Accéder au contenu principal
 

 
L'AVENIR DU FRANÇAIS DANS LES PUBLICATIONS ET LES COMMUNICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - Volume III Actes du colloque international

L'AVENIR DU FRANÇAIS
DANS LES PUBLICATIONS ET LES COMMUNICATIONS SCIENTIFIQUES ET
TECHNIQUES

Volume III





ÉTUDE 4

La langue de publication
des chercheurs québécois
et français selon les données de
l'Institute for Scientific Information

1974 à 1980


par Michel AMYOT
Directeur des études et recherches
Conseil de la langue française







Table des matières




INTRODUCTION

PRINCIPALES CONSTATATIONS

ANNEXE : TABLEAUX






Liste des tableaux



Tableau 1 :

Nombre total d'articles publiés, dans les revues recensées par l'ISI, par les chercheurs québécois et français et pourcentage de ces articles publiés en français dans cinq domaines de recherches, pour les années 1974, 1976, 1978 et 1980

Tableau 2 :

Répartition de l'ensemble des articles publiés, dans les revues recensées par Science Citation Index de l'ISI, par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980

Tableau 3 :

Répartition des articles publiés dans les revues des sciences médicales et biologiques par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980

Tableau 4 :

Répartition des articles publiés dans les revues de physique et sciences de l'ingénieur par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980

Tableau 5 :

Répartition des articles publiés dans les revues de chimie par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980

Tableau 6 :

Répartition des articles publiés dans les revues de mathématiques par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980

Tableau 7 :

Répartition des articles publiés dans les revues multidisciplinaires par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980





INTRODUCTION


La base de données de l'Institute for Scientific Information (ISI) est connue de tous les chercheurs. On s'y réfère régulièrement par l'entremise des Current Contents, publiés hebdomadairement pour chacun des grands domaines de recherche. Pour les fins de notre travail, les compilations ont été produites à partir des principales sources de données de l'ISI soit : Science Citation Index (SCI), Index to Scientific Reviews (ISR), SCISEARCH et SCI Magnetic Tapes. Ce sont plus de 3 800 revues qui sont recensées en totalité ou partiellement par l'ISI. Toutes ces revues sont, aux dires des dirigeants d'ISI, les plus importantes dans chacun des domaines de recherche1 : « Each journal covered has been selected because it is one of the most important in its field ». Bien sûr, cette prétention ne fait pas l'unanimité, nous en sommes bien conscient. Ainsi, plusieurs suspectent l'impartialité de l'ISI quant aux choix des articles répertoriés. Cependant, étant donné l'importance des Current Contents dans la diffusion de l'information scientifique, étant donné également l'intérêt que les milieux scientifiques accordent à cette recension, on ne peut être indifférent aux statistiques obtenues à partir de cette source.

Les tableaux que nous avons extraits des compilations produites par le Service de la recherche de l'ISI révèlent, en ce qui a trait à l'utilisation de la langue française par les chercheurs québécois et français lorsqu'ils publient un article dans ces grandes revues internationales, une très nette régression de l'usage de cette langue par les chercheurs de la France et une relative stabilité, mais à un niveau beaucoup plus bas, chez les chercheurs des organismes francophones du Québec.

Notons que cette brève étude sera poursuivie au cours des prochains mois. Les données que nous possédons2 permettront en effet d'entrevoir des analyses très riches qui feront mieux connaître l'usage du français depuis 1974 par les chercheurs québécois et français.

Nous croyons qu'il y a lieu d'être prudent dans les interprétations qui peuvent être tirées de ces données, notamment dans les cas où les variations de pourcentage sont peu importantes. En fait, il faut toujours bien prendre en compte le nombre d'articles à la source de ces pourcentages et éviter de conclure hâtivement lorsque ces écarts de pourcentages sont faibles.




1 ISI, 1981, Source Publications for the Science Citation Index, Index to Scientific Reviews, SCISEARCH AND SCI Magnetic Tapes. [retour au texte]

2 Par exemple, nous possédons des données pour chacune des universités, chaque hôpital, chaque organisme public et parapublic. Nous connaissons le pays de publication dans le cas des chercheurs québécois, etc. [retour au texte]




PRINCIPALES CONSTATATIONS



France

Entre 1974 et 1980, l'usage du français dans les publications scientifiques par les chercheurs français a subi une très nette régression : de 69,6 % à 48,6 %. Le français ne serait donc plus la première langue de publication des chercheurs français.

