Accéder au contenu principal
 

 
Les choix linguistiques des travailleurs immigrants et allophones : Rapport d'une enquête réalisée en 1991

Les choix
linguistiques
des travailleurs
immigrants et
allophones

Rapport d'une enquête
réalisée en 1991
Daniel Monnier


Annexe B


Construction des indices
et statistiques complémentaires




b1) Connaissance du français et de l'anglais à l'arrivée
b2) Connaissance actuelle du français et de l'anglais
b3) Indice d'utilisation des langues au travail
b4) Indice d'utilisation des langues dans la consommation des biens et services
b5) Indice d'utilisation du français et de l'anglais dans la consommation des médias
b6) Indice d'utilisation de la langue maternelle dans la consommation des médias
b7) Indice de composition linguistique du milieu de résidence
b8) Indice de composition linguistique des contacts à l'intérieur de l'entreprise
b9) Indice global d'utilisation des langues
b10) Indice de disposition à l'égard de la promotion du français
b11) Classification des langues par familles
b12) Classification des pays d'origine selon un critère géolinguistique
b13) Analyse multivariée
b14) Tableaux supplémentaires





b1) CONNAISSANCE DU FRANÇAIS ET DE L'ANGLAIS À L'ARRIVÉE

Utilisation des questions Q55C et Q56C.
Recodage en 2 points de l'échelle à 5 points.
Aucunement, très difficilement assez difficilement Catégorie 1
Assez facilement, très facilement Catégorie 2
Ne parlent ni le français, ni l'anglais (Q55C - Q56C) Combinaison 1-I
Parlent le français, pas l'anglais Combinaison 2-1
Parlent l'anglais, pas le français Combinaison 1-2
Parlent le français et l'anglais Combinaison 2-2


b2) CONNAISSANCE ACTUELLE DU FRANÇAIS ET DE L'ANGLAIS

Utilisation des questions Q6C Q6D Q7C Q7D.
Composition de l'indice :
si (q_6c < ou = 3 et q_7c < ou = 3) Parle ni français ni anglais (facilement)
si (q_6c < ou = 3 et q_7c > ou = 4) Ne parle pas français
si (q_6c > ou = 4 et q_7c < ou = 3) Ne parle pas anglais
si (q_6c > ou = 4 et q_7c > ou = 4) Parle français et anglais
si (q_6d > ou = 4 et q_7d > ou = 4) Parle et écrit français et anglais


b3) INDICE D'UTILISATION DES LANGUES AU TRAVAIL

Il y a plusieurs façons de construire un indice d'utilisation des langues au travail. Le plus important est de s'interroger sur la signification des données recueillies avant d'adopter une méthode de construction. Nous disposions au départ de deux types de données relatives à la langue de travail. D'abord, une série de questions (Q45a à Q49) couvrant diverses circonstances d'usage de la langue orale ou écrite au travail, questions qui demandaient au répondant de préciser la langue qu'il parlait le plus souvent dans chacune de ces circonstances. De fait, le répondant pouvait opter pour sept possibilités (français, anglais, langue maternelle, français et anglais également, français et langue maternelle également, anglais et langue maternelle également, français, anglais et langue maternelle également). L'expression « le plus souvent » n'est pas une catégorie précise, mais indique l'impression du répondant qu'une des formules est dominante. La réponse de l'interviewé peut varier en fonction de la circonstance de communication (par exemple, parler à son supérieur immédiat ou à ses collègues), mais le questionnaire ne nous renseigne pas sur le temps alloué à chacune des activités de communications, élément difficilement accessible par téléphone auprès d'un échantillon de personnes d'origines très diverses.

