Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cérémonie de remise des insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique, du Prix du 3-Juillet-1608 et du prix littéraire Émile-Ollivier pour l'année 2014

2014-09-25

(Le texte lu fait foi.)

Madame et Monsieur les Ministres,
Madame la maire suppléante et membre du comité exécutif,
Distingués récipiendaires de l'Ordre des francophones d'Amérique,
Lauréats du Prix du 3-Juillet-1608 et du prix littéraire Émile-Ollivier,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les membres du corps consulaire et des tribunaux administratifs,
Distingués invités,
Mesdames et Messieurs,

Bienvenue à cette cérémonie de remise des prix et distinctions du Conseil supérieur de la langue française.
C'est avec un immense bonheur que le Conseil supérieur de la langue française remet, pour la 36e année, les insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique, le Prix du 3-Juillet-1608 et le prix littéraire Émile-Ollivier.

Cette année, des circonstances particulières ont mené à une situation inédite : on m'a nommé, en juillet dernier, président du Conseil après qu'un jury de sélection indépendant eut retenu, au printemps dernier, ma candidature comme membre de l'Ordre, qui a été soumise par l'Université Laval. J'aurai donc le double plaisir, ce soir, de recevoir et de remettre les prestigieux insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique.

Pour l'instant, permettez-moi de vous adresser quelques mots à titre de président du Conseil et de président de l'Ordre des francophones d'Amérique.

En ce centenaire de la Première Guerre mondiale, de nombreux événements de commémoration et des témoignages vibrants nous ont rappelé l'importance de la paix, de la dignité humaine et de la solidarité entre les peuples.

Les ambassadeurs bien particuliers que sont nos récipiendaires et lauréats contribuent, chacun à leur façon, à la construction d'un monde meilleur où peuvent s'épanouir les valeurs de solidarité et de coopération portées par la francophonie. Ces valeurs, profondément enracinées en terre d'Amérique et sur les autres continents, s'incarnent dans des projets de recherche scientifique et de création littéraire, dans des associations engagées au service de la protection et de la promotion de la langue française, dans des partenariats économiques, sociaux et culturels entre francophones de tous horizons, dans des actions d'éducation, d'information et de sensibilisation des francophones.

Quel que soit le domaine où ils agissent, nos récipiendaires et lauréats se sont fait remarquer pour leur engagement indéfectible et leur influence sur le cours des choses. L'attachement à la langue française qui les mobilise est impressionnant et admirable. Le Conseil supérieur de la langue française est fier de souligner officiellement leur contribution exceptionnelle.

Un autre centième anniversaire, lumineux celui-là, nous rappelle un autre ambassadeur unique en son genre, qui a su faire de notre langue un matériau extraordinaire de création, de beauté et d'action sociale. Félix Leclerc, pionnier d'une poésie chantante québécoise, a su inspirer les artistes francophones d'ici et d'ailleurs, dès les années 1950 et pour les décennies à venir. « Il y a des maisons où les chansons aiment entrer », disait-il. Les siennes ont beaucoup voyagé, elles sont entrées dans bien des maisons de part et d'autre de l'Atlantique, « de l'île d'Orléans jusqu’à la Contrescarpe », transformant notre vision du monde au passage. Car la langue est beaucoup plus qu’un moyen d'expression, et les personnalités que nous honorons ce soir le savent bien.

Au nom des membres du Conseil supérieur de la langue française et en mon nom personnel, j'adresse mes plus sincères félicitations aux récipiendaires des insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique, à l'organisme lauréat du Prix du 3-Juillet-1608 et à la lauréate du prix littéraire Émile-Ollivier. C'est grâce à des personnes et à des organisations engagées comme elles que la langue française peut continuer de se développer et de rayonner aux quatre coins des Amériques.

En terminant, je remercie les membres des jurys qui ont sélectionné les lauréats et récipiendaires que nous honorons ce soir. Je veux également souligner le travail accompli par le personnel du Conseil, qui assure le succès de cette cérémonie, année après année.

Merci de votre attention et bonne soirée!

Vers le haut