Accéder au contenu principal
 

 
La situation linguistique en Haïti

La situation
linguistique
en Haïti
bilan et prospective



Michel St-Germain



Résumé et conclusion




L'objet de cette recherche était, en premier lieu, de dresser un bilan de la situation linguistique en Haïti. On constate que le créole est omniprésent dans presque tous les domaines d'utilisation informelle et que le français, encore utilisé dans certaines situations formelles, voit son utilisation et son prestige à la baisse. À la différence de certains pays africains francophones ou anglophones où la langue haute joue un rôle de langue unificatrice (lingua franca) permettant aux diverses ethnies de se comprendre, le français est peut utilisé en Haïti si ce n'est dans l'Administration, l'enseignement secondaire et supérieur et dans certains domaines tels la presse écrite et le cinéma lesquels rejoignent peu de locuteurs.

Haïti se retrouve dans une situation, d'une part, de diglossie factuelle pour ceux qui ont une maîtrise suffisante du français pour exercer un choix linguistique et, d'autre part, de diglossie mentale pour les unilingues qui considèrent normal le fait d'être confrontés à des situations exigeant l'utilisation du français et d'autres, l'utilisation du créole.

Le créole étant reconnu et admis comme langue maternelle, le français est langue apprise à l'école. L'étude du système scolaire a montré les faiblesses importantes de ce système au niveau de la qualification des maîtres et de l'infrastructure. On constate aussi que l'expansion quantitative du système s'est faite dans le secteur privé et ne constitue qu'un gain apparent de scolarisation. Dans ce secteur, les maîtres sont mal rémunérés et ne font pas carrière dans la profession. Toute augmentation du nombre de bilingues et toute amélioration de la qualité du français ne peuvent s'accomplir qu'à partir du système scolaire.

L'un des principaux objectifs de la réforme éducative est d'atteindre un bilinguisme fonctionnel après les trois cycles de l'école fondamentale et, pour y arriver, un programme de langue fort important a été élaboré. La lecture des différents modèles proposés donne l'impression que le créole est privilégié lors du 1er cycle. En fait, une étude attentive montre que le nombre d'heures consacrées à l'enseignement du français est presque égal à celui consacré à l'enseignement du créole.

L'introduction de la langue vernaculaire dans l'enseignement est le premier pas vers une rupture de la situation de diglossie, l'éducation ayant toujours été considérée comme l'un des domaines importants des langues hautes et l'un des domaines perpétuant une situation de diglossie par le renforcement de la dépréciation de la langue basse. Tout comme l'alphabétisation en créole a revalorisé d'une certaine façon la langue auprès des paysans haïtiens, il y a lieu de croire que le même phénomène se produira au niveau de l'éducation formelle.

En second lieu, cette recherche visait à élaborer certains axes prospectifs de la situation linguistique. Les objectifs de la réforme visant un bilinguisme fonctionnel ne seront probablement pas atteints. La démographie continuera à faire pression sur un système scolaire public et privé incapable de faire face à la demande. L'engorgement des classes du 1er cycle et de l'école fondamentale se poursuivra et rendra l'enseignement difficile tout comme le fera la faiblesse de l'apport logistique et pédagogique. Les perspectives d'amélioration du niveau de vie nulles ou très faibles, les frais de scolarité constitueront toujours une surcharge financière et les déperditions scolaires se maintiendront au même niveau. La langue ne sera plus un facteur de démotivation, mais les conditions économiques et la « longue route » à travers un système éducatif fortement élitiste le demeureront. Tout comme maintenant, seuls les plus forts et les plus fortunés atteindront le niveau secondaire.

La scolarisation reçue par la majorité sera donc de courte durée et principalement en créole, ce qui constitue déjà un gain sur la situation actuelle. La sous-qualification des maîtres ne changera pas, vu le peu d'attrait qu'exerce la profession chez les meilleurs étudiants du système; ceci rend utopique l'idée d'un enseignement satisfaisant, particulièrement s'il vise le « bilinguisme » à la sortie de l'école fondamentale.

Les caractéristiques principales de la clientèle qui ne terminera pas l'école fondamentale seront : une éducation fonctionnelle reçue en créole (calcul, hygiène, etc.) et la capacité de lire et d'écrire leur langue. Ce passage de l'oral à l'écrit permettra au créole d'accéder à de nouveaux domaines d'utilisation au niveau de l'ensemble de la population. Avant d'en arriver à une langue instrument complète dans ces domaines, y compris le domaine juridico-administratif, deux obstacles interdépendants devront être surmontés : une promotion officielle de la langue dans tous les secteurs et une valorisation du créole par l'élite et par ses locuteurs.