Par ailleurs, le questionnaire demandait au répondant d'estimer le pourcentage d'utilisation du français, de l'anglais et de sa langue d'origine au travail de façon globale. Des chercheurs peuvent diverger d'opinion sur la fiabilité des deux types de données (langue utilisée le plus souvent pour sept circonstances ou pourcentage d'utilisation globalement). Nous avons décidé de constituer l'indice en fonction du premier type pour les raisons suivantes :

  • Le pourcentage global d'utilisation d'une langue peut être fiable lorsque les usages linguistiques sont polarisés et mettent en cause moins de langues et moins de types de communications. Il n'est pas évident que les usages linguistiques d'immigrés allophones se prêtent à ces conditions. Un calcul mental requis en peu de temps lors d'une entrevue téléphonique comporte probablement une marge d'erreur assez importante. De plus, la pression sociopolitique s'exerçant au Québec en faveur de l'usage du français peut conduire une partie des répondants non francophones à surestimer leur usage du français.

  • La langue parlée le plus souvent n'est pas une notion précise. L'usage principal d'une langue peut être absolu (plus de 50 % du temps) ou relatif (plus important que la somme des autres langues sans nécessairement atteindre 50 %). Le seuil de 50 % est une catégorie d'analyse qui semble précise, mais, pour le répondant, il s'agit d'une approximation qui comporte sûrement une marge d'erreur.

  • Considérant ces aspects de la question, il nous apparaît plus prudent de composer un indice reposant sur la langue parlée le plus souvent et de tenir compte des diverses circonstances de communications. Le pourcentage d'utilisation peut donner l'illusion que nous traitons d'une donnée précise alors qu'elle ne l'est pas, tandis que la langue utilisée le plus souvent, une donnée de type ordinal, permet de conserver aux données l'imprécision qui a marqué la démarche d'estimation du répondant.

Construction de l'indice

Utilisation des questions Q45A, b, C, D, E, Q48, Q49 :

- Si le français est la langue parlée le plus souvent : 100 points
- Si l'anglais : - 100 points1
- Si langue maternelle ou égalité français et anglais ou égalité langue maternelle, français, anglais : 1 point
- Si égalité français et langue maternelle : 50 points
- Si égalité anglais et langue maternelle : - 50 points
- Valeurs manquantes : 0 point


Somme pour toutes les questions, divisée par le nombre d'activités (par exemple, s'il n'est pas en contact avec la clientèle, il manque une activité) et multipliée par 7 (nombre total d'activités possibles). Le temps alloué à chacune des activités n'est pas considéré. Cette information a été jugée trop complexe pour être incluse au questionnaire. Toutefois, la variation de l'usage des langues au travail selon le type de communications n'est pas très importante (voir le tableau IV.1 et les graphiques IV.2 et IV.3 du rapport), ce qui rend le facteur temps négligeable.

Catégories utilisées dans l'analyse

- Travaillent surtout en français : entre 467 et 550 points
- Plutôt en français : entre 234 et 466 points
- Mixte (langue d'origine, français, anglais) :
entre 233 et - 233 points
- Plutôt en anglais : entre - 234 et - 466 points
- Surtout en anglais : entre - 467 et - 550 points


Analyse de fiabilité

Nous présentons cette analyse pour trois configurations de communications de travail. Voir, au début des analyses, la liste des variables en cause et le nombre de cas correspondant à cette configuration.

CONFIGURATION I

1. Q_45A........................supérieur immédiat
2. Q_45b........................collègues
3. Q_45C........................subalternes
4. Q_48..........................lire au travail
5. Q_49..........................écrire au travail
6. SEPLGTR2.................indice

 
Tableau


CONFIGURATION II

1. Q_45A.........................supérieur immédiat
2. Q_45b.........................collègues
3. Q_45D.........................clients et fournisseurs
4. Q_48..........................lire au travail
5. Q_49..........................écrire au travail
6. SEPLGTR2......................indice

 
Tableau


CONFIGURATION III

1. Q_45A.........................supérieur immédiat
2. Q_45b.........................collègues
3. Q_45D.........................subalternes
4. Q_45C.........................clients et fournisseurs
5. Q_45E.........................représentants syndicaux
6. Q_48..........................lire au travail
7. Q_49..........................écrire au travail
8. SEPLGTR2......................indice

 
Tableau


On constate qu'en général, les corrélations avec les questions portant sur la langue écrite et sur la langue des communications avec les clients sont moins élevées. Les données brutes (tableau IV.1 et graphiques IV.1 et IV.2) montrent que l'usage de la langue d'origine est plus marginal pour ces activités. Les coefficients ALPHA sont partout satisfaisants.

