Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cérémonie de remise des insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique et du Prix du 3-Juillet-1608 pour l'année 2016

2016-09-28

(Le texte lu fait foi.)

Mesdames et Messieurs récipiendaires de l'Ordre des francophones d'Amérique et lauréat
du Prix du 3-Juillet-1608,
Monsieur le Ministre,
Madame la Conseillère municipale et membre du comité exécutif,
Mesdames et Messieurs les membres du corps consulaire,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les Secrétaires générales et généraux, Sous-Ministres et Présidentes et Présidents d'organismes publics,
Mesdames et Messieurs les invités,

Bienvenue à cette cérémonie de remise des prix et distinctions du Conseil supérieur de la langue française.

C'est pour moi avec bonheur, et pour une première fois à titre de président du Conseil, que nous procédons, pour une 38e année, à cette remise des insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique et du Prix du 3-Juillet-1608.

Ces distinctions, je vous le rappelle, sont décernées à des personnes qui se sont chacune distinguées par leur attachement à la langue et à la culture françaises en Amérique.

Leurs mérites sont de cette manière reconnus parce que, faisant partie d'une société de langue française, elles ont explicitement manifesté leur volonté de la voir s'épanouir.
 
Nous sommes dans cette perspective réunis ce soir pour leur rendre hommage et ce rendez-vous annuel est important à un double titre, d'abord parce qu'il permet de prendre toute la mesure des réalisations de ces personnes ou des organismes dans lesquels elles s'investissent et aussi, parce qu'il permet de souligner de nouveau que l'attachement à la langue française constitue un gage de sa vitalité.

Seul État majoritairement francophone en Amérique, le Québec est un des piliers de la francophonie. Jadis d'ailleurs, une grande partie du territoire nord-américain était française.

C'est à partir d'ici et de l'Acadie que le français s'est propagé partout au Canada et qu'il a aussi connu un essor dans plusieurs États américains.

À ce titre, je crois qu'il est permis de dire qu'à l'instar de la France, les francophones d'Amérique ont contribué à faire de la langue française une langue aujourd'hui parlée sur les cinq continents, la seule à ce titre avec l'anglais.

Ainsi, à l'échelle internationale, ce sont plus de 210 millions de personnes qui en font un usage quotidien et il s'agit de la 5e langue la plus parlée dans le monde.

La francophonie se définit de plus par des réseaux, nationaux ou internationaux. Mentionnons ici notamment le Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique, récemment créé, ou encore bien entendu l'Organisation internationale de la Francophonie, pour ne nommer qu'eux.

Elle se manifeste également par de grands événements, comme le Sommet de la Francophonie, ou par d'importantes distinctions, tel le Prix littéraire des cinq continents, lequel, créé il y a plus de 15 ans par l'OIF, permet de mettre en valeur l'expression de la diversité culturelle de la langue française.

Enfin, si la francophonie a en partage l'usage de la langue française, elle a aussi la responsabilité d'assurer sa diffusion et son évolution.

Nous ne pouvons à ce titre qu'encourager la constitution de divers partenariats économiques, sociaux et culturels, et permettre de plus que s'incarnent des projets de recherche scientifique et de création artistique afin que la langue française continue à mobiliser les sociétés qui la parlent.

C'est en conséquence en français que nous écrivons nos histoires respectives et que nous les partageons. C'est aussi en français que nous bâtissons nos projets, que nous innovons et que nous créons.

Je profite ici de l'occasion pour ouvrir une brève mais nécessaire parenthèse eu égard à la création. Le Conseil ne saurait de la sorte passer sous silence le départ, en avril dernier, d'un homme de lettres qui a marqué l'organisme, à savoir Marcel Dubé.

Le Conseil tient dans cette perspective à saluer son apport, lui qui a été secrétaire de l'organisme, dès sa création en 1977 et jusqu'en 1979. Il a également signé le poème explicatif de l'emblème de l'Ordre des francophones d'Amérique, dont il a d'ailleurs lui-même reçu l'insigne en 1985.

Écrivain qui lègue une œuvre diversifiée, il a à ce titre beaucoup écrit pour la radio et pour la télévision et c'est particulièrement par ces médias qu'il a su, dès le début des années 1960, joindre nombre de francophones du Canada.

Par ailleurs, il est reconnu que différentes actions doivent être maintenues ou mises en œuvre par les divers gouvernements afin renforcer et de façonner nos propres identités francophones.

Toutefois, la langue française ne saurait briller sans que des personnes et des organisations s'engagent, au quotidien, à en assurer la protection et la promotion.

Les parcours des récipiendaires et de l'organisation lauréate que nous honorons ce soir s'inscrivent dans ces perspectives.

Personnalités dont les actions sont déterminantes dans leurs milieux respectifs, elles défendent la langue française et la font rayonner dans leur domaine d'activité. L'impulsion qu'elles impriment à la vitalité du français, en Acadie, en Ontario, dans l'Ouest canadien, au Québec, en Louisiane et en France, mérite à cet égard d'être reconnue.

Je salue ainsi le travail et la contribution des récipiendaires de l'Ordre des francophones d'Amérique et de l'organisation lauréate du Prix du 3-Juillet-1608 qui, chaque jour, œuvrent pour le présent et l'avenir en français.

Au nom des membres du Conseil supérieur de la langue française et en mon nom personnel, je tiens à féliciter chacun et chacune pour leurs réalisations.

En terminant, je remercie les membres du jury qui ont sélectionné les récipiendaires et l'organisation lauréate que nous honorons ce soir. Je veux également souligner le concours des dirigeants et du personnel de l'Assemblée nationale ainsi, bien entendu, que le travail accompli par le personnel du Conseil, tous participant de nouveau cette année au succès de cet événement.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une bonne soirée.

Vers le haut