Accéder au contenu principal
NOTE
Ce texte a été numérisé par un système de reconnaissance optique de caractères.
Des erreurs de lecture peuvent s’y être glissées.

 
Langue et disparités de statut économique au Québec 1970 et 1980

Langue et disparités
de statut économique
au Québec
1970 et 1980





Dossiers du Conseil de la langue française

LES
PUBLICATIONS
DU QUÉBEC



par
François Vaillancourt

Centre de recherche et
développement en économique
Université de Montréal

Étude réalisée
pour le Conseil de la langue française


Québec






Table des matières



Présentation

Introduction

Chapitre 1
Les disparités de statut socio-économique entre groupes linguistiques : les outils d'analyse

1.1 Les données des recensements de 1971 et de 1981
1.2 Les méthodes d'analyse multivariée
1.3 Les variables

Première partie
Les disparités de revenus de travail : 1970-1980

Chapitre 2
Les déterminants des revenus de travail

2.1 Le cadre général d'analyse
2.2 Les attributs linguistiques et les revenus de travail

Chapitre 3
Les effets des attributs linguistiques pour l'ensemble des Québécois

3.1 L'ensemble des Québécois
3.2 Scolarité, expérience et groupes linguistiques

Chapitre 4
Les effets des attributs linguistiques selon l'âge et la scolarité

4.1 Les groupes d'âge
4.2 Les niveaux de scolarité

Chapitre 5
Les effets des attributs linguistiques selon le secteur d'activité et l'occupation

5.1 Le secteur d'activité
5.2 L'occupation

Deuxième partie
Les disparités dans l'activité sur le marché du travail, l'accès aux postes de cadres et les revenus de placements

Chapitre 6
Les attributs linguistiques et la participation au marché du travail

6.1 Le cadre d'analyse
6.2 La participation au marché du travail
6.3 Le nombre de semaines de travail

Chapitre 7
Les attributs linguistiques et l'accession aux postes de cadres

Chapitre 8
Les attributs linguistiques et les revenus de placements

Conclusion

Bibliographie

Annexe A

Définition des variables pour 1971 et 1981

Annexe B

Tableaux croisés

Annexe C

Résultats de régression






Liste des tableaux

Tableau 2-1

Propriétés des divers secteurs de l'économie québécoise, 1961 et 1978

Tableau 2-2

Revenu moyen et part du revenu total par groupe linguistique, tous, 1970 et 1980

Tableau 2-3

Exportations canadiennes et internationales du Québec, 1974 et 1979

Tableau 2-4

Importance du marché francophone pour les entreprises du Québec, 1970 et 1980

Tableau 3-1

Revenus moyens de travail, Québec, hommes et femmes, 1970 et 1980

Tableau 3-2

Effets des attributs individuels de base sur le revenu de travail, Québec, hommes et femmes, 1970 et 1980

Tableau 3-3(a)

Effets des attributs individuels de base et autres sur le revenu de travail, Québec, hommes, 1970 et 1980

Tableau 3-3(b)

Effets des attributs individuels de base et autres sur le revenu de travail, Québec, femmes, 1970 et 1980

Tableau 3-4(a)

Effets des attributs individuels et d'emplois sur le revenu de travail, Québec, hommes, 1970 et 1980

Tableau 3-4(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail, Québec, femmes, 1970 et 1980

Tableau 3-5(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la langue, Québec, hommes, 1970

Tableau 3-5(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la langue, Québec, hommes, 1980

Tableau 3-6(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la langue, Québec, femmes, 1970

Tableau 3-6(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la langue, Québec, femmes, 1980

Tableau 4-1(a)

Revenus moyens selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, hommes, 1970

Tableau 4-1(b)

Revenu moyen selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, hommes, 1980

Tableau 4-2(a)

Revenu moyen selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, femmes, 1970

Tableau 4-2(b)

Revenu moyen selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, femmes, 1980

Tableau 4-3(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'âge, Québec, hommes, 1970

Tableau 4-3(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'âge, Québec, hommes, 1980

Tableau 4-4(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'âge, Québec, femmes, 1970

Tableau 4-4(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'âge, Québec, femmes, 1980

Tableau 4-5

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'âge, Québec, femmes, 1980

Tableau 4-6(a)

Revenu moyen selon la scolarité et les attributs linguistiques, Québec, hommes, 1970

Tableau 4-6(b)

Revenu moyen selon la scolarité et les attributs linguistiques, Québec, hommes, 1980

Tableau 4-7(a)

Revenu moyen selon la scolarité et les attributs linguistiques, Québec, femmes, 1970

Tableau 4-7(b)

Revenu moyen selon la scolarité et les attributs linguistiques, Québec, femmes, 1980

Tableau 4-8(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la scolarité, Québec, hommes, 1970

Tableau 4-8(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la scolarité, Québec, hommes, 1980

Tableau 4-9(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la scolarité, Québec, femmes, 1970

Tableau 4-9(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon la scolarité, Québec, femmes, 1980

