Accéder au contenu principal
 

 
Le français et les langues scientifiques de demain

Le français et
les langues scientifiques
de demain
Actes du colloque
tenu à l'Université du Québec à Montréal
du 19 au 21 mars 1996






SOCIOPOLITICAL FACTORS AND LANGUAGES
OF SCIENTIFIC COMMUNICATION
Robert Phillipson and Tove Skutnabb-Kangas
University of Roskilde, Denmark






There is abundant evidence of language shift in scientific communication into English from other languages. There is anecdotal evidence of non native speakers of English resenting being obliged to use English in ail or most of their scientific communication, but in general this process seems to be internalized as part of an inevitable, and possibly natural and even voluntary process. Individuals who wish to be part of the scientific community in a given field are encouraged or cœrced into writing their doctoral theses or scientific articles in the "international" language. Editors of scientific journals, and research councils therefore influence language policy through their gate-keeping. A range of scientific traditions (Gallic, Nipponic, Teutonic,...) are subject to pressure from supranational ones which appear to be above "national" policies.

It is important to explore how such instrumental language shift is related to wider processes of Europeanization, Americanization and globalization (which McDonaldization in the media and pop culture prominently symbolizes). Changes in scientific communication occur in tandem with technological change, and concurrent commercial and political shifts. There are changes in types and means of communication that are subtle, complex and fluid. Neither the underlying processes nor the interests these serve are readily or easily perceptible.

Asymmetry in North-South relations

Before considering relationships between scholars in various states in the rich "North", it is useful to consider North-South relations. There is hard evidence of a gross mismatch between the types of scientific activity undertaken in postcolonial societies and urgent social needs. The brain drain is symptomatic of asymmetrical North-South relations : scholars from the South are trained to function in the North (both geographically and ideologically) rather than the South. In the development "aid" business, with the World Bank now in the lead, North govemments have been very willing over the past 40 years to position scientists from the North strategically throughout the South. There is a relatively clear-cut picture of scientific imperialism, interlocking with educational and cultural imperialism, in global relations of dominance (Galtung 1980). The global hierarchy also has a linguistic dimension, with structural elements, material resources, and ideologies that underpin it.

An understanding of how and why this has happened presupposes familiarity with colonial language policy (Calvet 1974), and an understanding of how the hierarchy of languages in virtually all former colonies has not merely remained intact but actually been strengthened (Mateene 1985). This is substantially due to education systems and language policy in development reflecting Western thinking, and this suiting elites in the South (Phillipson 1992). Broadly speaking, development has assisted the dominant languages, Le. the former colonial languages. Most "aid" to education has served this purpose. Hardly any has been directly aimed at supporting local languages.

That scholars in the South have internalized North paradigms and values can be seen ubiquitously :

Africans have been psychologically conditioned to believe that only European languages are structured to aid development (Mubanga Kashoki, in UNIN 1981, 41).

A study of scholarly articles in the journal Indian Linguistics over a ten-year period (Sharada 1985) reveals that those texts cited most frequently are from the US, and "contemporary Indian authors seldom cite one another" (ibid., 31). The position is comparable in the field of sociology, psychology, and doubtless many others. The Western sources referred to are often of dubious relevance, but are functional in perpetuating dependence on the North, and its languages.

Such findings are not surprising, since the historical record shows that American govemment funds and "philanthropic" foundations have been active throughout this century, but particularly in a seminal period following 1945, in establishing paradigms of scientific activity and professional infrastructure worldwide that would conform to American models and interests.

Thus development assistance has been instrumental in effectuating linguistic imperialism, and been very functional in maintaining the dominance of European languages in former colonies. Linguistic imperialism occurs worldwide, e.g. in the Pacific and Australasia :

Linguistic imperialism is the expansion of a small number of languages at the cost of a large number of others. Linguistic imperialism is a promoter of one-way learning, the flow of knowledge and information from the powerful to the powerless (Mühlhâusler 1994, 122).

Part of the ideological underpinning of this dominance is embedded in such labels as "international" or "world" language. These concepts are hierarchical in that other languages are by implication stigmatized as inferior and less useful. An apparently neutral ascription presupposes that its users share a commonalty of interest, whereas globalization and development processes not only affect the North and the South differentially, they also impact on people differentially, favouring men rather than women, for instance, in schooling and literacy skills (Skutnabb-Kangas 1994). They also serve particular interests, mainly those essential to the economy and social reproduction. This pattern holds not only in North-South relations : within North countries, dominated (marginalized) areas and groups are affected in similar ways (Jussila & Segerståhl 1988).

Englishization in Danish scientific communication

In order to shed light on some of these processes, and how they are perceived in a "marginal" North country, we are conducting a pilot study of the use our colleagues at the University of Roskilde make of languages of scientific communication, of their experience of Englishization, and the possible consequences for Danish as a language of scientific communication.

A few words initially about the context. English is increasingly used in higher education in Denmark. Students of virtually all subjects are expected to read books and journals in English. Scandinavian scholarly journals aiming at the international public use English. Some departments are shifting to using English as the medium of education, at least partially. Policy is decided on by the institution in question, and is not guided by any explicit national policy. The funds provided by the European Union for increased student and staff mobility have accelerated the trend towards a greater use of English, even when some of the funds nominally (e.g. LINGUA) are intended to support the "smaller" European languages.

There is no institution in Denmark concerned with language policy, other than a small body with responsibility for corpus planning for Danish. This advises the general public on matters of spelling, lexical innovations and correctness and the like. It explicitly eschews language status policy, although several members of this committee (who are almost invariably specialists in Danish language) are aware that the increased use of English in particular domains (in business, the media, academic life, etc.) may represent a curtailment of Danish. There is a consensus that proficiency in foreign languages is essential for Denmark, for commercial, political and cultural reasons, and the learning of foreign languages in school is accorded great weight. They can be ranked roughly in order of importance : English, German, French, Spanish, others.

There is little debate in the media or professional associations about language policy, except for language acquisition matters, e.g. how early the teaching of English should be started in school, or how immigrants might learn Danish fast. There is no debate on whether immigrants should have the right to learn their mother tongue. Occasionally scholars express concern about language policy, as the following two examples indicate.

The editor-in-chief of a major Danish national encyclopedia has written that many contributors who are natural scientists are unable to communicate their scholarship in Danish for a Danish audience (Lund 1995). This is a familiar concern, for instance when medical doctors need to make themselves comprehensible in a non-technical way, but the widespread use of English seems to be aggravating the problem.

Secondly, a geologist has written that borrowing concepts from English into Danish, and the act of writing in English, are often a camouflage for sloppy thinking (Hansen 1996). In his view Danes delude themselves into thinking they are being precise, whereas in fact their texts demonstrate ignorance of the connotations of many English words and fail to contribute to a sound development of the Danish language.

There is nothing new about Denmark being strongly influenced by and through the languages of bigger powers. German influence was strong for several centuries. German was the first foreign language until the immediate post-1945 period, since which English has gradually expanded. Higher education institutions in Europe were strongly influenced by American funds and definitions of scientific relevance from the 1920s. A study of the expansion of the social sciences in higher education in Britain in the inter-war period reveals the decisive role of the Rockefeller Foundation, which disbursed approximately twice the amount that the British funding agency, the University Grants Committee, spent (Fisher 1982, 240). Key institutions in continental Europe were courted and moulded in the same way. It is not only the French who have engaged in cultural and scientific export.

The empirical study : "Danish ils not a scientific language" or "Anglo-Americans are handicapped"

In our empirical study, we preyed on the goodwill of all tenured professors and lecturers in the humanities, social and natural sciences at the university, and received 83 completed questionnaires, a very reasonable response rate (over 50 percent). The colleagues have a rich mix of nationalities and languages, but the majority are Danes. The questionnaire itself was in English but our colleagues were free to reply in the language of their choice. A dozen chose to reply in Danish, the rest in English.

The questionnaire (see Appendix) covered

  • assessments of their competence in Danish, English, French and German, and Cher languages,
  • the languages in which they publish, and whether there is any change as compared with 10 years ago,
  • perceptions of difficulty in writing in a foreign language, and whether they are assisted (translation, native speaker checking a text, etc.),
  • attitudes to language policy, and whether such matters are discussed,
  • the language(s) used in conferences in their field,
  • whether the increased use of English represents a threat to Danish,
  • whether any research has remained "unnoticed" because it was written up in a Nordic language,
  • how far the obligation to write in a foreign language has influenced their scientific approach.

The responses show that there is a wide range of perceptions of what is happening in the ongoing Englishization of higher education in Denmark, of what is at stake, and what the implications are.

Some Danes admit to difficulties in functioning in English :

To me writing and speaking English represents a reduction in accuracy - and an extra workload. (53)

Many scholars claim the opposite, and are happy to operate in English. A fraction of these operate in other languages in addition, and feel Anglo-Americans are handicapped if they are restricted to input from and in one language.

I really think that it is an advantage to come from a small country where one has been forced to learn languages — especially compared to the Anglosaxons. (22)

There is no antagonism between maintaining one's cultural identity (as a Dane), and working/living in foreign cultures, speaking/writing in 2-4 languages. Rather, it enriches your life. (51)

At Nordic conferences, English is spreading as the medium of written papers, although many speakers present them in Danish, Norwegian, Swedish. (20)

There is also a diverse picture when it comes to the actual use made of English and Danish. Some write exclusively in English, and feel Danish is not at risk, boldly reporting that "Danish is not a scientific language" and "one language is enough for science". Others feel that some research is undervalued simply because it is written in Danish.

The most important thing to do is to abolish the snobbery of international publications, ratings, etc. Assessment should be by quality rather than status, etc. (9)

Most regard contact with scientific English as beneficial for Danish research, but some feel that conforming to the dominant language and its scientific norms involves sacrifice. Some feel that the obligation to function in a second language, in their written work and at conferences, puts them at a disadvantage vis-a-vis native speakers.

Roughly half of the informants judge that change over the past 10 years in the direction of a greater use of English has been "moderate" or "major". Virtually the same number assess that there has been "no" or "minor" change. For those for whom there is no change, the likelihood is that they are natural scientists who' have always published only in English, whereas in other fields the obligation to publish in English is more recent (the same article may of course be published in more than one language). Figures for the proportion published in Danish and English in the period 1990-95, including those in press, are as follows, for 83 informants :

0 % moins de 25 % 25-50 % 50-75 % 75 % et + 100 %
Danois 10 24 11 22 14 2
English 5 16 24 10 17 11


In addition there is a sprinkling of publications in other languages, some in the mother tongue of the informant (German, Swedish, etc.), some in translation.

Only 15 state that they publish in French, but invariably these scholars publish twice or three times as much in English. Evidently few scholars in Denmark are geared primarily towards publishing in French, even though the vast majority had a grounding in the language at school. 68 of the 83 informants learned French for three years or longer. Thus even though certain disciplines have a strong tradition in francophonic countries, e.g. mathematics (Papon 1994), Danish scholars in this field are oriented elsewhere. We did not attempt to verify the extent to which scholars in Denmark read widely in French.

There is very little discussion in professional circles of language policy, in most subject areas none at all, and it is exclusively scholars with a professional interest in languages who are hooked on this topic.

The majority experience that there is no threat or only a minor threat to Danish, for a small number the threat is moderate, and only for 10 %, nearly all of them language specialists, is the threat major. However, a substantial number are convinced that research not available in English has gone unnoticed.

Although few comment in detail on the link between the medium and scientific paradigms, this concern is also felt :

I dont see writing in English as the problem. The problem is the strength of US research on the market, i.e. as scientific commodities (not necessarily the same as excellency in theoretical level etc.). Nobody in Scandinavia can publish without discussing on American premisses — or in relation to them. The reverse dœs not hold. (64)

Patterns and archetypes

Our results suggest that our informants can be grouped into three broad categories, which we label the English-only, the Danish-mostly, and the Multilingual.

The English-only group seems to consist predominantly of natural scientists and to have the following characteristics :

  1. they publish in English only;
  2. they often rate their linguistic competence in English as very good or excellent;
  3. they feel that they have no problems whatsœver in writing in English — though to judge from some responses, competence is far from optimal, and writing in English may be "moderately" demanding;
  4. they generally feel that English is the "natural" and self-evident language of science, and that Danish is not a scientific language or a language for scientific work/publication;
  5. they mostly feel that Danish researchers are not at a disadvantage as compared to native speakers of English;
  6. they think that there is no change in their use of languages as compared with 10 years ago, and if there is any change, it is towards more use of English — and for the good;
  7. they have their English checked by native speakers only seldom, the reason being that they claim there is mostly no need;
  8. they think that there is little or no need to assist researchers to become functionally multilingual, though some endorse residence abroad and special course work;
  9. they see no threat from English to Danish;
  10. there is no discussion about language policy in their field;
  11. conferences, including Nordic ones, are generally exclusively in English, some are multilingual;
  12. they are mostly not familiar with research which has gone "unnoticed" because it was written up in a Scandinavian language, and often such work is available in English after a time-lag;
  13. they feel that their scientific approach has not been influenced by needing to write in English, and generally contact with English represents enrichment;
  14. they are more often male than female.

