Accéder au contenu principal
LANGAGE DU DROIT ET TRADUCTION

LANGAGE
DU DROIT
ET
TRADUCTION

THE LANGUAGE OF THE LAW AND TRANSLATION

Essais de jurilinguistique

Essays on Jurilinguistics






CHAPITRE II

L'apport de la terminologie






Legal and Administrative Terminology
and Translation Problems



par le Dr. Alexander LANE




Juriste, traducteur et terminologue, auteur de nombreux travaux dans le domaine de la jurilinguistique, le Dr. LANE est le président de l'Institut international de terminologie juridique et administrative, dont le secrétariat permanent est à Berlin.






SOMMAIRE

La terminologie juridique et administrative constitue la langue technique utilisée par l'Administration, la Justice et le monde des juristes, par opposition à la tangue commune dont elle se distingue en outre par certaines caractéristiques d'ordre syntaxique et stylistique, outre sa nomenclature particulière. L'écrit est sa source principale, qu'il s'agisse de documents à caractère officiel (lois, traités, décisions de justice...) ou non (contrats, testaments, opinions...). Cette spécificité de la terminologie juridique et administrative pose nombre de problèmes au traducteur, notamment quant à la compréhension et à l'interprétation du texte; de plus, le passage d'un système à un autre présente des difficultés singulières tant sur le plan conceptuel, qu'illustre particulièrement la traduction des lois en pays bilingue, d'accords internationaux et de documents tels les actes notariés, que sur le plan de la forme. Afin d'aider le traducteur dans sa tâche et de lui fournir les outils nécessaires qui lui font tant défaut dans ce domaine, deux organismes ont été créés, l'un en Europe, et l'autre au Canada, qui ont pour principale fonction, le premier d'établir, sous les auspices du Conseil de l'Europe, un glossaire européen de droit et de terminologie administrative par couple de langues (allemand-français, anglais-français, allemand-espagnol...), le second, de créer un centre international d'études terminologiques affilié à INFOTERM.






I. GENERAL

1. Definition

Legal and administrative terminology (abbreviated as LAT in the following) may be defined as the technical language employed by the legislators, administrative authorities, the courts and members of the legal professions. It is characterized by the special terms and expressions peculiar to this particular field, and it also exhibits a number of special syntactic, stylistic and idiomatic features.

2. Sources of LAT

The technical language of the legal and administrative sector is found primarily in written texts, which may be classified as follows:

  • official texts, whose wording is prescriptive and must therefore also be used by translators, i.e. laws, statutory instruments, texts of ratified international agreements;

  • other documents issued by authorities and courts, whose contents are legally binding but whose wording is not prescriptive, i.e. judgments and other decisions handed down by courts, decisions taken by administrative authorities, official announcements, letters, etc.;

  • non-official texts, i.e. documents drawn up by members of the legal profession in performance of their functions (e.g. documents authenticated by a notary public, such as contracts, wills and powers of attorney; written applications and submissions by lawyers; legal literature; written opinions on legal or administrative matters; sometimes also private correspondence if it is used for the purpose of providing evidence in a legal dispute, etc.).

3. Defining the scope of LAT

Not every text that is generated in connection with legislative, judicial or administrative activity or in connection with the practicing of the legal profession automatically contains LAT. Since law and administration cover all aspects of human life, a number of problems arise when we try to distinguish LAT from the terminologies of other technical language or even from the vocabulary of standard language. By standard language is meant the totality of words and expressions that should be known to all users of a particular language. It covers the vocabulary of all the subjects taught at an ordinary school and permits the speaker of the language to read a daily newspaper or follow radio and television programs without any particular problems. Standard language is the base on which the various technical languages are built up. While standard language can exist without specialized technical language, the reverse is not true — technical language presupposes the existence of standard language. Colleges that train translators and interpreters are therefore quite right in insisting that their students should acquire a perfect command of standard language, for without it a specialized text cannot be appropriately translated into another language.

As in all areas of language, it is not possible to draw a clear dividing line between technical language and standard language. If only because of the mass media, many terms used in technical language have become part of a person's everyday vocabulary, whereas on the other hand some expressions used in standard language have acquired a specific meaning in a particular subject area and have thus become termini technici in that area. This process can frequently be observed in the case of LAT as well.

In actual legal practice, it is a problem not only to distinguish LAT from standard language but also to distinguish between it and the large number of other technical languages. For example, in court cases of all kinds, witnesses give evidence and experts deliver opinions covering a wide range of subjects. These statements either relate to situations in everyday life — in which case the text contains only standard language — or they relate to a specialized subject such as medicine, construction, automotive engineering, etc. — in which case they are technical texts in the respective discipline. Such texts, which usually form part of the documentation of the case before the court do not come under the heading of LAT.

4. Characteristics of LAT

The critical observer is struck by the following peculiarities of LAT which occur not just in English, French, German and Spanish (the languages which are compared here) but also in most other languages:

The first thing that stands out is the wealth of archaic words, expressions, phrases and linguistic forms, also the Latin tags, and a certain clumsiness in the manner of expressing ideas. For reasons of space, it is not possible in this essay to deal with these in detail. Nevertheless, I should like to take a closer look at some features. The archaic nature of legal language, which very clearly and definitely distinguishes it from other technical languages, has something to do with the fact that the legal sources from which it stems are usually extremely old. For example, the system of Common law goes back as far as the 13th century, the Code civil contains expressions and phrases dating from the 17th and 18th centuries, and the situation is similar in the case of Spain's Codigo Civil and the German Bürgerliches Gesetzbuch (Civil Code). However, the material that the lawmakers have adopted from earlier times becomes mixed with more recent and even modern language which finds its way into the text as a result of amendments and revisions of the laws. Because of this mixture of the old and the new the text sometimes lacks stylistic homogeneity; therefore we find that it is also necessary to consider the stylistic aspects of LAT.

Naturally, there are some people who are capable of maintaining a beautiful style when producing LAT texts. But, nowadays in particular, anyone engaged in such activity is forced to work against the clock and must be content with merely expressing what needs to be said, while the niceties of linguistic form have to take second place. The efforts which have been made, for example, by legislative bodies, to rectify defective language in draft legislation by enlisting the aid of linguistic associations and recognized stylists have so far met with little success. It often happens that the pure linguist, who is not familiar with the subject matter in question, has difficulty in finding better ways of phrasing concepts without running the risk of altering the sense. Another factor that contributes to the lack of stylistic beauty and homogeneity is that the texts of parliamentary bills or official communications are drafted jointly by several persons or agencies, and the texts of agreements or treaties come about through the process of negotiation; in all these cases, the main purpose of the participants is to agree on the content of the texts, whereas they have little time to spare on linguistic form.

II. TRANSLATION PROBLEMS

5. Understanding the text

The problems faced by translators of LAT texts commence with the actual understanding of the text. If the translator is not a trained lawyer, he may not necessarily be able to comprehend the meaning of a text. Therefore, the ability to understand the legal content of a text depends on the amount of preparatory training that the translator has received. The ideal translator is one who is an expert in the law of the source language country as well as in the law of the target language country. Translators with such skills are found in international organizations, such as the European Court (Court of Justice of the European Communities) in Luxembourg. However, the need for translations of legal texts is in practice so great that suitable translators have to be trained for this purpose. It is obvious that the goal of a translator in taking such training is different from that of a person studying to enter the legal profession (i.e. to become a lawyer, judge, etc.). The fledgling lawyer must learn how to handle the law and how to make legal decisions. In contrast, a person being trained to become a translator of legal texts has much more modest goals. He must be able to understand the institutions and mechanisms of the law so that he can grasp the meaning of the texts set before him and translate them properly into the target language. Consequently, he must have knowledge of the legal terminology and of the specialized dictionaries and reference works that are used in his two working languages. This knowledge is usually acquired by taking a course of study at a school for interpreters and translators. In addition, however, it is advisable to study law, although it is not necessary to take an exam qualifying the student for entry into the legal profession.

6. Interpretation of the text

There are various problems that hamper clear understanding of a text. These include, for example, terms, expressions, formulations, abbreviations, etc. with which the translator is unfamiliar, and also a lack of clarity in the source text. The translator must overcome his terminological difficulties by making use of his stock in trade, namely dictionaries as well as unilingual and multilingual reference works. Sometimes it also helps to consult with a recognized expert on the subject. It is more difficult to deal with the problem of a text whose meaning is not clear. The Jack of clarity may arise because the translator cannot understand a text if it is phrased in such a way that only a trained lawyer can comprehend its meaning. Here again, the only solution is to consult with a legal expert. Under no circumstances is the translator permitted to place his own interpretation on the text, and it is absolutely forbidden for him to attempt to interpret the legal content. If various translations are possible, then the translator must point this out in a « translator's note ».

7. Differences between legal systems

The translator faces a very special set of problems when he is called upon to translate the terminology describing concepts that are unknown in the target language or that do not exist in exactly the same form in that language. About 15 years ago, the Internationales Institut für Rechts- und Verwaltungssprache (International Institute for Legal and Administrative Terminology) (see Section 11 herein for a description of the Institute) decided to study this fundamental problem. The result was that the Institute developed a method for coping with this difficulty, and this will be briefly explained in the following:

A terminological comparison between one language and the other is based on concepts and terms (Ferdinand de Saussure: Les signifiés et les signifiants). According to the definition given in the German standard DIN 2330, a concept is a unit of thought which combines within itself the properties and relationships of things (Le. material and immaterial objects, situations and circumstances, events, actions, procedures, etc.). The properties and the relationships are called the characteristics of the concept. In the sphere of language a concept is identified by a term which may consist of a single word or of a group of words or even of letters or graphical symbols. When it is necessary to translate a term from one language into a term in another language, it is the task of comparative terminology to go back to the concepts associated with the terms in question and examine whether they do actually correspond. A comparison of the concepts may reveal that their characteristics match up completely, ie. the concepts are identical, in which case the mathematical symbol « = » is used to express this state of equivalence. If the concepts are only more or less equivalent, then the symbol « ± » is used. If there is no corresponding concept in the other language, then the symbol «  » is employed.

Let us consider an example from the law of procedure

the concept E appeal (D Berufung; F appel; S apelación).