Tableau 5-1(a)

Revenu moyen selon le secteur d'activité, Québec, hommes, 1970

Tableau 5-1(b)

Revenu moyen selon le secteur d'activité, Québec, hommes, 1980

Tableau 5-2(a)

Revenu moyen selon le secteur d'activité, Québec, femmes, 1970

Tableau 5-2(b)

Revenu moyen selon le secteur d'activité, Québec, femmes, 1980

Tableau 5-3(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon le secteur d'activité, Québec, hommes, 1970

Tableau 5-3(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon le secteur d'activité, Québec, hommes, 1980

Tableau 5-4(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon le secteur d'activité, Québec, femmes, 1970

Tableau 5-4(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon le secteur d'activité, Québec, femmes 1980

Tableau 5-5(a)

Revenu moyen selon l'occupation, Québec, hommes, 1970

Tableau 5-5(b)

Revenu moyen selon l'occupation, Québec, hommes, 1980

Tableau 5-6(a)

Revenu moyen selon l'occupation, Québec, femmes, 1970

Tableau 5-6(b)

Revenu moyen selon l'occupation, Québec, femmes, 1980

Tableau 5-7(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'occupation, Québec, hommes 1970

Tableau 5-7(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'occupation, Québec, hommes, 1980

Tableau 5-8(a)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'occupation, Québec, femmes, 1970

Tableau 5-8(b)

Effets des attributs individuels sur le revenu de travail selon l'occupation, Québec, femmes, 1980

Tableau 6-1

Participation au marché du travail par groupe linguistique, Québec, hommes et femmes, 1970 et 1980

Tableau 6-2(a)

Participation au marché du travail selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, hommes, 1970

Tableau 6-2(b)

Participation au marché du travail selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, hommes, 1980

Tableau 6-3(a)

Participation au marché du travail selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, femmes, 1970

Tableau 6-3(b)

Participation au marché du travail selon l'âge et les connaissances linguistiques, Québec, femmes, 1980

Tableau 6-4(a)

Participation au marché du travail selon la scolarité et les connaissances linguistiques, Québec, hommes, 1970

Tableau 6-4(b)

Participation au marché du travail selon la scolarité et les connaissances linguistiques, Québec, hommes, 1980

Tableau 6-5(a)

Participation au marché du travail selon la scolarité et les connaissances linguistiques, Québec, femmes, 1970

Tableau 6-5(b)

Participation au marché du travail selon la scolarité et les connaissances linguistiques, Québec, femmes, 1980

Tableau 6-6

Effets des attributs individuels sur la participation au marché du travail, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau 6-7

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleurs et travailleuses, par groupe linguistique, Québec, 1970 et 1980

Tableau 6-8(a)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleurs, par groupe d'âge et groupe linguistique, Québec, 1970

Tableau 6-8(b)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleurs, par groupe d'âge et groupe linguistique, Québec, 1980

Tableau 6-9(a)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleuses, par groupe d'âge et groupe linguistique, Québec, 1970

Tableau 6-9(b)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleuses, par groupe d'âge et groupe linguistique, Québec, 1980

Tableau 6-10(a)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleurs, par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1970

Tableau 6-10(b)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleurs, par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1980

Tableau 6-11(a)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleuses, par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1970

Tableau 6-11(b)

Nombre moyen de semaines travaillées chez les travailleuses, par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1980

Tableau 6-12

Effets des attributs individuels sur le nombre de semaines travaillées, Québec, hommes et femmes, 1970 et 1980

Tableau 7-1

Pourcentage de cadres chez les travailleurs et travailleuses par groupe linguistique, Québec, 1970 et 1980

Tableau 7-2(a)

Pourcentage de cadres chez les travailleurs par groupe linguistique et groupe d'âge, Québec, 1970

Tableau 7-2(b)

Pourcentage de cadres chez les travailleurs par groupe linguistique et groupe d'âge, Québec, 1980

Tableau 7-3(a)

Pourcentage de cadres chez les travailleuses par groupe linguistique et groupe d'âge, Québec, 1970

Tableau 7-3(b)

Pourcentage de cadres chez les travailleuses par groupe linguistique et groupe d'âge, Québec, 1980

Tableau 7-4(a)

Pourcentage de cadres chez les travailleurs par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1970

Tableau 7-4(b)

Pourcentage de cadres chez les travailleurs par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1980

Tableau 7-5(a)

Pourcentage de cadres chez les travailleuses par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1970

Tableau 7-5(b)

Pourcentage de cadres chez les travailleuses par groupe linguistique et scolarité, Québec, 1980

Tableau 7-6

Effets des attributs individuels sur l'accession aux postes de cadres, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau 8-1

Revenus moyens de placements par groupe linguistique, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau 8-2

Proportion de détenteurs et détentrices de revenus de placements selon le groupe linguistique, Québec, 1980

Tableau 8-3(a)

Proportion de détenteurs de revenus de placements selon le groupe linguistique et l'âge, Québec, 1980