The Danish-mostly group seems to have the following characteristics :

  • they are mainly scholars in such fields as history, Danish, education, and topics which are by their nature concerned with Danish conditions or texts, or which are seen as of little interest to outsiders for other reasons, or where the researcher is oriented towards communicating results to a Danish audience (e.g. environmental studies);
  • they share few of the characteristics attributed to the English-only group, though there is a tendency towards needing to be able to operate in English in publications and at conferences;
  • they generally sense that the Danish language is in some ways threatened by English but tend to be resigned or pessimistic about whether this trend can be influenced or resisted, so that often there is an implicit acceptance of this "modernisation" paradigm;
  • some protest against publications in Danish not being seen as of equal value as those in English, i.e that language tends to be more important than quality in evaluations and appointments;
  • they is a somewhat higher percentage of females than in the other groups.

The Multilingual group seems to have the following characteristics :

  • they are individuals from a wide range of subjects;
  • they have developed their command of several languages through marriage, or emigration, or a variety of circumstances;
  • though they are keenly aware of what one loses when not functioning through one's mother tongue (with its nuances, accuracy, irony, etc.), they are convinced of the benefits of not being a monolingual, unlike speakers of English with no access to other cultures and scientific traditions;
  • they express more appreciation of multilingualism in many contexts, e.g. at conferences;
  • they often have ideas on how to manage change, in practices and attitudes, but often only at the level of the individual;
  • they are aware of shifts of paradigm in their scientific approach through an increased use of English, and some are critical of native English speakers at conferences, and American dominance in general.

Asymmetry in North-North relations

The results of our modest pilot study demonstrate that multilingualism is entrenched in Danish higher education, but that the general, but by no means sole, trend is towards a strengthening of English. If the position of Danish is not to be marginalized further, and if competence in a variety of languages is to be cherished, there is a need for academic policy-makers and gate-keepers to pursue more active and more explicit language policies. Although there are very few signs that language policy is of broad concern, a move in this direction would be in tune with recent changes in how higher education and research are managed.

Higher education research in Denmark was until recently conducted very much on laissez faire lines, the individual enjoying a sovereign right to select topics and methods of research. This is changing. A substantial measure of accountability is expected (for which responsibility rests with heads of departments), research time has to result in visible publications, departments formulate research plans and profiles, and the Danish state (in separate ministries of education and of research) is attempting to evaluate quality in particular subject areas. Views are divided on how far these various exercises are likely to achieve their intended effects, but there is comparable experience in Sweden and the Netherlands to build on, and a ranking system in Great Britain that is regarded as not one to imitate. At the very least, research is no longer a private matter.

Ultimately all this activity represents attempts to ensure Danish competitive skills across the board, the country's intellectual resources being the only natural resources it possesses. There is much verbal bowing to the god of "international" standards, such that Danes employed at Harvard are regarded as ideal big brother advisers.

The University of Roskilde is a small institution (6200 students) in a small country (5.5 million). The experience of being able to operate in not only the "smail" national language, Danish, but also in the dominant "world" language, English, is therefore a good indication of Danish needs, not only in science but also in trade and industry (Denmark boasts a few of its own transnationals and a host of small export oriented companies), in government (now intimately locked into the embrace of the multilingual European Union), in the media (Danish national channels compete with a spectrum of transnational channels), and in many other domains. Language hierarchies are comparable in each area, and reinforce each other.

How the asymmetrical flow of knowledge to and from the dominant language, English, will evolve in the coming decades is unclear, as English is intimately linked to processes of capitalist competition and to exploitation of human resources and fragile, finite material resources, global and local. The rote of language in these wider processes needs much more exploration, so that the logic and processes of current patterns and archetypes can be adequately understood, and implications for language policy identified, at supranational, national and subnational levels.

We shall conclude by making two points about our study, each of which reinforces the case for more research into the issues.

The gender differences noted in our study need to be related to other scholarly studies that can serve to generate hypotheses about trends in Englishization. Some have shown that women are linguistically conservative, and shift less than men from dialectal to standard forms or from mother tongues to second languages.

Other studies show that women are more sensitive to pressures from standard languages or prestige varieties, and adopt them faster than males. Thus one hypothesis is that women might use more Danish (maintaining tradition). A contradictory hypothesis is that women might use more English (the prestige variant).

Sexism is still a prominent feature of Nordic universities, and even moderate affirmative action has been energetically opposed in all Nordic countries except Norway. There are rather few women among our informants, simply because there are fewer female permanent staff, especially in the natural sciences, and slightly less so in areas with a more local flavour. Thus even if women seem to be over represented in the Danish-mostly group, and men seem to be leading the Englishization trend, these findings may be an artefact of the sexism that positions the two genders differently at the university. They cannot be seen as evidence of women as traditionalists.

Much of our evidence appears to conform with a Diffusion of English paradigm (Tsuda 1994) characterized by

  1. capitalism
  2. science and technology
  3. modernization
  4. monolingualism
  5. ideological globalization and internationalization
  6. transnationalization
  7. Americanization and homogenization of world culture
  8. linguistic, cultural and media imperialism.

Much of the evidence also supports the alternative paradigm, the Ecology of Language Paradigm

  1. a human rights perspective
  2. equality in communication
  3. multilingualism
  4. maintenance of languages and cultures
  5. protection of national sovereignties
  6. promotion of foreign language education.

This way of conceptualizing current developments worldwide needs further study, along with the prospects for each paradigm. The particular roles played by scientific communication, and the language policy decisions that underpin each need closer scrutiny and identification. It would be important to link language use in higher education to educational language policy that effectively promotes bi- or trilingualism (Skutnabb-Kangas 1995) as a prerequisite for equitable communication.






References :

Ammon, Ulrich, Norbert Dittmar & Klaus Matheier (Eds.) (1988). Sociolinguistics : an international handbook of thescience of language and society. Berlin : de Gruyter.

Calvet, Louis-Jean (1974). Linguistique et colonialisme : petit traité de glottophagie. Paris : Payot.

Galtung, Johan (1980). The true worlds. A transnational perspective. New York : The Free Press.

Haberland, Hartmut (1988). "Research policy", in Ammon et al. (eds.), 1814-1826.

Haberland, Hartmut Carol Henriksen, Robert Phillipson & Tove Skutnabb-Kangas (1991). "Tak for mad! Om sprogaederi med dansk som livret", in Det danske sprogs status år 2001, er dansk et truet sprog? J. Normann øorgensen (ed.). Copenhagen : Danmarks Laererhojskøle, 111-138.

Hansen, Jens Morten (1996). "Tal dansk din sorte hund" (interview with Thomas With), Magisterbladet 1, 5-8.

Kanto, Antti (1996). "Miksei geologiaa kirjoiteta suomeksi?" (Why dœs one not write geology in Finnish?), Hiidenkivi 1, 39 (Reader's letter).

Jussila, Heikki & Segerståhi, Boris (1988). Cultural and societal change in the North - the rote of innovation in development. Oulu : Research Institute of Northern Finland, Working Papers 56, October 1988.

Lund, Jorn (1995). "Plan, program og perspektiv", Magisterbladet, 19, 21.

Mateene, Kahombo (1985). "Colonial languages as compulsory means of domination, and indigenous languages, as necessary factors of liberation and development", in Mateene, Kalema & Chomba (eds.), 60-69.

Mateene, Kahombo, Kalema, John and Chomba, Bernard (eds.) (1985). Linguistic liberation and unity of Africa. Kampala : OAU Bureau of Languages.

Mühlhäusler, Peter (1994). "Language teaching = linguistic imperialism?" Australian Review of Applied Linguistics 17 : 2, 121-130.

Papon, Pierre (1994). "La recherche en francophonie", Universités, 15/1, 33.

Phillipson, Robert (1992). Linguistic imperialism. Oxford : Oxford University Press.

Phillipson, Robert & Tove Skutnabb-Kangas (1995). Papers in European language policy. ROLIG-papir 53, Roskilde : University of Roskilde.

Phillipson, Robert & Tove Skutnabb-Kangas (in press). "Linguistic human rights and development", in Ethical Dilemmas in Development Co-operation. Should there be a code of conduct for development workers? Edited by Cees J. Hamelink. Amsterdam : Dutch Association for Development & Culture.

Sachs, Wolfgang (1992). "One World", in Sachs (ed.), 102-115.

Sachs, Wolfgang (ed.) (1992). The development dictionary. A guide to knowledge as power. London : Zed Books.

Sharada, B.A. (1985). "Citation analysis of the journal Indian Linguistics 1971-80", Indian Linguistics, 46/3 4, 29-45.

Skutnabb-Kangas, Tove (1994). "Language and Gender in Development. Keynote paper", in MacKenzie, John & McCaffery, Juliet (eds.) Language and Gender in Development. A Symposium, Manchester : The British Council, 15-45.

Skutnabb-Kangas, Tove (ed.) (1995). Multilingualism for all. Lisse : Swets and Zeitlinger.

Tsuda, Yukio (1994). "The diffusion of English : its impact on culture and communication", Keio Communication Review 16, 49-61.

UNIN (United Nations lnstitute for Namibia) (1981). Toward a language policy for Namibia. English as the official language : perspectives and strategies. Lusaka : UNIN.






 
EUROLING PROJECT
Pilot study of languages of scientific communication
QUESTIONNAIRE





LES INTERACTIONS ENTRE LE CERVEAU HUMAIN
ET LES CULTURES LANGAGIÈRES ÉCRITES
André-Roch Lecours
Centre de recherche du Centre hospitalier Côte-des-Neiges
Faculté de médecine de l'Université de Montréal






Mesdames et Messieurs,

Comme son titre l'indique, ma communication sera marginale par référence au thème de ce colloque.

Les modes d'échange de l'information scientifique ne m'indiffèrent bien sûr pas et l'idée qu'ils puissent, à certains égards, varier d'une langue à l'autre me semble recevable. J'ai par exemple l'impression que, de nos jours, l'écriture scientifique française est relativement plus exigeante que l'anglaise du fait que celle-ci laisse au lecteur un espace interprétatif plus large que celle-là. Il n'y a, pour s'en rendre compte, qu'à comparer la longueur de la traduction française d'un article scientifique à celle de l'original anglais (ou vice versa). J'ai aussi l'impression que ce contraste est dû à la mondialisation progressive de la langue anglaise davantage qu'à ses règles intrinsèques de fonctionnement à l'écrit (règles qui s'apparentent dans une assez large mesure à celles de la langue française). Mais tout cela relève pour moi de l'intuition (ou de la subjectivité). Je ne m'aventurerai donc pas plus avant sur ce terrain.

Que je sache, l'espèce humaine est la seule à laquelle son programme génétique permette de partager l'information ou de propager la désinformation par le biais du « langage », c'est-à-dire en combinant des signes arbitraires progressivement plus complexes.

Pour le langage parlé, les modes de combinaison relèvent de règles phonétiques et phonologiques, morphologiques et syntaxiques. Ces règles — ces « conventions » — ont été adoptées au fil du temps par divers sous-ensembles de l'espèce et elles sont propres à chacun. Quelles qu'elles soient, le cerveau humain a partout le potentiel d'en faire un apprentissage tout à la fois exhaustif et inconscient.1 C'est ainsi que l'association concomitante de mouvements automatisés de la musculature phonoarticulatoire2 permet la production de sons conventionnels dont la combinaison sérielle engendre des morphèmes et des mots dont l'agencement engendre des phrases puis un discours.

 

1 Par exemple, la plupart des enfants appliquent fort bien les règles syntaxiques de leur langue maternelle vers l'âge de quatre ou cinq ans, mais sont incapables de dire quelles sont ces règles. [retour au texte]

2 « Automatisés » : Les francophones, entre autres, produisent en parlant un grand nombre de voyelles et de consonnes nasales. Cela suppose un bref relâchement de la musculature du voile du palais permettant pendant quelques instants un passage d'air dans le nez et donc la nasalisation du phonème à produire. À moins d'être un peu fakir ou yogi, on ne prend pas conscience de ce jeu musculaire fondé sur une information proprioceptive adressée au cerveau. [retour au texte]




On enseigne aujourd'hui que l'apprentissage et l'usage de la parole témoignent d'une « propriété innée » du cerveau humain, c'est-à-dire représentent une manifestation immédiate du programme génétique régissant l'embryogenèse et la maturation du cerveau de l'espèce. On enseigne aussi, par ailleurs, que l'apprentissage et l'usage de la langue écrite ne témoignent en rien d'une « propriété innée » mais représentent tout bonnement l'exploitation d'une invention humaine (Hagège, 1988; Russell, 1982).