Conceptual characteristics

  1. Legal proceedings aimed at bringing about a complete or partial annulment or amendment of a judgment delivered by a court.

  2. The effect of an appeal once it has been duly lodged is to

    1. postpone the coming into force of the judgment (suspensive effect), or

    2. have the case sent to a higher court for a decision (devolutionary effect).

  3. An appeal is directed against the actual findings and the legal conclusions of judgment.

  4. To be valid, an appeal must adhere to certain formal requirements (it must be submitted in writing to the proper court within a specified period of time: judex a quo or judex ad quem).

  5. The entire case is tried again, both from the factual and the legal standpoint, in the court of appeal.

Once we have determined these characteristics of the concept in the sphere of application of the law in the source language country, we must check to see whether the same characteristics can also be assigned to the terms « Berufung », « appel » or « apelación ». It should be noted in this connection that the characteristics of a concept are not all equally important. Some are essential for determining the overall characteristics of the concept (essentialia) while the others are not essential (accidentalia). If all the essentialia match up and only a few of the accidentalia differ from each other, then we can consider using the symbol « = ». If most of the essentialia are identical and some of the accidentalia are also the same, then the two concepts are similar (« ± »). If the essential characteristics do not coincide, then the source language concept and the target language concept are not equivalent («  »).

However, not every problem is solved by classifying the concepts according to their characteristics. In particular, the decision denoted by the symbol «  » is merely negative. If we tell the translator that the concept « NN » in the source language does not exist in the target language, we must also tell him what word he should use instead, Le. we must at least suggest a translation. This provides the comparative terminologist with the opportunity not only to be analytical and descriptive but also prescriptive. Admittedly, he cannot force a translator to adopt his suggestion; instead, he can only hope that the translator will find it acceptable.

The following are some examples for the language combination German/English which are taken from the volumes of the Europaglossar der Rechts- und Verwaltungssprache (European Glossary of Legal and Administrative Terminology) published by the Internationales Institut für Rechts- und Verwaltungssprache.

" = "

Satzung f.
(vom Gemeinderat erlassenes Ortsrecht; in England bedürfen Satzungen in der Regel der ministeriellen Genehmigung; in Deutschland brauchen sie nur in besonderen Fâllen genehmigt zu werden.)
by(e) - law
(a local law enacted by the council, in England normally requiring confirmation by the appropriate minister; German by(e) - laws must be confirmed only in certain specific cases.)
(Term 37 from Volume 14 « Local Government » German and English)
" ± "

Firmenname m. (nach englischem Recht der Narre, unter dem ein Geschäft betrieben wird. In einem Register der Firmennamen muß jede Person, Firma (s.d.) oder Gesellschaft mit beschränkter Haftung (s.d.) eingefragen werden, die eine Niederlassung (s.d.) im VK hat und Geschäfte unter einem Namen betrelbt, der nicht mit ihrem wirklichen Nachnamen oder dem Nachnamen Oder körperschaftlichen Namen aller Teilhaber identisch ist, oder der nioht aus dem körperschaftlichen Namen der Gesellschaft ohne jeden Zusatz (außer den wirklichen Vornamen oder deren Anfangsbuchstaben zusätzlich zum Nachnamen) besteht.
In der SRD wird der Narre, unter dem ein Geschäft betrieben wird, als « Firma » (s. d.) bezeichnet.
Wird das Geschäft in kaufmännischer Form betrieben, dann muß die « Firma » in das bei den Amtsgerichten geführte Handelsreglster eingetragen werden.)
(§§1, 4, 6, 8 ff. 17 ff. HGB, § 4 GmbHG, § 125 FGG)
business name (in the United Kingdom, the name under which a business is carried on. Every person, firm or limited company (qq.v.) having a place of business (q.v.) in the UK and carrying on business under a business name which does not consist of the true surname of the person, of true surnames or corporate names of all the partners, or the corporate name of the company without any addition (other than the true Christian names or initials thereof in the case of surnames) must be registered in the register of business names.

In the FRG the name, under which a business is carried on, is called « Firma » (q.v.).

When the business is carried on in a commercial form, the « Firma » is to be registered in the commercial register kept by the local courts.) (Registration of Business Names Act 1916; Companies Act 1947 S. 123, Sched. IX, Pt. II)
(Term 136 from Volume 13 « Law of Establishment » German and English)
" "

Üv.f: Haftpflichtdeckung f. (Diese Versicherungsart ist nicht auf die Deckung von Unfällen auf öffentlichen Wegen beschränkt (gesetzliche Mindesthaftpflicht), sondern gilt auch für solche, die sich an anderen Orten ereignen. Ihr Haupfzweck ist es, den Versicherungsnehmer gegen Haftpflichtansprüche bei Tod oder Körperverletzung und bei Sachschäden dritter Personen abzusichern.) (Term 67 from volume 27 « Motor Insurance ».) « Third Party), cover (This type of policy is not confined to touer for accidents on public roads (« Act Only »), but applies also to those occurring elsewehere. Its main function is to cover the policyholder against his liability for the death of or bodily injury to other persons and for damage to third party property.)

8. Translations of laws and of the texts of international agreements

In countries which have more than one official language, and which therefore have to publish their legislation in at least two and possibly more languages, the preparation of the various versions acquires a special importance. The task in this case is not so much one of translating, pure and simple, but instead it involves the problem of how to draw up legal texts of identical content in more than one language. The problem becomes even more complex when the different languages are in addition associated with different systems of law, as is the case for example with English (Common law) and French (Code civil)in Canada.

In keeping with international practice, the fundamental procedure followed when drawing up legislation in more than one language is first to draft the law in one of the languages and then to have the Government's official translation service prepare the version in the other language(s). Both, or where more than two languages are concerned, all the texts are working texts as regards their formulation and factual content, and their wording is worked on by the various organs and persons involved in the legislative process; through discussions in Parliament, in the various Government Departments and in other bodies an attempt is made to find solutions which best suit the prevailing political circumstances. The translator is only one of the persons involved in this process. He is responsible for nothing more than the linguistic form and not for the shaping of the contents of the legislation. The procedure followed at the international organizations is in principle similar. If there are institutional differences in the spheres of application of the official languages, the creators of multilingual legislation must consider whether they should pass a law to replace the different institutions by uniform ones, thereby creating a standard terminology, or whether they should maintain the status quo. In the latter case the legislators will have no choice but to depart from the fundamental rule of achieving philological agreement between the two texts if they wish to ensure that, despite the different institutions, the law is the same for all subjects, regardless of what language they speak.

Like the domestic legislation of a bi or multilingual country, the multilingual texts of international agreements are also the result of negotiations regarding content and form. Conference interpreters and conference translators are brought in to provide assistance in this process. What form the final version of the agreement takes depends on the willingness of the negotiating parties to compromise. Sometimes the parties are unable to agree on either the language or the content of certain clauses, but they do not wish this to stand in the way of the agreement being signed, so they agree to disagree on such points. Thus, in both languages the texts deviate from each other not only linguistically but also factually at these points. This is a fact that is often overlooked when the texts of international agreements are used as translation aids. In this connection, attention should be drawn to another circumstance with which the translator is often insufficiently familiar. In keeping with the custom commonly adopted in the English-speaking world, the agreements usually contain a list of definitions, and they create their own terminology for the scope of application of the given agreement; such terminology cannot, however, be used outside the area of application of the agreement.

Pure translations of international agreements that were concluded in other languages are common in international practice, particularly in the case of the worldwide agreements concluded by the UN. They are drawn up and signed in the official languages of the UN. When these agreements are incorporated into the legislation of member countries with other official languages, or of countries that join the UN at a later date and that also use other official languages, a translation is included with the official text of the agreement, and in many countries the translation is at the same time printed in their Law Gazette. Since only the agreements themselves become domestic law through the act of ratification, the text of the attached translations is not prescriptive.

9. Translations of documents

Unless a translator decides to concentrate exclusively on scientific and technical texts, the translation of documents or deeds (G: Urkunden; F :documents, actes notariés or actes sous seing privé; S: actas notariales, escrituras, documentos, certificados) will play an important role in his professional life. (Examples that can be quoted here are: private agreements of all kinds, wills, marriage, birth and death certificates, etc., legal decisions of all kinds, documents relating to court and administrative proceedings, decisions reached by administrative bodies, etc.). As far as European practice is concerned, the following fundamental principles have been adopted for the translation of deeds and documents:

The translator must first cope with the format of the document. The primary characteristic is the external form, Le. the size of the paper, the quality of the paper; is it a handwritten or typed text, or is it a mixture of a printed form filled in by hand or with a typewriter? In addition, there are other elements to be considered, e.g. the use of text stamps, seals, and accessories such as document ties in the national colors, also special protective covers, etc. These external features are distinctive for the individual languages and subject fields. However, for the physical presentation of his translation the translator usually has nothing more than his typewriter, and this permits only a limited choice of typeface and layout. The work of the translator commences with the problem of trying to reproduce these external features. With his typewriter, he must attempt to create a document that resembles the original. In many cases this is an absolute requirement because many legal systems assign particular importance to these purely formal elements.

The external form of a document also includes a variety of errors such as the omission of letters, words or parts of sentences, dates, place names, numbers, the mixing up of letters and words, grammatical errors of all kinds, and illegible passages caused by poor handwriting or external wear and tear to the document. The study of the errors in a document is of great importance not only to the translator but also to all users of the document. Above all else, the question must be asked: Should the translation be better than the original? In the case of literary translations the answer must definitely be « yes ». On the other hand, where the translation of documents is concerned, it is of paramount importance to be absolutely true to the original. The translator may make an improvement, not forgetting to point this fact out in a footnote, only in those relatively rare cases when it is clear from the document itself that, for example, a word has been left out or a careless slip has been made. As regards the omission or incorrect quoting of figures and names, it is usually not permissible to make any correction, although the translator is obliged to draw the reader's attention to such points in a footnote.