Tableau 8-3(b)

Proportion de détentrices de revenus de placements selon le groupe linguistique et l'âge, Québec, 1980

Tableau 8-4(a)

Proportion de détenteurs de revenus de placements selon le groupe linguistique et la scolarité, Québec, 1980

Tableau 8-4(b)

Proportion de détentrices de revenus de placements selon le groupe linguistique et la scolarité, Québec, 1980

Tableau 8-5

Revenus de placements par groupe linguistique, détenteurs et détentrices de placements, Québec, 1980

Tableau 8-6(a)

Revenus moyens de placements des groupes linguistiques, détenteurs de placements par groupe d'âge, Québec, 1980

Tableau 8-6(b)

Revenus moyens de placements des groupes linguistiques, détentrices de placements par groupe d'âge, Québec, 1980

Tableau 8-7(a)

Revenus moyens de placements des groupes linguistiques, détenteurs de placements par niveau de scolarité, Québec, 1980

Tableau 8-7(b)

Revenus moyens de placements des groupes linguistiques, détentrices de placements par niveau de scolarité, Québec, 1980

Tableau 8-8

Pourcentage de propriétaires et valeur des maisons possédées par groupe linguistique, Québec, 1981

Tableau 8-9

Effets des attributs individuels sur la détention de revenus de placements, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau 8-10

Effets des attributs individuels sur les revenus de placements reçus, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau A-1

Variables discontinues et continues recensement de 1971, Québec (Fichier individuel)

Tableau A-2

Construction des variables, recensement de 1971, Québec (Fichier individuel)

Tableau A-3

Variables discontinues et continues, recensement de 1981, Québec (Fichier individuel)

Tableau A-4

Construction des variables, recensement de 1981, Québec (Fichier individuel)

Tableau B-1

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'âge en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-2

Répartition des groupes d'âge par groupe linguistique en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-3

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'âge en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-4

Répartition des groupes d'âge par groupe linguistique en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-5

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'âge en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-6

Répartition des groupes d'âge par groupe linguistique en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-7

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'âge en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-8

Répartition des groupes d'âge par groupe linguistique en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-9

Répartition des groupes linguistiques par niveau de scolarité en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-10

Répartition des groupes linguistiques par niveau de scolarité en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-11

Répartition des groupes linguistiques par niveau de scolarité en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-12

Répartition des niveaux de scolarité par groupe linguistique en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-13

Répartition des groupes linguistiques par niveau de scolarité en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-14

Répartition des niveaux de scolarité par groupe linguistique en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-15

Répartition des groupes linguistiques par niveau de scolarité en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-16

Répartition des niveaux de scolarité par groupe linguistique en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-17

Répartition des groupes linguistiques par secteur d'activité en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-18

Répartition linguistique de l'emploi des secteurs d'activité par groupe en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-19

Répartition des groupes linguistiques par secteur d'activité en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-20

Répartition linguistique de l'emploi des secteurs d'activité par groupe en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-21

Répartition des groupes linguistiques par secteur d'activité en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-22

Répartition linguistique de l'emploi des secteurs d'activité par groupe en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-23

Répartition des groupes linguistiques par secteur d'activité en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-24

Répartition linguistique de l'emploi des secteurs d'activité par groupe en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-25

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'occupation en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-26

Répartition de l'emploi par occupation par groupe linguistique en pourcentage, Québec, hommes, 1970

Tableau B-27

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'occupation en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-28

Répartition de l'emploi par occupation par groupe linguistique en pourcentage, Québec, hommes, 1980

Tableau B-29

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'occupation en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-30

Répartition de l'emploi par occupation par groupe linguistique en pourcentage, Québec, femmes, 1970

Tableau B-31

Répartition des groupes linguistiques par groupe d'occupation en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau B-32

Répartition de l'emploi par occupation par groupe linguistique en pourcentage, Québec, femmes, 1980

Tableau C-1

Résultats de régression, revenu de travail, caractéristiques personnelles de base, Québec, hommes et femmes, 1970 et 1980

Tableau C-2

Résultats de régression, revenu de travail, toutes caractéristiques personnelles, Québec, hommes, 1970 et 1980

Tableau C-3

Résultats de régression, revenu de travail, toutes caractéristiques personnelles, Québec, femmes, 1970 et 1980

Tableau C-4

Résultats de régression, revenu de travail, caractéristiques personnelles et d'emploi, Québec, hommes, 1970 et 1980

Tableau C-5

Résultats de régression, revenu de travail, caractéristiques personnelles et d'emploi, Québec, femmes, 1970 et 1980

