Accueil » Prix et distinctions » 

Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est une décoration décernée annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française. Cette distinction reconnaît les mérites de personnes qui se sont consacrées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Les insignes de l'Ordre sont constitués d'une médaille réalisée par un artiste québécois et d'une fleur de lys stylisée portée à la boutonnière, qui représente le symbole de l'Ordre. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié, signé par le premier ministre du Québec, le ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française ainsi que par le président du Conseil supérieur de la langue française, qui préside aussi l'Ordre des francophones d'Amérique.

Selon la qualité des dossiers reçus, jusqu'à sept récipiendaires peuvent être nommés annuellement, soit deux pour le Québec et les cinq autres pour l'Acadie des provinces de l'Atlantique, l'Ontario, l'Ouest canadien, les Amériques et les autres continents.

Voici la liste complète des récipiendaires de l'Ordre depuis 1978.

Photo de François Larocque.
François Larocque
Ontario

Originaire de la communauté franco-ontarienne de Sturgeon Falls, François Larocque est avocat et professeur titulaire au programme de common law français de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa. La pratique juridique, l'enseignement et la recherche universitaire du professeur Larocque portent sur les droits linguistiques des communautés de langues officielles en situation minoritaire.

Le professeur Larocque est titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en droits et enjeux linguistiques de l'Université d'Ottawa. Il s'agit de la toute première chaire de recherche au Canada vouée à l'étude des droits linguistiques et au développement actif des normes juridiques qui les encadrent par l'entremise d'interventions stratégiques.

Suivant une méthodologie novatrice qui allie la théorie et la pratique, François Larocque fait avancer la recherche sur la protection juridique des communautés linguistiques minoritaires et de leurs institutions. Comme avocat, il contribue activement au développement de la jurisprudence canadienne portant sur l'interprétation et l'application des normes législatives et constitutionnelles qui sous-tendent les droits linguistiques. Il est intervenu à tous les niveaux de cours judiciaires, dont la Cour suprême du Canada, pour faire valoir les intérêts de groupes et d'individus de la minorité linguistique.

Sa recherche et son activisme ont contribué à élucider les problèmes découlant de l'unilinguisme persistant de la Constitution du Canada et de l'obligation du Canada et des provinces, en vertu de l'article 55 de la Loi constitutionnelle de 1982, de faire adopter la version française des textes constitutionnels « dans les meilleurs délais ». Il a également pris part aux comités de rédaction chargés de moderniser et de renforcer les protections linguistiques de la Loi sur les services en français de l'Ontario, de la Loi de 1999 sur la ville d'Ottawa et du Règlement sur le bilinguisme de l'Université d'Ottawa.

François Larocque et ses collaborateurs ont par ailleurs proposé une nouvelle démarche analytique permettant aux tribunaux d'appliquer le principe de l'intérêt supérieur des enfants issus de couples linguistiquement exogames en divorce, afin de tenir compte de la portée intergénérationnelle du droit constitutionnel à l'éducation dans la langue de la minorité prévu à l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Le professeur Larocque et son équipe ont également fait la lumière sur le statut du français dans la réglementation professionnelle en Ontario en publiant des études novatrices et en organisant des colloques sur la question. À la suite de ces actions, le Barreau de l'Ontario a modifié son règlement administratif afin d'y garantir des droits linguistiques aux titulaires de permis francophones, et ce, pour la première fois depuis sa fondation en 1797. Enfin, la recherche du professeur Larocque porte sur les pouvoirs d'application de la loi des divers commissaires aux langues du Canada et le développement d'outils pour dynamiser les mécanismes de traitement de plaintes linguistiques.

En 2014, l'Association des juristes d'expression française de l'Ontario lui a remis l'Ordre du mérite en reconnaissance de ses contributions à la promotion de l'accès à la justice en français en Ontario. François Larocque est marié à la professeure Anne Levesque. Le couple a deux enfants, Rielle et Raphaëlle, nées respectivement à Rivière-la-Paix et à Ottawa.

C'est notamment pour son apport à l'avancement des droits linguistiques des francophones vivant en situation minoritaire, pour ses travaux visant à renforcer le statut du français dans la profession juridique et pour sa contribution au droit constitutionnel à l'éducation en français que le Conseil supérieur de la langue française lui décerne l'Ordre des francophones d'Amérique.