À court et même à moyen termes, quoiqu'il soit en perte de prestige, le français continuera de jouir d'une considération sociale importante. Toutefois, si les estimations théoriques et corrigées s'avèrent exactes, l'expansion du français sera très limitée et peu significative compte tenu de la durée temporelle considérée par rapport à l'accroissement du nombre de bilingues potentiels. L'expansion des domaines d'utilisation jouera en faveur des unilingues créolophones et le dilemme, selon certains auteurs, se posera quant à l'adoption d'une langue seconde. Dans le cadre de la réforme, le français est enseigné comme langue étrangère, donc langue seconde. On peut alors remettre en question ce choix étant donné que l'anglais et l'espagnol répondent aussi aux critères de langue seconde et présentent des intérêts économiques, pratiques et des ouvertures sur le monde.

Paradoxalement, le projet de réforme de l'enseignement qui visait, entre autres, le passage plus facile du créole au français pour en arriver à un bilinguisme généralisé servira à renforcer la position du créole, à affaiblir le système actuel et à reléguer le français au rang de langue seconde en concurrence avec l'espagnol et l'anglais. Tout comme les planteurs de la colonie séparaient les esclaves d'une même ethnie pour maintenir la confusion linguistique et les empêcher de s'organiser, le système scolaire, par l'utilisation et la promotion du français, langue unique d'enseignement, a empêché les masses de s'organiser. L'utilisation du créole comme langue et objet d'enseignement permettra la connaissance du code écrit. Certaines formes d'agitation populaire et de déstabilisation du régime sont à prévoir. Les masses pourront communiquer entre elles de façon anonyme avec des tracts, journaux clandestins, etc. ce qui n'est pas le cas avec l'oral où l'on identifie toujours l'émetteur de la communication. C'est cette peur profonde qu'ont les élites et le Gouvernement.

En dernier lieu, cette étude permet de constater qu'il n'y a pas de recherche systématique dans le domaine de la sociolinguistique en Haïti. Toutefois, plusieurs axes peuvent être dégagés. Sur le plan de l'utilisation des langues, il y aurait lieu de vérifier les hypothèses avancées quant à la situation linguistique dans les industries de transformation et de sous-traitance. On pourrait aussi développer des aires de recherche portant sur la valorisation linguistique des locuteurs bilingues et des unilingues, sur les situations linguistiques et sur les capacités de compréhension et de production.

Au niveau scolaire, certaines recherches ont été entreprises sur l'attitude des enseignants face au créole (D'Meza, 1985) et sur divers aspects de l'enseignement des langues (I.P.N.). On pourrait aussi dégager des aires de recherche couvrant les capacités linguistiques des maîtres, les secteurs d'utilisation spontanée des langues chez les élèves, l'image mentale de l'éducation chez les parents selon les classes sociales, les modèles linguistiques véhiculés par ceux qui ont étudié à l'étranger, etc. Toutes ces recherches permettraient de mieux saisir le phénomène linguistique haïtien et fourniraient des données fondamentales dans le cadre du volet linguistique de la réforme en cours.




Bibliographie




1. MONOGRAPHIES ET ARTICLES

ANGLADE, Georges, L'espace haïtien, Montréal, Presses de l'Université du Québec, 1975, 221 p.

- Espace et liberté en Haïti, Montréal, Université de Montréal, Centre de recherches Caraïbes, 1982, 143 p.

BEBEL-GISLER, Dany, La langue créole, force jugulée, Montréal, Éditions Nouvelle Optique, 1976, 255 p.

BELLEGARDE, Dantes, Haïti et ses problèmes, Montréal, Valiquette, 1941, 217 p.

- « La langue française et le créole haïtien », dans Conjonction, no 19, février 1949, pp. 39-43.

BELLEGARDE, Marie, La langue française en Haïti, mémoire couronné au concours du 14 février 1925, Port-au-Prince, Imprimerie Cheraquit, 1925, 13 p.

BELLONCLE, Guy, Dix ans d'alphabétisation en Haïti, Paris, Agence de coopération culturelle et technique, 1981, 120 p.

BENTOLILA, Alain et Léon GANI, Fondements et enjeux de la réforme de l'éducation, CEPI, Université A. Descartes, 1981.