Tableau C-6

Résultats de régression, revenu de travail selon la langue, Québec, hommes, 1970

Tableau C-7

Résultats de régression, revenu de travail selon la langue, Québec, hommes, 1980

Tableau C-8

Résultats de régression, revenu de travail selon la langue, Québec, femmes, 1970

Tableau C-9

Résultats de régression, revenu de travail selon la langue, Québec, femmes, 1980

Tableau C-10

Résultats de régression, revenu de travail selon l'âge, Québec, hommes, 1970

Tableau C-11

Résultats de régression, revenu de travail selon l'âge, Québec, hommes, 1980

Tableau C-12

Résultats de régression, revenu de travail selon l'âge, Québec, femmes, 1970

Tableau C-13

Résultats de régression, revenu de travail selon l'âge, Québec, femmes, 1980

Tableau C-14

Résultats de régression, revenu de travail selon la scolarité, Québec, hommes, 1970

Tableau C-15

Résultats de régression, revenu de travail selon la scolarité, Québec, hommes, 1980

Tableau C-16

Résultats de régression, revenu de travail selon la scolarité, Québec, femmes, 1970

Tableau C-17

Résultats de régression, revenu de travail selon la scolarité, Québec, femmes, 1980

Tableau C-18

Résultats de régression, revenu de travail selon l'industrie, Québec, hommes, 1970

Tableau C-19

Résultats de régression, revenu de travail selon l'industrie, Québec, hommes, 1980

Tableau C-20

Résultats de régression, revenu de travail selon l'industrie, Québec, femmes, 1970

Tableau C-21

Résultats de régression, revenu de travail selon l'industrie, Québec, femmes, 1980

Tableau C-22

Résultats de régression, revenu de travail selon l'occupation, Québec, hommes, 1970

Tableau C-23

Résultats de régression, revenu de travail selon l'occupation, Québec, hommes, 1980

Tableau C-24

Résultats de régression, revenu de travail selon l'occupation, Québec, femmes, 1970

Tableau C-25

Résultats de régression, revenu de travail selon l'occupation, Québec, femmes, 1980

Tableau C-26

Résultats de régression probit, participation au marché du travail, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau C-27

Résultats de régression, nombre de semaines travaillées, Québec, hommes et femmes, 1970 et 1980

Tableau C-28

Résultats de régression probit, détention d'un poste de cadre, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau C-29

Résultats de régression probit, détention de revenus de placements, Québec, hommes et femmes, 1980

Tableau C-30

Résultats de régression, niveau du revenu de placements, Québec, hommes et femmes, 1980




Présentation

Le Conseil de la langue française a le devoir de surveiller l'évolution de la situation linguistique quant au statut et à la qualité de la langue. La recherche d'indicateurs permettant de mesurer le mieux possible l'évolution de la situation donne au Conseil des éléments de diagnostic clefs pour soupeser le présent et penser l'avenir, pour conseiller la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française et informer la population.

L'étude de François Vaillancourt, du Centre de recherche et développement en économique (C.R.D.E.) de l'Université de Montréal, n'est pas la première étude réalisée par ou pour le Conseil de la langue française dans le domaine de l'économie et de la langue : l'évolution de la propriété des entreprises, la place des francophones dans la main-d'oeuvre hautement qualifiée, la disparité des revenus selon la langue, l'évolution du bilinguisme dans les offres d'emploi publiées dans les principaux journaux du Québec sont autant de sujets qui ont déjà été traités et pour lesquels il faudra sous peu faire des mises à jour pour constater les progrès réalisés. Tous ces thèmes constituent autant d'indicateurs qui donnent l'heure juste, la vitesse ou l'état des freins de la francisation.

La présente étude de François Vaillancourt circonscrit l'effet des attributs linguistiques sur le revenu des Québécois et apporte un éclairage précieux sur l'évolution des revenus entre 1971 et 1981.

Même si les francophones unilingues et les allophones non bilingues ont des revenus de travail encore inférieurs à ceux des personnes qui connaissent l'anglais, l'écart s'est considérablement rétréci depuis 1971. Par ailleurs, le francophone bilingue est maintenant celui qui est le mieux rémunéré et la rentabilité relative du français au Québec s'est accrue de 1971 à 1981.

Certes, il y a encore des progrès à faire pour que le français soit la langue valorisée sur le marché du travail, la langue de promotion, pour que le français soit un véritable atout économique. Ce n'est qu'au fil du temps, après bien des efforts collectifs, que de tels revirements s'opèrent. L'accroissement important du niveau de scolarité moyen des francophones de 1960 à 1980, le développement du secteur public et parapublic, la croissance de l'emploi du secteur privé dirigé par des francophones, la croissance du revenu disponible détenu par les francophones qui veulent le dépenser en français, la poussée du nationalisme québécois en matière linguistique, voire en matière économique, ont créé et créent un climat propice à la promotion du français.

Si dans tous ces domaines le Québec continue sa lente progression, il ne fait pas de doute que la rentabilité économique du français ne pourra que s'accroître.

Pierre MARTEL
Président




Introduction

Les écarts de statut socio-économique entre anglophones et francophones du Québec remontent à plus de 200 ans. Ce n'est cependant que depuis 1960 que l'on a cherché à en mesurer l'importance et à en identifier les causes de la façon la plus scientifique possible. Une meilleure connaissance de ce phénomène est probablement un des facteurs qui a amené le gouvernement québécois à intervenir de diverses façons (commissions d'enquête, législation, ...) dans le domaine linguistique.

