Accueil » Prix et distinctions » 

Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est une décoration décernée annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française. Cette distinction reconnaît les mérites de personnes qui se sont consacrées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Les insignes de l'Ordre sont constitués d'une médaille réalisée par un artiste québécois et d'une fleur de lys stylisée portée à la boutonnière, qui représente le symbole de l'Ordre. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié, signé par le premier ministre du Québec, le ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française ainsi que par le président du Conseil supérieur de la langue française, qui préside aussi l'Ordre des francophones d'Amérique.

Selon la qualité des dossiers reçus, jusqu'à sept récipiendaires peuvent être nommés annuellement, soit deux pour le Québec et les cinq autres pour l'Acadie des provinces de l'Atlantique, l'Ontario, l'Ouest canadien, les Amériques et les autres continents.

Voici la liste complète des récipiendaires de l'Ordre depuis 1978.

Photo d'Angéline Martel.
Angéline Martel
Québec

Après avoir obtenu un doctorat pluridisciplinaire en éducation, sociolinguistique, philosophie du langage et sociologie de la connaissance en 1984 à l'Université de l'Alberta, Angéline Martel enseigne d'abord à l'Université McGill et à l'Université Concordia avant de se joindre à l'Université TÉLUQ, en 1988, là où elle enseigne toujours. Elle y a assumé, pendant neuf années, la direction du Département de sciences humaines, lettres et communications. Elle est actuellement directrice du Service d'évaluation linguistique de cette même université.

Sa carrière est marquée de productions et de contributions visant le développement de la langue française et celui des collectivités qui la parlent. Elle a notamment développé ou été responsable de vingt-quatre cours et de sept programmes de langues et de didactique des langues, dont un plus récent, créé en 2014, qui vise à offrir aux nouveaux arrivants du Québec un apprentissage sur mesure du français selon une formule combinant la formation à distance et un mentorat destiné à faciliter leur intégration à la société québécoise.

Au chapitre de la recherche, elle a prononcé plus d'une centaine de conférences à travers le monde et publié également de nombreux livres, monographies, chapitres de livres et articles dans des revues scientifiques, et ce, sur des sujets portant entre autres sur les droits linguistiques, l'éducation en contexte minoritaire, les modèles d'apprentissage, la didactique des langues et les politiques d'aménagement linguistique.

Pionnière de la diffusion scientifique électronique, elle a cofondé en 1996, avec des collègues provenant notamment de France, de Belgique et d’Espagne, la revue DiversCité Langues qui se consacre à la dynamique des langues et pour laquelle elle est toujours rédactrice en chef.

Angéline Martel a aussi fourni son expertise en matière de sociolinguistique des minorités et d'éducation en contexte minoritaire dans plusieurs causes, dont Arsenault-Cameron. Elle a de même été codemanderesse dans l'affaire Mahé, Martel, Dubé et l'Association Bugnet qui l'a menée en Cour suprême, dont l'arrêt, en 1990, aura permis la création des conseils scolaires francophones en contexte minoritaire. Elle sera aussi choisie par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture pour participer au comité scientifique de la Déclaration universelle des droits linguistiques, dont elle est d’ailleurs en 1996 l'une des signataires.

Récipiendaire entre autres de distinctions de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, de son alma mater, la Faculté Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, ainsi que du Gouverneur général du Canada, Angéline Martel a aussi été membre du Conseil de la langue française de 1988 à 1997.