-----« Langues et problèmes d'éducation en Haïti », dans : Langages, vol. XV no 61, mars 1981, pp. 117-127.

-----« Langues créoles et éducation », dans Recherches en espaces créolophones, 1983, pp. 13-57.

BERTRAND, Wilfrid, « Lecture publique, problème de langues et alphabétisation en Haïti en 1985 », mémoire présenté à l'École nationale supérieure de bibliothécaires, Villeurbanne, France, 1978, 51 f.

BERVIN, Antoine, Reflets d'Haïti, Port-au-Prince, Imprimerie des Antilles, 1977, 345 p.

BICHERTON, Derek, « The Nature of Creole Continuum », dans : Langage, no 49, 1973, hp. 640-669.

BITTER, Maurice, Haïti, Paris, Éditions du Seuil, collection « Petite Planète », 1970, 190 p.

BRUTUS, Edner, Instruction publique en Haïti, 2 tomes, Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1948, 527 p.

Bulletin de l'Institut de linguistique appliquée de Port-au-Prince, Port-au-Prince, no 12, 4e trimestre 1979.

Bulletin de l'Institut de linguistique appliquée, Port-au-Prince, no 13, premier trimestre 1980.

CALVIN, Serge et Michel GIRAUD, « Autour du débat sur la réforme du système éducatif haïtien », dans Archipelago, 1983, pp. 185-186.

CARMANT, Lionel, « Quelques causes de l'échec scolaire au secondaire public et privé à Port-au-Prince, Haïti », thèse de doctorat présentée à la Faculté des sciences de l'Éducation de l'Université de Montréal, 1979, IX - 171 f.

CHANCY, Max, « Éducation et développement en Haïti », dans Culture et Développement en Haïti (collection publiée sous la direction de Emerson Douyon), Montréal, Leméac, 1972, pp. 135-155.

CHARLES-PIERRE, Franck, « Le petit écolier haïtien face au bilinguisme », dans Le Bulletin de l'Institut pédagogique national, n° 1, décembre 1979, pp. 23-26.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne, Le créole haïtien : morphologie et syntaxe, Port-au-Prince, chez l'auteur et Wetteren (Belgique), De Meester, 1936.

Comité protestant d'alphabétisation et de littérature, Dévosion pou fanmi an, Port-au-Prince, La Presse Évangelique, s.d., 165 p.

CORNEVIN, Robert, Haïti, Paris, P.U.F., 1982, collection « Que Sais-Je? », no 1955, 127 p.

CORVINGTON, Georges, Port-au-Prince au cours des ans : la ville coloniale, Port-au-Prince, Deschamps, 1975/a, viii-213 p.

-Port-au-Prince au cours des ans : sous les assauts de la révolution, Port-au-Prince, Deschamps, 1975/b, 248 p.

-Port-au-Prince au cours des ans : la métropole haïtienne du XIXe siècle (1804-1888), Port-au-Prince, Deschamps, 1975/c, 318 p.

-Port-au-Prince au cours des ans : la métropole haïtienne du XIXe siècle (1888-1915), Port-au-Prince, Deschamps, 1975/d, 326 p.

D'ANS, André Marcel, Le créole français d'Haïti, Paris, Mouton, 1968, 181 p.

DARTIGUE, Maurice, « L'enseignement en Haïti (1804-1938) », dans le Bulletin no 14, Service de la production agricole et de l'enseignement rural, Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1939, 53 p.

DAVID, Odnell, Étude critique autour de : Destin de la langue française en Haïti ou le devenir du créole comme langue nationale, Port-au-Prince, Les Presses Libres, collection « Les Semeurs », 1952, 73 p.

DEJEAN, Yves, Ti liv otograf kréyol, Montréal, Agence de presse libre du Québec, 1974, 34 p.

-Dilemme en Haïti : français en péril ou péril français, Montréal, Éditions Les Connaissances d'Haïti, collection « Aujourd'hui », 1975, 75 p.

DE RONCERAY, Hubert, « Où va notre système d'éducation? », dans Conjonction, no 117, 1971, pp. 101-110.

-Sociologie du fait haïtien, Montréal, Presses de l'Université du Québec, 1979, 270 p.

