Accéder au contenu principal
 
NOTE
Ce texte a été numérisé par un système de reconnaissance optique de caractères.
Des erreurs de lecture peuvent s’y être glissées.

 

Indicateurs de la langue du travail au Québec : édition 1994




Table des matières




Collaboration

Présentation

Section 1
Points de repère sur la population


Section 2
Population active et marché du travail

Section 3
Direction des entreprises

Section 4
Technologie

Section 5
Programmes de francisation

Section 6
Usage du français au travail

Section 7
Regard sur l'évolution de la langue du travail au Québec





Indicateurs
de la langue du travail au Québec
édition 1994



Collaboration




Commission de toponymie
Alain Vallières, directeur des opérations

Conseil de la langue française
Pierre Georgeault, directeur des études et recherches
Paul Béland
Yvon Desjardins

Office de la langue française
Pierre Bouchard, chef du Service de la recherche
Pierre Jolicoeur

Secrétariat à la politique linguistique
Guy Dumas, secrétaire
Serge Lavallée

Tous droits de reproduction et d'adaptation, en totalité ou en partie, réservés pour tous les pays. Toute reproduction à des fins commerciales, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est interdite sans l'autorisation écrite du gouvernement du Québec.

Dépôt légal—1995 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 2-551-16206-8

Gouvernement du Québec




Présentation


Le Conseil de la langue française est heureux de mettre à la disposition du public et des organismes gouvernementaux ce fascicule thématique d'indicateurs sur la langue du travail. En posant ce geste, le Conseil remplit son mandat de surveiller la situation linguistique au Québec et d'informer le public.

Ce fascicule est une première. D'abord au sens où c'est le premier fascicule thématique qui explore de façon aussi détaillée l'évolution du français, langue du travail, domaine privilégié de l'intervention gouvernementale en matière d'aménagement linguistique depuis le début des années 70. Soixante et un indicateurs, élaborés par les chercheurs du Conseil et de l'Office de la langue française à partir de bases de données existantes, décrivent ce domaine complexe. Ensuite, au sens où une analyse dynamique de l'évolution du français, langue du travail, rend compte des facteurs sociologiques à l'oeuvre et aide à mieux comprendre l'évolution de l'usage du français.

Le constat général qui découle de cette étude est positif. L'usage du français a bien progressé ces vingt dernières années, dans tous les domaines et dans l'ensemble du Québec. La région métropolitaine de Montréal est cependant celle où il y a place encore à des progrès pour faire véritablement du français la langue "normale et habituelle" du travail. Cette région est celle où la concurrence des langues est la plus vive; celle où le défi de la francisation des entreprises demeure l'objectif à poursuivre, si l'on veut faire du français la langue commune, la langue de convergence des communications interlinguistiques des travailleurs et des travailleuses dans leur milieu de travail; celle, enfin, où il faut franchir les dernières étapes de la politique en matière de francisation du travail, telles que définies par la Commission Gendron.

Un proverbe chinois dit que "quand on a 10 lis (mesure de longueur) à parcourir, le point de non-retour se situe au neuvième". Nous ne sommes pas encore rendus au neuvième. Les efforts doivent être poursuivis, d'autant plus que la mondialisation des échanges et les développements fulgurants des nouvelles technologies apportent dans leur sillage l'usage de l'anglais comme lingua franca et une monoculture anglo-américaine. Récemment, les trois conseils de la langue française de la Communauté française de Belgique, de la République française et du Québec prenaient position en faveur du plurilinguisme et de la diversité culturelle dans le monde. Le Québec doit donc poursuivre son ouverture mais, en même temps, rester vigilant et continuer d'affirmer son vouloir-vivre en français.

Je signale, en terminant, que ce document est un nouvel exemple de la collaboration entre les organismes de la Charte. Je remercie le Secrétariat à la politique linguistique d'avoir assuré la coordination de ce projet ainsi que les personnes qui ont su mener à bien ce travail exemplaire :

Paul Béland
agent de recherche au Conseil de la langue française,

Pierre Bouchard
chef du Service de la recherche à l'Office de la langue française,

Yvon Desjardins
agent de recherche occasionnel au Conseil de la langue française,

Guy Dumas
secrétaire au Secrétariat à la politique linguistique,

Pierre Jolicoeur
agent de recherche à l'Office de la langue française,

Pierre Georgeault
directeur des études et recherches au Conseil de la langue française,

Serge Lavallée
conseiller au Secrétariat à la politique linguistique,

Alain Vallières
directeur des opérations à la Commission de toponymie,

Pierre-Étienne Laporte
président du Conseil de la langue française.




haut
Free download porn in high quality RGPorn.com - Free Porn Downloads