Accueil » Prix et distinctions » Ordre des francophones d'Amérique » 

Raymond DesRochers (à titre posthume)

Transcription de l'allocution du frère de Raymond DesRochers

Bonsoir!

Au nom de notre frère Raymond et de la famille entière, j'aimerais saluer et remercier toutes les personnes responsables du succès de cet évènement.

Raymond était un homme de vision qui voyait loin, beaucoup plus loin que chez lui. Ses contributions, à partir des rives de la Baie Georgienne, se font ressentir d'abord chez ses amis et collègues pour qui il était toujours à l'appel et à l'écoute. Là où il voyait le besoin de leadership francophone, de prise en main, il agissait.

Il était un homme complexe, généreux, travaillant et persévérant. Son travail   auprès des gens a eu des retombées dans le village de Lafontaine, dans la ville de Penetanguishene, dans la province de l'Ontario et dans le pays entier. Raymond a également poussé l’audace jusqu’à faire du bénévolat à l'international, au Mozambique par exemple. Il croyait à la dignité humaine pour tous les gens de la planète. La vie de Raymond est preuve que même les petits gestes du quotidien peuvent avoir un grand effet. Nous sommes tous dans le même bateau, ensemble, en même temps. Avec Raymond à la barre, nous sommes allés loin. 

Voyons un peu sa vie de famille. Raymond travaillait et vivait pour ses deux filles, Chantal et Rachelle. Elles étaient toujours très proches dans son cœur. Pendant 17 années, il a été réconforté par l'amour, l'encouragement et l'appui indispensables de son épouse Sandra Sorensen. Il avait un excellent rapport avec tous les membres de sa famille immédiate. Elle lui était très chère. Dans les photos de famille, le ''p'tit nouveau'' était toujours au chaud dans ses bras. Il se sentait à l'aise aux rencontres de famille; il pouvait être lui-même, relaxe, farceur, souriant. Il adorait les fêtes, la bonne nourriture, la musique et le chant. On peut dire qu'il était un « bon vivant »!

Malheureusement, Raymond nous a quitté subitement le 26 avril dernier avant de pouvoir recevoir cette médaille et cette reconnaissance lui-même... et pourtant, c'est le plus beau compliment, le plus grand geste d'appréciation qu'il aurait pu recevoir. Nous, ta famille et ta communauté, sommes si fiers de toi, Raymond!

Encore une fois, au nom de Raymond, un merci sincère pour lui avoir décerné cette haute distinction de l'Ordre des francophones d'Amérique.

Bonne soirée!