L'objectif de ce travail est de faire le point sur l'importance des écarts de statut socio-économique entre groupes linguistiques au Québec à l'aide de données récentes et complètes. Ceci nous semble opportun, d'une part, parce qu'il est utile pour les décideurs publics et la communauté québécoise de disposer des données les plus récentes sur ce sujet et, d'autre part, parce que la remise en question du rôle de réglementation de l'État pourrait avoir des incidences dans ce domaine. Nous ferons le point en utilisant à la fois des tableaux croisés et des techniques d'analyse multivariée pour examiner tout d'abord les revenus de travail, indicateur usuel de disparités socio-économiques puis, en second lieu, trois autres indicateurs, soit la participation au marché du travail, l'accès aux postes de cadres et les revenus de placements. Les tableaux croisés nous permettront de connaître les écarts entre groupes linguistiques, pour ces indicateurs, tandis que les analyses multivariées nous permettront d'examiner l'effet propre des attributs linguistiques sur les indicateurs.

Cette étude se divise en huit chapitres. Dans le premier chapitre, nous présentons les données, les méthodes d'analyse et les variables utilisées dans l'étude. Suivent quatre chapitres qui constituent la première partie de l'étude et qui portent sur les disparités des revenus de travail. On y présente tout d'abord le cadre d'analyse puis des résultats sur les écarts de statut, premièrement pour l'ensemble des Québécois, puis pour des sous-groupes constitués à l'aide d'un des cinq critères suivants : la langue maternelle, l'âge, la scolarité, le secteur d'activité et l'occupation. Les trois derniers chapitres formant la seconde partie de l'étude portent respectivement sur le fait de travailler ou non et sur le nombre de semaines travaillées, sur le fait d'occuper ou non un poste de cadre et sur le fait de recevoir ou non des revenus de placements et sur le montant de ceux-ci.

Nos résultats sont obtenus à partir des données recueillies lors des recensements de 1971 et de 1981, soit les deux grands recensements dont les données étaient disponibles au moment de l'étude. Les données sur les revenus portent cependant sur 1970 et 1980.

Nous avons choisi de présenter séparément l'analyse des revenus de travail et celles portant sur deux autres indicateurs liés au marché du travail, soit la participation du travail et l'accès aux postes de cadres pour faciliter les comparaisons avec les études antérieures qui portent presque toutes uniquement sur les revenus de travail.





Chapitre 1
Les disparités de statut socio-économique
entre groupes linguistiques :
les outils d'analyse

Dans ce premier chapitre, nous présentons les données (1.1), les méthodes d'analyse multivariée (1.2) et les variables utilisées (1.3) dans l'étude pour mesurer le statut socio-économique des groupes linguistiques au Québec.

1.1 Les données des recensements de 1971 et de 1981

Les données individuelles utilisées dans cette étude sont tirées des réponses aux recensements du Canada de 1971 et 1981.

Le recensement de 19711 porte sur la population canadienne en date du 1er juin 1971. La principale méthode de cueillette utilisée (couvrant 98 % des habitants du Canada) a été l'autodénombrement. Les recenseurs livraient à domicile un questionnaire qui était ensuite rempli par le ménage puis retourné par la poste. Deux tiers des ménages ont reçu le questionnaire abrégé (17 questions) et un tiers ont reçu le questionnaire complet (69 questions). L'échantillon que nous utilisons est tiré de l'ensemble des questionnaires complets.

Le recensement de 19812 porte sur la population canadienne en date du 3 juin 1981. On a utilisé à nouveau l'autodénombrement comme méthode de cueillette de l'information. Quatre cinquièmes des ménages ont reçu le questionnaire abrégé (12 questions) et un cinquième, le questionnaire complet (41 questions). L'échantillon que nous utilisons est tiré de l'ensemble des questionnaires complets.

La qualité de ces données est dans l'ensemble fort élevée. On doit cependant noter que, si des questions telles que celles sur l'âge ou le sexe d'un individu ne laissent pas de place à la subjectivité, celles sur les langues et, en particulier, sur la connaissance des langues officielles font appel à une appréciation subjective par le répondant de ses capacités linguistiques.

Pour 1971 et 1981, Statistique Canada a produit des bandes échantillonnales à grande diffusion dont l'une contient des données individuelles. En 1971, Statistique Canada a retenu un échantillon de 1 % de la population canadienne3, soit 60 280 résidants du Québec tandis que, pour 1981, Statistique Canada a retenu un échantillon de 2 % de la population canadienne4, soit 128 768 résidants du Québec. Cette augmentation de la fraction échantillonnale permet de se livrer à des analyses plus fines pour 1981 que pour 1971.

Les données des deux recensements sont dans l'ensemble fort comparables. On doit cependant noter les différences suivantes5.

