Accueil » Prix et distinctions » 

Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est une décoration décernée annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française. Cette distinction reconnaît les mérites de personnes qui se sont consacrées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Les insignes de l'Ordre sont constitués d'une médaille réalisée par un artiste québécois et d'une fleur de lys stylisée portée à la boutonnière, qui représente le symbole de l'Ordre. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié, signé par le premier ministre du Québec, le ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française ainsi que par le président du Conseil supérieur de la langue française, qui préside aussi l'Ordre des francophones d'Amérique.

Selon la qualité des dossiers reçus, jusqu'à sept récipiendaires peuvent être nommés annuellement, soit deux pour le Québec et les cinq autres pour l'Acadie des provinces de l'Atlantique, l'Ontario, l'Ouest canadien, les Amériques et les autres continents.

Voici la liste complète des récipiendaires de l'Ordre depuis 1978.

Photo d'Ekaterina Isaeva.
Ekaterina Isaeva
Autres continents

Née à Moscou, Ekaterina Isaeva a fait ses études supérieures de spécialisation en enseignement du français et de l'anglais à l'Université linguistique de Moscou, et a obtenu le diplôme supérieur de professeur en 1981. Elle a par la suite enseigné le français au Département des langues étrangères à l'Université d'État de Moscou Lomonossov jusqu'en 1993.

En 1994, elle fait des études de maîtrise à l'Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et obtient le diplôme d'études approfondies, aujourd'hui le diplôme de Master 2, en didactologie des langues et des cultures. La même année, elle intègre le poste de professeur au Département de linguistique de l'Université d'État des sciences humaines de Russie et, cinq ans plus tard, au même établissement, elle commence à travailler au Centre de formation et de recherche Moscou-Québec comme vice-directrice et, depuis 2012, comme directrice.

En 2002, Ekaterina Isaeva effectue un stage de formation en civilisation du Québec à l'Université Laval. Par la suite, en 2007, elle soutient une thèse de doctorat en lettres basée sur des sources historiques et littéraires des XVIIe et XVIIIe siècles, et ayant pour sujet la verbalisation du concept de la terre en Nouvelle-France.

Elle est l'auteure de plus de 80 publications scientifiques sur la langue et la culture du Québec, parmi lesquelles Représentation du Nord dans l’œuvre de Gabrielle Roy, publiée en 2019, et L'image du froid de la Nouvelle-France et de la Sibérie dans les textes des voyageurs européens et russes aux XVIIe et XVIIIe siècles, publiée en 2018.

Elle est coauteure, avec Henri Dorion, Étienne Berthold et Anastasia Lomakina, de l'ouvrage intitulé Québec, Canada, Russie : 100 miroirs, publié en 2016. Elle a aussi notamment rédigé les articles « Le roman québécois de la terre », publié en 2017 dans la Revue d'études canadiennes, et « Représentation du climat dans le roman Maria Chapdelaine », paru en 2015 dans la Revue annuelle des études canadiennes en Russie.

Depuis 2012, Ekaterina Isaeva est membre du conseil d'administration de l'Association internationale des études québécoises ainsi que membre du comité de rédaction de la Revue annuelle des études canadiennes en Russie, son expertise s'y exerçant au regard des articles portant sur le Québec.

Depuis 2015, elle est membre du conseil d'administration de l’Association russe des études canadiennes et responsable des recherches sur le Québec menées en Russie. En 2018, l'ambassade du Canada en Fédération de Russie souligne sa contribution au dialogue et à la coopération entre Russes et Canadiens, et grave alors son nom sur le mur de la renommée.

Le travail d'Ekaterina Isaeva au Centre Moscou-Québec porte essentiellement sur la diffusion de connaissances sur le Québec, sa langue, son histoire et sa culture, et ce, sous différentes formes. Il peut ainsi s'agir d'échanges universitaires entre des étudiants de l'Université Laval et ceux de l'Université d'État des sciences humaines de Russie, de la direction des programmes de formation en études québécoises et canadiennes, de la production du matériel méthodologique et didactographique en études québécoises, de la rédaction d'ouvrages collectifs ou encore du développement de projets scientifiques et culturels bilatéraux.

C'est notamment pour sa contribution au renforcement de la coopération universitaire et culturelle entre la Russie et le Québec, pour son apport à la diffusion des connaissances sur le Québec, sa langue et sa culture, et pour son engagement à l'égard des jeunes chercheurs que le Conseil supérieur de la langue française lui décerne l'Ordre des francophones d'Amérique.