Accueil » Prix et distinctions » Prix médias » 

Prix Raymond-Charette

Prix Raymond-Charette

Le prix Raymond-Charette est attribué par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) à un professionnel des médias de la presse radiotélévisée québécoise pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité. Les journalistes, les animateurs et les reporteurs sont admis. Le lauréat reçoit une bourse de 2 000 $ et un parchemin calligraphié, signé par le président du CSLF.

Raymond Charette (1929-1983) a été reconnu pour ses qualités professionnelles exceptionnelles et pour sa maîtrise exemplaire de la langue française. Il est entré en fonction, comme annonceur-réalisateur, à la section française du Service international de Radio-Canada, en 1953. L'année suivante, il devient annonceur au réseau français. Deux des émissions qu'il a animées l'ont particulièrement fait connaître : Tous pour un, de 1963 à 1966, et Atome et galaxies, de 1967 à 1969.

Appel à candidatures 2017 des prix médias

L'appel à candidatures 2017 est maintenant terminé.

Photo de Maxime Bertrand.
Maxime Bertrand

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Raymond-Charette 2017 à Maxime Bertrand. Le prix lui a été remis le 22 mars à l'Hôtel InterContinental de Montréal, lors du Gala des Mérites du français, organisé par l'Office québécois de la langue française.

La lauréate du prix Raymond-Charette a retenu l'attention du jury par son souci constant pour une langue des plus vivante, riche et novatrice, ce qui permet à la fois de mettre en valeur les sujets dont elle traite et d’en assurer une parfaite compréhension. De plus, elle manie la langue française avec grande aisance et le fait en permanence. Aussi, elle sait, par la clarté de son vocabulaire, illustrer ses propos ainsi que faire parler les images, autorisant à aller plus loin que ce qu'elles montrent. Le jury a enfin souligné ses remarquables talents de vulgarisatrice doublés de sa rigueur journalistique, qui font qu'elle sait capter et maintenir l'attention de l'auditeur.

Maxime Bertrand couvre l'actualité économique depuis 2009 et a pu témoigner ainsi des soubresauts du monde de la finance après la crise de 2008. Elle a fait ses premières armes en journalisme à Ottawa en 1989, à la Société Radio-Canada, où elle œuvre toujours, après avoir obtenu un baccalauréat en études classiques-archéologie et en histoire médiévale, puis une maîtrise en traduction et en interprétation de conférence. Elle a exercé sa profession de journaliste à Toronto, à Windsor et à Sudbury. Invitée à se joindre à l'équipe de la salle de rédaction de Montréal, en 1993, madame Bertrand a couvert l'actualité municipale, puis s'est intéressée au domaine de la santé avant d'être transférée à Québec, à la tribune de la presse parlementaire. De retour à Montréal en 2000, elle collabore à l'émission d'affaires publiques 5 sur 5 avant de participer à la création du secteur économique pour les couvertures radio, télé et Web.