Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cérémonie de remise des prix Jules-Fournier et Raymond-Charette 2015-2016

2016-03-18

(Le texte lu fait foi.)

Mesdames, Messieurs,

Bonsoir,

J'ai le plaisir d'être avec vous ce soir à titre de président du Conseil supérieur de la langue française, le Conseil remettant de nouveau cette année deux prix destinés à récompenser la maîtrise et l'excellence de la langue française chez les professionnels des médias.

Il s'agit en l'occurrence des prix Jules-Fournier et Raymond-Charette, dans leur édition 2015-2016.

Le premier, créé en 1980, est attribué à un professionnel des médias de la presse écrite québécoise, en reconnaissance de la qualité de la langue de ses écrits. Les journalistes, les chroniqueurs et les blogueurs y sont admissibles.

Le second, institué en 1998, est pour sa part attribué à un professionnel des médias de la presse radiotélévisée, pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité. Les journalistes, les animateurs et les reporters y sont ici admissibles.

Ces prix saluent ainsi le souci qu'ont de fort nombreux journalistes de continuer à s'exprimer avec fierté dans une langue riche et juste, souci qui mérite de cette manière d'être souligné, d'autant que les méthodes et les conditions de travail du milieu journalistique se transforment constamment.

Nombreux sont en effet les journalistes qui, notamment, sont  souvent appelés à effectuer des tâches de plus en plus diversifiées, et ce, avec des échéances de plus en plus courtes.

Les prix Jules-Fournier et Raymond-Charette reconnaissent la volonté des entreprises de presse de promouvoir un français de qualité. C'est dans les médias qu'on entend et qu'on lit le français et, dans cette perspective, ils doivent être des modèles à suivre.

Il existe de fait un français de haut niveau dans les médias québécois et c'est avec fierté que le Conseil reconnaît ce soir le travail de deux personnes qui contribuent à en faire la démonstration.

Présidés de nouveau cette année par madame Lorraine Pagé, membre du Conseil supérieur de la langue française, les jurys ont eu la tâche délicate de choisir deux gagnants.

Pour chacun de ces prix, ils ont évalué les candidatures en fonction d'une série de critères, dont :

  • la correction de la langue;
  • la qualité narrative;
  • l'originalité, la vivacité et l'élégance du style;
  • la clarté et la rigueur de l'exposé;
  • enfin, aussi, l'emploi d'une langue facilement compréhensible.

Les jurys ont également pris en compte les conditions mêmes de production des documents soumis.

Les dossiers reçus cette année étaient diversifiés, de très grande qualité et nombreux, à savoir près d'une trentaine pour le prix Jules-Fournier et près d'une dizaine pour le prix Raymond-Charette.

Ils provenaient de plusieurs médias, tant des grands réseaux que d'organes de presse plus modestes, de même que de journalistes indépendants. Plusieurs genres aussi étaient représentés.

Le Conseil est ainsi heureux de récompenser ce soir le travail de deux professionnels des médias qui s'expriment dans une langue française de qualité et qui ont aussi en commun un engagement au service d'une information intelligente.

Qui sont ainsi ces lauréats ou lauréates pour l'édition 2015-2016?

Le prix Jules-Fournier d'abord


Le lauréat du prix Jules-Fournier a su se démarquer par la constance dans la qualité de ses textes et par l'efficacité de son écriture. Le journaliste a proposé aux membres du jury des textes qui ont démontré sa capacité à créer des images et à susciter des émotions. Aussi, la richesse et la justesse de son vocabulaire ont retenu l'attention.

Ses textes sont également d'une grande qualité narrative et sa plume, d'une grande force d'évocation.

Titulaire d'une maîtrise en droits humains et environnementaux, le lauréat du prix Jules-Fournier est journaliste indépendant depuis 1994 et a séjourné dans près d'une centaine de pays.

Collaborateur depuis vingt ans au quotidien Le Devoir, il œuvre également au magazine L'actualité depuis une dizaine d'années. Il a aussi contribué à de nombreuses publications d'ici et d'ailleurs, dont Géo Plein Air, Elle Québec et Courrier international. Depuis novembre 2015, il est rédacteur en chef du magazine Espaces, axé sur le plein air, le voyage et l'aventure.

Le lauréat du prix Jules-Fournier 2015-2016 est monsieur Gary Lawrence.

Le prix Raymond-Charette maintenant


La lauréate du prix Raymond-Charette a retenu l'attention du jury par la finesse de son expression orale de même que par la clarté et la précision de son vocabulaire. La journaliste a su aussi démontrer son remarquable talent de vulgarisatrice. Le jury a de plus souligné sa rigueur journalistique et sa maîtrise des dossiers traités.

Elle sait enfin susciter l'intérêt avec des sujets souvent complexes et à caractère litigieux.

La lauréate du prix Raymond-Charette couvre la scène judiciaire depuis 1992 et a suivi les procès les plus marquants de l'histoire récente. Elle a entrepris sa carrière en 1987 à Télévision Quatre-Saisons après avoir obtenu un baccalauréat en études néo-helléniques.

Onze ans plus tard, elle entre à la Société Radio-Canada et se joint à l'équipe de l'émission La facture, avant de se consacrer de nouveau à la couverture quotidienne en 2000. Pendant quatre ans, elle anime l'émission radio du retour à la maison puis prend la barre de l'émission d'affaires judiciaires Sous la loupe, en 2014, et devient journaliste et animatrice à l'émission Enquête, en 2015.

La lauréate du prix Raymond-Charette 2015-2016 est madame Isabelle Richer.

Mot de la fin


Encore une fois, toutes nos félicitations aux lauréats de cette année.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une bonne soirée.

Vers le haut