The origin of the document and the use to which the translation is to be put are further important factors. Is it a French text from France or Haiti, from Quebec, Belgium or a francophone African country, or an English document from the USA, Canada, Great Britain, Australia, New Zealand, etc., a Spanish text from Spain or South America, a German document from the Federal Republic of Germany, Austria or Switzerland? There are different institutions and names in the various language zones. The translator must bear this in mind not only when analyzing the original document but when considering the use to which his translation is to be put.

The reproduction of names in documents brings the translator up against the general problem of how to spell (i.e. transliterate) them. If the source language uses Roman letters, then it is customary to retain the original spelling, even when the letters in the original are modified by diacritical symbols (ñ, ż, ś, č, ,t, q, q, be put in by hand. As far as documents in most western languages are concerned, names that are spelled in Roman letters in the source language are not ned, names that are spelled in Roman letters in the source language are not usually phoneticized in the target language. (Turkish is an exception to this rule: Ased = Hachette). In the case of languages which use non-Roman characters (Russian, Arabic, Chinese, etc.), the transliteration is based largely on the pronunciation, but the method of transliteration varies from country to country. The translator must therefore be aware, for example, that a Chinese name is transliterated differently in a document written in French, English, German or Spanish.

Names of streets are not translated but left in their original form because this makes it possible for the post office, for example, to locate the addresses.

In many cases it is quite impossible to translate the names of authorities, because there is no equivalent institution in the country of the target language. The solution to this problem is to give the name in exactly the form that is used in the source language and to provide an explanation, or perhaps even a suggested translation, in brackets after the name. The same applies to abbreviations, unless various versions of them exist in other languages, as is the case with the acronyms of many international organizations (UN = VN = ONU; NATO = OTAN, etc.). Figures and dates should be given in the same way that they appear in the source language, Le. Roman numerals for Roman numerals and Arabic for Arabic. Care is required with regard to the sequence in which the numbers are presented in dates because this varies from language to language, and if the original form is adopted unchanged it can cause errors.

III. INSTITUTIONS

10. In the following, we will examine two institutions which have made it their business to study the development of LAT, namely the Internationales Institut für Rechts- und Verwaltungssprache (11) and the LEAT Centre (12).

11. The Internationales Institut für Rechts- und Verwaltungssprache dates back to 1963 when an international study group was formed in Berlin by representatives of various Government ministries in the Federal Republic of Germany, France and the Benelux countries. The desire in establishing this group was to create suitable training aids for the personnel of national administrative bodies whose job requires them to conduct negotiations in other languages in foreign countries. In 1967 this study group acquired the status of an International Institute. Legally, the Institute is an international organization with non-official status (non governmental organization), and under German law it is treated as an unincorporated association. The head office of the Institute is located in Berlin1. The membership of the Institute is made up of experts from various European countries (Germany, France, Great Britain, Italy, Spain, Luxembourg). These experts are either high-ranking ministerial officials from specialist ministries (e.g. ministries of economics, foreign ministries, ministries of domestic affairs, etc.) or they are professors or members of the legal profession.

The Institute is run by a Board of Directors consisting of a President, several Vice-Presidents and the Head of the Permanent Secretariat. The Vice-Presidents are at the same time the Heads of the five national sections (German, British, French, Italian, Spanish) of the Institute.

According to the constitution of the Institute, its aim is to promote the study and research into legal and administrative terminology as well as the associated legal and administrative systems. In this way it seeks to help persons who are engaged in the work of international authorities and agencies to achieve their international goals and thus to contribute towards peaceful understanding between nations.

The main activity of the Institute is to publish the Europaglossar der Rechts- und Verwaltungssprache (European Glossary of Legal and Administrative Terminology). This glossary is available in single volumes, each of which deals with one particular subject in one pair of languages (e.g. Budgeting and Auditing: German/English; Marriage Law: German/French; Motor Vehicle Insurance German/English; or French Legal Terms in European Treaties: English/French). Each volume contains a bilingual introduction to the various aspects of the subject in both countries (e.g. a brief description is given of German and French budgeting and auditing procedures) as well as systematically arranged presentation of technical terms and phrases with definitions and terminological comments; the volumes are rounded off by alphabetically arranged subject indexes.

The individual volumes of the Glossary are prepared by Joint Committees that meet for one week at a time in various places throughout Europe. The various experts provide their services free of charge, but their travel expenses are reimbursed out of the Institute's funds. At the present time the Institute has about 100 experts as members.




1 The address of the Permanent Secretariat is 1 000 Berlin 12, Knesebeckstrasse 8-9, Federal Republic of Germany. [retour au texte]




The European Glossary differs from the usual alphabetically arranged dictionaries in that it is systematically arranged and thus permits concentrated study of the terminology of a particular subject area without, however, dispensing with the convenience of an alphabetical headword index2.

12. LEAT Centre

In May 1975, at the invitation of the International Information Centre for Terminology (INFOTERM), a world congress on the subject of international cooperation in the area of terminology was held in Vienna. The congress decided to set up a worldwide network for terminological studies (TermNet). In connection with the congress a world centre for legal, economic and administrative terminology was created under the acronym of LEAT. It is the task of LEAT to collect from all over the world and in all languages a full range of information on terminological dictionaries and reference works, on terminology courses and terminology projects, as well as on any other literature dealing with this special field of terminology. LEAT is affiliated with INFOTERM, Vienna, within the framework of the UNISIT Program of the UNITED NATIONS. It is located in Ottawa, Canada.




2 The Institute has so far published the following volumes

1. Office Terminology and procedure — Telephone and Telegraph Services/German and French *15. Legal Terms in English Law of Contract / English and French
2. Conference Terminology / German and French 16. Public Utilities / German and French
3. Salaries and Emoluments of Public Officials / German and French 17. Regional Policy / German and Italian
4. Administrative law and Procedure in Administrative Courts / German and French 18. Regional Policy / German and English
5. Civil Service Organization and Titles of Officials — Authorities / German and French *19. Marriage and Divorce / German and French
6. Local Government / German and French 20. Local Government / German and Italian
7. Budgeting / German and French 21. Law of Establishment / German and French
8. Civil Service Law / German and French 22. Civil Service Organization / German and Italian
9. Regional Policy / German and French 23. Education / German and French
10. Contracting in Relation to Public Authorities / German and French 24. Office Terminology and Procedure — Telephone and Telegraph Services / German and Italian
11. Youth / German and French 25. Conference Terminology / German and Italian
*12. Selected French Legal Terms in European Treaties / French and English 26. Budgeting and Auditing / German and Italian
*13. Selected Terms of the Law of Establishment / German and English 27. Motor Vehicle Insurance / German and English
14. Local Government / German and English 28. Budgeting and Auditing / German and Spanish

* Volumes prepared under the Auspices of the Council of Europe. [retour au texte]






Traduction et polysémie :
un exemple de traitement automatique
en informatique juridique



par Danièle BOURCIER et Evelyne ANDREEWSKY




Linguiste et juriste, Danièle BOURCIER est chargée de recherches au C.N.R.S. (ERA 430) à Paris. Elle a notamment réalisé un numéro de la revue Langages sur le discours juridique. Evelyne ANDREEWSKY est psychologue et chercheur à l'INSERM (U 84).






ABSTRACT

The authors plunge straight away into the thorny problem of multiple meanings in legal art words. Their discussion of polysemy covers its origins, problems it causes in translation and the ultimate test of legal construction of textual material. Harking back to the positivist ideal of one word for one idea and an unequivocal link binding the two, the authors review various attempts at understanding the semantics of legal parlance. Their approach is one of defining the concept and stating the meaning of the word, white leaving questions raised by « fuzzy » concepts aside.

They also propose an important survey of methods used for implementing legal text retrieval in data banks. Ms. Bourcier and Andreewsky describe techniques of word elimination and restrictions, diacritical markers, artificial lexicalization of word clusters, empty words and syntactic parsers. Yet ait these devices are based upon heuristic methods and none takes context into account. Since ambiguity often disappears when the word is placed in context, the challenge then becomes to devise means for considering contextual data. They conclude by demonstrating how it may be possible to « disambiguate » (désambiguïser) legal words by using textual collocations in a previously stored text wherein polysemes have been identified and are relatively disjonctive with respect to one another and that an algorithm for making comparisons has been established.






1. Introduction

Les polysémies ou « ambiguïtés lexicales » correspondent à des mots morphologiquement identiques, appartenant à une même classe grammaticale, mais qui ont des sens différents.

Exemples :
ACTION S1 titre représentant une fraction du capital d'un associé dans les sociétés par actions
S2 recours, exercice d'un droit en justice
S3 manifestation de l'activité, faculté d'agir.
GRÈVE S1 terrain plat couvert de sable au bord d'un fleuve ou de la mer
S2 arrêt, cessation concerté et collectif du travail décidé par les salariés pour obtenir des avantages.

L'ambiguïté lexicale est à distinguer de l'ambiguïté syntaxique qui désigne des mots de classe grammaticale différente.

Exemple :
CAR S1 conjonction
S2 substantif.

La polysémie est considérée comme un obstacle majeur à la « clarté » du langage juridique. « Un mot pour chaque idée, une idée pour chaque chose », telle était la devise de ceux qui ont voulu organiser le langage juridique comme une langue scientifique.

Mais à la différence des sciences « exactes », où les polysémies des termes spécifiques sont relativement réduites, le droit implique des univers de référence, des niveaux de langue et des sources d'énonciation trop variés pour que puisse être maitrisée l'apparition des polysèmes. C'est sans doute ce qui fait la spécificité du langage du droit par rapport aux autres langues de spécialité.

Cette caractéristique du droit entraîne des difficultés accrues quand il s'agit de traduire des textes juridiques ou d'utiliser des banques de données juridiques de langues différentes.

La présente étude est une contribution à la résolution de ces difficultés : en effet, nous présentons un système de résolution automatique des polysèmes et des exemples de son utilisation avec une banque de données juridiques.

2. Polysémie et rédaction du droit

La polysémie dans un texte juridique pose principalement un problème d'interprétation. En effet, comment comprendre dans le contexte d'un jugement l'expression « procès verbal contradictoire » : s'agit-il d'un procès-verbal qui en contredit un autre (sens commun de « contradictoire ») ou d'un procès-verbal où ont comparu les différentes parties (sens procédural)?