Le premier de ces enseignements est à l'évidence irréfutable et j'acceptais moi même le second il n'y a pas si longtemps. Issue de mon métier de neurologue, ma croyance à cet égard se fondait sur deux observations empiriques. D'une part, en l'absence d'anomalies sociales extrêmes, il est légitime de considérer — jusqu'à preuve du contraire — qu'un enfant est biologiquement anormal s'il n'apprend pas à parler au cours des premières années de sa vie. D'autre part, il est manifeste qu'on peut, au sein de l'espèce humaine, être tout à la fois biologiquement normal et illettré.

J'ai mis du temps à me rendre compte que cette argumentation est potentiellement trompeuse. En effet, lorsqu'un enfant n'arrive pas à apprendre à lire et à écrire dans une société où la scolarisation est obligatoire, et lorsque la perturbation est élective, on doit reconnaître que cet enfant ne répond pas à la « norme », quel que soit par ailleurs son « quotient intellectuel », et il est des raisons de croire que l'anomalie peut alors avoir des sources neurogénétiques (Critchley, 1964; Galaburda, 1989; Galaburda & Kemper, 1979). Ce constat engendre un questionnement quant au sens à donner à la notion de propriété innée du cerveau humain eu égard au langage. Il me semble maintenant évident que le langage — qu'il soit décodé par les oreilles, par les yeux ou par les doigts, et qu'il soit encodé par la bouche ou par les mains — témoigne de deux aptitudes innées interactives, mais distinctes.

La première de ces aptitudes permet à l'individu d'apprendre, de produire et de capter des signes conventionnels et arbitrairement appariés à ce qu'il connaît de lui-même et de son environnement, et aussi à ce qu'en connaissent ses congénères. Les humains exploitent à un très haut niveau cette aptitude à créer des « abstractions » conventionnelles. D'autres espèces la partagent, suivant des modes plus modestes il est vrai, mais souvent inventifs et toujours adaptés.

La seconde aptitude — et je dis cela en sachant que tous ne sont pas d'accord là-dessus — est en revanche propre à l'espèce humaine. Elle permet à l'individu d'apprendre et d'utiliser des règles conventionnelles de combinaison des abstractions, règles elles aussi inventées et arbitraires, et qui multiplient au centuple le potentiel des systèmes proprement langagiers de communication.

En ce qui concerne l'exploitation de ces deux aptitudes innées, la seule différence essentielle entre le langage oral et le langage écrit est, du moins au cours des premières phases de l'apprentissage, que l'oral code directement le monde et que l'écrit recode l'oral.

On pourrait dans cette optique suggérer que, il y a au moins 35 millénaires, peut-être beaucoup plus (Changeux & Chavaillon, 1995; Reichholf, 1991), des pressions socio-environnementales dont on ne sait pas grand-chose ont mené une ou des communautés humaines à solliciter le potentiel génétique de l'espèce et à inventer progressivement le langage oral. On pourrait de même suggérer que, il y a un peu plus de 5 000 ans, des pressions socio-environnementales d'une autre nature — mieux connues celles-là : croissance démographique, urbanisation, prospérité, commerce —, mais déterminées pour une large part par l'impact de la première invention, ont mené le Sapiens à exploiter à nouveau son potentiel génétique et à se mettre à l'invention de l'écriture. À mon avis, cela n'a pu se produire qu'en faisant tout à la fois appel à des réseaux neuronaux encore sans spécialisation langagière et à ceux déjà commis à la parole.

Ce qui s'est passé par la suite, du stylet au poinçon, du calame à la plume et au crayon, du dactylographe au powerbook et au courrier électronique, témoigne d'une autre aptitude propre à l'esprit humain et au cerveau dont il émerge, celle d'inventer de nouvelles techniques afin de s'adapter aux mouvances de son environnement.

Cela dit, faisons d'abord le postulat que, en deçà et au-delà des percentiles et des hérédités, le cerveau humain standard est partout le même au sein de l'espèce. Il n'empêche que certains de ses modes de fonctionnement sont, pour une bonne part, façonnés par des facteurs socioculturels. L'apprentissage et la maîtrise du langage écrit illustrent bien ce phénomène.

Le langage écrit est né, dit-on, entre le Tigre et l'Euphrate. Sa genèse a été le fruit de maintes inventions successives dont les deux premières, mésopotamiennes l'une et l'autre, sont de mon point de vue essentielles (du fait qu'elles ont exploité le cerveau humain de manières différentes).

On dit aussi que c'est en la ville d'Ourouk, au pays de Sumer, qu'on a d'abord écrit (Cohen, 1958; Coulmas, 1992; Sampson, 1985). Cela a commencé il y a 53 siècles environ. Au terme de l'aventure, environ mille ans plus tard, le caractère par trop contraignant des pictogrammes d'origine avait depuis longtemps été évacué (Figure 1). Comme ceux du langage oral, les signes du langage écrit étaient devenus abstraits. La première invention essentielle avait ainsi mené à un « système logographique d'écriture » dont chacune des nombreuses unités — environ 600 d'après Cohen (1958), environ 2 000 d'après Coulmas (1992) — pouvait, selon le contexte, représenter jusqu'à 25 mots du langage oral (Cohen, 1958). Tout comme la parole suppose la mise en mémoire des mots dans leurs formes d'origine audiphonatoire, ce système — que je désignerai sous le nom de « Route de Sumer » — avait pour principale caractéristique biomentale d'exiger la mise en mémoire globale des mots écrits, c'est-à-dire leur « lexicalisation ». Il avait aussi le pouvoir d'autoriser, plus ou moins commodément, la transcription de plusieurs langues parlées différentes (ce qui n'est pas un mince avantage).

 
Figure 1 : Des pictogrammes aux logogrammes


On allait par la suite « simplifier » le langage écrit, du moins en surface. L'écriture allait devenir au premier chef la représentation des sons constitutifs des mots d'une seule langue parlée. On dit que c'est en la ville de Babylone, au pays d'Akkad, pour des motifs relevant sans doute de la nature flexionnelle des langues sémitiques tout autant que du pouvoir de Babel (Sampson, 1985), qu'on a choisi il y a environ 42 siècles, par décret pour ainsi dire, un nombre restreint des cunéiformes logographiques de Sumer pour les transformer en graphèmes syllabiques, représentatifs des sons de la langue akkadienne. Peut-être est-ce de ce choix davantage que de la « jalousie de Dieu » qu'est venue la « confusion des langues ». Quoi qu'il en soit, l'invention de ce « système syllabique d'écriture » — que je désignerai sous le nom de « Route de Babylone » — correspond à la seconde des deux inventions essentielles : la lexicalisation est toujours permise, mais elle n'est plus obligatoire.

Cela dit, et bien qu'elles se soient accomplies par delà les deux fleuves, toutes les inventions suivantes (à une exception près selon moi) allaient correspondre à des raffinements de celle de Babylone.

Il y a 34 siècles, les marchands d'Ougarit, en Phénicie, simplifièrent l'invention babylonienne pour les yeux tout en la rendant plus complexe pour l'esprit. Leur système d'écriture, toujours cunéiforme, ne comportait à l'origine que 22 graphèmes. Chacun représentait l'ensemble des syllabes partageant une même consonne, d'où l'appellation de « système consonantique ».

Puis, en Grèce, il y a 28 siècles, on a fait disparaître la surface syllabique des mots adressés aux yeux pour passer à un « système alphabétique d'écriture ». À l'origine, chaque lettre était, de manière univoque, représentative des consonnes et voyelles du grec parlé.
[Il convient de signaler que l'initiative ougaritique avait aussi évolué de cette manière (Healy, 1990).]

Environ cinq siècles plus tard, une alternative allait émerger parmi les peuples des Indes avec l'invention de « systèmes pseudosyllabiques d'écriture ». Ce terme se justifie du fait que les graphèmes de ces systèmes se présentent à l'œil comme des syllabes mais comportent des indications systématiques et exhaustives quant à leurs équivalents phonémiques.

Deux autres inventions, beaucoup plus tardives celles-là, méritent aussi mention. La première date de cinq siècles. Il s'agit du han'g de la Corée, dont les pseudosyllabes comportent non seulement des indications phonémiques transparentes, mais encore, selon Sampson (1985), certaines spécifications subphonémiques. La seconde est le quoc-ngu du Viêt-Nam, créé il y a environ 350 ans par un Jésuite français du nom d'Alexandre de Rhodes et officialisé peu après le début du XXe siècle. Ce système d'écriture ajoute quelques lettres à l'alphabet latin et, surtout, il lui ajoute des diacritiques spécifiant de manière univoque la hauteur tonale des mots (monosyllabes) annamites (Lecours, 1996).

Je discuterai maintenant de trois points. Le premier est axé sur la pérennité des systèmes d'écriture et les deux autres sur leur impact quant au fonctionnement cérébral humain.

Il me paraît clair que, du moins en matière de langage, le cerveau humain n'abandonne que très rarement les inventions auxquelles son programme génétique et son exposition à diverses pressions socioculturelles l'ont conduit. Si le latin est une langue morte, les principes qui en ont jadis déterminé la tessiture se retrouvent dans plusieurs langues vivantes, l'italien et l'espagnol par exemple. Et si aucun peuple ne fait aujourd'hui usage des cunéiformes de Sumer, le principe gouvernant l'écriture logographique n'a pas disparu, pas plus d'ailleurs que ceux gouvernant les systèmes syllabiques, consonantiques, alphabétiques et pseudosyllabiques d'écriture.

Plusieurs experts, par exemple Ignace Gelb (1963) et John DeFrancis (1989), ont soutenu que tous les systèmes d'écriture contemporains sont composites, c'est-à-dire font usage tout à la fois de la Route de Sumer et de celle de Babylone. Cela est peut-être vrai, mais il me paraît évident que certains systèmes contemporains sont moins composites que d'autres et que certains le sont beaucoup plus.

Considérons d'abord l'exemple du han'g coréen, dont l'usage est aujourd'hui exclusif en Corée du Nord. Il a si finement repavé la Route de Babylone qu'on est en droit de se demander s'il n'a pas rendu celle de Sumer un peu cahoteuse. On pourrait sans doute tenir le même argument à propos de certains des systèmes pseudosyllabiques d'écriture en usage parmi les peuples dravidiens du sud des Indes.

Considérons ensuite l'exemple de la forme laïque de l'hébreu carré d'Israël, rejeton direct du système consonantique inventé à Ougarit il y a 34 siècles. Il est, me semble-t-il, légitime de suggérer que l'ambiguïté souvent générée par l'absence des « voyelles » pourrait y forcer la lexicalisation de l'écrit, c'est-à-dire un usage habituel de la Route de Sumer.

 
Figure 2 : Modèle (lecture)


Le système chinois d'écriture, y inclus pour ce qui est de la Chine contemporaine, présente un intérêt particulier en ce qui concerne la double appartenance.3 Un grand nombre de ses logogrammes les plus complexes comportent en effet, tout à la fois, un indice sémique et un indice phonosyllabique (Coulmas, 1992; Karlgren, 1923). Selon Yin et Butterworth (1992), ce dernier représente un héritage babylonien. Il y a peut-être un peu de vrai dans cette assertion, mais l'héritage me paraît à tout le moins très indirect. En effet, et d'une part, l'indice phonosyllabique correspond presque toujours à un mot lorsqu'il survient à l'état isolé. C'est dire qu'il est déjà stocké comme tel dans les boîtes de Sumer (Figure 2). D'autre part, il est rarissime que cet indice livre une clef quant à la hauteur tonale du mot. C'est dire que la lexicalisation demeure obligatoire dans la très grande majorité des cas. Peut-être, comme le suggère cette diapositive, une troisième invention d'importance s'est-elle produite dans une vallée riveraine du Huang Ho (fleuve Jaune), il y a 20 ou 30 siècles, avec l'ajout d'une « Bretelle chinoise » à la Route de Sumer.

[J'insiste à ce point — car cela me paraît essentiel à mon propos — sur le fait que si la Figure 2 suggère un traitement sériel de l'information pour les composantes d'une même « route », elle n'exclut en rien un fonctionnement parallèle de chacune.]