Cette régression, en France même, est le fait de tous les domaines de recherche :

1974
%
1980
%
Sciences médicales et biologiques 69,5 57,9
Physique et sciences de l'ingénieur 40,4 21,2
Chimie 74,6 43,3
Mathématiques 93,5 80,4


Ce n'est qu'en mathématiques que l'usage de la langue française par les chercheurs français conserve son importance. Il n'en demeure pas moins qu'au cours des six dernières années, l'anglais y a marqué des gains non négligeables. On compte en effet en 1980 deux fois plus d'articles publiés en anglais qu'en 1974 (416 et 211 respectivement).

La situation décrite ci-dessus est donc passablement plus sombre que celle constatée par nos collègues du C.N.R.S. en consultant leur base de données Pascal3. Selon cette source, 67,2 % des articles publiés par les chercheurs français l'auraient été en français au cours de 1980. Cependant, ils constatent à leur tour une très importante régression de l'usage du français depuis 1976 alors qu'à ce moment c'est 82,0 % des articles qui étaient rédigés en français.

1976
%
1980
%
C.N.R.S. 82,0 67,2
ISI 60,1 48,6


Soulignons que ces pourcentages sont calculés en 1980, à partir d'un nombre d'articles sensiblement du même ordre dans les deux sources :

C.N.R.S. 28 579 articles
ISI 25 027 articles



3 C.N.R.S., La langue de publication des chercheurs des pays francophones, document publié lors du colloque sur « L'avenir du français dans les publications et les communications scientifiques et techniques », Montréal, 1er novembre 1981. [retour au texte]




Québec

Les compilations commandées à l'ISI nous permettent de distinguer la production scientifique québécoise selon quatre sources : les universités, l'entreprise privée, les organismes et ministères des gouvernements du Québec et du Canada, les hôpitaux. Dans le cas des universités et des hôpitaux, nous avons distingué les établissements francophones et anglophones. Cette distinction a un double mérite. D'abord elle permet d'évaluer, jusqu'à un certain point, l'importance relative des publications scientifiques originant des milieux francophones du Québec. Ensuite, elle favorise une mesure plus juste de l'usage du français dans leurs publications, par les chercheurs des organismes francophones4.

Selon les compilations de l'ISI, seulement 52 % des articles recensés en 1980 provenaient de chercheurs rattachés à un organisme francophone. Ce pourcentage est à peu près identique à celui de 1974, même si le nombre d'articles recensés est passé de 1 453 à 1 849. Dans les deux principaux lieux de recherche, universités et hôpitaux, l'importance de la production scientifique des organismes francophones est la suivante :

1974
%
1980
%
Universités 52,1 51,2
Hôpitaux 53,5 63,7


Si l'importance relative des articles publiés par les chercheurs des hôpitaux francophones5 et recensés par ISI a progressé, elle est demeurée stable chez les universitaires. Dans ce dernier cas, il y a lieu de noter que, selon les statistiques de la Direction générale de l'enseignement supérieur du ministère de l'Éducation, les professeurs-chercheurs des universités francophones représentent, en 1979-1980, 72,7 % des professeurs-chercheurs des universités québécoises œuvrant dans les disciplines suivantes : médicale, paramédicale, sciences pures et sciences appliquées6. C'est donc dire que l'importance relative de la production d'articles scientifiques par les professeurs-chercheurs des universités francophones est inférieure à leur poids relatif dans la population totale des professeurs-chercheurs des universités québécoises.




4 Nous sommes bien conscient que tous les chercheurs des organismes francophones ne sont pas de langue maternelle française. Cependant, puisqu'ils œuvrent en milieu francophone, nous croyons qu'en situation normale, leur probabilité de publier en français devrait être du même ordre que celle de leurs collègues de langue maternelle française. Les données que nous possédons pourraient nous permettre, au cours d'analyse subséquente, de mesurer ce phénomène. Cependant il semble bien, d'après une analyse sommaire, que la réalité est tout autre que l'hypothèse émise. [retour au texte]

5 L'affiliation d'un chercheur avec un organisme a été faite à partir de l'identification du chercheur pour chacun de ses articles. Un chercheur qui travaille à la fois à l'université et dans un hôpital a été compté en fonction de la première identification inscrite dans la revue. [retour au texte]

6 Source : ministère de l'Éducation, Direction de l'enseignement supérieur, données non publiées et provisoires transmises le 17 septembre 1981. [retour au texte]




En 1980, seulement 13,6 % des 3 585 articles publiés par des chercheurs québécois et recensés par l'ISI ont été écrits en français7. Les données de 1980 sont comparables à celles du C.N.R.S. : 2 668 articles, dont 16,3 % en français.

Si l'on s'en tient aux seuls articles publiés par les chercheurs des organismes francophones, on remarque que la proportion des textes publiés en français atteint 23,4 %. Ce pourcentage est peu différent de celui de 1974 (27,2 %), mais en croissance par rapport aux données de 1976 (21,8 %) et 1978 (17,1 %). Bref, tandis qu'en France l'usage du français dans les publications scientifiques régresse, au Québec il est stable, sinon en légère croissance. Ce qu'il ne faut pas négliger de dire cependant, c'est que la position relative du français, langue scientifique, au Québec est beaucoup plus faible qu'en France.