A. Les juristes ont tenté depuis longtemps de surmonter ces difficultés en normalisant l'élaboration et la rédaction du droit (LEIBNIZ, F. GÉNY). J. BECQUART1 proposa même en son temps plusieurs solutions :

  • faire des mots composés, ex : « saisie arrêt », « donation partage »;

  • employer l'ensemble du groupe de mots (et non le scinder) ex : « étranger à la France », « action en justice »;

  • forcer certaines évolutions linguistiques. De même que « compte » et « conte » ont finalement acquis des signifiés différents, on normalisera des écritures discriminantes : « hacte » et « actes » (?) Bien que cette solution paraisse bien artificielle et les écritures peu satisfaisantes, elle est si radicale qu'elle a été reprise par certaines bases de données;

  • utiliser des synonymes non ambigus. Ex : « acte » (employé dans le sens commun) deviendra « agissement », « capacité », « aptitude ».

Les initiatives récentes des pouvoirs publics pour simplifier le langage juridique ont en fait souvent contribué à créer de nouvelles polysémies. On peut citer le mot « exploit » (d'huissier), archaïque et polysémique, quia été remplacé par un terme neutre, mais lui aussi polysémique : « acte ». De même, la francisation de certains termes étrangers (anglais) ne fait souvent qu'augmenter le nombre de polysémies dans la langue. Exemples de mots créés : « façade » : en matière d'assurance, opération suivant laquelle une société garantit un risque dont elle cède une partie à une autre société; « allotissement » : opération d'entreposage des marchandises, etc.

B. Il convient de distinguer les problèmes d'interprétation posés par l'utilisation d'un terme polysémique de ceux posés par la présence d'un terme flou.

En effet, pour qu'il y ait polysémie, il faut que les différentes acceptions soient stables et que les définitions correspondantes soient assez disjointes. Cette distinction entre « flou » et « polysémie » en droit n'est cependant pas si radicale puisqu'elle a été à l'origine de longues querelles d'interprétation.

Dans l'affaire de la commune de Landevennec2 dont les rebondissements de procédure durèrent plusieurs années, c'est la polysémie du terme « dommages-intérêts » qui était en jeu.

Pour le juge d'instance, cette notion n'était pas polysémique et recouvrait à la fois la notion d'indemnité de réparation, et celle d'astreinte.




1 J. BECQUART, Les mots à sens multiples en droit civil français, P.U.F., 1928. [retour au texte]

2 Exemple cité par J. BECQUART. [retour au texte]




Pour le juge d'appel, le terme « dommages intérêts » était polysémique; il ne retenait que S2 pour l'affaire en question.

— le juge d'instance :
dommages-intérêts S1 indemnité de réparation et astreinte
— le juge d'appel :
dommages-intérêts S1 indemnité de réparation et astreinte
S2 seulement indemnité de réparation


La Cour de Cassation nia l'ambiguïté du terme, donc refusa d'interpréter le sens donné par les juges d'appel et par conséquent refusa l'argument de polysémie qui aurait permis au demandeur d'éviter une astreinte trop lourde. En effet, on sait que le juge ne peut jamais modifier un texte dont le sens est clair. Mais dire qu'il y a ou non polysémie, lorsque les acceptions ne sont pas tout à fait stables et définies, fait partie du pouvoir de juger. Cela, d'autant plus que le juge a une grande latitude pour décider de la définition d'un terme non juridique, qui n'a pas de « réalité répétitive institutionalisée3 ».

Signalons enfin que le problème soulevé par les termes flous et la polysémie s'est posé non seulement au juge et au législateur, mais aussi à tous ceux qui ont tenté de formaliser le raisonnement du juge pour construire des systèmes experts en droit4. L.T. McCARTY a introduit dans TAXMAN5 la notion de « standard + déformation » permettant de prévoir la dérive du sens que peuvent prendre certains concepts juridiques (« amorpheous concepts »). De même, LDS6 inclut dans son univers de connaissance, au même titre que des normes très précises, des principes généraux (« informal principles ») et des concepts flous.

Nous ne nous intéresserons pas ici aux questions posées par le flou des concepts, mais par leur polysémie.

3. Polysémie et banques de données juridiques

La question de la polysémie s'est posée dès les premières banques de données juridiques. La façon dont l'ont résolue les systèmes d'indexation manuelle et les systèmes en texte libre mérite qu'on s'y attarde.

Les systèmes d'indexation manuelle, qui ont le contrôle préalable du vocabulaire enregistré, peuvent pallier les effets prévisibles de la polysémie en utilisant des groupes de mots ou en supprimant définitivement certains items.

À l'interrogation, certains opérateurs logiques (SAUF) peuvent exclure une acception, d'autres (ET) permettent certaines restrictions. Dans la mesure où l'on peut consulter le lexique et que l'interrogation se fait sur des abstracts où la structure syntaxique des phrases est simple et stable, ces méthodes sont pertinentes. Il faut dire que c'est bien l'un des avantages de l'indexation préalable que de pouvoir maîtriser certains effets de la langue.




3 T. IVAINER, « La lettre et l'esprit de la loi », La semaine juridique, n° 19, mai 1981. [retour au texte]

4 B. HUDAULT, Sommaires automatiques d'une jurisprudence rendue en matière de responsabilité de la circulation. Recueil de Textes du groupe de travail sur l'analogie, n° 3, sept. 1981 ronéoté. [retour au texte]

5 L.T. McCARTY, « The TAXMAN project : towards a cognitive theory of legal argument » in B. NIBLETT, Computer science and law : an advanced course, Cambridge, 1980. [retour au texte]

6 D.A. WATERMAN, and M. PETERSON, « Rule-based models of legal expertise » in Proceedings of the First Annual National Conference on Artificial intelligence, pp. 272-75, Stanford Univeristy, 1980. [retour au texte]




Les systèmes de texte libre, qui ont à traiter l'ensemble des structures linguistiques, les constituants de phrase, les phrases et les figures du discours, ont adopté d'autres solutions qui, pour être radicales face à la polysémie, n'en sont pas moins souvent très contraignantes. Citons par exemple les moyens qui ont été utilisés par un tel système (Centre d'informatique Juridique) :

  • d'abord les polysèmes rencontrés au fur et à mesure de la création des bases de données ont été collectés. L'occurrence de chaque acception a donné lieu à l'adjonction d'un mot discriminant qu'on peut distinguer du texte luimême, au moyen d'astérisques :

    Exemple :
    action 1) *en justice*
    2) *valeur mobilière*
    3) Ø (fait d'agir)

L'acception la plus fréquente ne donne lieu à aucune adjonction (Ø).

  • de plus, certaines formes polysémiques particulièrement fréquentes au sens des locutions (verbiales, adverbiales, prépositionnelles) ont été transformées en groupes de mots liés.

Certains de ces groupes de mots, particulièrement fréquents, ont été considérés comme vides et éliminés du dictionnaire :

grâce_à
en ligne_de_compte
en_cause, à_cause
par_rapport_à
à_titre_de

ou

faire_état
tenir_compte
prendre_part

D'autres, au contraire, sont considérés comme de nouveaux mots :

main_d'œuvre
ordre_du_jour

Certains systèmes de traitement de texte libre se sont donné pour objectif de supprimer tout traitement manuel préalable. Ainsi, « SPIRIT » utilise un analyseur syntaxique pour déterminer la fonction syntaxique du mot dans la phrase, et des programmes de reconnaissance de groupes de mots permettant d'éliminer (s'ils sont vides) ou de regrouper (s'ils ne le sont pas) les locutions citées ci-dessus7.

Cependant, pour l'instant, quelles que soient les solutions envisagées, elles sont essentiellement empiriques et ne tiennent pas compte du paramètre essentiel qui est utilisé pour comprendre un texte et ses polysèmes, à savoir : le contexte.




7 A. ANDREEWSKY, F. DEBILI, C. FLUHR, « Apprentissage, syntaxe, sémantique lexicale », Revue du Palais de la Découverte, vol. 9, n° 83, pp. 17-40. [retour au texte]




4. Polysémie et utilisation du contexte

Le contexte immédiat (adjacent) est dans la plupart des cas suffisant pour comprendre les polysémies : le cas le plus simple est l'effet de collocation8 qui transforme un groupe de mots (dont l'un est polysémique) en monosémie (Exemple : « garde-champêtre »). Un cas un peu plus complexe est le suivant. Citons la phrase : « décidé qu'en rapportant l'arrêté agréant un garde-champêtre, le préfet n'a point abusé de ses pouvoirs... » « Rapporté » est désambiguïsé par la présence du mot « arrêté », appartenant à la catégorie « actes administratifs ». C'est cet effet de collocation qui a été généralisé pour la reconnaissance automatique de concepts9.

Les juristes (comme les linguistes) pensent qu'au moment de la lecture du texte d'un arrêt, d'un contrat, d'un article de loi, la situation d'emploi et l'environnement linguistique permettent souvent de résoudre les difficultés d'identification et de sélection des concepts. Mais la situation d'emploi extra linguistique ne peut pas être prise en compte en traduction et la combinatoire linguistique ne peut aider que dans certains cas à déterminer l'acception correcte. Souvent les spécialistes de la rédaction du droit proposent — pour pallier en fait les collocations absentes (implicites) —, d'« expliciter ou de décrire le sens recherché10 ». L'étude que nous présentons utilise à la fois le contexte de l'occurrence dans laquelle apparaît une polysémie et l'ensemble des contextes de cette polysémie dans un corpus donné pour la résoudre, et la traduire.

5. Un exemple de résolution automatique de polysèmes

Nous allons maintenant décrire une expérience faite à partir de l'idée suivante : il doit être possible d'utiliser toutes les « collocations » présentes dans un corpus donné (c'est-à-dire, le fait que statistiquement, une polysémie donnée a, dans ce corpus, une certaine acception quand elle y est colloquée avec une certaine classe de mots et une autre acception quand elle l'est avec une autre classe de mots); en effet, si un mot polysémique apparaît dans une phrase, on pourra identifier son acception dans cette phrase en comparant les mots de la phrase et ces deux classes de mots. Cette identification pourrait s'automatiser si a) le corpus était enregistré, b) les classes de mots désambiguïsant chaque polysémie identifiées et relativement disjointes, c) un algorithme de comparaison construit.