Un autre fait à souligner, ne serait-ce que parce que de grands penseurs comme Marshall McLuhan (1962) et Gerald Russell (1982) ne s'en sont apparemment pas rendu compte, est que la double appartenance de certains systèmes éminemment composites est occultée parla surface alphabétique alors qu'elle est, dans d'autres cas, immédiatement apparente. On pourrait qualifier les premiers d'endogames et les seconds d'exogames.

 

3 C'est à ce système que je faisais tout à l'heure allusion en évoquant « une exception ». [retour au texte]




Au moins deux systèmes composites exogames sont de nos jours en usage, soit celui du Japon et celui de la Corée du Sud. Dans l'un et l'autre cas, un grand nombre des racines de la langue sont transcrites à l'aide de logogrammes d'origine chinoise et imposent la Route de Sumer. Et, dans l'un et l'autre cas, la morphologie entre autres, c'est-à-dire l'écriture des affixes, est rendue par le biais d'un autre code, visuellement différent et qui favorise à l'évidence la Route de Babylone.

[Vous savez comme moi que, à l'exception d'un petit nombre de graphèmes consonantiques ou subphonémiques, les kanas nippons fonctionnent suivant le mode syllabique de Babel.]

D'autre part, les systèmes composites endogames ne sont pas rares parmi les codes alphabétiques. Ceux du français et de l'anglais illustrent bien ce phénomène. Leur surface littérale est pour ainsi dire un leurre, au point où plusieurs les ont considérés comme les modèles par excellence du transit harmonieux par la Route de Babylone (Diringer, 1943; McLuhan, 1962; Russell 1982). Ces deux systèmes masquent pourtant une opacité fonctionnelle considérable. De fait, ils s'apparentent tout autant sinon davantage, dans leur fonctionnement, aux écritures ayant une composante logographique qu'aux alphabets limpides ou quasi limpides. Considérons par exemple les trois mots français « mars », « jars » et « gars ». On imagine aisément que le premier puisse être lu voire écrit à la babylonienne ou, si vous préférez, à la grecque. Il n'en va toutefois pas de même pour les mots « jars » et « gars » qui, pourtant, ne diffèrent de « mars » que par leur lettre initiale. Il me paraît clair que ces deux mots ne sauraient ni être lus ni être écrits que par la Route de Sumer, c'est-à-dire après lexicalisation. De même, si l'on peut croire que des mots comme « corbeau » et « crapaud » peuvent être lus par la Route de Babel, puisque « e-a-u » et « a-u-d » se prononcent toujours [o] à la finale d'un mot français contemporain, il reste qu'on ne saurait écrire conventionnellement le second sans en avoir mis toute la forme en mémoire, c'est-à-dire sans recours à l'invention sumérienne.

On retrouve par ailleurs, dans certains systèmes alphabétiques contemporains, toute ou presque toute la transparence de l'écriture grecque d'origine. C'est le cas, par exemple, mais pour la lecture seulement, du système espagnol d'écriture. C'est aussi le cas ou presque, mais pour l'écriture seulement, du système italien d'écriture.

Je passerai maintenant, en termes plus directs, aux interactions entre cerveau et culture, plus précisément entre cerveau et systèmes d'écriture. Je résumerai d'abord brièvement les résultats de préexpérimentations normatives menées par des étudiants rattachés à mon laboratoire (de près ou de loin), puis je formulerai quelques postulats me paraissant découler logiquement de l'observation de malades atteints d'aphasie.

Vous savez aussi bien que moi que l'orthographe française est d'une complexité inouïe par comparaison à celle des autres systèmes latins d'écriture. Cela est dû, pour une bonne part, au fait qu'elle s'acharne à garder les traces de son histoire.

L'une des préexpérimentations dont je vous parlerai se fondait sur l'enregistrement du nombre de millisecondes nécessaire à la programmation biomentale d'une lecture francophone de « néologismes » comportant chacun deux syllabes de trois lettres chacune. Chaque lettre correspondait à un phonème dans la moitié des cas (p. ex., « tarcol »); dans l'autre moitié, chaque syllabe comportait une suite de deux lettres représentant un seul phonème (p. ex., « phigau »). Les résultats obtenus ont montré que la programmation de la lecture des seconds nécessite significativement plus de temps que celle de la lecture des premiers, et cela même si les premiers exigent la programmation sérielle de six phonèmes et les seconds celle de quatre phonèmes seulement. On peut en inférer que le regroupement de deux lettres en un seul phonème exige un temps supplémentaire de computation et se demander si le support biologique de cette computation est ou non autonome.

Cette préexpérimentation a été reprise à Sào Paulo pour le portugais. Elle a produit les mêmes résultats.

Une autre préexpérimentation a été menée avec la collaboration d'étudiants québécois d'origine vietnamienne et maîtrisant au même titre les systèmes quoc-ngu et français d'écriture. On a comparé le temps mis à la programmation de la lecture de néologismes comportant des diacritiques tonaux à la vietnamienne à celui mis à la programmation de néologismes comportant un nombre égal de diacritiques phonologiques à la française, c'est-à-dire des accents aigus, graves et circonflexes. Il s'est avéré que le temps mis à la programmation reste le même quel que soit le nombre des diacritiques phonologiques alors qu'il augmente significativement avec le nombre des diacritiques tonaux. Cela permet me semble-t-il d'inférer que le traitement de l'information tonale exige un temps supplémentaire de computation et de se demander si le support biologique de cette computation est ou non autonome; la tonalité étant empruntée à la musique, je croirais que oui. Les nouvelles techniques « fonctionnelles » de l'imagerie cérébrale nous permettront peut-être bientôt de vérifier ou de falsifier ce postulat.

Une autre préexpérimentation encore a porté sur le système japonais d'écriture. Elle sollicitait la lecture de néologismes constitués d'une séquence de quatre hiraganas et elle opposait des stimuli ne comportant que des unités syllabiques à des stimuli comportant deux unités représentatives d'entités subsyllabiques.

Encore ici, on a observé une différence significative en ce qui concerne la durée de la computation préalable à la lecture et, encore ici, on se questionne sur les assises biomentales des retouches apportées au pavé de la Route de Babylone.

Passons maintenant à l'observation aphasiologique.

Le premier fait à signaler à cet égard est à l'évidence que l'étude de l'aphasie, en particulier auprès de cérébrolésés francophones, anglophones et nippophones, permet de déduire que la Route de Sumer et celle de Babylone ont des soubassements neuronaux qui sont au moins en partie différents (même s'ils n'ont pas encore été empiriquement identifiés).

L'exogamie du système japonais d'écriture facilite à cet égard l'observation clinique. Il est en effet des cas où une maladie cérébrale entrave la lecture à voix haute pour les kanas (Route de Babylone) tout en épargnant celle des kanjis (Route de Sumer), et il est des cas où l'on observe la dissociation inverse (Paradis, Hagiwara & Hildebrandt, 1985; Yamadori, 1995).

Pour le français et l'anglais, la manifestation clinique la plus claire d'une lésion cérébrale entravant la Route de Babylone est une incapacité totale de lire des néologismes phonologiquement légitimes (p. ex., « phigau »). Par contre, la manifestation la plus claire d'une lésion se confinant à la Route de Sumer est une lecture incorrecte, sur le mode babylonien, de mots ne pouvant être conventionnellement traités que sur le mode sumérien. Ce phénomène est qualifié de « régularisation » des mots « irréguliers » : devant le mot « choléra », le malade prononcera par exemple la première syllabe comme dans « chocolat » plutôt que comme dans « chorale ».

Tout cela revient à dire qu'une même lésion cérébrale peut avoir des manifestations cliniques différentes selon les caractéristiques du système d'écriture que maîtrisait le sujet à l'état prémorbide. Considérons, à titre d'exemple, une lésion cérébrale se limitant ou à peu près aux assises cérébrales de la mémoire des mots dans leurs formes globales d'origine visuelle. Cette mémoire spécialisée est connue sous le nom de « lexique logographique d'entrée » (Figure 2). Une lésion cérébrale de ce type aurait, en lecture à voix haute, des effets catastrophiques chez un cérébrolésé chinois. Elle entraverait la lecture des kanjis, mais pas celle des kanas chez un nippophone. Elle entraverait aussi la lecture de certains sous-ensembles de mots irréguliers chez un francophone ou un anglophone. D'autre part, les caractéristiques du système espagnol d'écriture étant telles que la Route de Babylone autorise toujours une lecture conventionnelle à voix haute, elle pourrait à cet égard rester subclinique chez un hispanophone (mis à part sans doute un ralentissement de l'énoncé).

Il est d'autre part des individus atteints de maladie d'Alzheimer qui sont capables de lire sans les comprendre des mots français ou anglais irréguliers ne pouvant transiter que par la Route de Sumer. On observe le même phénomène dans les rares cas d'autisme s'accompagnant d'une « hyperlexie ». Des collègues de Formose et du Japon m'ont par ailleurs dit avoir souvent observé des malades qui, à la suite d'un accident vasculaire cérébral, pouvaient lire à voix haute des logogrammes dont ils ne pouvaient plus saisir le sens. Tout cela me paraît démontrer la réalité biologique et mentale de la Bretelle chinoise (Figure 2), c'est-à-dire l'impact d'un mode de fonctionnement explicité par une culture particulière, mais potentiellement accessible à tous les individus de l'espèce.

Je discuterai maintenant, toujours sur la base d'observations neurocliniques, d'un autre exemple d'interaction entre le fonctionnement cérébral humain et des paramètres socioculturels ayant trait à la langue écrite. Il convient de signaler que cet exemple n'appartient pas du tout au même paradigme que ceux que je viens d'esquisser.

Certaines lésions occipitales gauches, dont la moins fréquente, la plus petite et la plus stratégique a été décrite par Dejerine, (1926), sont à l'origine d'un tableau clinique connu sous le nom de « cécité verbale pure ». En début d'évolution, le malade ne peut rien lire du tout. Son trouble n'est cependant pas lié à une dysfonction des « registres » et « lexiques » sous-jacents au langage écrit (Figure 2), mais à une impossibilité d'y accéder par le biais d'une information visuelle à pertinence langagière. Cela est compatible avec la localisation de la lésion et démontré du fait non seulement que l'écriture du malade reste normale à quelques détails près (bien qu'il ne puisse « se relire »), mais encore du fait qu'il puisse énoncer des mots épelés à voix haute par l'examinateur.

 
Figure 3 : Mandarin — kannada — latin


Je m'arrêterai brièvement à deux cas de ce genre. Le premier a été rapporté en 1938 par Lyman, Kwan & Chao et le second, en 1981, par Karanth. Le premier malade maîtrisait avant sa maladie les systèmes chinois et anglais d'écriture et le second les systèmes kannada et anglais mais, pour l'un et l'autre, l'anglais écrit était relativement moins familier que la forme écrite de la langue maternelle. La récupération pour la lecture anglaise a néanmoins précédé, dans l'un et l'autre cas, la récupération pour le système d'écriture lié à la langue maternelle. Comme je le signalais tout à l'heure, le système chinois d'écriture est fonctionnellement très sumérien. De même, et bien que composite, le système anglais est irrégulier au point qu'on peut supposer que le traitement à la sumérienne y est plus important que celui à la babylonienne. En revanche, le système kannada est tout aussi régulier en lecture que l'espagnol; on peut en conséquence supposer qu'il favorise la Route de Babel. C'est dire que l'anglotropisme de la récupération ne saurait, dans ces deux cas, être interprété par référence aux modes fonctionnels de chacune des deux Routes. Au vu de la localisation lésionnelle chez ces deux malades, l'interprétation la plus vraisemblable de la dissociation observée me paraît tenir à la grande simplicité visuelle des unités de l'alphabet latin si on les compare aux pseudosyllabes du système kannada ou aux logogrammes du système chinois (Figure 3).

Cela dit, la « cécité verbale pure » me paraît être la seule maladie du langage écrit témoignant d'un « avantage » inhérent aux seuls codes alphabétiques.