Langue maternelle

Les réponses multiples à la question sur la langue maternelle ont été traitées différemment en 1971 et en 1981 par Statistique Canada lors des activités de codage pour fin d'attribution d'une langue maternelle. On note cependant qu'il y a peu de ces réponses (2,4 % en 1981).

Langue officielle

En 1971, Statistique Canada présumait, lors des activités de codage, qu'un individu déclarant l'anglais ou le français comme langue matemelle ou comme langue d'usage, avait une connaissance suffisante de cette langue au sens de la question sur les langues officielles. S'il ne l'avait pas indiqué comme langue officielle, on faisait alors la correction. En 1981, cette présomption et la correction qui en découle ne s'appliquent que lorsqu'il s'agit de la « langue parlée à la maison ».

Pour obtenir des résultats comparables entre les données de 1971 et celles de 1981, nous devons effectuer un certain nombre de regroupements décrits à la section 3.1.

1.2 Les méthodes d'analyse multivariée

On peut utiliser les données des recensements pour préparer des tableaux à une ou deux (ou plus de deux) dimensions. Ces tableaux nous fournissent alors de l'information sur les revenus moyens de travail ou le nombre moyen de semaines travaillées par groupe linguistique, pour diverses caractéristiques telles que l'âge ou la scolarité. Des tableaux de ce type seront utilisés dans cette étude pour nous permettre de connaître les effets bruts associés à l'une ou l'autre caractéristique individuelle; il s'agit des effets d'une caractéristique calculés sans tenir compte des effets des autres caractéristiques. Par exemple, les écarts entre les revenus moyens des divers groupes linguistiques ne tiennent pas compte du fait qu'une partie de ces écarts peut être due à des différences dans la scolarité ou l'expérience de travail des individus. Ce n'est que lors du calcul des effets propres à chaque variable que l'on peut dégager l'effet de chaque caractéristique individuelle prise isolément.

Afin de calculer les effets propres d'un attribut, nous utilisons une méthode d'analyse multivariée qui nous permet de cerner la relation fonctionnelle suivante :

Y = fonction (E, L, S)
Y représente soit les revenus de travail, le nombre de semaines travaillées, le fait de participer ou non au marché du travail, le fait d'être cadre ou non, ...
E représente l'expérience;
L correspond aux attributs linguistiques de l'individu;
S signifie le niveau de scolarité.

Cette fonction est cependant trop générale pour qu'on puisse l'utiliser pour déterminer le lien exact entre nos variables indépendantes et notre variable dépendante. Pour cela, il faut spécifier la forme fonctionnelle exacte (linéaire, quadratique, ...) retenue. Dans cette étude, nous utiliserons une forme fonctionnelle telle que :

Y = ß01E2L3S

L'effet propre de chacune des caractéristiques sur la variable dépendante est donné par les valeurs de ß1, ß2 et ß3. Il faut donc calculer la valeur de ces coefficients. Les méthodes d'estimation que nous pouvons utiliser diffèrent selon la nature de la variable dépendante (continue ou dichotomique). De façon générale, on peut comprendre leur fonctionnement à l'aide de l'exemple qui suit.

Supposons que les revenus de travail s'expliquent uniquement par le nombre d'années de scolarité. Nous pouvons alors représenter chaque individu (chaque observation) sur un graphique à deux dimensions avec les revenus de travail sur l'axe vertical et le nombre d'années de scolarité sur l'axe horizontal.

L'examen de ce graphique nous indique qu'une relation positive semble exister entre le nombre d'années de scolarité et les revenus de travail. Pour obtenir les paramètres exacts de cette relation — l'ordonnée à l'origine et la pente, soit ß0 et ß31 et ß2 dans notre équation égalant ici zéro par hypothèse) — , nous ajustons une droite parmi le nuage de points de façon à ce que la somme des distances verticales au carré entre les points et la droite soit minimisée. Le degré d'ajustement d'une équation donnée par



rapport au nuage de points est fourni par la statistique R2 qui peut prendre des valeurs allant de 0 à 1. Plus le R2 s'approche de 1, plus l'ajustement entre l'équation et le nuage de points est bon. Cette statistique, qui apparaît dans les tableaux du texte sous le vocable « % d'explication », nous indique quelle est la part de la variance des revenus individuels de travail qui est expliquée par l'équation. Nous considérons que, pour une étude en coupe instantanée6, un R2 de 0,1 est acceptable. Lorsque plus d'une variable explicative affecte le comportement d'une variable dépendante, c'est un plan (deux variables) ou un hyperplan (trois variables et plus) que l'on ajuste selon le même principe dans un nuage de points maintenant multidimensionnel.

Nous utiliserons également dans cette étude un autre critère statistique, soit le niveau de signification des coefficients. Cet indicateur, établi à l'aide de la statistique t, nous permet de déterminer si une variable indépendante a un effet différent ou non de zéro sur une variable dépendante. Dans nos tableaux de résultats, la valeur zéro associée à une variable indépendante indique que cette variable n'a pas d'effet significatif sur la variable dépendante7.

