Accueil » Prix et distinctions » Prix médias » 

Prix Jules-Fournier

Prix Jules-Fournier

Le prix Jules-Fournier est attribué par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) à un professionnel des médias de la presse écrite québécoise en reconnaissance de la qualité de la langue de ses écrits. Les journalistes, les chroniqueurs et les blogueurs sont admis. Le lauréat reçoit une bourse de 2 000 $ et un parchemin calligraphié, signé par le président du CSLF.

Jules Fournier (1884-1918) travailla successivement à La Presse, au Canada, au Devoir et à La Patrie. Il succéda à Olivar Asselin à la direction du Nationaliste et fonda son propre journal, L'Action.

Appel à candidatures 2017 des prix médias

L'appel à candidatures 2017 est maintenant terminé.

Photo de Jean-François Nadeau
Jean-François Nadeau

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Jules-Fournier 2017 à Jean-François Nadeau. Le prix lui a été remis le 22 mars à l'Hôtel InterContinental de Montréal, lors du Gala des Mérites du français, organisé par l'Office québécois de la langue française.

Le lauréat du prix Jules-Fournier a su se démarquer par l'usage d’un vocabulaire extrêmement riche, juste et précis, ce qui fait valoir sa maîtrise des sujets traités et traduit sa grande érudition. De plus, par la clarté de son expression et sa rigueur argumentaire, il sait défendre des idées avec force, nuance et pertinence. Aussi, le journaliste a proposé aux membres du jury des textes qui démontrent sa capacité à articuler des concepts et à exprimer sa réflexion critique avec aisance, en usant de tous les ressorts stylistiques appropriés. Enfin, la qualité de son écriture est exemplaire et elle peut servir de modèle pédagogique.

Historien et politologue, Jean-François Nadeau s'est joint au quotidien Le Devoir en 2003. Il y a dirigé les pages culturelles jusqu'en 2013 pour ensuite devenir directeur adjoint de l'information. Il a été auparavant directeur littéraire aux Éditions de l'Hexagone et professeur d'histoire à l'Université Laurentienne. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Bourgault, en 2007, Robert Rumilly : l'homme de Duplessis, en 2009, Adrien Arcand, führer canadien, en 2010, Un peu de sang avant la guerre, en 2013, et plus récemment en 2016 Les radicaux libres, titre qui rassemble certaines de ses chroniques. On peut aussi entendre régulièrement monsieur Nadeau à la radio de Radio-Canada, où il est un collaborateur régulier.