Diringer écrivait pourtant en 1943 qu'on ne saurait être « civilisé » sans maîtriser un système alphabétique d'écriture :

« Alphabet writing is now universally adopted by civilized peoples. »

McLuhan ajoutait en 1962 qu'on ne pouvait sortir de la tribu sans alphabet :

« Without the phonetic alphabet [cultures] remain tribal, as do the Chinese and the Japanese. »

Russell faisait en 1982 de la surenchère en laissant entendre que le système chinois d'écriture n'est pas démocratique :

« Chinese writing has remained at an ideographic stage with a vast multiplication of its characters. The penalty of this exception is that Chinese writing remains inaccessible to the mass of the people speaking the language. »

En devenant l'un des pays où l'apprentissage de l'écrit est le plus répandu au monde (UNESCO, 1977), le Japon avait pourtant démontré, avant 1982, que cela n'est pas vrai. Il n'était donc pas légitime, en 1982, d'attribuer à la nature logographique du code le retard chinois quant à la démocratisation de l'écrit.
[Le programme génétique du cerveau humain lui a jadis permis d'inventer des codes logographiques et des codes alphabétiques; il lui permet aujourd'hui d'apprendre l'un ou l'autre au cours de sa jeunesse pourvu que son environnement l'y pousse.]
Diringer, McLuhan, Russell... Ces grands penseurs avaient eu un précurseur. Jean-Jacques Rousseau écrivait en effet, en 1817 :

« Ces trois manières d'écrire répondent assez exactement aux trois divers états sous lesquels on peut considérer les hommes rassemblés en nation. La peinture des objets convient aux peuples sauvages; les signes des mots aux peuples barbares; et l'alphabet aux peuples policés. »

Tout cela est empreint d'un certain ethnocentrisme et Rousseau n'avait apparemment pas lu Hérodote (Lacarrière, 1981).

Une fois cela dit, je ne vous étonnerai sans doute pas en vous disant que je me rallie d'emblée à une opinion que j'ai lue dans un livre de Florian Coulmas (1992) :

« The Chinese writing system serves the longest uninterrupted literary tradition of ail living languages and forms an essential part of one of the incontestably greatest and most original cultures of humankind. [...] the triumph of the alphabet came to a hait at the Chinese wall where it met its most important and successful rival. »

Laissons un instant parler un imaginaire impossible. Si le français écrit de Montréal s'adjoignait un petit millier de logogrammes complexes, mais accessibles à tous, peut-être serait-il plus facile de gérer les brassages démographiques qui enrichissent notre peuple.

Une fois cette fantaisie énoncée, je conclurai en signalant que tout ce que je viens de vous raconter pourrait se résumer en répétant que, si le fonctionnement du cerveau humain est façonné au premier chef par son programme génétique, il l'est au second par des facteurs socioculturels.






BIBLIOGRAPHIE

Changeux JP & Chavaillon J. Origins of the humas brain, Cambridge University Press, Cambridge (UK), 1995.

Cohen M. La grande invention de l'écriture et son évolution, Klincksieck, Paris, 1958.

Coulmas F. The writing systems of the world, Blackwell, Oxford, 1992.

Critchley M. Developmental Dyslexia, Heinemann, Londres, 1964.

DeFrancis J. Visible Speech : The Diverse Oneness of Writing Systems, University of Hawai Press, Honolulu, 1989.

Dejerine J. Sémiologie des affections du système nerveux, Masson, Paris, 1926.

Diringer D. « The origin of the alphabet. » Antiquity, 77, 77-90, 1943 (cité par Coulmas, 1992).

Galaburda A. From Reading to Neurons, MIT Press, Cambridge (Massachusetts), 1989.

Galaburda A & Kemper T. « Cytoarchitectonic abnormalities in developmental dyslexia; a case study. » Annals of Neurology, 6, 94-100, 1979.

Gelb IJ. A Study of Writing, University of Chicago Press, Chicago, 1963.

Hagège C. « Writing : The invention and the dream. » In, D de Kerckhove & Ch J Lumsden, The Alphabet and the Brain, 72-83, Springer Verlag, New York, 1988.

Healy JF. The Early Alphabet, University of California Press, Berkeley, 1990.

Karanth P. « Pure alexia in a Kannada English bilingual. » Cortex, 17, 187-198, 1981.

Karlgren B. Analytic Dictionary of Chinese and Sino-Japanese, Geuthner, Paris, 1923 (cité par Coulmas, 1992).

Lacarrière J. En cheminant avec Hérodote, Seghers, Paris, 1981.

Lecours AR. Langage écrit : histoire, théorie et maladies, Deporter, Lille, 1996 (sous presse).

Lyman RS, Kwan ST & Chao WH. « Left occipito-parietal brain tumor with observations on alexia and agraphia in Chinese and in English. » Chinese Medical Journal, 54, 491-516, 1938.

McLuhan M. The Gutenberg Galaxy, University of Toronto Press, Toronto, 1962.

Paradis M, Hagiwara H & Hildebrandt N. Neurolinguistic Aspects of the Japanese Writing System, Academic Press, New York, 1985.

Reichholf JH. L'émergence de l'homme, Flammarion, Paris, 1991.

Rousseau JJ. Essai sur l'origine des langues (texte intégral reproduit d'après l'édition de 1817 chez A Belin), Bibliothèque du graphe, Paris, 1976.

Russell GFM. « History of writing and its relevance for the linguistic disorder in dyslexia : Discussion paper. » Journal of the Royal Society of Medicine, 75, 631-640, 1982.

Sampson G. Writing Systems, Stanford University Press, Stanford, 1985.

UNESCO. Statistical Yearbook — Annuaire statistique — Anuario estadistico, 1977.

Yamadori A. « Kana-kanji dissociations in brain diseases. » HFSP symposium, Paraty, December 1995.

Yin W & Butterworth B. « Deep and surface dyslexia in Chinese. » In, HC Chen & OJL Tzeng, Language Processing in Chinese, 349-366, Elsevier, Amsterdam, 1992.






TABLE RONDE

LA LANGUE D'USAGE EN SCIENCE





MICHEL BERGERON
Université de Montréal

L'AUTEUR N'A PAS FOURNI DE TEXTE





NOTRE GÉNIE SCIENTIFIQUE : MIROIR DE NOTRE LANGUE
Jean-Marie M. Dubois
Département de géographie et télédétection
Université de Sherbrooke





Résumé

La montée de l'usage de la langue anglaise comme langue de publication scientifique est indéniable au Québec depuis les années 50. Bien plus que la simple reconnaissance internationale, c'est la course au financement direct de la recherche qui est la principale cause de ce phénomène au travers de la course à la publication et à la citation. On y perd ainsi progressivement le génie de la langue française en ne développant plus assez la terminologie, en faisant de moins en moins lire les étudiants en français et en fermant les yeux sur un laxisme en regard de la qualité de la langue d'enseignement et dans les travaux des étudiants. On y perd même un peu de liberté en recherche libre et l'on se place en état d'infériorité dans une langue que l'on ne possède pas. On y perd aussi une certaine conscience sociale face aux citoyens qui nous financent au profit de pairs éloignés. Les seuls à tenir entre leurs mains l'unique solution à cette débandade sont les chercheurs chevronnés francophones. En effet, si ces derniers se décidaient à publier d'abord en français leurs meilleurs travaux, nous assisterions à un renouveau du français scientifique. Les communautés scientifiques d'autres langues y verraient un intérêt à traduire ces travaux comme elles le font déjà avec les travaux russes ou japonais.

Introduction

Le professeur-chercheur universitaire qui vise une reconnaissance internationale, entre autres dans un but de financement, est évalué sur la « qualité » de ses publications, soit surtout leur nombre et les périodiques utilisés; il faut également dire que le marketing de sa recherche et le réseau d'amis (the old boys) y sont aussi pour beaucoup. On dit que le poids du critère « nombre de publications » tend à diminuer (Limoges, 1992; Ducas, 1993), ce qui n'est pas encore prouvé, mais ce n'est certainement pas le cas du critère « périodiques », lequel est régi par le fameux Citation Index états-unien de l'International Scientific Institute (Ducas, 1993), à partir de périodiques surtout anglophones, et où il y a peu de place pour les langues nationales autres que l'anglais (Joanette et al., 1993). À titre d'exemple parmi tant d'autres souvent pires au Québec, il n'est pas étonnant que 61 % des articles produits à l'Université de Sherbrooke étaient rédigés en anglais en 1954-1955 comparativement à 64 % en 1973-1974; dans le domaine des sciences exactes, on en était respectivement à 73 % et à 82 % (Dubois et Dubois, 1981; Dubois, 1983)! Il n'y a pas de données récentes pour l'ensemble de l'Université, mais il n'est pas étonnant non plus que, dans un de ses centres de recherche reconnus, le pourcentage d'articles rédigés en anglais soit passé de 18 % en 1985 1986 à 38 % en 1988-1989, pour se maintenir annuellement entre 57 % et 88 % depuis cette date (Dubois, 1995).

Que faire alors pour ne pas perdre le génie scientifique du français ou des langues nationales, qui sont également les langues d'enseignement? Que faire pour ne pas perdre le développement de la terminologie scientifique dans notre langue? Perd-on un peu de liberté de recherche en perdant le véhicule de sa langue? Peut-on être reconnu internationalement, et ainsi assurer le financement direct de sa recherche, tout en écrivant dans une langue autre que l'anglais? Voilà bien des inquiétudes : à nous d'y répondre en toute conscience.

Parler de la langue de publication en relation avec la liberté de la recherche en quelques minutes ne peut aboutir à de grandes démonstrations, mais il est possible tout de même de jeter quelques idées à partir de faits et d'opinions pour susciter la discussion et en arriver à des orientations sinon à des recommandations.

Choix de la langue de publication

On constate d'abord que le choix de la langue de publication n'a pas la même signification pour tous les universitaires. Quelles sont alors les raisons du choix de la langue? Ce choix semble dépendre du but que chaque professeur-chercheur se fixe en termes de niveau de financement direct de la recherche et de niveau de reconnaissance. Ce choix semble dépendre aussi des us et coutumes disciplinaires et de la conscience sociale de chacun. Nous développerons donc ces quatre points pour aboutir à des conclusions et à des recommandations.

Je tiens ici à avertir le lecteur que j'ai éliminé les nuances dans le texte qui suit afin d'aller droit au but : qu'on me le pardonne!

Niveaux de financement direct et de reconnaissance

Il est vrai que nous sommes tous fiers que nos écrits soient cités le plus souvent possible, que nous rêvons de reconnaissance, de médailles ou de prix pour notre labeur. Cependant, l'élément moteur de la recherche universitaire actuelle est bien le besoin de financement direct (Maddox, 1994).

Deux situations peuvent donc se présenter : le professeur-chercheur qui a besoin de financement et celui qui n'en a pas ou peu besoin.

Pour la plupart des recherches, le professeur-chercheur a besoin d'un certain niveau de financement direct, que ce soit pour de l'équipement, des fournitures, des déplacements sur le terrain, des congrès ou du salaire d'assistants ou d'étudiants. Sauf peut-être en début de carrière alors que le professeur-chercheur est considéré comme « nouveau chercheur », le niveau de financement qu'il obtient est le plus souvent lié au niveau de reconnaissance qu'il acquiert.

À l'exception parfois du milieu contractuel, la reconnaissance découle souvent de l'importance d'un jugement de base sur lequel s'alignent les autres organismes subventionnaires. Dans notre pays, ce jugement de base est émis soit par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) dans les sciences pures et appliquées, soit par le Conseil de recherches médicales du Canada (CRM) dans les sciences de la santé, soit par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) dans les sciences humaines et sociales, même si c'est moins systématique dans ce dernier cas à cause du budget limité de cet organisme. Il est clair que, par la suite, notre propre organisme de recherche québécois, le Fonds pour la formation de chercheurs et d'aide à la recherche (FCAR) et même notre propre université se subordonnent à ce jugement canadien.

En effet, le jury du volet « équipes » du Fonds FCAR ne m'a-t-il pas mentionné une fois que je n'avais que 10 000 $ par année du CRSNG! N'étais-je alors qu'un chercheur médiocre? Est-ce que la compétence se mesurerait en milliers de dollars? Pour les tenants du CRSNG, cas que je connais le plus, la qualité du chercheur semble réellement être mesurée dans cette unité de valeur : 1) pas de financement = pas un chercheur, 2) financement faible = petit chercheur, 3) financement élevé = grand chercheur. Le CRSNG aura beau se défendre, il n'empêche que c'est devenu la façon de penser du milieu.

Mais pour acquérir un bon niveau de financement direct, il faut passer dans un entonnoir. En effet, quand on dit financement, on dit nécessairement publications. Quand on dit publications, on dit articles de périodiques. Quand on dit périodiques, on dit périodiques à comité de lecture. Quand on dit périodiques à comité de lecture, on dit périodiques de prestige. Quand on dit périodiques de prestige, on dit périodiques dépouillés dans le fameux Citation Index états-unien. Quand on dit Citation Index, on dit périodiques en anglais surtout (Joanette et al., 1993), et surtout états-uniens.