Analyse de cohérence

Le tableau b3A, qui fait le croisement des données relatives au pourcentage d'utilisation des langues (Q47A,b,C) avec l'indice composé, montre que les cas aberrants (cellules soulignées dans le tableau) ne dépassent pas 13 % si un critère sévère (la catégorie « égal » est considérée) est adopté et 7 % si l'on ne tient pas compte des contradictions absolues. Le tableau b3b, basé sur la cohérence de la domination de l'anglais, montre encore moins d'aberrations (10,2 % ou 5,3 %). Considérant que le répondant fournit des approximations autant lorsqu'il répond en fonction d'un pourcentage d'utilisation qu'en fonction de la langue utilisée le plus souvent, nous sommes d'avis que le taux d'aberration est acceptable.

 
Tableau b3A
INDICE D'UTILISATION DES LANGUES AU TRAVAIL
PAR LE POURCENTAGE D'UTILISATION DU FRANÇAIS


 
Tableau b3b
INDICE D'UTILISATION DES LANGUES AU TRAVAIL PAR LE POURCENTAGE D'UTILISATION DE L'ANGLAIS


b4)

INDICE D'UTILISATION DES LANGUES DANS LA CONSOMMATION DES bIENS ET SERVICES

Utilisation des questions Q12b à Q13D.

Technique de construction identique à celle de la langue de travail, sauf qu'il y a une activité de plus et un total de 800 points possibles.

Analyse de fiabilité

1. Q_12b.........................boucherie
2. Q_12C.........................boulangerie
3. Q_12D.........................banque
4. Q_12F.........................magasin à rayons
5. Q_13A.........................hôpital
6. Q_13b.........................bureau de placement
7. Q_13C.........................services administratifs de l'école
8. Q_13D.........................centre de services sociaux
9. OCTCONS2................indice

 
Tableau


On constate une variation assez sensible des intercorrélations entre les questions constituant l'indice, mais la corrélation demeure partout importante. Les variations sont dues surtout à l'usage de la langue d'origine dans les communications avec les petits commerces (voir le tableau IV.20 du rapport).

b5)

INDICE D'UTILISATION DU FRANÇAIS ET DE L'ANGLAIS DANS LA CONSOMMATION DES MÉDIAS

Utilisation des questions Q15A1 à Q16C3.

Un pourcentage d'heures d'écoute ou de lecture en français et en anglais et dans leur langue d'origine est fait pour la somme des médias : journal, radio, télévision, livre, revue, musique.

Indice utilisé dans l'analyse

- Surtout en français : % en français égal ou supérieur à 66
- Plutôt en français : % en français inférieur à 66, mais égal ou supérieur à 50 %
- Mixte (langue d'origine, fr., angl.) : combinaison où le français et l'anglais ne sont pas majoritaires (présence de la langue d'origine)
- Plutôt en anglais : % en anglais inférieur à 66, mais égal ou supérieur à 50 %
- Surtout en anglais : % en anglais égal ou supérieur à 66


Analyse de fiabilité

Configuration considérant toutes les activités = 1 453 cas

1. LECJOFR......................% d'heures de lecture de journaux en français
2. RAFR............................d'écoute de la radio
3. TVFR............................d'écoute de la télévision
4. LIVFR...........................de lecture de livres
5. REVFR..........................de lecture de revues
6. MUSFR.........................d'écoute de musique (vocale)
7. ZEROMED....................indice

 
Tableau


b6)

INDICE D'UTILISATION DE LA LANGUE MATERNELLE DANS LA CONSOMMATION DES MÉDIAS

Calcul du % de temps alloué à la langue maternelle pour les six médias en cause.

