Accueil » Prix et distinctions » 

Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique

L'Ordre des francophones d'Amérique est une décoration décernée annuellement depuis 1978 par le Conseil supérieur de la langue française. Cette distinction reconnaît les mérites de personnes qui se sont consacrées ou qui se consacrent au maintien et à l'épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l'essor de la vie française sur le continent américain.

Les insignes de l'Ordre sont constitués d'une médaille et d'une fleur de lys stylisée portée à la boutonnière, qui représente le symbole de l'Ordre. Les récipiendaires reçoivent également un parchemin calligraphié, signé par le premier ministre du Québec, le ministre responsable de la Langue française ainsi que par le président du Conseil supérieur de la langue française.

Sept récipiendaires sont nommés annuellement, soit deux pour le Québec et les cinq autres pour l'Acadie des provinces de l'Atlantique, l'Ontario, l'Ouest canadien, les Amériques et les autres continents.

Voici la liste complète des récipiendaires de l'Ordre depuis 1978.

Hans-Jürgen Lüsebrink

Le professeur Hans-Jürgen Lüsebrink est né en Allemagne, en 1952, d’une famille ayant des origines huguenotes remontant à l’immigration de réfugiés français en Allemagne à la fin du XVIIe siècle.

Après des études de lettres françaises, d’histoire et de littérature comparée dans les universités de Mainz, en Allemagne, et de Tours, en France, il a obtenu un doctorat en philologie romane à l’Université de Bayreuth en Allemagne en 1981 et un second doctorat en histoire, en 1984, à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris.

Après avoir été assistant, puis maître-assistant auprès de la Chaire de littératures romanes et comparées à l’Université de Bayreuth, il a été nommé, en 1988, professeur de littératures et civilisations romanes à l’Université de Passau, en Bavière, après l’obtention de sa thèse d’habilitation soutenue en 1987. Entre 1993 et 2018, il a été titulaire de la Chaire d’études culturelles romanes et de communication interculturelle à l’Université de la Sarre, où il a été nommé ensuite professeur senior en 2018.

En 2001, il fonde le Centre d’études interculturelles sur le Québec et la francophonie nord-américaine. Le Québec ainsi que l’histoire de sa littérature, de sa culture et de ses médias ont constitué depuis le début des années 1990 l’un des centres majeurs de ses activités d’enseignement et de recherche.

Celles-ci ont été marquées par de nombreux séjours de recherche et d’enseignement au Canada et au Québec, ainsi que comme professeur invité dans les universités Laval, de Montréal, de Moncton et d’Ottawa; également par l’établissement de programmes d’échanges d’étudiants et d’enseignants entre les universités de Passau puis de la Sarre, d’une part, et, d’autre part, l’Université Laval, l’Université de Montréal, l’Université du Québec à Montréal et l’Université de Moncton; et enfin par sa participation à l’École doctorale internationale Diversité des universités de Montréal, de Trèves et de Sarrebruck, dont il a été l’un des cofondateurs en 2013, puis le codirecteur du côté allemand, une école doctorale subventionnée jusqu’en 2022 par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada et son correspondant allemand, la Deutsche Forschungsgemeinschaft.

Membre de l’Association internationale des études québécoises dès l’année de sa fondation en 1997, il a été membre du conseil d’administration de l’organisme pendant six ans, occupant notamment le poste de vice-président pour l’Europe. Ses activités de recherche et ses publications sur le Québec ont connu un encouragement majeur grâce aux bourses de recherche obtenues au Québec, au Canada et en Allemagne, et en particulier à l’obtention de la bourse Diefenbaker du CRSH en 2001 qui lui a permis de séjourner une année entière à Montréal.

C’est notamment pour sa contribution au développement des études québécoises, pour son apport aux collaborations scientifiques entre chercheurs d’Europe et d’Amérique, et pour son engagement dans la promotion de la culture québécoise en Allemagne et dans le monde  que le Conseil supérieur de la langue française lui décerne l’Ordre des francophones d’Amérique.