En conclusion, on peut dire que le professeur-chercheur qui ne publie pas en anglais peut-être réputé ne pas être de calibre international et même national, comme je me le suis déjà fait dire, en 1988, par un pair lors d'une évaluation au CRSNG :

« Dubois' ability as an independant worker has not clearly been established... Typically, all the papers are in french and frankly don't cut much ice outside Quebec - this is not a scientist of national standard. His individual productivity is, I suspect, very low and he is limited in originality. »

On a beau prétendre que ce jugement est le cas d'un individu isolé, il n'empêche qu'on le retrouve trop souvent sous divers couverts et à divers niveaux pour qu'il ne soit pas devenu un fait de société scientifique. Par exemple, ce jugement est souvent déguisé derrière la qualification de « périodiques peu reconnus » pour parier des périodiques à comité de lecture nationaux dans une langue autre que l'anglais (Joanette et al., 1993). Et ici je ne parle même pas des problèmes de la recherche orientée par rapport à la recherche libre (Jalbert, 1994), des trop nombreuses publications-sandwiches (Simard, 1993) ou publications-salami (Larivée, 1993), du jeu perfide des multisignatures et de l'emplacement du nom des auteurs et des coauteurs dans un article (Simard, 1993; Maddox, 1994), ainsi que des citations téléguidées par the old boys.

Par contre, si un professeur-chercheur n'a pas ou a peu besoin de financement, il est moins lié au véhicule et à la langue de publication. Ceci ne veut cependant pas dire qu'il ne cherchera pas, lui aussi, la reconnaissance. Le geste est alors plus délibéré et la recherche peut-être plus libre. Je crois que la reconnaissance a alors beaucoup plus de valeur intrinsèque. De plus, la plupart des universitaires ont besoin de cette liberté pour bien créer (Jalbert, 1994) et même pour tout simplement penser (Albou, 1994).

Us et coutumes disciplinaires et conscience sociale

La discipline elle-même ou les ensembles de disciplines donnent parfois le moule sur le type de recherche et, par le fait même, le type de publication et la langue véhiculaire. De façon générale, en caricaturant un peu pour mieux comprendre, il y a deux modèles.

Le premier modèle est celui des sciences pures, appliquées et de la santé par lequel on préconise la recherche quantitative sur des sujets pointus avec recherche de solution. C'est une recherche souvent plus utilitaire, qui fait appel plus à l'expert qu'au penseur (Cauchon, 1994) et qui est très dépendante du financement. Il en découle plus de publications, sur des sujets plus limités, dans des périodiques plus spécialisés et généralement en anglais, et dont la portée échappe aux non-spécialistes. L'important est de « faire date » de sa découverte, de rejoindre les pairs du monde international et d'arriver au nombre d'articles requis pour voir ses subventions non seulement renouvelées, mais augmentées.

Dans ce modèle, la seule façon d'éviter, en début de carrière, de publier en anglais pour être reconnu internationalement est d'être présent physiquement aux nombreux congrès et colloques internationaux dans sa discipline et d'œuvrer activement dans les organismes scientifiques internationaux qui les appuient; ces derniers ont d'ailleurs un besoin désespéré de personnes dévouées, fiables et régulières. Mais, pour cela, il faut du financement et surtout une volonté de l'institution d'aider le professeur-chercheur, ce qui semble loin des préoccupations de nos universités.

Le deuxième modèle est celui des sciences humaines et sociales dans lequel on effectue une recherche plus qualitative, souvent dénigrée, sur des sujets plus vastes et plus globaux. Cette recherche vise d'abord à comprendre les phénomènes plutôt qu'à leur trouver une solution à tout prix et elle a souvent besoin de moins de financement : elle reflète donc plus la recherche libre. Il en découle moins de publications, avec lesquelles on cherche à rejoindre d'abord la communauté sur laquelle ou pour laquelle on travaille avant de publier des modèles et des solutions pour les pairs. Les publications importantes ne sont donc pas toutes des articles dans des périodiques à comité de lecture, mais souvent des ouvrages de synthèse, et elles se présentent le plus souvent dans la langue de travail et d'enseignement.

Il ne faut pas oublier dans tout cela la communauté pour le mieux-être de laquelle nous sommes censés travailler et qui nous confie ses deniers pour le faire (St-Pierre, 1993). Dans un colloque récent, ici, à Montréal ayant pour thème « Quand la science devient culture », on disait la communauté ignare des développements de la science et manquant de culture scientifique (Lemieux, 1994). Ce n'est pas étonnant, car elle est souvent la dernière informée dans sa langue!

Conclusion et recommandations

Comme d'autres l'ont souligné avant moi (C. Bouchard dans Jalbert, 1994; Albou, 1994), je suis d'abord convaincu que pour demeurer libre-penseur dans le monde scientifique d'aujourd'hui, il faudrait idéalement trouver des sujets de recherche que l'on puisse faire sans financement direct, c'est-à-dire en ne comptant que sur ses propres ressources ainsi que sur les ressources de base de son université.

Pour transmettre librement (Jalbert, 1994) et avec génie ses résultats de recherche, il faut publier d'abord dans sa langue maternelle, laquelle est généralement la même que la langue d'enseignement. Si on exige une certaine qualité de la langue chez nos étudiants pendant leur formation, il ne faut pas uniquement prêcher, mais pratiquer dans le même sens. De cette façon, on améliorerait la qualité de la langue ainsi que la terminologie scientifique, contribuant à l'amélioration du génie de la langue. De plus, il ne faut pas oublier qu'un scientifique qui ne maîtrise pas sa langue véhiculaire peut se placer en état d'infériorité (Bergeron, 1995; Albou, 1994).

Je ne crois pas que ce serait une bonne idée de reproduire le Citation Index en francophonie (Bernard, 1993; Joanette et al., 1993) : ce serait perpétuer le problème du nombre de publications. Par contre, je suis certain que si les chercheurs chevronnés québécois francophones se décidaient à publier leurs meilleurs résultats de recherche en français, la qualité de la communication tant scientifique que communautaire serait grandement améliorée et que l'on assisterait à un renouveau du français scientifique. De plus, les communautés scientifiques d'autres langues y verraient ainsi un intérêt évident à nous traduire, comme on le fait systématiquement actuellement avec les périodiques et des ouvrages ou manuels russes et japonais.

Ici, il ne faut pas se leurrer avec le discours des administrations universitaires, car ce qui est régi c'est uniquement la langue des communications officielles ou administratives, la qualité de la langue des étudiants ainsi que la langue d'enseignement. En effet, la langue des offres de service et des projets de recherche est souvent camouflée par un titre en français par les bureaux de la recherche universitaire. La maîtrise de la langue d'enseignement des enseignants n'est jamais vérifiée, et les efforts pour trouver des manuels et des logiciels en français ne sont pas vraiment encouragés; dans le cas des manuels, en vertu de l'article 114 f) de la Charte de la langue française, l'Office de la langue française peut pourtant exiger que les universités fassent rapport annuellement sur la langue des manuels utilisés. Enfin, la langue de communication de la recherche même à l'intérieur des établissements officiellement francophones laisse beaucoup à désirer et qu'est ce que ce sera avec l'hégémonie de la langue anglaise par l'accès de plus en plus facile au réseau Internet? Il faut que les administrations de recherche et les chercheurs eux-mêmes se dépêchent à y prendre leur place.






Références

Albou, L. (1994) La science au service de la francophonie. Le Figaro, 2-3 avril.

Bergeron, M. (1995) Du bon usage de la langue maternelle ... en science. Interface, vol. 16, n° 2, p. 5-6.

Bernard, L. (1993) La citation à tout prix. Au fil des événements, 10 juin 1993, p. 7.

Cauchon, P. (1994) Recherche universitaire; l'obligation d'être « utile » a supprimé la liberté de penser. Le Devoir, vol. 85, n° 76, p. A4.

Dubois, J.-M.M. (1983) L'usage du français dans les publications et les communications scientifiques des chercheurs universitaires : cas de l'Université de Sherbrooke (1954-74). 51e Congrès de l'ACFAS, Trois-Rivières, 27 mai 1983, 13 p.

Dubois, J.-M. M. (1995) La place du français dans les publications à l'Université de Sherbrooke. Mouvement estrien pour le français, Sherbrooke, 24 septembre 1995, 10 p.

Dubois, J.-M.M. et Dubois, L. (1981) Production scientifique et usage du français dans les publications et les communications des chercheurs de l'Université de Sherbrooke (1954-1974). Colloque international sur l'avenir du français dans les publications et les communications scientifiques et techniques, Conseil de la langue française, 1-3 novembre 1981, Montréal, 57 p.

Ducas, M.-C. (1993) Selon le nombre de citations de l'ISI, en 1992, les trois « meilleurs » chercheurs au monde étaient Québécois. Québec Science, vol. 31, n° 2, p. 10-11.

Jalbert, P. (1994) Le professeur Camil Bouchard critique le programme des « Centres de recherche » du FCAR. Université, vol. 3, n° 3, p. 1 et 6-7.

Joanette, Y., Bédard, M.-A. et Lecours, A.R. (1993) Le Citation Index, un indice pour qui? Interface, vol. 14, n° 6, p. 36-37.

Larivée, S. (1993) La science et son péché : la fraude. Interface, vol. 13, n° 2, p. 20-28.

Lemieux, R. (1994) Colloque science et culture; les risques de l'ignorance scientifique. Le Devoir, vol. 85, n° 78, p. B1.

Limoges, C. (1992) Les périodiques scientifiques : peut-on gérer le raz-de-marée? Interface, vol. 13, n° 2, p. 4-5.

Maddox, J. (1994) Making publication more respectable. Nature, vol. 369, p. 353.

Simard, A.-M. (1993) Articles scientifiques, que le véritable auteur se lève! Interface, vol. 14, n° 1, p. 32-35.

St-Pierre, C. (1993) La science infuse : la presse a le devoir de gagner le public à la culture scientifique. Le Devoir, vol. 84, n° 162, p. A7.






Présentation de Maryse Lassonde
Université de Montréal






Bien que je sois une scientifique œuvrant quotidiennement en français dans mes laboratoires, je crois que ma présence à cette table ronde est surtout redevable à ma participation au Comité responsable de l'étude du français scientifique et technique mandaté par le Conseil de la langue française, il y a déjà quelques années, soit en 1989.

Le mandat de ce comité était semblable à celui que s'est donné le présent groupe de travail. Indépendamment de la langue maternelle des chercheurs et chercheuses, l'usage d'une langue autre que la langue maternelle dans un grand ensemble d'activités quotidiennes demeurera toujours sujet à discussion.

Je crois que parmi les éléments principaux de cette discussion, il faut reconnaître que : a) la langue est un véhicule important de la culture et surtout de l'identité d'un peuple; b) la qualité de la langue est également un facteur d'évaluation de la qualité de cette culture; c) l'usage répandu d'une langue crée en quelque sorte la suprématie de cette langue et conséquemment de la culture et du peuple qu'elle représente.

Il va de soi que l'usage d'une langue autre que la langue maternelle dans des domaines aussi importants que ceux de la science et des affaires peut sembler remettre en question la culture propre à chaque pays. L'usage de cette autre langue peut même paraître menaçant aux représentants de cette culture qui ne comprennent pas toujours les enjeux importants de l'internationalisation, tout au moins dans le domaine des sciences.

En fait, il faut réaliser que les réussites scientifiques et technologiques d'un peuple, ainsi que leur diffusion à l'étranger, reflètent également l'importance de cette culture et contribuent à son avancement économique et social. Comment réconcilier ces points de vue?

De toute évidence, ces préoccupations sont importantes. Le présent colloque rassemble des gens de divers pays qui, tout comme ceux mandatés par le Conseil de la langue française en 1989, s'interrogent quant à l'avenir de leur langue en science. Je rappellerai brièvement que ce comité n'a pas été le seul à se pencher sur l'importance de cette situation. Mentionnons à titre d'exemples :

  1. les trois volumes portant sur « L'avenir du français dans les publications et les communications scientifiques et techniques », actes d'un colloque international publié en 1983 par le gouvernement du Québec;

  2. la langue des manuels et de la documentation de base dans les cours obligatoires de l'enseignement scientifique universitaire de premier cycle au Québec (Gingras et Limoges, Gouvernement du Québec, 1991);

  3. le français dans l'activité scientifique et technique : Quatre études (Drapeau, Rocher, Gagné et Rivest) du Conseil de la langue française, 1991;

  4. la langue de publication des chercheurs québécois en sciences naturelles, génie et sciences biomédicales (1980-1988) de Gingras et Médaille publié en 1991 par le gouvernement du Québec.