Recodage en quatre catégories : - utilisation nulle;
- moins de 10 %;
- 11 % à 33 %;
- 34 % et plus.


b7)

INDICE DE COMPOSITION LINGUISTIQUE DU MILIEU DE RÉSIDENCE

Utilisation des questions Q9A, Q9b, Q9C et Q9D.
Regroupement des questions Q9A et Q9b en deux points : moins de 50 % francophone ou anglophone, 50 % et plus francophone ou anglophone.
Moyenne de pourcentage pour les questions Q9C et Q9D.

Catégories utilisées dans l'analyse :

- majorité francophone : si francophones sont 50 % et plus;
- majorité anglophone : si anglophones sont 50 % et plus;
- mi-francophone, mi-anglophone : si % francophones = % anglophones;
- mixte, plus de 30 % allophones : si non majorité absolue des francophones et anglophones et plus de 30 % d'allophones;
- indéterminée : si proportion indéterminée des divers groupes et moins de 30 % d'allophones.


b8)

INDICE DE COMPOSITION LINGUISTIQUE DES CONTACTS À L'INTÉRIEUR DE L'ENTREPRISE

Utilisation des questions Q41A à Q41D.
Calcul des % de chaque groupe :
% de francophones = Q41A/(Q41A + Q41b+(100-(Q41A + Q41b))2;
% d'anglophones = Q41b/(Q41A +Q41b+(100-(Q41A + Q41b));
% d'allophones = (100 -(Q41A +Q41b))/(Q41A + Q41b +(100(Q41A + Q41b)).

Catégories utilisées dans l'analyse :

- pluralité francophone : le % des francophones est supérieur à celui des anglophones et à celui des allophones;
- pluralité anglophone : le % des anglophones est supérieur à celui des francophones et à celui des allophones;
- pluralité allophone : le % des allophones est supérieur à celui des francophones et à celui des anglophones;
- mixte ou égalité des trois groupes : chacun des groupes représente 33 %;
- indéterminée : la proportion d'un des groupes est inconnue.


b9) INDICE GLObAL D'UTILISATION DES LANGUES

Utilisation des indices d'utilisation des langues au travail, dans la consommation et pour les médias.
Recodage en trois points : 1 = surtout ou plutôt en français, 2 = usages mixtes, 3 = plutôt ou surtout en anglais.
Transformation en codes géométriques et décimaux : les possibilités varient entre 111 et 444.

Catégories utilisées dans l'analyse :

- plutôt en français dans les trois contextes : code 111;
- plutôt en français dans deux contextes sur trois : codes où 1 apparaît deux fois;
- plutôt en anglais dans les trois contextes : code 222;
- plutôt en anglais dans deux contextes sur trois : codes où 2 apparaît deux fois;
- usages mixtes ou langue d'origine deux fois sur trois : codes où 4 apparaît deux fois ou dont les trois chiffres sont différents.


b10)

INDICE DE DISPOSITION À L'ÉGARD DE LA PROMOTION DU FRANÇAIS

Utilisation des questions Q17A Q17b Q23A Q23D Q23E.

Recodage de chacune des questions en trois points exprimant une disposition soit favorable, soit défavorable, soit neutre à l'égard de la promotion du français et addition de toutes les questions (5). Les questions 17 ont été recodées : 1 et 5 = 1, 2 et 6 = -1, les autres catégories ont reçu 0. Les questions 23 ont été recodées : 1 et 2 = 1, 3 et 4 = -1, ne sais pas = 0. L'indice varie de 5 à -5.

Catégories utilisées dans l'analyse :

- favorable au français : entre 1 et 5 points;
- défavorable ou neutre : entre 0 et -5 points.