-et Serge PETIT-FRÈRE, « Le projet expérimental sur le bilinguisme créole français au niveau de l'enseignement primaire en Haïti : bilan de la première année 1974-1975 », dans : Les Cahiers du C.H.I.S.S. (Revue haïtienne des sciences sociales), vol. IX, no 12, décembre 1975, pp. 2-35.

D'MEZA, Auguste, « Évaluation de l'attitude des enseignants du niveau primaire face au créole, objet d'enseignement », thèse de maîtrise présentée à la Faculté des sciences de l'Éducation, Université de Montréal, 1985, 136 f. et annexes.

DOMINIQUE, Jean Léopold, « Une quête d'haïtianité », dans : Conjonction, no 129, 1976, pp. 107-177.

DORIN, Bernard, « La fausse querelle du créole et du français » dans : Conjonction, no 120, juillet 1973, pp. 9-12.

DOUYON, Circé, « Interférence du créole et du français », dans : Conjonction, no 120, juillet 1973, pp. 51-54.

DUPOUX-BENJAMIN, Roseline, « Problème du bilinguisme en Haïti : conséquences sur le rendement scolaire des écoliers «, thèse de maîtrise présentée à la Faculté des études supérieures de l'Université de Montréal, Département de psychologie, 1972, 85 p.

ETIEN, Jan-Mari, Onné lijièn réspè lasanté, piès an dé zak, Potoprins, Bon Nouvèl, (Imprimerie La Phalange), s.d., 31 p.

FAINE, Jules, Philologie créole, Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1936.

-Le créole dans l'univers tome 1, Le Mauricien, Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1939, 214 p.

FERGUSON, Charles A., « Diglossia » dans : Dell HYMES, Pidginization and Creolization of Languages, London, Cambridge University Press, chap. 45, 1971, pp. 429-437.

FIGNOLE, Daniel, L'instruction publique en Haïti 1859-1879, Port-au-Prince, Imprimerie A.P. Barthelemy, 1947, 118 p.

FLEISCHMANN, Ulrich, Écrivain et société en Haïti, Montréal, Centre de recherches Caraïbes de l'Université de Montréal, 1976, 34 p.

FRANCKÉTIENNE, Dézafi, Port-au-Prince, Fardin, 1975.

FYLE, Clifford, « The Use of Mother Tongue in Education », dans Ayo Bamgbrose, Mother Tongue Education : the West African Experience, Paris, Unesco Press, 1976, pp. 43-62.

GAILLARD, Roger, « Destin de la présence française en Haïti », dans : Conjonction, no 106, janvier 1968, pp. 47-53.

-Interrogation sur la langue française comme figuration de la communauté haïtienne, Port-au-Prince, notes miméographiées, juillet 1979, 18 p.

GANI, Léon, « Réforme éducative et utilité sociale de l'enseignement en Haïti », dans : Recherches en espaces créolophones, 1983, pp. 59-74.

GARRAUD, René P., Question d'actualité : la crise de la langue française à l'échelle scolaire en Haïti, Port-au-Prince, Les Presses port au princiennes, 1973, 10 p.

GOURAIGE, Ghislain, La diaspora d'Haïti et l'Afrique, Sherbrooke, Naaman, 1974, 196 p.

GOUROU, Pierre, Terres de bonne espérance (le monde tropical), Paris, Plon, 1982, 456 p.

G.R.E.A.L. (Groupe de recherches et d'expérimentation en alphabétisation), « Alphabétisation 1978, une nouvelle orientation », dans : Conjonction, no 138, mai 1978, pp. 37-76.

HALL, Robert A., Pidgin and Creole Languages, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, 1966, XV-188 p.

HYPPOLITE, Michelson Paul, Le devenir du créole haïtien, Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1952, 23 p.

-L'enseignement du français parlé en Haïti, langue étrangère, Port-au-Prince, Fardin, 1980, 172 p.

JARDEL, Jean Pierre, « Du conflit des langues au conflit interculturel : une approche de la société martiniquaise », thèse de doctorat de 3e cycle de l'Université de Nice, 1975.

JAUME, Paul, « Enseignement primaire et éducation de base », dans : Conjonction, no 36, décembre 1951, pp. 4-9.

JEAN-CHARLES, Hervé, Texte personnel, 1984, 15 p.

JOACHIM, Benoit, Les racines du sous-développement en Haïti, Port-au-Prince, Deschamps, 1979, 257 p.

JOSEPH, Yves, Enquête-pilote sur l'environnement linguistique de l'enfant haïtien, communication présentée au symposium sur le créole dans l'enseignement primaire en Haïti, Port-au-Prince, août 1979, 42 p.

