Accueil » Prix et distinctions » 

Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est une décoration décernée annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française. Cette distinction reconnaît les mérites de personnes qui se sont consacrées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Les insignes de l'Ordre sont constitués d'une médaille réalisée par un artiste québécois et d'une fleur de lys stylisée portée à la boutonnière, qui représente le symbole de l'Ordre. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié, signé par le premier ministre du Québec, le ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française ainsi que par le président du Conseil supérieur de la langue française, qui préside aussi l'Ordre des francophones d'Amérique.

Selon la qualité des dossiers reçus, jusqu'à sept récipiendaires peuvent être nommés annuellement, soit deux pour le Québec et les cinq autres pour l'Acadie des provinces de l'Atlantique, l'Ontario, l'Ouest canadien, les Amériques et les autres continents.

Voici la liste complète des récipiendaires de l'Ordre depuis 1978.

Photo de Thomas C. Spear.
Thomas C. Spear

Originaire du Wisconsin, Thomas C. Spear s'installe à New York en 1983 après avoir terminé sa maîtrise en lettres françaises à l'Université de Californie à Santa Barbara. Il obtient un doctorat de l'Université de New York (NYU) en 1988 en soutenant une thèse portant sur l'autofiction de Louis-Ferdinand Céline, alors que la même année, lors du Congrès international d'études francophones à Montréal, il découvre son grand intérêt pour la littérature francophone non européenne.

Il est aujourd'hui professeur titulaire à l'Université de la ville de New York (CUNY), autant dans son école doctorale (The Graduate Center) à Manhattan que dans la faculté Lehman College dans le Bronx. Il y enseigne la langue française et les littératures francophones contemporaines, en particulier celles d'Haïti, de la Caraïbe, de l'océan Indien et du Québec.

Il assure la promotion des lettres francophones depuis plus de trois décennies par ses activités au sein de l'université où il enseigne, par son engagement dans des organismes professionnels, par ses recherches, par ses propres publications de même que par son rôle de pionnier dans la diffusion de la langue française et de la littérature francophone à travers Internet.

Conférencier de renom, il a publié plus d’une cinquantaine d'articles portant notamment sur l'autobiographie et l'autofiction, et pratique lui-même cette dernière forme de création littéraire. Il a été codirecteur d'un ouvrage critique sur l'œuvre de Céline et d’un autre sur celle de Marie-Célie Agnant, publiés respectivement en 1995 et en 2013. Il a de plus dirigé, en 2002, la production du recueil intitulé La culture française vue d’ici et d’ailleurs, dans lequel treize auteurs traitent de leurs rapports à la langue et à la culture françaises, ainsi que celle, en 2007, du titre Une journée haïtienne, recueil de textes de quarante auteurs haïtiens et dont une suite sera publiée l’an prochain. 

Depuis 1995, il anime une liste de discussion électronique de chercheurs, appelée franco-monde. Il a créé en 1996 un répertoire précurseur, le site Web Ressources Internet francophones, procédé l'année suivante à la numérisation de la revue culturelle marocaine Souffles. En 1998, il a créé le site Île en île, désormais référence mondiale avec plus de 300 auteurs des îles francophones et de leur diaspora inscrits dans ses archives. Cette initiative, dont il demeure l'éditeur principal, lui a valu, en 2005, le Trophée de la Diversité culturelle, reçu des mains du ministre de la Culture et de la Communication de France.

Thomas C. Spear, qui de 2013 à 2017 a été chroniqueur à l'émission hebdomadaire Dessine-moi un dimanche à la radio de Radio-Canada, a reçu en 2016 à Port-au-Prince le Trophée du Gardien du livre, pour son travail à promouvoir la littérature haïtienne, et en 2018 le Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises, décerné par l'Académie française.

C'est notamment pour sa promotion de la langue française, pour son soutien au rayonnement des lettres francophones et pour la création du site Île en île, outil de valorisation de la littérature des îles francophones et de leur diaspora, que le Conseil supérieur de la langue française lui décerne l'Ordre des francophones d'Amérique.