Analyse de fiabilité

1. Q_17A.........................Langue préférée pour faire son travail
2. Q_17b.........................Langue préférée pour faire ses courses
3. Q_23A.........................Obligation de fréquenter l'école française
4. Q_23D.........................Le français doit être la langue de travail
5. Q_23E.........................Le français doit être la langue des magasins

 
Tableau


La question Q23A est plus faiblement reliée aux autres questions. Nous la conservons tout de même dans l'indice, puisque la corrélation demeure positive et que le principe en cause (l'obligation de fréquenter l'école française) est un aspect important de l'attitude envers la promotion du français. Des analyses de fiabilité supplémentaires ont montré que les questions Q18A, Q19 et Q23b ne pouvaient pas entrer dans la construction de l'indice.

b11) CLASSIFICATION DES LANGUES PAR FAMILLES

code nombre code nombre
FRANÇAIS 112 134
ANGLAIS 103 96
ITALIEN 119 855
AUTRES LANGUES LATINES
basque 233 1 portugais 128 215
catalan 169 3 roumain 130 44
espagnol 111  425 autres 142 1
LANGUES EUROPÉENNES NON LATINES
afrikaneer 166 2 estonien 148 4
allemand 101 86 finlandais (finois) 157 6
arménien 105 85 flamand 167 3
bulgare 162 4 gaëlique 196 1
croate 159 11 grec 113 232
danois 182 3 hollandais 188 3
hongrois 117 50 slovénien 180 4
irlandais 197 1 suédois 209 1
lituanien 160 9 tchécoslovaque 152 3
néerlandais 124 10 tchèque 135 23
norvégien 190 2 tyrolien 187 1
polonais 127  126 ukrainien 140 28
russe 131 11 yiddish 191 10
serbe 158 2 yougoslave 144 19
slovaque 181 6 autres 142 1
LANGUES INDO-IRANIENNES
bengali 150 22 konkani 173 1
cinghalais 201 3 magali 153 1
farsi 125 7 pakistanais 195 1
gity 163 1 perse (iranien) 126 25
gujarati 114 13 punjabi 129 19
hindi 116 26 urdu 139 10
iranien 118 7 autres 142 1
LANGUES SÉMITIQUES
arabe 104  298 ibo 229 1
assyrien 177 1 jurugrate 194 2
berbère 154 4 kathei 208 1
éthiopien 186 2 kilundi 145 3
hébreu 115 41 peulh 155 3
libanais 122 24 sarakale 217 1
shanti 147 1 somalien 211 2
burundi 204 1 swahili 225 3
dorade 172 twe 143 6
fanty 175 2 wolof 222 1
ga 198 1 autres 142 3
LANGUES AUSTRO-ASIATIQUES
cambodgien 106 22 vietnamien 141 125
laotien 121 12 autres 142 1
thai 136 2
AUTRES LANGUES ASIATIQUES
cantonais 107 5 mongol 200 1
chinois 108 128 tamoul 134 22
coréen 109 6 tibétain 193 1
japonais 151 11 turc 137 12
mandarin 123 1
LANGUES austronésiennes
tagalog 132 37 fidgien 168 1
phillipino 146 23 indonésien 207 2
malgache 149 2 cebuano 235 1
CRÉOLE 110 282


b12) CLASSIFICATION DES PAYS D'ORIGINE SELON UN CRITÈRE GÉOLINGUISTIQUE

Tenant compte de la géopolitique de la colonisation et de la diffusion des langues qui en a découlé, nous avons établi la classification suivante. Pour les pays multilingues, nous avons classé dans la francophonie ceux pour qui la présence politique et culturelle est historiquement significative (référence au Petit Larousse, section historique). L'Italie et le Canada sont pris isolément, étant donné le grand nombre de répondants qu'ils regroupent.

