Accéder au contenu principal
 

 
La situation linguistique en Haïti

La situation
linguistique
en Haïti
bilan et prospective



Michel St-Germain



ANNEXE A

Tableau extrait de
« l'enquête pilote sur l'environnement
linguistique de l'enfant haïtien »

Yves JOSEPH
Communication présentée au
symposium sur le créole
dans l'enseignement primaire en Haïti
Port-au-Prince
Août 1979

(Traduction : Michel St-Germain)





ENQUÊTE PILOTE SUR L'ENVIRONNEMENT LINGUISTIQUE
DE L'ENFANT HAÏTIEN

 
TABLEAU 3C
(Général) Nord-Ouest et Sud Échantillon : 50



ANNEXE B

Volet linguistique de la réforme
  • Objectifs généraux

  • Objectifs d'apprentissage

  • Objectifs par année




Source : DAN., Enseignement fondamentale, Programme d'études du premier cycle, 1982, pp. 29-45.




LANGAGE

L'apprentissage du langage est un élément fondamental du développement intellectuel, grâce auquel l'enfant doit acquérir les capacités de s'exprimer, de communiquer ses pensées, de comprendre celles des autres et d'avoir accès à l'information écrite. Cet apprentissage conditionne en grande partie l'assimilation des contenus et l'acquisition des savoirs et des compétences prévus dans les objectifs du programme du 1er cycle. Dans ce sens, l'enseignement du langage inclut des contenus ayant un rapport avec les autres disciplines et sert d'élément intégrateur de l'apprentissage. Le langage, comme domaine d'étude, a donc une importance primordiale dans le 1er cycle.

Caractéristiques de l'apprentissage du langage dans le programme du 1er cycle

  • Le créole est langue de communication et d'enseignement dès la 1re année.

  • Le français est enseigné oralement dès la 1re année.

  • L'apprentissage de la lecture et de l'écriture se réalise d'abord en créole, dès la 1re année.

  • L'apprentissage de la lecture et de l'écriture en français commence au cours de la 3e année.

Ces caractéristiques rendent nécessaires une différenciation et une graduation dans les objectifs de fin du 1er cycle, pour chacune des deux langues, puisque l'apprentissage de la lecture et de l'écriture représente ce que la majorité des élèves, créolophones unilingues, devraient pouvoir atteindre à la fin de la 4e année. D'autre part, la méthode d'enseignement du français étant nouvelle, l'expérience montrera si ces objectifs doivent être augmentés en nombre et révisés. En ce qui concerne l'écriture, en particulier, il sera sans doute nécessaire de revoir les objectifs, en tenant compte des résultats obtenus.



OBJECTIFS GÉNÉRAUX

Obtenir un niveau de compétence en créole et en français qui permette à l'élève :

Pour le créole :

  • Une expression et une communication orales satisfaisantes, ainsi qu'une utilisation de la lecture et de l'écriture en créole comme langue instrument, d'une part, pour l'apprentissage scolaire, d'autre part, pour les situations de la vie individuelle et communautaire, ainsi que pour une participation élargie à la vie économique, sociale et culturelle du pays.

Pour le français :

  • Une connaissance et une initiation au français parlé, lu et écrit, qui permettent son approfondissement et son utilisation comme langue d'enseignement dans les cycles ultérieurs de la scolarité, ainsi qu'une communication orale, et autant que possible écrite, à un niveau élémentaire, mais suffisant, dans les situations de la vie courante.



OBJECTIFS D'APPRENTISSAGE DE LA FIN DU 1er CYCLE

À la fin du 1er cycle, les objectifs d'apprentissage suivants devraient être atteints :



COMMUNICATION ORALE

Créole

  1. Comprendre le sens d'une conversation, d'une histoire, écoutées.
  2. Recevoir des informations orales et en comprendre le sens.
  3. Apprécier l'écoute d'histoires, de poèmes, de jeux parlés.
  4. S'exprimer oralement d'une manière correcte et claire.
  5. Décrire en termes simples ce qui est observé, raconter ce qui a été vécu et reformuler ce qui a été entendu.
  6. Participer à des conversations et à des discussions sur un sujet d'information générale ou sur un sujet technique.
  7. Exprimer librement et oralement ses sentiments et ses pensées.

Français

  1. Comprendre le sens d'un discours pédagogique dans les limites d'un lexique non spécialisé.
  2. Comprendre le vocabulaire du français fondamental, en tenant compte de l'usage en Haïti, et un vocabulaire minimum en rapport avec les contenus des disciplines.
  3. Saisir le sens d'une histoire courte, d'un conte, écoutés, et répondre à des questions. Proposer des éléments d'une histoire, raconter une histoire simple.
  4. Suivre en comprenant un dialogue ou une conversation entre deux ou plusieurs personnes et y participer activement.
  5. Recevoir et donner des informations orales simples dont les contenus font partie de son environnement et de certaines disciplines s'y rapportant.
  6. Participer activement à la vie de la classe, en répondant, en posant des questions, en intervenant.