A. Nous avons résolu le premier point en utilisant un corpus juridique (banque de données du CEDIJ);

B. Le corpus est traité au moyen d'un système de documentation automatique « SPIRIT »11 qui calcule une « distance » entre une phrase donnée (ou question) et chaque document enregistré dans le corpus. Le calcul de ces distances permet à SPIRIT de répondre à une question par un ensemble de documents classés hiérarchiquement.




8 J.K. HALLIDAY, « Linguistique générale et linguistique appliquée à l'enseignement des langues », Études de linguistique appliquée, n° 1, 1962. [retour au texte]

9 D. BOURCIER, « Information et signification en droit : expérience de reconnaissance automatique de concepts », Langages, 53, 1979. [retour au texte]

10 M. SPARER et W. SCHWAB, Rédaction des lois, rendez-vous du droit et de la culture, Dossiers du Conseil de la langue française, 1980. [retour au texte]

11 C. FLUHR, SPIRIT : a linguistic and probabilistic information storage and retrieval system, Varsovie, sept. 1980. [retour au texte]




On associe alors à chaque polysémie les définitions dictionnaire de ses diverses acceptions (c'est-à-dire les phrases contenant les collocations privilégiées de ces acceptions).

On pose ces définitions comme « questions » à SPIRIT. Les réponses — c'est-à-dire les listes de documents « répondant » à chacune des définitions (L1, L2..) — représentent une partition sur l'ensemble des collocations à la polysémie et permettent ainsi de repérer les mots colloqués à chaque acception.

C. L'algorithme de comparaison utilise les réponses du système « SPIRIT » c'est-à-dire des listes ordonnées de documents — de la manière suivante

  • à une phrase contenant un mot polysémique, le système fournit une liste « L » de réponses;

  • on compare L à L1, L2 ..., liste des réponses du système à chaque définition des diverses acceptions de la polysémie en question. La plus grande intersection : LL1, L<L2, etc. indique quelle est l'acception de la polysémie dans la phrase posée (celle par exemple correspondant à la première définition si LL1 est la plus grande intersection).

Exemple : Soit un mot polysémique avec deux acceptions S1 et S2 tel

PRESCRIPTION S1

délai à partir duquel une action ou un recours ne peuvent plus être entrepris

S2

dispositions ou articles de loi, de décret ou d'arrêté qui décrivent des normes auxquelles des objets ou des comportements doivent répondre.

Ces définitions S1 et S2 issues de dictionnaires juridiques (ou usuels) sont entrées comme question à SPIRIT.

À la définition correspondant à S1 on obtient une liste L1 de documents qui sont « les plus proches » (au sens de l'algorithme de SPIRIT) de S1; ces documents comportent le mot « prescription » utilisé dans le sens 1 :

« les loyers et cheminées qui ne correspondant pas aux prescriptions légales... »

À la définition correspondant à S2 on obtient une liste L2 de documents comportant le mot « prescription » dans le sens 2 :

« ces prescriptions ne sont pas applicables aux créanciers... »

On peut d'ailleurs signaler combien pour un non-juriste l'ambiguïté n'est pas obligatoirement levée par ces exemples et donc combien elle peut être difficile à traduire en une autre langue (et en un autre système juridique).

On pose maintenant, par exemple, la question suivante, contenant la même ambiguïté « prescription » :

« En matière d'impôts locaux, quel est le délai de prescription des actions en recouvrement? »

On obtient une liste L de réponses. L'intersection de L avec L1 et L2 (réponses aux deux définitions des acceptions de « prescription ») permet de déterminer quelle est l'acception de « prescription » dans la phrase donnée (ici, le sens correspondant à S2).

Cette même expérience menée avec le terme « marché » montre comment on détermine l'acception de ce mot dans une phrase pour la traduire (anglais) :

MARCHÉ S1 (contract)

contrat ou convention sur appel d'offres ou adjudication que peuvent passer et conclure les collectivités publiques pour obtenir certaines fournitures ou travaux.

S2 (market)

lieu public où sont rassemblés des marchands pour vendre : halles, places ou foires.

Prenons la question suivante posée sur la banque de données de droit communal :

Q :

« Pouvoirs de police du maire en matière de marchés, de foires et de ventes au déballage ».

La liste L des réponses à cette question comprend 5 documents : Code d'administration communale (CAC) 97 et 630, Code des Communes (CC) L.131-2, L.314-3 et L.376-7.

L a avec L2 (réponse du système à la définition S2) la plus grande intersection (CC art. L.376-7, L.131-2, et CAC art. 630). Les documents suivants de la liste L2 incluent le terme « marché » avec la définition S2; par exemple

« La police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité, et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :

  • le maintien du bon ordre dans des endroits où il se fait de grands rassemblements d'hommes tels que foires, marchés, réjouissances.... et autres lieux publics....

Si on traduit en anglais la phrase Q, c'est donc le mot « market », correspondant à l'acception S2, qui devra être utilisé pour traduire ici « marché ».

Remarque : Pour ce dernier exemple, le document CAC article 630 appartient à la fois à L1 et à L2. Dans ce cas, cela signifie seulement que les collocations des deux acceptions ne sont pas tout à fait disjointes.

Enfin, prenons un dernier exemple avec le mot « action ».

ACTION S1 (share)

titre représentant une fraction du capital d'un actionnaire dans les sociétés par actions

S2 (action)

recours, exercice d'un droit

Posons au système SPIRIT la question suivante :

Q :

Suivant quelle procédure une société peut vendre des actions qui n'ont pas été libérées?

On obtient une liste de documents L qui a avec L1 (réponses à la question correspondant à share) la plus grande intersection, dont l'article 281 de la Loi sur les sociétés commerciales :

« ...À défaut par l'actionnaire de libérer aux époques fixées .... les sommes restant à verser sur le montant des actions par lui souscrites, la société lui adresse une mise en demeure..... »

Donner l'information qu'« ACTION » S1 et « ACTION » S2 ont une origine différente (Si vient du hollandais « Actie », XVIIe siècle; S2 du latin « actio ») explique peut-être l'origine de cette polysémie. Cependant cette discrimination par étymologie est de peu d'utilité pour le traducteur disposant actuellement d'une banque de données. En revanche, l'expérience ci-dessus présentée laisse entrevoir l'utilisation qui pourrait être faite des banques d'informations12 en employant de façon dynamique la connaissance inscrite dans l'univers textuel des corpus de spécialité.




12 E. ANDREEWSKY, A. ANDREEWSKY, G. DELOCHE, D. BOURCIER, « To see or not to see », 1981, Proceedings of the 3rd Conference on cognitive science, pp. 177-178, Berkeley. [retour au texte]




La fiducie en droit québécois



par Wallace SCHWAB




Traducteur et terminologue, professeur de traduction juridique, M. SCHWAB a longtemps œuvré à l'Office de la langue française du Québec où il fut un pionnier dans le domaine du traitement automatique en informatique juridique. Entre autres travaux, on lui doit une importante étude (en collaboration avec Michel Sparer) sur la rédaction des lois.






ABSTRACT

The evergrowing presence of trusts and fiduciary relationships in French legal literature brings to light a curious linguistic and legal fact : there now does not exist an appropriate vocabulary in French for describing such realities. Things are complicated all the more so since the English technical vocabulary in Common Law is aged and certainly not bereft of numerous near synonyms (i.e., beneficiary and cestui que trust) which may even confuse the native English speaker, much less foreign speaking peoples. Therefore, this article proposes to set out in an orderly fashion and explain those usages characterizing trusts. Where translation seems to be used, some proposal is made. Numerous explanatory contexts are furnished which help situate these terms in an appropriate setting in order to favor understanding their usage. Finally, a bilingual lexicon closes this chapter on trusts.






Le 31 octobre 1879, la Législature de la province de Québec adopte « l'Acte concernant la fiducie1 » et, par ce geste, introduit dans le droit civil du Québec le régime du « trust2 », issu du droit anglais. Pour bénéficier pleinement des avantages de cette institution, les Québécois durent résoudre par la suite deux difficultés: l'assimilation du « trust » dans leur droit positif et la création d'un lexique propre à l'expression de cette nouvelle réalité. Sans minimiser l'importance du problème juridique, nous tenterons, dans le présent exposé, de mettre un peu de lumière sur quelques aspects linguistiques de la « naturalisation » du trust, devenu en français québécois, comme nous le savons, la fiducie3.

Dans Faribault (1936)4, le lecteur trouvera de nombreuses explications étymologiques, historiques et juridiques qui éclairent l'évolution et l'implantation de la fiducie au Québec. L'assimilation d'une institution étrangère aux usages du droit civil ne s'est pas opérée sans heurt, car le nouveau venu dérangeait en quelque sorte l'économie du droit positif. Après tout, le droit civil possédait déjà — rappelons à cet égard l'usufruit et la substitution — ses propres institutions, dont certaines caractéristiques se rapprochent de celles du « trust » anglais, ce qui ne manque pas de désorienter le profane. Pour pénétrer ces nuances juridiques, il est enrichissant de lire l'ouvrage Les Droits des bénéficiaires d'un usufruit, d'une substitution et d'une fiducie5 où l'auteur décrit les fonctionnements distincts de ces trois techniques du droit québécois.

Création de l'Equity6 en droit anglais, le « trust » suit les contours notionnels du Common law, ce qui est à l'origine de bien des traquenards juridiques et terminologiques en droit civil.