Ne serait-ce que par le nombre d'études à ce sujet, il apparaît que l'usage actuel de l'anglais en science continue de nous préoccuper. Effectivement, les travaux de notre commission ont duré plus de deux ans. Les étapes que nous avons parcourues peuvent être résumées ainsi :

  1. État de la question : examen des rapports déjà publiés à ce sujet et discussion au sein même du comité des problèmes inhérents aux diverses disciplines de recherche. Les sciences sociales, les sciences humaines, les sciences naturelles, le génie et les sciences biomédicales ne font pas le même usage de l'anglais dans leurs publications.

  2. Formulation de recommandations soumises aux chercheurs québécois dissociation entre le « vécu quotidien » des chercheurs et chercheuses et de leurs étudiants et étudiantes et les productions scientifiques internationales.

  3. Formulation de recommandations aux représentants français ainsi qu'à nos homologues des communautés francophones de Belgique et de Suisse.

Concernant l'état de la question, les conclusions de Gingras et Médaille (1991) concernant les sciences naturelles et biomédicales ainsi que le génie restent valables :

« La tendance générale indique clairement que les publications en français ont un rôle plus local que les publications en anglais. Pour cette raison, il n'est pas surprenant de constater, (...), que plus une recherche est fondamentale, plus elle circule sur le marché international de la recherche pour lequel l'anglais est la langue de communication dominante. De ce point de vue, il est donc possible de considérer l'usage de l'anglais comme une condition d'accès au marché international et la généralisation de son usage chez les scientifiques québécois comme un indice du degré de leur accès à ce marché, et, indirectement, de la qualité de leurs travaux. »

Ces conclusions sont toujours valables et il est fort possible qu'actuellement, elles s'appliquent également aux sciences sociales et humaines.

Quant aux recommandations soumises aux divers chercheurs québécois, le consensus était clair :

  1. L'usage exclusif ou cœrcitif de la langue maternelle dans les publications scientifiques était rejeté par la majorité des chercheurs et chercheuses.

  2. La diffusion internationale — et de plus en plus rapide — des travaux scientifiques des chercheurs et chercheuses repose sur l'utilisation d'une langue commune qui, à l'heure actuelle, est l'anglais. Cette diffusion est perçue comme garante de la qualité des travaux et reflète donc en soi la qualité scientifique du peuple auquel le ou la scientifique se rattache.

C'est donc au niveau du « vécu scientifique quotidien » que des recommandations et/ou propositions doivent être faites afin d'éviter un « phénomène d'aval ». À titre d'exemple, le comité avait suggéré les propositions suivantes

  1. Publications plus nombreuses d'articles de synthèse en français par des chercheurs et chercheuses plus expérimentés.

  2. Plus grande valorisation de la publication de manuels en français de la part des instances universitaires.

  3. Soumission de demandes de subvention de recherche en français aux organismes québécois et fédéraux.

  4. Dans les revues bilingues (canadiennes et étrangères), proposition d'un résumé plus long dans la langue maternelle, rendant ces travaux plus facilement accessibles aux étudiants et étudiantes.

  5. Plus grand usage de notes et de manuels de cours en français.

  6. Lors de thèses sur articles, rédaction en français d'une introduction et d'une discussion générale en français.

  7. Création de revues, sinon primaires, du moins de transfert, regroupant plusieurs communautés francophones.

  8. Favoriser l'intégration francophone de chercheurs et chercheuses venus de l'étranger au sein des laboratoires en leur assurant la gratuité des cours de français.

  9. Encourager la tenue de congrès scientifiques francophones tels que le congrès annuel de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences, pour permettre aux étudiants et étudiantes des cycles supérieurs et à leurs professeurs de véhiculer leurs résultats en français.

Plusieurs de ces recommandations ont porté fruit au Québec. Il est toutefois étonnant de constater que lors de la rencontre tenue à Paris, la présentation de ces propositions n'avait suscité l'enthousiasme que des communautés dont la francophonie semblait menacée. La tenue de ce colloque international semble suggérer que le problème touche maintenant toutes les nations, indépendamment de la force d'usage de la langue nationale.






Allocution d'Alain Poirier
Agence spatiale canadienne






Bonjour Mesdames et Messieurs. Il me fait plaisir d'être parmi vous aujourd'hui, et j'aimerais profiter de l'occasion pour remercier les organisateurs de la table ronde de m'offrir l'occasion de vous exprimer le point de vue d'un praticien de la science. Je me distingue de mes collègues de cette table ronde par ma qualité de gestionnaire d'un grand programme scientifique international. En effet, le programme international de la station spatiale est le plus grand programme scientifique international de l'histoire de l'humanité. Les partenaires internationaux du programme sont les États-Unis, la Russie, le Japon, neuf pays européens et le Canada. On comprendra que ce contexte international crée des défis importants quant à l'usage du français. La langue de communication écrite et parlée officielle de ce programme est l'anglais (viendra bientôt s'y ajouter le russe).

J'ai choisi de vous exprimer deux points de vue, c.-à-d., celui du partenariat international et celui du gestionnaire de programme. Commençons par le partenariat international.

Partenariat international

Les défis que présente la globalisation des marchés requièrent de plus en plus l'implantation de partenariats internationaux pour le financement, la mise en œuvre et l'exécution de grands projets scientifiques. La collaboration internationale de facto introduit des contraintes quant à l'utilisation du français. Par exemple, les publications techniques et scientifiques devront rayonner à l'échelle internationale. D'où une forte propension à l'utilisation de l'anglais.

Le cadre légal et contractuel d'un programme international, p. ex., les ententes intergouvernementales, les mémoires d'entente, les protocoles d'échanges, marque de façon définitive la nature des activités techniques du programme. J'ai constaté que ces différentes ententes établissent très tôt le choix de la langue de travail et donnent ainsi le ton à la suite du programme scientifique. Par exemple, les partenaires doivent clairement s'entendre sur l'interprétation des documents légaux, ce qui rend complexes et difficiles la traduction de ces documents et les négociations qui suivront. Rapidement, une seule langue est privilégiée dans les communications écrites et parlées. De plus, le succès de la phase conceptuelle d'un partenariat dépend fortement de la capacité des intervenants de communiquer facilement et directement, de préférence en anglais.

En aparté, dans le même ordre d'idées, je voudrais vous indiquer que le partenariat national canadien offre un contexte très favorable au bilinguisme. Je suis responsable de la gestion d'un programme national de développement technologique en collaboration avec l'industrie et le milieu universitaire. Toutes les ententes ainsi que les communications parlées et écrites sont bilingues, d'où l'impact du cadre légal.

La gestion de programme scientifique en partenariat

Communiquer représente 90 % du travail du gestionnaire et des intervenants dans un programme en partenariat. Toutes les technologies de communication disponibles sont mises à contribution lorsque le nombre des intervenants est élevé et que la distance entre les intervenants représente un facteur contraignant pour ce qui est du temps et de l'argent (p. ex., voyages).

Les nouvelles technologies que sont la téléconférence et la vidéoconférence et, de plus en plus, l'utilisation de vidéocassettes, ajoutent un nouveau degré de complexité aux communications bilingues. Cependant, l'avènement de réseaux à l'échelle internationale (p. ex., Internet) et la technologie du cédérom permet un accès abordable à de la documentation massive et au volume très important d'information que requiert une communication bilingue. Par exemple, la documentation technique du programme de la station spatiale, qui doit être échangée avec nos partenaires étrangers, se chiffre en dizaine de milliers de pages de texte et de représentations graphiques. Traduire tous ces documents en français en doublerait la quantité. Le cédérom, en particulier, nous permet maintenant de véhiculer un très grand nombre de documents à moindre coût.

L'utilisation du français dans un cadre bilingue présente des difficultés organisationnelles accrues (p. ex., traduction simultanée; obtention de traduction écrite dans un contexte de changements rapides aux échéanciers serrés; nécessité de formation linguistique continue). En particulier dans le cas de la formation linguistique continue, j'ai la responsabilité d'offrir une formation linguistique à mes gestionnaires. Cette formation peut représenter jusqu'à huit mois d'absence du travail, échelonnés sur environ trois ans. Cela représente des défis considérables pour les gestionnaires.

Le contexte économique imposant des réductions budgétaires et un assainissement des dépenses, le coût du bilinguisme devient un facteur déterminant (p. ex., coût de la traduction systématique des documents et des communications orales; coût de la formation linguistique; coût du facteur « temps »).

Une difficulté toute particulière se crée par la nature très technique, voire hermétique, du langage spécifique au projet ou à la discipline. Par exemple, l'emploi des acronymes rend l'usage du bon français quelque peu difficile. Ainsi, l'expression manipulateur agile spécialisé (MAS; un bras robotique) se dit en anglais special purpose dexterous manipulator (SPDM). Comme il existe plus de 25 000 acronymes reconnus pour le programme international de la station spatiale, la réalité est telle que l'on retrouve souvent l'emploi des acronymes anglais lors de communications en français, et ce, par inadvertance ou faute de pouvoir consulter un bon lexique.

Conclusion

Les grands programmes scientifiques en partenariat international utilisent l'anglais comme langue scientifique. Le cadre légal et contractuel prédispose cet état de fait. L'utilisation du français dans les communications orales et écrites rencontre de sérieuses difficultés techniques ayant un impact organisationnel et budgétaire. Cet état descriptif de la situation donne un aperçu de la difficulté que rencontre le français, langue scientifique. Le contexte social et économique y est déterminant. La tendance actuelle m'apparaît défavorable à un redressement de la situation à court terme.

L'espoir de jours meilleurs pour le français langue scientifique réside dans l'avancement des technologies de communication de masse (p. ex., réseaux de type Internet; cédérom; multimédia; système expert et reconnaissance de la parole) qui permettra de franchir cette barrière de communication qui crée la situation présente.






DÎNER-CAUSERIE
LA FRANCOPHONIE SCIENTIFIQUE À L'ÉPREUVE
DE LA MONDIALISATION
Philippe Ducray
Directeur adjoint du Cabinet de l'AUPELF•UREF






Madame la Présidente,
Mesdames,
Messieurs,

Au nom de notre directeur général recteur, M. Michel Guillou, qui regrette de n'avoir pu faire cette fois-ci le déplacement et qui m'a demandé de vous transmettre tous ses vœux de réussite, je tiens tout d'abord à remercier les organisateurs de ce colloque, l'ACFAS, le Conseil de la langue française et la Société Royale du Canada qui me donnent l'occasion d'exposer brièvement en ce jour particulièrement propice, puisque le 20 mars est la Journée mondiale de la francophonie, le point de vue de notre organisation sur un thème qui est, naturellement, au cœur de nos préoccupations : le français et les langues scientifiques de demain.

Cette question n'est évidemment pas nouvelle. Elle hante depuis près de 20 ans tous ceux qui se préoccupent de l'usage et de l'avenir de notre langue dans un monde qui évolue, à tous points de vue, à très grande vitesse et dont il n'est pas aisé de contrôler, voire même parfois d'appréhender, les transformations brutales.

Il y a eu à Montréal, en 1981, un colloque qui portait sur l'avenir des publications scientifiques de langue française; à Paris, à la Cité de la Villette, en 1989, un colloque sous forme de question élargissait le débat : « quelles langues pour la science? » Il concluait sur la nécessité absolue, politique, culturelle, et même à certains égards économique, d'équilibrer par des stratégies fortes, visant à promouvoir et à valoriser l'usage du français dans l'activité scientifique, le mouvement que certains estiment être irrésistible vers une langue unique de la science qui serait l'anglais.

Aujourd'hui la formulation de votre colloque marque, me semble-t-il, une avancée par rapport au colloque précédent : il ne s'agit plus de poser la question, mais d'affirmer la nécessité du multilinguisme dans les sciences.

Le débat, en effet, de la place respective de l'anglais et du français dans les sciences est aujourd'hui largement dépassé et doit être posé en d'autres termes.

Les effets de la mondialisation

Dans la mondialisation en cours, les barrières de l'espace et du temps ont été balayées; la chute du mur de Berlin et l'effacement du bloc soviétique ont encore accéléré le mouvement global d'unification économique, politique, voire idéologique.

Ce bouleversement bénéficie naturellement à notre grand voisin du Sud qui répand dans le monde entier ses produits, son libéralisme économique et social, sa culture, sa langue et, il faut bien le dire, son rêve. La jeunesse de toute la planète, que ce soit en Europe, en Afrique, en Asie, vit maintenant le rêve nord-américain; elle épouse les modes des États-Unis, elle consomme leurs produits, elle apprend spontanément l'anglais, devenue la lingua franca, la nouvelle langue universelle.