LAGUERRE, Michel S., The Complete Haïtiana, a Bibliography Guide to the Scolarly Literature 1900-1980, 2 tomes, Millwood, N.Y., Kraus International Publications, 1982, 1 562 p.

LANGE, Michel, « À propos d'une interview du Dr. Pradel Pompilus », dans : Conjonctions, no 116, 1971, pp. 70-75.

LENGRAND, P., L'alphabétisation des adultes dans les pays les moins avancés, publication interne de la Division of Educational Policy and Planning, Paris, UNESCO, 1982, 50 p.

LHÉRISSON-MICHEL, Rose, L'analphabétisme et le créole, New York, Unico Publ. Co., 1978, 20 p.

LOFFICIAL, Frantz, Créole, français : une fausse querelle (bilinguisme et réforme de l'enseignement en Haïti), LaSalle (Québec), collectif Paroles, 1979, 170 p.

LORQUET, Joel, Dram Zafra, Port-au-Prince, Publi-Média, s.d., 137 p.

LUCRÈCE, André, « Jeux de langues, enjeux politiques. À propos de la réforme du système éducatif haïtien », dans : Archipelago, no 1, mars 1982, pp. 95-110.

-« Situation sociolinguistique et réforme en Haïti : rapport de sens et rapport de force », dans Archipelago, 1983, pp. 172-184.

MATHELIER, Georges, « Histoire critique de l'enseignement haïtien de 1844 à 1967 », dans : Bulletin de l'Académie des sciences humaines et sociales d'Haïti, Revue de la Faculté d'ethnologie, Université d'État d'Haïti, n° 30, 1977, pp. 2951.

METELLUS, Jean, « La langue de Toussaint Louverture » dans : La Quinzaine littéraire, no 436, 16-31 mars 1985, pp. 34 et 35.

MILFORT DE ARIZA, Mireille, Le rôle du créole dans l'enseignement primaire en Haïti, Port-au-Prince, Imprimerie Adventiste, 1979, 95 p.

Ministry of Education (Ontario), Teaching and Learn ing French as a Second Language, 1977, 24 p.

MIRVILLE, Selon, L'école primaire et la lutte contre l'analphabétisation en Haïti, Port-au-Prince, La Phalange, 1959, 58 p.

MORAL, Paul, Le paysan haïtien, Paris, Maisonneuve et Larose, 1961, 375 p. (reproduit par les Éditions Fardin, Port-au-Prince, 1978).

MOROSE, Joseph P., « Pour une réforme de l'éducation en Haïti », thèse de doctorat, Suisse, Fribourg, 1970, 176 f.

MOUMOUNI, Abdou, « Retour aux langues et aux cultures nationales », dans Perspectives (UNESCO), vol. V, no 1, pp. 68-75.

Nations unies, Annuaire démographique, 1967, XIXe éd., 778 p.

-Annuaire statistique, 1981, XXVI-1070 p.

PAUL, Édouard C., L'alphabétisation en Haïti, Port-au-Prince, Imprimerie des Antilles, 1965, 140 p.

-Émile ROUMER et Rassoul LABUCHIN, « Points de vue », dans : Conjonction, no 120, juillet 1973, pp. 35-42.

PERRIN, Ghislaine, La langue française en Algérie, Institut de recherche sur l'avenir du français, 1981, 175 p.

PHILIPPE, Jeanne, Classes sociales et maladies mentales en Haïti, Port-au-Prince, Presses nationales, 1975, 355 p.

PLUCHON, Pierre, Haïti, république caraïbe, Paris, L'École des loisirs, 1974, 121 p.

POMPILUS, Pradel, « Destin de la langue française en Haïti », conférence prononcée à l'Institut français de Port-au-Prince le 19 février 1952, 21 f.

-« La langue française en Haïti », thèse de doctorat présentée à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine de l'Université de Paris, 1961, 278 f .

-« Mise au point », dans : Conjonction, no 116, 1971, pp. 76-78.

-Manuel d'initiation à l'étude du créole, Port-au-Prince, Impressions magiques, 1983, 75 p.

-et Roger GAILLARD, « Débat sur le destin du français en Haïti », dans : Conjonction, no 116, 1971, pp. 63-69.

PRESSOIR, Charles Fernand, Débats sur le créole et le folklore, Port-au-Prince, Imprimerie de l'État, 1947, 80 p.