« Vouloir admettre dans un contexte de droit civil une institution aussi intimement liée à l'évolution même du droit anglais n'est pas sans présenter de nombreuses difficultés dont le nœud réside dans la notion même que chaque système juridique se fait du droit de propriété. Il est, en effet, difficile de concilier la notion de propriété du droit civil avec le trust du droit anglais qui procède essentiellement de la distinction faite entre Law et Equity (48). L'introduction, par des lois spéciales (49), des dispositions actuelles concernant certaines formes de fiducies a, d'ailleurs, suscité les interprétations les plus variées (50)7. »




1 Acte concernant la fiducie, LQ 1879, c. 29, pp. 50-52, sanctionné le 31 octobre 1879. [retour au texte]

2 « trust : fiducie » : à ne pas confondre avec le concept financier du trust, c'est-à-dire un cartel ou groupement d'intérêts où peuvent se trouver réunies de nombreuses entreprises. Nous n'abordons pas ce sens dans le présent exposé. [retour au texte]

3 Code civil, art. 981a à 981v. [retour au texte]

4 Il s'agit de lire les pages 11 à 70 dans l'ouvrage de Marcel FARIBAULT, Traité théorique et pratique de la fiducie ou du trust du droit civil dans la province de Québec, Montréal, Wilson et Lafleur, 1936, 459 p. [retour au texte]

5 Madeleine CANTIN-CUMYN, Les droits des bénéficiaires d'un usufruit, d'une substitution et d'une fiducie, Montréal, Wilson et Lafleur, 1980. [retour au texte]

6 Tout au long du présent exposé, nous utilisons le terme anglais « Equity » de préférence à son homographe français équité pour souligner l'absence d'équivalent en langue française pour désigner une institution sui generis en droit anglais. Cela explique aussi le e majuscule qui accentue ce relief délibéré. [retour au texte]

7 Rapport sur le Code civil du Québec, vol. 2, tome 1, p. 379. Dans cette citation, il est question de trois références d'un intérêt particulier pour l'étudiant de la fiducie : (48) D.W.M. WATERS, Law of trusts in Canada, Toronto, Carswell, 1974, p. 15, pp. 929 et s.; (49) Les articles 981a et s. C.C. (Acte concernant la fiducie, SQ. 1879, 42-43 Victoria, c. 29) et la Loi des pouvoirs spéciaux des corporations, a. 22 et s.; (50) voir la note suivante pour cette référence. [retour au texte]




Pour autant que le régime du trust fait partie intégrante des institutions depuis plus d'un siècle au Québec, les juristes s'interrogent sur la manière de l'administrer en droit civil : doit-on accorder la priorité aux traditions anglaises ou à une démarche civiliste? Les avis sont partagés8. Néanmoins, selon qu'on suit le raisonnement du civiliste ou du juriste de Common law, le choix des termes en est affecté et traduit ou trahit l'option idéologique de son locuteur. On voit déjà qu'une croyance ou une incertitude chez les spécialistes, ou encore une querelle d'écoles différentes, peut, au plan notionnel, comporter de nombreuses répercussions sur la terminologie. Par exemple, doit-on parler en français du bénéficiaire, du cestui que trust ou d'autre chose? Tout dépend de la vision du monde de la personne qui utilise ces termes.

Pour mieux saisir l'ampleur des problèmes provenant de cette situation, il est nécessaire de laisser de côté pour le moment nos considérations sur la fiducie québécoise, afin de cerner les multiples usages de l'anglais. Un point de départ solide réside dans une compréhension du fonctionnement du trust.

Le fonctionnement du trust

Pour aider le passage de la notion juridique aux dénominations lexicologiques communément utilisées pour désigner le trust anglais, il est utile de schématiser ci-après le fonctionnement de cette institution. Sous sa forme la plus élémentaire, le trust est composé de trois fonctions ou rôles :

  1. Le « settlor » établit le trust au profit d'un bénéficiaire et transporte un bien « in trust » aux mains d'un « trustee ».

  2. Le « trustee » accuse réception du bien à titre de propriétaire véritable. Cette qualité de propriétaire réel ou encore, dans le langage de la substitution, le « grevé », dépend entièrement du système juridique où l'acte du trust a eu lieu9.




8 Nous reproduisons ci-après la note bibliographique n° 50 du Rapport sur le Code civil du Québec, vol. 2, tome 1, p. 545 où on relève les péripéties de cette longue polémique sur la « vraie » interprétation de la fiducie : « Voir P.B. MIGNAULT, Le Droit civil canadien, 1901, t. 5, pp. 154 et s.; P.B. MIGNAULT, « À propos de fiducie », (1933-34) 12 R. du D. 73; J.E. BILLETTE, Traité de droit civil canadien, Montréal, 1933, t. 1, n° 264, et « La fiducie », (1933-34) 12 R. du Dr. 159; J. CASGRAIN, « La fiducie dans la province de Québec », dans Le droit civil français, Livre - Souvenir des Journées du droit civil français, 1934, Paris-Montréal, 1956, p. 239; M. FARIBAULT, La fiducie dans la province de Québec, Montréal, Wilson et Lafleur, 1936; R.-H. MANKIEWICZ, « La fiducie québécoise et le trust de Common law », (1952) 12 R. du B. 16; D.N. METTARLIN, « The Quebec trust and the Civil law », (1975) 21 McGill L.J. 175. Voir, à titre d'exemples, Valois v. de Boucherville, (1929) S.C.R. 234; Curran v. Davis, (1933) S.C.R. 283; Laliberté v. Larue, (1931) S.C.R. 7. » [retour au texte]

9 Rapport sur le Code civil du Québec, vol. 1, pp. 325-331 ; vol. 2, tome 1, pp. 533-541. [retour au texte]




  1. Toujours dans les juridictions de Common law, le bénéficiaire conserve un droit en Equity à l'égard du bien transporté « in trust » au « trustee », alors que celui-ci possède le droit de propriété légal du bien, c'est-à-dire sanctionné par le Common law.

À la lumière de ces explications, on peut mieux comprendre la définition du trust proposée dans Underhill's Law of trusts and trustees10.

« A trust is an equitable obligation binding a person (who is called a trustee) to deal with property over which he has control (which is called the trust property), for the benefit of persons (who are called the beneficiaries or cestuis que trust), of whom he may himself be one, and anyone of whom may enforce the obligation. »

Voilà qui est bien pour le Common law, mais il est évident qu'en droit civil, il ne peut être question d'Equity ni du démembrement du droit de la propriété qui en résulte (equitable and legal interests).

Quoi qu'il en soit, à partir de ce schéma fondamental, on voit dans la pratique quotidienne de nombreuses permutations et variations de trusts. Par exemple, il est possible pour un disposant (settlor) d'être son propre bénéficiaire. De quelle manière? S'il veut faire de la politique, il sera sans doute à son avantage de se départir de certains de ses biens qui pourront le placer en conflit d'intérêts avec ses nouvelles fonctions. Dans ce cas, la mise en fiducie de ces biens (in trust) pour la durée du mandat pourra servir de solution, quitte à ce qu'il les recouvre après avoir quitté la vie publique. Enfin, il ne sera pas question ici d'explorer toutes les possibilités d'une institution aussi malléable.

Dans cette même veine, on vient de comprendre que le fonctionnement du trust repose sur un mécanisme de base relativement simple; pourtant, cela ne veut pas dire pour autant que ses manifestations juridiques ou commerciales le sont aussi. Bien au contraire, entre les mains habiles d'un juriste chevronné, la constitution des rapports multiples : « settlor- trustee-beneficiary » ressemblera à un labyrinthe inextricable, et encore, là n'est pas notre propos.

En anglais, l'existence séculaire du trust lui a légué un vocabulaire complexe, souvent insaisissable, du fait d'une variété de quasi-synonymes qui semblent désigner une seule chose vue sous de multiples éclairages. Notre objectif vise l'éclaircissement d'une terminologie absconse et notre méthode se fonde sur une présentation articulée en deux temps. D'abord, nous établissons une base de données sémasiologique où sont décrits tous les qualificatifs utilisés en anglais pour désigner les trois rôles mentionnés plus haut ainsi que cinq cas d'usages isolés. Par la suite, nous les expliquons et fournissons des équivalents français. Cette deuxième partie repose sur une démarche onomasiologique du fait que nous partons de la notion pour circonscrire par la suite les dénominations.

Pour mieux situer ces explications, voici deux arbres de domaine qui illustrent les diverses ramifications du trust anglais. Il faut bien noter que l'arbre français est généralement un calque de l'anglais.




10 Underhill's Law of trusts and trustees, 12e éd., 1970, p. 3. [retour au texte]





Voir tableaux


Les dénominations

  1. Le rôle de disposant : trustor, settlor, fiduciary.

  2. Le rôle de fiduciaire : trustee, legal owner, legal title, legal interests, owner at Common law.

  3. Le rôle de bénéficiaire : beneficiary, cestui que trust (cestuis que trustent11), beneficial owner, beneficial title, beneficial interest, equitable owner, equitable title, equitable interest, owner in equity.

  4. Le rôle de personne de confiance : fiduciary, fiduciary capacity.

  5. Le rapport de confiance : in trust12.

Dans la nomenclature qui précède, certains termes-clés tranchent sur la masse. Les voici expliqués :

  1. Les termes issus de trust :

    A.1 trust : le substantif désignant l'institution.

    A.2 trustor : l'un des trois acteurs, celui qui établit le trust.

    A.3 trustee : un autre des trois acteurs, celui qui administre le trust.

    A.4 trust property : le bien transporté en trust.

    A.5 trust deed :l'acte authentique qui atteste l'existence du trust.

  2. Les termes dérivés de Equity, notamment par le biais de l'adjectif « equitable » :

    B.1 equitable owner : donc, le propriétaire en vertu de l'opération de l'Equity.

    B.2 equitable title : donc, le titre détenu en vertu de l'opération de l'Equity.

    B.3 equitable interest : donc, le droit à la chose en vertu de l'opération de l'Equity.

  3. Les termes formés de « beneficiary » :

    C.1

    beneficial owner : c'est-à-dire le propriétaire virtuel qui bénéficie de l'existence du trust.

    C.2

    beneficial title : c'est-à-dire le titre au bien « in trust » qui existe au profit du bénéficiaire.

    C.3

    beneficial interest : c'est-à-dire le droit à la chose garanti en Equity au bénéficiaire.


  4. Les termes composés de « legal » + un substantif (rappelons le sens de « lex, legis » du vocable « legal »)

    D.1

    legal owner : s'entend du propriétaire réel ou véritable devant la loi (le Common law).

    D.2

    legal title : s'entend du titre conféré par l'opération de la loi (toujours le Common law).

    D.3

    legal interest : s'entend du droit à la chose garanti en vertu de la loi (enfin, le Common law).