COMMUNICATION ÉCRITE

Créole

  1. Communiquer le contenu d'un texte en le lisant à haute voix avec intonation et aisance.
  2. Répondre à des questions sur un texte lu silencieusement.
  3. Comprendre et exécuter des consignes écrites.
  4. Dégager les idées contenues dans un texte.
  5. Utiliser la lecture pour s'informer, se distraire.
  6. Enrichir son vocabulaire par la découverte du sens de mots nouveaux.
  7. Reproduire des textes par écrit.
  8. Écrire des textes sous dictée.
  9. Écrire un texte court pour communiquer des informations.
  10. Rédiger des textes d'expression personnelle en observant les règles d'écriture du créole.

Français

  1. Lire à haute voix avec une prononciation correcte des textes simples.
  2. Lire silencieusement, en les comprenant, des textes simples préparés se limitant au lexique et aux structures syntaxiques du français oral, et répondre oralement à des questions sur ces textes.
  3. Écrire sous dictée des petites phrases extraites de textes de lecture.
  4. Répondre par écrit à des questions orales simples destinées à faire produire des phrases courtes tirées des acquis en lecture.
 
OBJECTIFS PAR ANNÉE



ANNEXE C

Un exemple de promotion du créole





REFÒM SISTEM EDIKASYON AYISYEN AN CHITA
SOU VERITE SA YO

  1. Pèp ayisyen an egal ego ak tout lòt pèp. Li fòje yon lang, li tabli yon kilti menm jan ak tout moun.

  2. Soti depi li fèt rive jounen jodi a, lang kreyòl ayisyen an kite koridò lang patwa, li pran boulva lang total ki gen fason pa-1 pou kouche-1 sou papye.

    Nan pwen lang lan rive koulyeya, tout konesans lasyans ak lateknik ka koule dous pase ladan li.

  3. Men yon verite moun toupatou rekonèt : Pou fè aprantisaj lekti ak ekriti se nan lang manman timoun nan sa dwe fèt an premye.

  4. Pa fouti gen devlopman si pa gen edikasyon.

    Pa fouti gen devlopman si pa gen inyon tèt ansanm.

  5. Gen 2 lang ki sèvi nan peyi a. Men se yon sèl pèp ayisyen an ki genyen. Kidonk, fòk gen yon sèl sistèm ansèyman ki pou sèvi ak tout 2 lang nou yo.

  6. Pa gen son ki bèl, ni son ki lèd nan yon lang. Son (i) pa ni pi bèl ni pi lèd pase son (u).

    Sèl sa ki genyen se kèk abltid ki kaye nan nou epi kèk vye lide ki tabli nan tèt nou.

  7. Pale franse pa di moun save pou sa. Ni pale kreyòl pa di se betiz ase ou ka di.

    Se pou chak ayisyen pran tèt li byen pou li egzaminen pawôl sa yo san paspouki. Konsa konsa, l'a konprann kesyon Refòm nan se yon pakèt afè nan istwa peyia. Ak Refòm nan, bajou kase pou yon epòk tou nouvo pou pèp ayisyen an.



QUELQUES VÉRITÉS FONDAMENTALES QUI
SOUS-TENDENT LA RÉFORME DU SYSTÈME ÉDUCATIF HAÏTIEN

  1. Le peuple haïtien n'est pas inférieur, il est créateur de langue et de culture, au même titre que tous les autres peuples.

  2. Au cours de son évolution, le créole haïtien est passé du stade de patois à celui de langue écrite, standardisée et littéraire. Aujourd'hui, il est capable de véhiculer les connaissances scientifiques et techniques.

  3. I1 est universellement reconnu que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture doit se faire dans la langue maternelle de l'enfant.

  4. Pas de développement sans éducation.
    Pas de développement sans unité.
  5. Deux langues : Mais un seul peuple. Donc, un seul système d'enseignement, utilisant deux langues.

  6. Il n'y a pas de son vulgaire et pas de son noble. « I » n'est pas inférieur à « U ».

    I1 y a seulement des habitudes enracinées et des idées préconçues.

  7. Français n'est pas synonyme de savoir. Créole n'est pas synonyme de vulgarité.

    Que chaque Haïtien examine ces idées avec attention et sérénité. Alors, il comprendra que la Réforme est une nécessité historique et qu'elle peut constituer l'aube d'une ère nouvelle pour le peuple haïtien.



Le Comité du curriculum



haut