Catégorie code nombre Catégorie code nombre
PAYS DE LA
FRANCOPHONIE
924
Algérie 203 21 Laos 373 13
belgique 214 21 Liban 374 166
burundi 221 5 Luxembourg 378 1
Côte-d'Ivoire 230 2 Madagascar 3140 6
Égypte 235 96 Mali 380 2
France 244 97 Martinique 3150 2
Guadeloupe 3143 1 Sénégal 3107 2
Guinée 249 2 Seychelles 3161 3
Guyanne 3153 7 Suisse 3114 18
Haïti 252 258 Togo 3123 1
Île Maurice 3144 10 Tunisie 3124 9
Kampuchéa dém./
Cambodge
370 34 Tunisie 3124 9
La Réunion 3159 1
PAYS HISPANOPHONES
OU LUSOPHONES
590
Açores 3137 2 Espagne 239 45
Amérique Latine 3139 3 Guatemala 248 26
Angola 207 3 Honduras 254 16
Argentine 210 21 Mexique 383 20
bolivie 218 6 Nicaragua 383 12
brésil 219 16 Panama 396 13
Îles Canaries 3142 1 Pérou 399 28
Chili 224 60 Porto-Rico 3102 1
Colombie 226 23 Portugal 3103 166
Costa-Rica 229 1 République
Cuba 231 3 Dominicaine 233 11
El Savador 236 83 Uruguay 3128 8
Équateur 238 7 Vénézuela 3129 15
ITALIE 485
PAYS EUROPÉENS
NI FRANCOPHONES,
NI ANGLOPHONES
480
Allemagne 204 54 Liechtenstein 377 1
bulgarie 220 4 Lituanie 3146 6
Croatie 3163 1 Norvège 391 2
Danemark 232 3 Pays-bas 3156 2
Estonie 3166 1 Pologne 3101 103
Finlande 242 3 Roumanie 3105 46
Grèce 247 129 Tchécoslovaquie 3120 28
Hollande 253 14 Ukraine 3165 4
Hongrie 256 33 URSS-Arménie 3127 15
Islande 263 1 Yougoslavie 3132 30
AUTRES PAYS
DU MONDE
646
Afghanistan 201 2 bahamas 3141 1
Afrique 3148 3 bangladesh 213 22
Afrique du Sud 202 5 Caraïbes 3128 8
Antilles 208 2 Chine 225 47
Arabie Saoudite 209 4 Chypre 3152 2
Autriche 212 9 Cobobasso 3160 1
Corée du Sud 228 5 Mozambique 385 1
Damascus 3167 1 Nigéria 390 2
Éthiopie 241 6 Ouganda 394 2
Fidgi 3147 2 Pakistan 395 11
Ghana 246 8 Philippines 3100 65
Hong-Kong 255 15 Singapour 3109 2
Inde 257 53 Somalie 3110 2
Indonésie 258 2 Sri-Lanka 3112 22
Irak 260 8 Suède 3113 1
Iran 259 41 Syrie 3116 34
Israël 264 24 Taïwan 3117 6
Jamaïque 266 16 Thaïlande 3121 2
Japon 267 10 Trinidad 3158 7
Kenya 371 2 Turgaba 3151 1
Koweit 372 5 Turquie 3125 16
Libye 376 1 Zambie 3134 2
Malaysie 379 3 Autres 3136 38
Maroc 381 72
CANADA 653
GRAND TOTAL 3778


b13) ANALYSE MULTIVARIÉE

Nous n'avons pas procédé, dans le cadre de ce rapport, à des analyses multivariées très élaborées. Étant donné le mandat du Conseil et les objectifs de ce rapport, nous nous en tenons à des variables d'entrée relatives au moment d'arrivée (la période, l'âge, la connaissance du français et de l'anglais, l'origine géolinguistique). Quant aux variables résultantes, elles ont trait aux milieux d'insertion (travail, résidence), à la connaissance et à l'usage actuels des langues (travail, consommation, médias) de même qu'à l'attitude à l'égard de la promotion du français. D'autres variables (démographiques et socioprofessionnelles) pourraient entrer dans des modèles d'analyse au profit d'autres acteurs dans le dossier de l'immigration et nous leur laissons le loisir de le faire. Ces variables ont été utilisées dans le cadre d'analyses bivariées et le lecteur averti aura compris que, dans ce contexte, une variable peut en cacher une autre (ou plusieurs). Les relations décrites demeurent exactes, mais elles laissent place à des approfondissements.