11 Marcel FARIBAULT, op. cit. [retour au texte]

12 Selon le projet de Code civil : « Art. 604 Les mots « in trust » employés dans un acte ou un document peuvent indiquer, selon les circonstances, soit la constitution d'une fiducie, soit toute autre affectation. » Op. cit., vol. 1, p. 325. [retour au texte]




Pour clore ces explications, il reste quelques termes isolés, notamment :

  • settlor : le disposant qui se départit d'un bien, le plus souvent par voie testamentaire.

  • fiduciary : ce terme est moins courant, mais désigne à l'occasion le rôle du disposant; par ailleurs, il se réfère à une relation de confiance entre des personnes, ce qui n'est pas nécessairement l'indice de la présence d'une fiducie. Nous expliquons cet usage plus bas.

  • cestui que trust : relique de l'anglo-normand qui perdure dans les documents archaïsants et refuse de mourir. Elle est synonyme de « beneficiary ».

  • owner in Equity et owner at Common law : deux expressions dont le sens ne laisse pas de doute.

Quelques équivalents en français

Puisque le droit civil n'ignore pas le genre de rapport triangulaire qu'on observe dans le trust, le problème qui se pose alors en français est de choisir une terminologie à la fois suffisamment éloignée des usages connus pour garder intactes la monoréférentialité et l'univocité dans les termes existants, mais assez rapprochée du vocabulaire juridique pour permettre son insertion sans peine dans cet ensemble lexical. Il s'agit d'un défi lourd à relever où les solutions simples risquent de ne pas être globalement applicables et les solutions globales, de ne pas être simples d'application. Bref, toute solution proposée prête le flanc à des critiques...

Avec Faribault13, nous conservons pour le droit québécois la dénomination « fiducie » pour désigner le trust. De même, « fiduciaire » rend l'idée de « trustee ». N'en déplaise aux juristes européens, la consécration de tels usages en droit québécois rompt avec le couple dénomination-notion que l'on trouve dans les termes « fiducie » et « fidéicommis » en usage dans le droit français.

Pour l'instant, nous laissons de côté la création néologique encore possible en français à partir de la racine latine « fides » pour nous attacher à quelques dénominations ayant déjà cours et exprimant une partie de la réalité fiduciaire du droit civil québécois.

Le rôle de « settlor » peut se rendre par trois termes français :

  1. le disposant : traduction globale de « settlor », ce terme souligne l'aspect « disposition d'un bien, ou encore celui qui dispose d'un bien », qualité implicite dans la création d'une fiducie.

  2. le constituant : synonyme partiel de disposant, ce terme met l'accent plutôt sur la constitution de la fiducie et passe sous silence la disposition d'un bien.

  3. le donateur : autre synonyme partiel des deux termes précédents, celui-ci indique la présence d'une libéralité, nuance absente dans les deux autres.

Pour le moment, force est de constater qu'il n'existe pas de terme spécifique pour véhiculer la notion fort précise de « trustor »; autrement dit, on tourne autour du pot!




13 Marcel FARIBAULT, op. cit. [retour au texte]




De plus, le rôle de « trustee » n'a pas d'équivalent français, hormis l'usage québécois de fiduciaire. Dans son ouvrage le Droit anglais14, René David utilise l'expression encombrante « homme de confiance », ce qui rend bien la notion, mais s'adapte mal aux exigences du commerce.

Enfin, le terme « beneficiary » se rend très bien par « bénéficiaire ». À notre avis, on doit éviter de recourir aux termes empruntés à l'usufruit ou à la substitution fidéicommissaire, tels le nu-propriétaire, le grevé ou le gratifié. C'est courir le risque d'instaurer une synonymie trompeuse.

Les genres de fiducie

La multiplication des fiducies dans les juridictions de Common law a été accompagnée d'une création lexicale abondante en anglais. Nous présentons dans la liste suivante quelques-unes des formes les plus connues, des explications sur leur nature et un ou deux équivalents possibles en français.

  1. Private trust : fiducie particulière.

    Il s'agit d'une fiducie établie dans l'intérêt d'une personne ou d'un groupe de personnes. Dans ce même sens, on parle également de « Personal trust »; ainsi le néologisme « fiducie individuelle* » pourrait véhiculer la même notion.

  2. Charitable trust : fiducie à but charitable*, fiducie à but non lucratif*, fiducie à but philanthropique*, fiducie philanthropique*.

    Les biens faisant l'objet de la fiducie constituent, entre les mains du fiduciaire, un patrimoine d'affectation qui doit être utilisé à des fins précises. On dit aussi « Purpose trust ».

  3. Implied trust (ou Resulting trust ou Constructive trust) : fiducie implicite*.

    Il s'agit d'une fiducie établie par détermination de la loi (toujours le Common law).

N. B. :

Remarquons, avec les auteurs du Rapport sur le Code civil au Québec, que : « L'élargissement proposé du droit de la fiducie se limite aux fiducies constituées de manière explicite (Express trusts). Il n'introduit pas, dans notre droit, la théorie du droit anglais de la fiducie découlant de l'opération de la loi (Resulting trusts et Constructive trusts)... Le droit civil possède, en effet, les mécanismes appropriés pour régir la plupart des situations qui y ont suscité son élaboration : on peut mentionner le mandat, la gestion d'affaires, la copropriété, les règles relatives au transfert de propriété et celles de la preuve, sans compter les recommandations sur l'administration du bien d'autrui15.

  1. Discretionary trust : fiducie variable (ou à effets variables)*.

    Il s'agit d'un mode d'administration fiduciaire permettant de varier les effets de la fiducie sur ses bénéficiaires.




14 René DAVID, Le droit anglais, coll. : « Que sais-je? », n° 1162, Paris, P.U.F., 1975, 120 p. [retour au texte]

15 Op. cit., Rapport sur le Code civil du Québec, p. 380. [retour au texte]




  1. Totten trust : fiducie Totten.

    C'est une fiducie qui demeure révocable à volonté par le disposant jusqu'à sa mort ou jusqu'à ce qu'il la rende « parfaite » ou « absolue » de son vivant en la consacrant par un acte authentique, par exemple, s'il cède de son vivant au bénéficiaire le titre du bien. Si, par ailleurs, le disposant décède avant le bénéficiaire sans avoir révoqué ni désavoué la fiducie, il existera une présomption en faveur d'une fiducie parfaite (absolute trust) à l'égard du bien transporté en fiducie.

    Ce genre de fiducie est créé le plus souvent par le parent ou le tuteur d'un mineur, et sa forme la plus habituelle est le compte en banque instauré et administré par le parent ou le tuteur au nom du bénéficiaire, d'où la mention « in trust » sur les chèques.

Les caractéristiques du trust anglais

Afin d'élucider encore davantage la structure du trust en droit anglais, il est utile de saisir la manière dont cette technique juridique sert les utilisateurs.

Selon le Common law, une fiducie possède habituellement les caractéristiques suivantes :

« La propriété détenue en fiducie constitue, au sein du patrimoine général du fiduciaire, un patrimoine particulier qui se distingue d'autres patrimoines par le fait que les fins auxquelles on peut destiner la propriété en fiducie n'ont d'autres limites que celles d'ordre public.

« Par le principe du droit de suite, c'est-à-dire de la recherche du propriétaire en Equity, on sauvegarde l'identité de ce patrimoine particulier malgré toutes les dispositions prises par le fiduciaire de la propriété détenue en fiducie.

« La fiducie suppose une division particulière des droits réels sur la propriété en fiducie entre le fiduciaire et le bénéficiaire.

« La création d'une fiducie entraîne une séparation entre le droit d'administrer la propriété et celui d'en jouir. C'est ainsi que le propriétaire fiduciaire a un droit réel d'administrer la propriété en fiducie, alors que le propriétaire bénéficiaire a un droit réel d'en jouir.

« Le bénéficiaire a un droit de suite sur la propriété en fiducie que l'on a remise, en violation du contrat de fiducie, entre les mains d'un cessionnaire, à moins que celui-ci ne soit acquéreur de bonne foi et à titre onéreux du droit réel de propriété tout en ignorant, cependant, que le droit en Equity appartient au bénéficiaire16. »

La fiducie : trois conditions

Il est généralement admis que trois conditions suffisent pour créer une fiducie, notamment :

  1. L'acte constitutif doit énoncer en termes clairs qu'il s'agit d'établir une fiducie. D'habitude, l'acte constitutif est un testament ou un acte de fiducie.

  2. Le bien faisant l'objet de la fiducie doit être clairement désigné.

  3. Les bénéficiaires de la fiducie doivent être clairement identifiés.




16 Passage traduit de K.W. RYAN, An Introduction to the Civil law, Toronto, Carswell, 1962, 294 p. [retour au texte]




À défaut de ces trois conditions, un tribunal pourrait conclure qu'une prétendue fiducie n'existe pas. Par contre, sans qu'il soit expressément question d'une fiducie, la rencontre de ces trois conditions dans une situation donnée pourrait amener un tribunal à déclarer l'existence d'un « implied trust » ou d'une « fiducie implicite », c'est-à-dire constituée en application de la loi.

Le fonctionnement de la fiducie

Dans les juridictions de Common law, on dégage dans le fonctionnement de la fiducie les caractéristiques suivantes :

  1. Le droit réel de propriété est transféré au fiduciaire, sinon on conclut que la fiducie est inachevée ou imparfaite, donc sans effets au plan juridique.

  2. Une fiducie est menacée d'annulation s'il y a raison de croire à l'illégalité, à l'erreur, au dol ou à la crainte dans sa formation (adaptation libre de illegality, mistake, fraud, or undue influence/duress).

  3. Une fiducie peut être parfaite et n'avoir cependant aucun effet au plan juridique (par exemple, si le bénéficiaire est un animal...).

La néologie

La présence croissante du terme « trust » dans la documentation française souligne l'utilité de voir la création de dénominations appropriées pour exprimer cette réalité en langue française. Comme dans d'autres cas, il semble que la réalité « trust » soit venue s'implanter en langue française avant qu'on sache trop comment l'appeler. Certains affirmeront que c'est la situation classique décrite par Horace : « Res verba sequuntur ». Il est donc normal, selon nous, d'aborder le sujet de la néologie.