Les mondes scientifique et universitaire n'ont pas échappé à cet engouement. On peut expliquer aisément la nécessité de disposer, pour une meilleure et plus rapide communication entre chercheurs, d'une langue commune, comme autrefois le latin puis, pendant quelque temps, le français. Mais cela ne justifie pas les excès que l'on connaît aujourd'hui où, même dans les pays francophones, le français n'a souvent plus de droit de cité.

*****

Ce constat étant fait et il l'a été fort bien dans les communications qui ont précédé celle-ci, la menace de voir s'implanter partout, dans tous les secteurs et notamment dans les sciences, une langue unique — parfois, aussi, une pensée unique — étant connue, quelles politiques les francophones peuvent-ils conduire avec quelque chance de succès?

J'en indiquerai deux qui sont complémentaires et qui se renforcent l'une par l'autre : la francophonie, d'abord, et plus particulièrement la francophonie scientifique; le plurilinguisme, ensuite, et plus particulièrement le plurilinguisme dans les sciences.

La francophonie et le rêve francophone

La francophonie, en premier lieu, parce qu'elle seule, aujourd'hui, a la force, les capacités et la volonté de proposer, face au rêve américain, un autre rêve, le rêve francophone; face à la langue unique, une autre langue partagée par 49 pays qui ont adhéré au rassemblement francophone; face à un modèle de développement fondé sur la rentabilité maximum qui ignore les cultures, l'histoire, les sociétés, les langues un autre modèle de développement économique et social qui reconnaît la pluralité, l'identité des cultures et des sociétés, et leurs aspirations réelles.

Ce qu'offre aujourd'hui la francophonie notamment la francophonie scientifique, c'est l'ouverture à la diversité culturelle, c'est l'affirmation des valeurs de la solidarité et du partage dans un esprit d'égalité fondamentale des cultures, des langues, et des sociétés. Je ne pense pas qu'en cela la francophonie soit tournée vers le passé.

Au contraire, elle montre la voie, elle accompagne un mouvement profond qui se dessine de plus en plus. Devant les effets pervers de la mondialisation des échanges, d'autres rassemblements géolinguistiques se constituent : l'hispanophonie, la lusophonie, la turcophonie, la germanophonie ou, plus ancienne, l'arabophonie; la Communauté européenne, de son côté, définit un regroupement qui n'est plus seulement un marché commun économique, mais un projet politique et culturel.

Notre monde a besoin de regroupements pour promouvoir le pluralisme, pour préserver la diversité culturelle, pour renforcer les identités nationales, c'est-à-dire pour affirmer, dans la mondialisation, la liberté culturelle.

En ce sens, la francophonie est aujourd'hui particulièrement pertinente.

*****

La francophonie à l'épreuve de la mondialisation

Dans cette francophonie en construction, quel rôle peut jouer la francophonie scientifique? Quelles stratégies faut- il mettre en œuvre pour permettre aux francophones de s'informer et de communiquer librement, aisément, efficacement en français?

J'en soulignerai cinq; ce sont celles que l'AUPELF•UREF a reçues mandat des Sommets francophones et dernièrement au Sommet de Cotonou qui s'est tenu en décembre dernier, de promouvoir dans l'ensemble de l'espace francophone. Ces stratégies et ces actions commencent à porter fruit.

Les réseaux francophones

La première, qui est fondamentale, est la stratégie des réseaux. Vouloir mener efficacement une activité scientifique en français c'est d'abord s'associer à un réseau francophone qui rassemble, sur les cinq continents, tous ceux — chercheurs, enseignants, étudiants — qui font des recherches, enseignent, ou étudient en français dans un secteur et sur des thèmes communs.

Rassembler dans les mêmes équipes de recherche Canadiens, Québécois, Français, Belges, Africains, Roumains, Marocains, Vietnamiens..., qui partagent une même langue et des valeurs communes, — comme c'est le cas dans les 17 réseaux thématiques de recherche que l'UREF, notre Université des réseaux, a mis en place — c'est se donner un outil puissant et novateur de communication et d'échange.

C'est aussi répondre aux immenses besoins et désirs de formation et de décloisonnement que connaissent les vastes régions francophones du Sud.

Jacques Bretteville résumera pour vous, demain, cette expérience éclairante.

Par ailleurs, rassembler les formateurs francophones et francophiles des universités du monde entier pour les impliquer dans des actions d'animation et d'enseignement du français, mais surtout d'enseignement en français, des disciplines scientifiques tel est l'objectif des Réseaux Régionaux du Français dans le Monde. Ces réseaux permettront aussi de mobiliser et d'optimiser cet ensemble plus diffus, la francophilie, d'organiser la francophonie au quotidien à l'université et dans la rue : dans cette tâche, les médecins, les hommes de science et les ingénieurs sont les meilleurs alliés de la francophonie, car ils constituent le tissu le plus dynamique de la société civile.

L'information et la communication scientifique

La deuxième stratégie, liée à la première, est celle de l'information et de la communication scientifique. Dans tous les secteurs de l'information, il s'agit d'assurer une présence forte, cohérente, d'une production en français, ayant atteint à la fois l'excellence et la masse critique requises pour être visible et reconnue par la communauté internationale.

C'est dire que nous devons résolument soutenir l'édition d'ouvrages, de traités, de revues scientifiques aussi bien de vulgarisation, de synthèse que de rapports de recherche et, pour cela, développer les accords de partenariat entre les différentes communautés, comme celui qui a si bien fonctionné, vous le savez, pour la revue Médecine-Sciences ou encore celui que nous concluons actuellement avec l'Académie des Sciences de Paris pour que ses Comptes rendus fassent plus largement place au français. Encore faut-il, comme dans le cas cité, que les chercheurs de très haut niveau, reconnus internationalement, s'engagent personnellement et durablement dans le processus de publication en français.

Par ailleurs, le développement fulgurant des grands réseaux électroniques et, notamment, de l'Internet nous impose aujourd'hui une autre manière de nous informer, de travailler et de vivre, et interpelle de manière pressante la communauté scientifique francophone.

Nous travaillons actuellement, en collaboration avec de nombreux intervenants des secteurs de la recherche et du développement, notamment avec le CRIM, le Centre de recherches informatiques de Montréal, à mettre en place, pour la francophonie, et, au premier chef, sur Internet, un interréseau, que nous appelons REFER, d'information et de communication en temps réel, sur le mode interactif, qui permette aux francophones et aux francophiles de « naviguer » sur l'Internet dans leur langue, de mettre en commun et de partager l'information en français.

Il ne s'agit pas de construire un ghetto, mais de faciliter l'accès à l'information en français, de la valoriser et donner à ceux qui souhaitent travailler et publier en français les moyens de le faire, la chance d'être reconnus. Enfin, il s'agit d'assurer sur l'Internet une présence francophone, une présence des valeurs francophones. Cette démarche est essentielle à l'existence même de la francophonie.

*****

Le génie linguistique

La troisième stratégie, articulée avec la précédente, concerne les industries de la langue, le secteur du génie linguistique, où la présence et l'action des francophones doivent permettre à la langue française d'être une des grandes langues internationales de communication du siècle à venir, notamment dans les domaines scientifique et technologique.

Là aussi, la tendance dominante, flattée par la loi du moindre effort, favoriserait la mondialisation, c'est-à-dire l'imposition d'une langue unique en matière de technologies de la parole, d'interfaces personne-machine qui vont, dans un proche avenir, transformer radicalement les relations de la personne avec son environnement personnel, social, éducatif, de travail, de santé...

La science en français

Une autre stratégie consiste à développer les outils adéquats devant permettre l'épanouissement d'une science en français.

Il s'agit, d'une part, de valoriser les publications en français par la mise à disposition d'outils de référencement et de consultation rapide des banques de données francophones, par le moyen, notamment, des disques optiques compacts, mais aussi, bien sûr, par l'interrogation en ligne. Il est nécessaire, d'autre part, que nous intervenions auprès des communautés et grands organismes scientifiques pour que les articles publiés en français dans des revues reconnues d'excellence soient pris en compte dans l'évaluation et la promotion des chercheurs.

À cet effet, l'AUPELF•UREF met en place progressivement ce que nous appelons un Institut francophone de référencement de l'information scientifique et technique qui a pour objet de :

  • référencer et valoriser les publications en français;

  • promouvoir la littérature scientifique informelle des pays du Sud;

  • faciliter l'accès aux documents primaires en français (par le canal du réseau existant des Centres d'information scientifique que nous avons mis et allons mettre en place) dans tous les pays de la francophonie;

  • promouvoir les colloques et communications scientifiques en langue française;

  • constituer des serveurs et des bases de données francophones dans le cadre de l'interréseau francophone REFER;

  • valoriser les gisements francophones d'informations inexploités.

La mobilité et la formation en français

La dernière stratégie que je mentionnerai concerne le renouvellement de la communauté scientifique francophone, c'est-à-dire la formation scientifique en français.

Aloyse NDiaye, qui dirige notre Fonds international de coopération universitaire, le FICU, développera ce thème demain.

Je ferai ici simplement deux remarques :

  • la francophonie a besoin — et elle s'en dote progressivement — d'un réseau international vivant et de qualité de filières francophones, mais aussi de centres et instituts régionaux de recherche et de formation; nous en avons ouvert dans les domaines de l'informatique à Hanoi, de la technologie à Phnom Penh, de l'administration et de la gestion à Sofia, c'est-à-dire pour l'instant dans les pays que l'on appelle de la francophonie d'appel, qui souhaitent développer un enseignement supérieur et une recherche en français;

  • deuxièmement, c'est un fait que la mobilité est, de nos jours, le maître-mot de la formation, du perfectionnement, de l'échange.

Dans le cadre des coopérations bilatérales — entre la France et le Québec par exemple —, dans celui des coopérations régionales — de la Communauté européenne, notamment — c'est en effet grâce à la mobilité que se constitue chez les jeunes chercheurs un sentiment d'appartenance à une communauté.

C'est ce que nous avons mis en place dans le cadre de la francophonie où, par la langue française et la mobilité à l'intérieur de l'espace francophone, sur les cinq continents, les jeunes francophones accèdent à la science et à la technologie en s'ouvrant à l'international, en développant un esprit critique, en adoptant des approches modernes, en se situant, dans leur langue, dans des problématiques contemporaines.

À côté de l'anglais qui maintient sa puissante force d'attraction, le français se donne ainsi toutes les chances de devenir une langue du progrès partagé.

Je vous invite, à participer au séminaire que nous tenons demain après midi à l'UQAM et où, autour de l'AUPELF•UREF, les représentants de la France, du Québec, de la Communauté française de Belgique, notamment, approfondiront ce thème et cette dynamique de la mobilité.

*****

La voie du plurilinguisme

L'action militante que mène ainsi la francophonie, en particulier à travers l'AUPELF•UREF, ce n'est pas dans l'esprit d'une rivalité entre deux langues ou deux cultures, ce qui serait dérisoire et, bien sûr, tout à fait vain.

Il s'agit, plus profondément, de montrer une voie possible, une alternative, dans la mondialisation irrésistible que nous connaissons, parce que cette autre voie, le multilinguisme, est un fait de l'histoire, qui offre aux sociétés la possibilité de conserver et de cultiver leur identité, leurs langues, leurs cultures, leurs mœurs, en un mot leurs références profondes.

À l'intérieur même de la francophonie se développe, grâce à l'action conjuguée des deux grands opérateurs que sont l'ACCT et l'AUPELF•UREF, un programme important qui vise à assurer la présence et la vitalité du dialogue entre le français et ses langues partenaires — ces dizaines de langues, dont la grande langue internationale qu'est l'arabe — qui cœxistent avec le français dans les pays francophones du Sud.

Aussi la construction francophone est-elle appelée à aller de pair avec le développement des autres cultures et langues de l'espace qu'elle recouvre. Ce dialogue est une condition de sa réussite.

Elle va de pair, de façon quasi structurelle, avec le développement du pluriculturalisme et du plurilinguisme, c'est-à-dire de la préservation et du renforcement des cultures, des modes de vie et des langues dans leur riche et étonnante diversité.

*****

Dans cette approche constructive d'une francophonie à la fois rassembleuse et ouverte sur les autres langues — et pas seulement sur l'anglais, comme beaucoup voudraient nous y contraindre —, il est clair que la francophonie scientifique a un rôle déterminant à jouer.

M. Pierre Deslongchamps en appelait hier au « réveil des chercheurs » francophones. Car, en tout cela il y va, bien sûr, du libre choix et de la responsabilité de l'ensemble de la communauté scientifique francophone.




haut
Free download porn in high quality RGPorn.com - Free Porn Downloads