PREVILOR, Wilson, « Éditorial : expérimenter : pourquoi? comment? », dans : Bulletin de l'Institut pédagogique national, no 3, juin 1980, pp. 3-9.

PRICE MARS, Jean, « Le créole, Haïti et le français, quelques textes », dans : Conjonction, no 115, 1971, pp. 54-61.

PRUDENT, Lambert-Felix, Des baragouins à la langue antillaise, Éditions Caraïbes, 1980, 250 p.

-« Diglossie et interlecte », dans : Langage, vol. XV, no 61, mars 1981, pp. 13-37.

Radio Nationale/4VRD, Rencontre avec son Excellence le Secrétaire d'État à l'éducation nationale, M. Raoul-Pierre Louis, dans Rencontres avec les grand commis de l'état, Port-au-Prince, Fardin, 1978, pp. 83-104.

RICARD, Alain, Le livre et la communication au Nigeria : essai de vue généraliste, Paris, Présence africaine, 1975, 136 p.

ROMAIN, Jean-Baptiste, Étude etho-socio-psychologique et linguistique du milieu haïtïen en vue d'une réforme de l'Université d'État, Washington, Organisation des États américains, 1978, 130 p.

ROUMAIN, Jacques, Gouverneurs de la rosée, Port-au-Prince, reprod., Fardin, 1944, 321 p.

SALOMÉ, Bernard, Éducation et développement : le cas de Haïti, Paris, OCDE, 1984, 139 p.

STEWART, William, An Outline of Linguistic Typology for Describing Multilingualism, dans : Franck A. Rice, ed., Study of the Role of Second Language in Asia, Africa and Latin America, Washington, Center for Applied Linguistics, 1962.

TABOURET KELLER, Andrée, « Bilinguisme et diglossie dans les domaines des créoles français », dans Études créoles, no 1, juillet 1978, pp. 135-151.

THONSTAD, Tore, Analyse et projections des effectifs scolaires dans les pays en développement, Division des statistiques relatives à l'éducation de l'UNESCO à Paris, no 24, 1983, 130 p.

TROUILLOT, Hénock, Les limites du créole dans notre enseignement, Port-au-Prince, Imprimerie des Antilles, 1980, 85 p.

UCLA, Statistical Abstract of Latin America, Éditions James W. Wilkie, 1983, vol. XXII, 669 p.

UNESCO, Haïti, Projections des dépenses récurrentes de l'enseignement primaire public, UNESCO, Division du financement de l'éducation, EFI 8 (document à diffusion limitée), juillet 1984, 48 p. et annexes.

UNITED NATIONS, The Determinants and Consequences of Population Trends : a New Summary of Findings on Interaction of Demographic, Economic and Social Factors, 1973, vol. I, 660 p.

VALDMAN, Albert, « Du créole au français en Haïti », dans : Linguistics, 8, 1964, pp. 84-94.

-Le créole structure statut et origine, Paris, Éditions Klincksieck, 1978, xvi-403 p.

-Robert CHAUDENSON, Marie-Christine HAZAEL-MASSIEUX, Bibliographie des études créoles, langues et littératures, Agence de coopération technique et culturelle, publication du Conseil international de recherche et d'étude en linguistique fondamentale et appliquée, (Bloomington, Indiana, Indiana University Creole Institute), 1983, viii-152 p.

-« The Linguistic Situation of Haïti », dans Charles R. FOSTER et Albert VALDMAN, Haïti - Today and Tomorrow, An Interdisciplinary Study, New York, University Press of America, 1984, pp. 77-99.

VERNET, Pierre, Techniques d'écriture du créole haïtien (à l'intention des enseignants), Port-au-Prince, Le Natal, 1980, 164 p.

VINTILA-RADULESCU, Ioana, Le créole français, Paris, Mouton, 1976, 205 p.

WIESLER, H., La scolarisation en Haïti, Port-au-Prince, Institut haïtien de statistiques, 1978, 112 p.

ZSIGMOND, Z. et Mary Sue DEVEREAUX, Population mondiale d'âge scolaire, Tendances et incidences, 1960-2000, Ottawa, Statistique Canada, 1980, 219 p.



2. DOCUMENTS OFFICIELS

2.1. Lois et décrets

Loi sur la planification de la campagne d'alphabétisation, 14 septembre 1961.

Code du travail Dr François-Duvalier, 6 octobre 1961.