À l'exception de « fiducie » et de « fiduciaire », les termes suivants sont tous des néologismes dérivés du substantif. Ce ne sont pas des dénominations attestées, mais nous les proposons pour enrichir le vocabulaire de la fiducie en langue française. Ces néologismes portent donc la marque de formes non attestées, c'est-à-dire marquées d'un astérisque.

  1. Fiducie (n.f.) : (1) D'après le Common law d'Angleterre, processus de démembrement du droit de propriété d'un bien, meuble ou immeuble, selon lequel le titre et la possession passent au fiduciaire, devenu propriétaire véritable du bien. Parallèlement, le fiducié* (ou si l'on préfère l'appeler par le terme traditionnel, le bénéficiaire), devenu propriétaire virtuel du bien, garde une jouissance de ce bien dont la protection est assurée par un droit équitable*, c'est-à-dire en Equity. (2) En droit civil québécois, les droits que le fiduciaire exerce sur les biens qui lui sont transportés en fiducie ne sont pas ceux d'un propriétaire au sens classique du terme, encore qu'il ait tous les pouvoirs d'administration et d'aliénation. (3) (loc. adv.) En fiducie, l'acte de détenir ou de transporter un bien pour le compte du fiducié*. Le terme « en fiducie » employé dans un acte ou un document peut indiquer, selon les circonstances, soit la constitution d'une fiducie, soit toute autre affectation17.

  2. Fiduciaire (n.m. ou f.) : (1) Personne physique ou morale chargée d'administrer une fiducie. (2) (adj.) Capacité fiduciaire, bien fiduciaire, acte fiduciaire.

  3. Fiducier* (v. tr.) : Mettre, transférer, transporter, détenir quelque chose en fiducie.

  4. Fiducié* (n.m. ou f.) : Personne physique ou morale qui est bénéficiaire des effets d'une fiducie.

  5. Fiducieur* (n.m.) : Personne qui établit une fiducie, le disposant, le constituant, le donateur.

  6. Capacité fiduciante* (n.f.) : Qualité d'une personne de confiance désignée comme mandataire, exécuteur, administrateur, tuteur, etc., dans une situation qui ne présuppose pas l'existence d'une fiducie. C'est une adaptation en français de « fiduciary capacity ».




17 Ibid., vol. 1, p. 325, adaptation de l'article 604. [retour au texte]




De manière plus spécifique, le terme « capacité fiduciante » se réfère aussi au rapport existant entre le fiduciaire dans son rôle d'exécuteur, d'administrateur, de représentant, de tuteur, de cessionnaire, etc., et le bénéficiaire en tant que gratifié, interdit, incapable, débiteur, mandaté, etc. Toujours dans le Common law, la capacité fiduciante* se distingue de l'agency (mandat), en ce sens que le fiduciaire détient le titre réel du bien au profit du bénéficiaire. De plus, le rapport liant l'agent (mandataire) au principal (mandaté) est de nature intuitu personae et dépend donc de la volonté et de l'existence continue des parties. Par contre, la fiducie constitue un rapport impersonnel18.

La fiducie et l'Equity

L'objectif poursuivi dans le présent article est de décrire le vocabulaire anglais du trust et, dans la mesure du possible, de produire un vocabulaire français pour cette institution. Or, une des difficultés majeures qui entrave cet effort provient du fait que le trust plonge ses racines dans l'Equity. Aurait-il fallu, dans ce cas, s'attaquer à l'impossible francisation de l'Equity, véritable monument du droit anglais? Autant faire de vaines tentatives pour traduire « plum pudding »! Tout au plus nous semble-t-il nécessaire d'introduire en langue française la notion anglaise d'Equity, de lui donner une orthographe française — pourquoi pas « Équité »? — et de la doter d'un « e » majuscule pour marquer sa valeur de nom propre. Quant à sa forme adjectivale, nous croyons que le terme « équitable » peut faire l'affaire, moyennant une bonne définition terminologique pour expliquer ce nouveau sens. De cette manière, il devient concevable de construire des termes tels : droit équitable*, titre équitable*, propriétaire équitable*, etc. Certes, ces termes non attestés n'auront aucune signification tant qu'on ne leur accordera pas droit de cité dans des textes législatifs en français et que ces textes ne jouiront pas d'une même valeur que la version anglaise, problème politique et non linguistique.

Dans cette même veine, on peut envisager une démarche semblable pour les deux adjectifs « bénéficiaire » et « légal ». Il est évident que de telles initiatives vont nous faire accuser de vouloir angliciser le français, langue qui est déjà une proie facile de telles influences perfides! Nous réfutons ce genre de raisonnement et préférons y voir les avantages d'une utilisation rationnelle du processus de l'emprunt et de la création lexicale. Car il s'agit, à notre avis, d'un moindre mal de créer sciemment un vocabulaire technique univoque et monoréférentiel, plutôt que de délayer les notions précises du droit civil dans une mare mi-civiliste, mi-Common law. Pour discutables que soient ces innovations, elles ont l'avantage d'être succinctes et non équivoques.




18 Inspiré de l'Encyclopedia of Banking and Finance de Glen G. MUNN, 6e éd., Boston, Mass., Bankers Publishing Co., 1962, pp. 273-4. [retour au texte]




Par ailleurs, une francisation fondée sur un effort bien intentionné, mais illusoire, de « civiliser » ces notions de Common law, nous semble être une œuvre vouée à l'échec.

Conclusion

L'épanouissement du droit civil ou de la pensée civiliste dépend de sa capacité d'assimiler les réalités allophones sans pour autant s'en trouver dénaturé par des apports malencontreux. Dans ces circonstances, le droit et la langue doivent œuvrer de concert, car le premier support du droit civil, c'est la langue française. Si la langue refuse de reconnaître certaines formes lexicales, le droit ne peut que s'en ressentir. La manière de s'exprimer en droit civil suit obligatoirement les méandres de la langue. Cette assertion peut sembler à première vue un truisme, mais elle recèle davantage un rapport subtil entre droit, langue et culture.

La pureté de la langue ne doit pas être l'euphémisme décrivant une consanguinité débilitante chez les francophones qui n'acceptent que ce qui est connu. Si leur langue vit, c'est parce que les francophones sont conscients du potentiel de leur langue et des adaptations auxquelles elle doit se soumettre pour demeurer moderne et vivante.

Lexique anglais-français

Tous les termes marqués d'un astérisque (*) sont des néologismes non attestés.

beneficial interest 1. droit réel en Equity (sur le bien transporté en fiducie)
2. droit bénéficiaire*
beneficial owner 1. propriétaire en Equity (du bien transporté en fiducie)
2. propriétaire équitable*
beneficial title 1. titre en Equity (sur le bien en fiducie)
2. titre bénéficiaire*
beneficiary 1. bénéficiaire
2. fiducié(e)*
cestui que trust 1. bénéficiaire
2. fiducié(e)*
cestuis que trustent 1. bénéficiaires
2. fiduciée(e)s*
charitable trust 1. fiducie à but non lucratif
2. fiducie à but charitable*
constructive trust fiducie par interprétation19
discretionary trust 1. fiducie à effets variables
2. fiducie variable*
equitable interest 1. droit réel en Equity (sur le bien en fiducie)
2. propriétaire bénéficiaire20
3. droit équitable*
equitable title 1. titre en Equity (sur le bien en fiducie)
2. titre équitable*



19 Traduction proposée à la page 129 dans : Gérard SNOW, Vocabulaire anglais-français et lexique français-anglais de la Common Law, tome 1, Moncton, Les éditions du Centre universitaire de Moncton, 1980. [retour au texte]

20 Ibid., p. 58. [retour au texte]




execute (to) a trust exécuter une fiducie21
executed trust fiducie exécutée22
executory trust fiducie exécutoire23
express trust fiducie explicite24
fiduciary 1.
2.
3.
disposant
fiduciaire
personne de confiance
holding in trust 1.
2.
détenir à titre fiduciaire25
détenir en fiducie
imperfect trust
implied trust
fiducie imparfaite26
fiducie implicite27
incomplete trust 1.
2.
fiducie inachevée*
fiducie incomplète28
inter vivos trust 1.
2.
fiducie non testamentaire29
fiducie entre vifs
legal interest droit réel (selon le Common law)
legal owner 1.
2.
3.
propriétaire réel
propriétaire apparent
propriétaire véritable (selon le Common law)
legal title titre réel (selon le Common law)
owner at Common law 1.
2.
propriétaire (selon le Common law)
propriétaire réel*
owner in equity 1.
2.
propriétaire en Equity (du bien en fiducie)
propriétaire équitable*
perfect trust
precatory trust
private trust
resulting trust
settlor
trust
fiducie parfaite30
fiducie précative31
fiducie particulière
fiducie par détermination de la loi32
disposant
fiducie
trust company 1.
2.
compagnie de fiducie33
société de fiducie
trust deed
trust officer
trust property
trust money
trust will
acte de fiducie34
administrateur fiduciaire35
bien(s) en fiducie36
fonds (détenus, transportés) en fiducie37
testament fiduciaire38
trustee 1.
2.
fiduciaire39
personne de confiance
trustor 1.
2.
disposant
fiducieur*



21 Ibid., p. 129. [retour au texte]

22 Ibid., p. 129. [retour au texte]

23 Ibid., p. 129. [retour au texte]

24 Ibid., p. 129. [retour au texte]

25 Ibid., p. 129. [retour au texte]

26 Ibid., p. 129. [retour au texte]

27 Ibid., p. 129. [retour au texte]

28 Ibid., p. 129. [retour au texte]

29 Ibid., p. 129. [retour au texte]

30 Ibid., p. 129. [retour au texte]

31 Ibid., p. 129. [retour au texte]

32 Ibid., p. 129. [retour au texte]

33 Ibid., p. 129. [retour au texte]

34 Ibid., p. 129. [retour au texte]

35 Ibid., p. 129. [retour au texte]

36 Ibid., p. 129. [retour au texte]

37 Ibid., p. 129. [retour au texte]

38 Ibid., p. 129. [retour au texte]

39 Ibid., p. 129. [retour au texte]





haut