La technique utilisée pour les analyses qui suivent est l'analyse loglinéaire (« hiloglinear »). Les coefficients d'association partiels ont été calculés à partir des khi-deux partiels produits pour chacune des relations incluses dans les modèles d'analyse. Les répondants d'origine italienne (aussi ceux de langue maternelle française ou anglaise), très peu nombreux dans les arrivants depuis 1976, et ceux nés au Canada ont été exclus des calculs (ils ne sont pas immigrants).

Chapitre 4

Analyse effectuée pour 2 291 répondants pour les variables suivantes :
LGTRV 3 Langue de travail
SEPCOEN3 4 Composition linguistique des contacts dans l'entreprise
COLGARR 4 Connaissance du français et de l'anglais à l'arrivée
AGARbI 2 Âge à l'arrivée (moins de 17 ans ou 17 ans et plus)
GEOPOL3 2 Origine géolinguistique
NGROUP2 2 Période d'arrivée (avant ou depuis 1976).
Tests d'hypothèse zéro, modèles à K-variables.
K DL Khi-deux L.R. Prob Khi-deux
de Pearson
Prob Itération
6 18 1,867 1,0000 0,986 1,0000 5
5 93 50,629 0,9999 39,310 1,0000 14
4 218 206,296 0,7050 205,655 0,7159 6
3 324 381,887 0,0147 399,340 0,0027 7
372 235,599 0,0000 3218,951 0,0000 2
1 383 4974,297 0,0000 9547,966 0,0000 0
K DL Khi-deux L.R. Prob Khi-deux
de Pearson
Prob Itération
1 11  262,698 0,0000 6329,015 0,0000 0
2 48  196,712 0,0000 2819,611 0,0000 0
3 106 175,591 0,0000 193,685 0,0000 0
4 125 155,667 0,0328 166,346 0,0079 0
5 75 48,762 0,9919 38,323 0,9999 0
6 18 1,867 1,0000 0,986 1,0000 0


 
Tableau


Analyse effectuée pour 2 317 répondants pour les variables suivantes :
CONS 3 Langue de CONSOMMATION
SEPCOEN3 4 Composition linguistique du quartier de résidence
COLGARR 4 Connaissance du français et de l'anglais à l'arrivée
AGARbI 2 Âge à l'arrivée (moins de 17 ans ou 17 ans et plus)
GEOPOL3 2 Origine géolinguistique
NGROUP2 2 Période d'arrivée (avant ou depuis 1976).
Tests d'hypothèse zéro, modèles à K-variables.
K DL Khi-deux L.R. Prob Khi-deux
de Pearson
Prob Itération
6 24 1,905 1,0000 1,020 1,0000 4
5 122 62,859 1,0000 59,055 1,0000 16
4 281 315,825 0,0749 369,415 0,0003 6
3 411 537,658 0,0000 622,082 0,0000 8
467  255,465 0,0000 3525,940 0,0000 2
1 479 5858,843 0,0000 13349,397 0,0000 0
K DL Khi-deux L.R. Prob Khi-deux
de Pearson
Prob Itération
12  330,377 0,0000 9823,457 0,0000 0
56  202,807 0,0000 2903,858 0,0000 0
3 130 221,833 0,0000 252,667 0,0000 0
4 159 252,966 0,0000 310,360 0,0000 0
5 98 60,954 0,9988 58,034 0,9996 0
6 24 1,905 1,0000 1,020 1,0000 0


 
Tableau


Analyse effectuée pour 2 269 répondants pour les variables suivantes :
ZEROMED 3 Langue des médias
COLGARR 4 Connaissance du français et de l'anglais à l'arrivée
AGARbI 2 Âge à l'arrivée
GEOPOL3 2 Origine géolinguistique
Tests d'hypothèse zéro, modèles à K-variables.
K DL Khi-deux L.R. Prob Khi-deux
de Pearson
Prob Itération
4 6 5,009 0,5426 4,363 0,6277 5
3 23 62,030 0,0000 64,698 0,0000 6
2 40  125,840 0,0000 1407,793 0,0000 2
1 47  308,693 0,0000 4049,124 0,0000 0
K DL Khi-deux L.R. Prob Khi-deux
de Pearson
Prob Itération
1 7 1832,853 0,0000 2641,331 0,0000 0
2 17  118,810 0,0000 1343,095 0,0000 0
3 17 57,021 0,0000 60,335 0,0000 0
4 6 5,009 0,5426 4,363 0,6277 0