Le choix de la technique d'analyse multivariée utilisée pour déterminer l'effet net (toutes choses étant égales par ailleurs) des variables explicatives sur une variable dépendante repose sur la nature de cette dernière. Il y a premièrement les variables telles que « participation ou non au marché du travail » ou « revenu de placement ou non » qui sont de nature dichotomique. Ce type de variable dépendante peut prendre uniquement les valeurs 0 ou 1; les erreurs résiduelles ne suivent donc pas une distribution dite normale. Nous avons donc choisi, dans ces cas, d'utiliser le probit8 comme méthode d'estimation. La méthode probit transforme le modèle initial en une fonction de distribution cumulative normale et estime cette fonction non linéaire par la méthode du maximum de vraisemblance. Cela nous permet d'obtenir des coefficients qui sont convergents asymptotiquement, c'est-à-dire non biaisés pour les grands échantillons. Les coefficients que nous désirons obtenir doivent nous indiquer de combien varie la probabilité que la variable dépendante prenne la valeur 1 lorsqu'un événement se produit. Les coefficients obtenus par la méthode probit ne nous donnent pas directement ce résultat. Nous devons pour cela leur faire subir certaines transformations9. Pour une variable indépendante continue, la différentielle de probabilité obtenue de ces transformations nous indique de combien varie la probabilité, par exemple, de participer au marché du travail lorsque la valeur prise par cette variable explicative varie d'un montant donné. Pour une variable indépendante dichotomique ou polytomique, la différentielle de probabilité indique de combien varie la probabilité de participer au marché du travail si l'événement représenté par cette variable se produit.

Deuxièmement, il y a les variables dépendantes continues comme les revenus de travail, les semaines travaillées et les revenus de placements. Dans ce cas, l'effet des caractéristiques individuelles sur ces variables peut s'estimer par la méthode des moindres carrés ordinaires10. Cette méthode s'applique lorsqu'on peut supposer, entre autres, la normalité de la distribution des erreurs résiduelles du modèle. Dans ce cas, le coefficient d'une variable indépendante continue indique de combien varient les revenus ou le nombre de semaines travaillées lorsque cette variable varie d'une unité. Quant à une variable indépendante dichotomique ou polytomique, son coefficient mesure l'impact sur la variable dépendante si l'événement représenté par cette variable indépendante se produit.

1.3 Les variables

Nous présentons ci-après les variables utilisées dans cette étude. On retrouve à l'annexe A la description exacte de chaque variable selon les codes utilisés sur les bandes de données du recensement et à l'annexe B un ensemble de tableaux donnant le nombre de cas pour les huit groupes linguistiques retenus et recoupés selon diverses caractéristiques. On note que tous nos travaux portent sur les individus de 15 ans et plus. L'expression « catégorie omise » est utilisée lors de la présentation des variables explicatives dichotomiques ou polytomiques. Elle désigne la catégorie qui est exclue, car servant de point de référence à des fins statistiques. Elle n'est cependant pas omise à des fins d'analyse. Nous présentons tout d'abord les variables dépendantes puis les variables indépendantes en commençant par les variables linguistiques.

Revenu de travail

La variable « revenu de travail » correspond au logarithme naturel des gains totaux de travail. Ceux-ci sont la somme des salaires et traitements et des revenus provenant d'un travail autonome, en dollars courants.

Travail ou non

Cette variable prend la valeur 1 quand le répondant a travaillé au moins une semaine pendant l'année de référence et la valeur 0 autrement.

Semaines travaillées

En 1981, le nombre de semaines travaillées est égal à sa valeur réelle pour les individus ayant travaillé 48 semaines ou moins. Si l'individu a travaillé plus de 49 semaines, la variable prend la valeur 52 comme suggéré par Statistique Canada. En 1971, le nombre de semaines travaillées n'est disponible que sous forme d'intervalle. Nous avons alors utilisé les données de 1981 pour calculer le nombre moyen de semaines travaillées à l'intérieur de ces intervalles pour chaque individu. Ce sont ces moyennes que nous avons attribuées aux données de 1971. Les valeurs que prend la variable « semaines travaillées » en 1971 sont donc : 8,02 pour 1-13, 20,63 pour 13-26, 32,44 pour 26-39, 42,83 pour 40-49 et 51,68 pour 49-52 semaines travaillées.

Cadre ou non

Cette variable prend la valeur 1 lorsque le répondant est un cadre (catégorie 11 de la classification des professions de 1971). Elle prend la valeur O autrement.

Revenu de placements positif ou nul

Cette variable est égale à 1 lorsque la valeur du revenu de placements est positive et à 0 lorsque la valeur du revenu de placements est nulle. Cette variable n'est disponible qu'en 1981.

Valeur du revenu de placements

Cette variable correspond à la valeur réelle du revenu de placements des répondants. Cette variable n'est disponible qu'en 1981.

