Accueil » Prix et distinctions » 

Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est une décoration décernée annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française. Cette distinction reconnaît les mérites de personnes qui se sont consacrées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Les insignes de l'Ordre sont constitués d'une médaille et d'une fleur de lys stylisée portée à la boutonnière, qui représente le symbole de l'Ordre. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié, signé par le premier ministre du Québec, le ministre responsable de la Langue française ainsi que par le président du Conseil supérieur de la langue française.

Sept récipiendaires sont nommés annuellement, soit deux pour le Québec et les cinq autres pour l'Acadie des provinces de l'Atlantique, l'Ontario, l'Ouest canadien, les Amériques et les autres continents.

Voici la liste complète des récipiendaires de l'Ordre depuis 1978.

Françoise Sigur-Cloutier

Françoise Sigur-Cloutier est née et a fait ses études à Toulouse, en France. Immigrante reçue au Canada en 1967, elle arrive à Calgary en 1969 avec trois enfants en bas âge, son baccalauréat en philosophie et suffisamment d’enthousiasme pour commencer son baccalauréat en éducation à l’Université de Calgary.

La situation du français à Calgary et dans l’Ouest canadien la propulse dans le « combat de sa vie » pour ses enfants et elle, mais aussi pour toute une communauté. Son engagement comme bénévole puis comme employée de l’Association canadienne-française de l’Alberta est, de loin, la façon la plus efficace qu’elle a de s’intégrer à la société canadienne. 

Parallèlement, Françoise Sigur-Cloutier allait aussi commencer son action féministe, avec la création du Réseau femmes Calgary, qui la mènera à Nairobi, au forum de l’ONU en 1985, et plus tard à la présidence du Réseau national d’action éducation femmes et à celle du Groupe de référence national des femmes sur la problématique du marché du travail/National Women’s Reference Group on Labour Market Issues.

Lorsque la frénésie des Jeux olympiques s’empare de Calgary, elle est aux langues officielles de Petro-Canada et sera parmi ces milliers de bénévoles qui ont fait le succès retentissant de Calgary 88. En 1990, elle devient la première directrice générale de la Fédération provinciale des Fransaskoises en Saskatchewan, rôle pour lequel elle sera reconnue comme l’une des cent femmes qui ont exercé une influence sur la société canadienne.

En 1993, elle se joint aux Éditions de la nouvelle plume, en sera la présidente de 2002 à 2012, et c’est sous sa direction que la maison d’édition développera ses collections, ce qui lui vaudra la reconnaissance du Conseil des arts du Canada. Pour son action à cette maison, elle recevra le Prix du livre français en 2013 et la Médaille du souverain en 2016. De 1994 à 2012, elle est chef des services des communications régionales pour la Société Radio-Canada. Elle y favorisera entre autres, avec conviction, une collaboration soutenue avec le milieu fransaskois.

En 2012, elle est élue à la présidence de l’Assemblée communautaire fransaskoise. Elle y restera jusqu’en 2018 après avoir œuvré aux dossiers les plus névralgiques de la communauté, notamment l’enseignement postsecondaire et l’immigration. Françoise Sigur-Cloutier retourne à Calgary en mai 2019 pour se rapprocher de sa famille. Elle continue à contribuer activement à sa communauté, que ce soit aux niveaux local, provincial ou national.

C’est notamment pour sa contribution au rayonnement de la francophonie canadienne en milieu minoritaire, pour son soutien aux initiatives et aux projets des communautés francophones de l’Alberta et de la Saskatchewan, et pour son engagement à l’égard de l’éducation, de l’immigration et de l’édition francophones que le Conseil supérieur de la langue française lui décerne l’Ordre des francophones d’Amérique.