 
Tableau


Chapitre 6

Analyse effectuée pour 2 256 répondants pour les variables suivantes :
bITR2 4 Connaissance actuelle du français et de l'anglais
LGTRV 3 Langue du travail
IMGLG5 2 Disposition à l'égard de la promotion du français
COLGARR 4 Connaissance du français et de l'anglais à l'arrivée
AGARbI 2 Âge à l'arrivée (moins de 17 ans ou 17 ans et plus)
GEOPOL3 2 Origine géolinguistique
NGROUP2 2 Période d'arrivée (avant ou depuis 1976)

Tests d'hypothèse zéro, modèles à K-variables.

K

DL

Khi-deux L.R.

Prob

Khi-deux
de Pearson

Prob

Itération

7

18

1,065

1,0000

0,556

1,0000

3

6

111

3,060

1,0000

1,772

1,0000

10

5

311

76,547

1,0000

62,331

1,0000

8

4

542

257,619

1,0000

264,420

1,0000

8

3

696

552,047

1,0000

10879,245

0,0000

11

2

755

5040,480

0,0000

11937,739

0,0000

2

1

767

7756,003

0,0000

21989,106

0,0000

0

K

DL

Khi-deux L.R.

Prob

Khi-deux
de Pearson

Prob

Itération

1

12

2715,523

0,0000

10051,367

0,0000

0

2

59

4488,433

0,0000

1058,494

0,0000

0

3

154

294,428

0,0000

10614,825

0,0000

0

4

231

181,072

0,9935

202,089

0,9153

0

5

200

73,487

1,0000

60,559

1,0000

0

6

93

1,995

1,0000

1,216

1,0000

0

7

18

1,065

1,0000

0,556

1,0000

0



b14) TAbLEAUX SUPPLÉMENTAIRES

 
Tableau A1
LANGUE PARLÉE LE PLUS SOUVENT AVEC DIVERS
INTERLOCUTEURS AU TRAVAIL, SELON LA CONNAISSANCE
DU FRANÇAIS ET DE L'ANGLAIS À L'ARRIVÉE,
TRAVAILLEURS IMMIGRANTS ALLOPHONES
— ÎLE DE MONTRÉAL


 
Tableau A2
LANGUE UTILISÉE LE PLUS SOUVENT POUR LIRE
ET ÉCRIRE AU TRAVAIL, SELON LA CONNAISSANCE
DU FRANÇAIS ET DE L'ANGLAIS À L'ARRIVÉE,
TRAVAILLEURS IMMIGRANTS ALLOPHONES
— ÎLE DE MONTRÉAL


 
Tableau A3
LANGUE PARLÉE LE PLUS SOUVENT
AVEC DIVERS INTERLOCUTEURS AU TRAVAIL,
SELON L'ÂGE À L'ARRIVÉE ET LA PÉRIODE D'ARRIVÉE,
TRAVAILLEURS IMMIGRANTS ALLOPHONES
— ÎLE DE MONTRÉAL


 
Tableau A4
LANGUE UTILISÉE LE PLUS SOUVENT
POUR LIRE ET ÉCRIRE AU TRAVAIL, SELON LA
CONNAISSANCE DU FRANÇAIS ET DE L'ANGLAIS À L'ARRIVÉE,
TRAVAILLEURS IMMIGRANTS ALLOPHONES
— ÎLE DE MONTRÉAL






1 L'allocation des points n'a qu'une valeur purement technique. Elle n'a pour but que de produire une distribution fine des fréquences avant de regrouper les catégories. [retour au texte]

2 Le % de non-répondants étant élevé pour les questions Q41C et Q41D, le complément de la somme (100) de Q41A (francophones) et Q41b (anglophones) est utilisé. [retour au texte]





haut