoise sur la langue (loi 22 de 1974 et loi 101 de 1977) est venue modifier cet état de fait en obligeant les nouveaux arrivants à envoyer leurs enfants à l'école de langue française. Cette dernière s'est ainsi vue confrontée à un nouveau défi : accueillir une clientèle dont une forte proportion ne parle pas français et l'intégrer à ses programmes réguliers.

Après presque 15 ans, une question se pose : l'école française a-t-elle su relever ce défi?

Les chercheurs du Centre de recherche en droit public de l'Université de Montréal ont voulu savoir ce qu'en pensent les différents intervenants du système scolaire, responsables de la « francisation » des enfants non francophones. Comme ce sont surtout les écoles de l'île de Montréal qui sont investies de cette nouvelle mission, c'est là que la recherche a été effectuée. Les chercheurs ont interrogé des intervenants à cinq paliers de responsabilité : les personnels scolaires et les directeurs ou directrices d'écoles à clientèle pluriethnique, des administrateurs de six commissions scolaires et du Conseil scolaire de l'île de Montréal, et des fonctionnaires du ministère de l'Éducation.



Cette publication n'est pas disponible pour le moment dans la bibliothèque virtuelle.
Pour la consulter en ligne ou sur support papier, veuillez en faire la demande au Conseil supérieur de la langue française :
418 643-2740 ou cslf@cslf.gouv.qc.ca.

Retour





Free download porn in high quality RGPorn.com - Free Porn Downloads