Code rural Dr François-Duvalier, 24 mai 1962.

Loi organique du Département de l'éducation nationale, 18 septembre 1979.

Loi autorisant l'usage du créole dans 1es écoles comme langue d'enseignement et objet d'enseignement, 18 septembre 1979.

Décret organisant le système éducatif en vue d'offrir des chances égales à tous et de refléter la culture haïtienne, 30 mars 1982.

Constitutions de 1964 et 1983.



2.2. Documents du Département de l'éducation nationale

Tables et graphiques statistiques de l'enseignement urbain 1942-1943, 62 p.

Code de l'instituteur, 1963.

Annuaire statistique 1977-1978, no 1, juillet 1979, 56 p.

Annuaire statistique 1978-1979, no 2, novembre 1980, 142 p.

Annuaire statistique 1979-1980, no 3, octobre 1981, 114 p.

Annuaire statistique 1980-1981, no 4, juin 1982, 61 p.

Annuaire statistique 1981-1982, no 5, juin 1983, 109 p.

Les Écoles normales, éléments d'information sur les études et la carrière d'instituteur, août 1982, 18 p.

La réforme éducative, éléments d'information, février 1982, 65 p.

Enseignement fondamental, Programme d'études du premier cycle, 1980(?), 94 p.

Bilan des réalisations du plan sectoriel d'éducation 1976-1981, février 1982, 42 p.

Plan quinquennal d'éducation, juillet 1981, 53 p.

Planification de la réforme éducative, état de la situation et préparation de la rentrée scolaire 1983-84, document de travail, juillet 1983, 14 p.

Planification de la réforme éducative, calendrier d'exécution d'activités de mise en place de l'école fondamentale, novembre 1983, 40 p.

Rapport de la Commission sur la politique linguistique dans le cadre de l'école fondamentale, mars 1982, 10 p.

Profil actuel du système éducatif, document de travail, mai 1985, 19 p.

État actuel de la réforme éducative, document de travail, juin 1985, 15 p.



2.3. Documents du D.É.N. — Projet Haïti/P.N.U.D. — UNESCO

Évolution des effectifs dans l'enseignement primaire en milieu urbain et rural, taux de scolarisation, Étude no 1, mai 1979, 21 p. (Luis Carrizo).

Distribution par âge et année d'études des effectifs des écoles publiques en milieu rural : résultats de l'enquête de mars 1976, août 1979, 14 p. et annexes (Luis Carrizo).

Aspects quantitatifs de l'éducation en Haïti 1978/1979, mai 1980, 49 p. et annexes (Luis Carrizo).

Préparation du plan quinquennal 1981-86 : Projections de population scolarisable 1980-2000, novembre 1980, 23 p. (Kacem Ben Salah et Michel St-Germain).

Résultats de l'enquête par sondage sur les écoles de l'enseignement primaire en Haïti, décembre 1981, 83 p. (Luis Carrizo).

Enseignement fondamental, I-Plan d'études, II-Langues d'enseignement, document de travail, juin 1980, 14 p.

Population et scolarisation en Haïti, taux de scolarisation par département, juin 1981, 21 p. (Luis Carrizo).

Premier cycle de l'enseignement fondamental, objectifs d'apprentissage, document de travail, avril 1981, 11 p.

Document I, avril 1981, 58 p. (avec l'équipe d'évaluation de l'Institut pédagogique national).

La formation des maîtres en Haïti, document de travail, décembre 1982, 63 p.



2.4. Documents de l'Institut haïtien de statistiques et d'informatique

Recensement général de la population et du logement (août 1971), Port-au-Prince, I.H.S.I. & ministère du Plan, août 1979, 143 p.

Cahier no 8 : Projections, fascicule no 1 : Projections provisoires de la population d'Haïti 1970-2000, Port-au-Prince, 1980, 31 p.

Cahier no 8 : Projections, fascicule no 4 : Projections provisoires régionales de la population d'Haïti, Port-au-Prince, juillet 1980, 40 p.

Analyse de quelques indicateurs démographiques tirés des recensements de 1950, 1971 et 1982, Port-au-Prince, I.H.S.I., avril 1983, 79 p.

Résultats anticipés du recensement général de 1982, Port-au-Prince, I.H.S.I., 1984, 207 p.

Bulletin de statistiques, supplément annuel no XII, 1980-1981-1982, s.d., 233 p.




haut