C'est dans les publications du domaine des sciences médicales et biologiques qu'au Québec, dans les organismes francophones, l'usage du français est le plus fréquent. C'est dans ce domaine également, tout comme en France, qu'on compte le plus grand nombre d'articles publiés.

Proportion des articles publiés en français

1974
%

1980
%

Sciences médicales et biologiques 34,1 30,6
Physique et sciences de l'ingénieur 7,6 11,8
Chimie 21,6 8,9
Mathématiques 33,9 13,3


À l'instar de la situation française, on décèle au Québec une importante diminution de la vigueur du français en mathématiques et en chimie.

Dans le domaine des sciences médicales et biologiques, le comportement linguistique des chercheurs des centres hospitaliers francophones tend à se modeler sur celui des universités francophones. Alors qu'en 1974, 57 % des publications des chercheurs des centres hospitaliers francophones étaient de langue française (20,5 % dans les universités francophones), en 1980 on ne compte plus que 35,3 % des articles publiés en français par ces chercheurs (26 % dans les universités francophones).

Soulignons enfin, bien que les nombres soient réduits, que les chercheurs du gouvernement canadien oeuvrant au Québec ont publié autant d'articles en français que leurs collègues des organismes ou ministères québécois. Dans les deux cas, on constate en 1980 une croissance importante de la proportion relative des textes publiés en français.




7 Ce poids relatif des publications en français est deux fois plus faible que celui obtenu par l'entremise d'une enquête auprès de 426 chercheurs de ces mêmes disciplines par la firme CROP pour le compte du Conseil de la langue française : CROP, La langue française et l'information scientifique et technique, Québec, août 1981. [retour au texte]




Cette proportion atteint plus de 30 %. Le secteur gouvernemental est donc celui où le français, langue scientifique, se porte le mieux. (Les nombres absolus sont tellement faibles cependant que même si tous ces textes étaient publiés en français, l'effet sur le grand total serait infime.) Par contre, c'est dans les universités que le français est le moins utilisé pour la rédaction des articles scientifiques. À peine 19 % de ces textes sont rédigés en français dans les universités de langue française. Si l'on regarde par domaine de recherche on obtient les proportions suivantes :

%
Sciences médicales et biologiques 26,0
Mathématiques 13,8
Physique et sciences de l'ingénieur 11,9
Chimie 9,5


CONCLUSION

Ce rapide tour d'horizon permet d'observer que la place du français dans les publications scientifiques des chercheurs québécois est relativement faible. Cependant, selon les données de l'ISI, la situation n'est pas, en général, plus mauvaise aujourd'hui qu'en 1974. En France, cependant, l'usage du français est en nette régression. Selon les articles recensés par l'ISI en 1980, moins de 50 % des textes publiés par les chercheurs français dans les revues internationales de grande renommée sont rédigés en français. Il s'agit là d'une diminution de près de 30 % en six ans.






ANNEXE

Tableaux

Notes :

  1. Dans les tableaux 2 à 7, les données des colonnes « Total » ne sont pas égales à la somme des colonnes « français » et « anglais », car nous avons omis d'indiquer les données concernant les articles publiés dans une autre langue.

  2. Le « total des universités et collèges » n'est pas égal à la somme des rangées et « Univ. françaises » et « Univ. anglaises » car il y a une troisième catégorie, « collèges », que nous n'avons pas incluse dans les tableaux.






 
TABLEAU 1
Nombre total d'articles publiés dans les revues recensées par l'ISI, par les chercheurs québécois et français et pourcentage de ces articles publiés en français dans cinq domaines de recherches, pour les années 1974, 1976, 1978 et 1980


 
TABLEAU 2
Répartition de l'ensemble des articles publiés, dans les revues recensées par Science Citation Index de l'ISI, par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980


 
TABLEAU 3
Répartition des articles publiés dans les revues des sciences médicales et biologiques par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980


 
TABLEAU 4
Répartition des articles publiés dans les revues de physique et sciences de l'ingénieur par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980


 
TABLEAU 5
Répartition des articles publiés dans les revues de chimie par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980


 
TABLEAU 6
Répartition des articles publiés dans les revues de mathématiques par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980


 
TABLEAU 7
Répartition des articles publiés dans les revues multidisciplinaires par les chercheurs québécois et français, selon la langue de publication, pour les années 1974, 1976, 1978, 1980



Étude 5
Table des matières
haut
Free download porn in high quality RGPorn.com - Free Porn Downloads