Partager Partager sur Facebook. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtrePartager sur Twitter. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.Partager sur Delicious. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Cérémonie de remise des prix Jules-Fournier et Raymond-Charette et des mentions « Coup de cœur » du grand public 2014

2014-11-15

(Le texte lu fait foi.)

Mesdames, Messieurs,

Bonsoir,

J’ai l’honneur d’être avec vous ce soir à titre de présidente des jurys des prix médias et membre du Conseil supérieur de la langue française. Cette année encore, le Conseil remet deux prix et deux mentions « Coup de cœur » du grand public à des professionnels des médias en reconnaissance de l’excellence de leur langue journalistique : le prix Jules-Fournier, créé en 1980 afin de souligner la contribution exemplaire d’un ou d’une journaliste de la presse écrite québécoise à la diffusion d’un français de qualité; et le prix Raymond-Charette, créé en 1998 pour reconnaître la qualité de la langue des professionnels des médias radiotélévisés. S’y ajoutent, depuis l’an dernier, les mentions « Coup de cœur » du grand public. C’est ainsi que les internautes ont été invités à soumettre ou à appuyer, sur la page Facebook du CSLF, la candidature d’un professionnel de la presse écrite ou radiotélévisée québécoise qui démontre une bonne maîtrise de la langue française. Les candidatures des six personnes qui ont obtenu le plus de J’aime, soit trois pour les médias écrits et trois pour les médias radiotélévisés, ont été soumises aux jurys respectifs des prix Raymond-Charette et Jules-Fournier. Ces mentions « Coup de cœur » du grand public permettent au public de témoigner directement son appréciation à l’égard d’un ou d’une journaliste.

Ce soir, le Conseil est donc heureux de récompenser le travail de quatre professionnels des médias qui s’expriment dans une langue française de qualité. Je souligne d’ailleurs que le cocktail de ce soir a été commandité par le Conseil.

Sans plus tarder, je vous présente d’abord le lauréat ou la lauréate du prix Jules-Fournier.

Les délibérations du jury ont donné lieu à des discussions déchirantes étant donné le grand nombre de dossiers exceptionnels. Nous avons reçu une trentaine de candidatures, mais il a bien fallu n’en retenir qu’une, et donc renoncer à toutes les autres. Les jurés ont fait leur choix à l’aide d’une série de critères tels que la correction de la langue, la qualité narrative, l’originalité du style, la rigueur de l’exposé. Qui a été sélectionné?  
Elle sillonne la planète depuis des années pour écrire des articles principalement destinés au journal Le Devoir. Spécialiste des questions liées à la politique et à la coopération internationales, à la condition des femmes dans le monde et à la nordicité, elle a aussi produit des séries radiophoniques. Auteure de deux ouvrages de fiction, Eaux et La Femme du peintre, elle a remporté de nombreux prix comme écrivaine et comme journaliste.

La constance dans la qualité de ses textes, qui portent sur des sujets difficiles et complexes, la fidélité de son engagement au service d’une information intelligente et riche, le souffle poétique et le sens de l’image exceptionnel de notre lauréate ont séduit le jury. Riche d’une écriture très personnelle et puissante, elle est de ceux et celles qui font entrer le journalisme en littérature.

Vous l’aurez sans doute deviné, je parle de Monique Durand.

Remise du chèque et du parchemin. Allocution de Madame Durand.

Passons maintenant au prix Raymond-Charette.

Le lauréat du prix Raymond-Charette est le capitaine d’une équipe remarquable. Il présente une capacité exceptionnelle de vulgarisation scientifique, et son style est élégant et vivant. De plus, c’est dans une langue claire, simple et précise qu’il échange avec ses collaborateurs, qu’il sait mettre en valeur. Il se démarque également par son sens du rythme et son art de maintenir l’attention du public malgré des sujets complexes, y ajoutant même parfois une dimension ludique.
 
Professeur de didactique des sciences à l’Université du Québec à Montréal, il est également l’auteur de trois ouvrages d’initiation à l’astronomie destinés aux jeunes et il donne régulièrement des conférences sur ses sujets de prédilection : l’astronomie et l’enseignement des sciences. Le grand public le connaît surtout parce qu’il anime Le Code Chastenay à Télé-Québec depuis sept ans.

Eh oui, le lauréat du prix Raymond-Charette 2014 est Monsieur Pierre Chastenay!

Remise du chèque et du parchemin. Allocution de Monsieur Chastenay.

Et maintenant, parlons des mentions « Coup de cœur » du grand public.

Dans la catégorie médias écrits, le récipiendaire est journaliste, chroniqueur et blogueur au quotidien Le Devoir depuis près de 15 ans. Observateur sensible du présent, il ausculte les nombreux paradoxes et les transformations sociales, politiques ou culturelles nourris par nos vies numériques. Il a imaginé le premier documentaire participatif réalisé au Québec, Un 30 mai ici-bas, et il a également convaincu Michel Tremblay, Bernard Pivot, Kim Thúy, Perrine Leblanc et Alexandre Jardin de mettre au monde des nouvelles littéraires en 140 caractères, nouvelles réunies dans le recueil 25 histoires, 25 auteurs en 140 ca. publié en 2013.

Eh oui, le grand public et le jury de sélection ont choisi monsieur Fabien Deglise, pour sa langue créative et ses images évocatrices au service d’une information juste du public.

Remise du parchemin. Allocution de Monsieur Deglise.


Maintenant, dans la catégorie médias radiotélévisés, la professionnelle des médias qui remporte la mention sait susciter l’intérêt, nous incitant à poursuivre l’écoute de son émission. Toujours agréable à entendre et à suivre, elle est dotée d’une excellente voix et d’une belle élocution. Ses propos sont clairs et très efficaces.
Elle a exploré au fil des vingt-cinq dernières années plusieurs facettes du métier de communicatrice. De la télévision à la presse écrite, du cinéma à la radio, elle a promené sa curiosité dans des mondes variés comme la culture, l’économie et la science. Depuis trois ans, c’est à table qu’elle trouve son inspiration : elle anime un magazine d’actualité et de réflexion sur l’alimentation et l’agriculture qu’on peut entendre partout au pays sur ICI Radio-Canada Première : l’émission Bien dans son assiette.

Oui, madame  Sophie-Andrée Blondin est une animatrice vraiment bien dans son assiette!

Remise du parchemin. Allocution de Madame Blondin.

Encore une fois, toutes nos félicitations aux lauréats de cette année ainsi qu’aux deux professionnels des médias qui ont reçu une mention « Coup de cœur » du grand public!

Je vous souhaite une bonne fin de soirée et vous remercie de votre attention.

Vers le haut