Langue

Cette variable polytomique a été construite à partir des variables de langue maternelle et de la connaissance des langues officielles. Nous avons formé huit groupes linguistiques distincts : les anglophones unilingues, les anglophones bilingues, les francophones unilingues (catégorie omise), les francophones bilingues, les allophones parlant l'anglais (allophones anglophones), les allophones parlant le français (allophones francophones), les allophones parlant les deux langues officielles (allophones bilingues) et les allophones ne parlant aucune des deux langues officielles (allophones autres).

Âge

Cette variable est continue. En 1981, elle est égale à l'âge réel du répondant si celui-ci a moins de 85 ans. Sinon, la variable âge prend la valeur 85. En 1971, elle peut prendre la valeur O à 111.

Expérience

La variable continue « expérience » a été construite à partir des variables d'âge et de scolarité. La relation est la suivante :

expérience = âge - (scolarité + 6).


Niveau de scolarité

Cette variable polytomique est construite à partir du plus haut niveau de scolarité atteint et du nombre d'années d'études universitaires. Nous y retrouvons les catégories suivantes : 1re à 4e année du primaire (catégorie omise), 5e à 8e année du primaire, 9e et 10e années (début du secondaire), 11e à 13e année (fin du secondaire), 1re et 2e années universitaires, 3e et 4e années universitaires et plus de cinq années universitaires. On retrouve à l'annexe A les niveaux de scolarité utilisés lors du calcul de l'expérience.

Statut matrimonial

Cette variable polytomique est construite de façon à distinguer les célibataires, les individus mariés (catégorie omise), les veufs et les individus divorcés ou séparés.

Religion

Cette variable polytomique compte cinq catégories : catholique (catégorie omise), protestante, juive, autres religions et aucune religion.

Origine ethnique

Cette variable polytomique compte cinq catégories d'origine ethnique soit : britannique (catégorie omise), canadienne-française, européenne, non blanche (asiatique, noire) et autres.

Mobilité

Cette variable polytomique nous permet de faire la distinction entre les répondants qui habitaient au Québec (catégorie omise), ceux qui habitaient dans une autre province canadienne et ceux qui habitaient à l'étranger il y a cinq ans.

Zone métropolitaine

Cette variable dichotomique représente le fait d'habiter dans une zone métropolitaine; les individus qui n'y résident pas forment la catégorie omise.

Secteur d'activité

Cette variable polytomique compte dix catégories de secteurs d'activité suivant la classification de Statistique Canada pour 1971. On retrouve les catégories suivantes : agriculture (catégorie omise); autres activités primaires; manufacturier; construction; transport, communication et utilités publiques; commerce; finance et assurances; services; gouvernement et enfin, les activités indéterminées.

Occupation

Cette variable polytomique compte 14 catégories distinctes d'occupations suivant la classification de Statistique Canada pour 1971. Les catégories sont : cadre; génie et sciences; sciences sociales; enseignement; santé et médecine; arts; bureau et travail administratif; vente et commerce; services; agriculture, élevage et autres occupations primaires; production; construction; transport et, enfin, diverses occupations (catégorie omise).

Présence d'enfant(s)

Nous avons utilisé deux variables dichotomiques distinctes pour tenir compte de la présence d'enfant(s) au sein du ménage de l'individu. La première identifie la présence d'enfant(s) d'âge préscolaire (moins de six ans) et, la seconde, la présence d'enfant(s) d'âge scolaire (six ans et plus). Cette variable n'est utilisée que pour 1981.

Ces données, méthodes d'analyse et variables seront utilisées aux chapitres 3 à 8 inclusivement. Présentons maintenant le cadre d'analyse auquel nous nous référons dans nos analyses présentées aux chapitres 3 à 5.


1 Pour plus de détails, voir : Revue générale, recensement du Canada 1971, Statistique Canada (99-740), 1976. [retour au texte]

2 Pour plus de détails, voir : Guide sommaire population échantillon, recensement du Canada 1981, Statistique Canada (99-903), 1984. [retour au texte]

3 Donc 3 % des questionnaires complets. [retour au texte]

4 Donc 10 % des questionnaires complets. [retour au texte]

5 Pour plus de détails, voir : Guide sommaire population totale (99-902) et Guide sommaire population échantillon (99-903), recensement du Canada 1981, Statistique Canada, 1984. [retour au texte]

6 Étude d'un comportement à un moment précis. [retour au texte]

7 À l'annexe C, nous rapportons tous les coefficients et les statistiques t qui leur sont associées. [retour au texte]

8 Nous utilisons la méthode probit disponible sur le Cyber de l'Université de Montréal (Package Prolo). [retour au texte]

9 Les coefficients obtenus avant les transformations sont rapportés à l'annexe C. [retour au texte]

10 Nous avons procédé à l'estimation par moindres carrés ordinaires à l'aide du programme S.P.S.S. tel que disponible sur le Cyber de l'Université de Montréal. [retour au texte]






haut
Free download porn in high quality RGPorn.com - Free Porn Downloads