Accueil » Prix et distinctions » Prix médias » 

Prix Raymond-Charette

Prix Raymond-Charette

Le prix Raymond-Charette est attribué par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) à un professionnel des médias de la presse radiotélévisée québécoise pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité. Les journalistes, les animateurs et les reporteurs sont admis. Le lauréat reçoit une bourse de 2 000 $ et un parchemin calligraphié, signé par le président du CSLF.

Raymond Charette (1929-1983) était reconnu pour ses qualités professionnelles exceptionnelles et pour sa maîtrise exemplaire de la langue française. Il a fait ses débuts comme annonceur et réalisateur à la section française du Service international de Radio-Canada, en 1953. L'année suivante, il est devenu annonceur au réseau français. Deux des émissions qu'il a animées l'ont particulièrement fait connaître : Tous pour un, de 1963 à 1966, et Atome et galaxies, de 1967 à 1969.

Photo de Jacques Beauchamp.
Jacques Beauchamp

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Raymond-Charette 2019 à Jacques Beauchamp. Le prix lui a été remis le 5 mai à Montréal, à l'Amphithéâtre du Gesù, dans le cadre du Gala des grands prix du journalisme, organisé par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

Le lauréat du prix Raymond-Charette a su se démarquer par la correction exemplaire de la langue, par la richesse du vocabulaire ainsi que par la clarté de l'expression. Aussi, la rigueur de l'exposé, la vivacité et l'élégance du style de même que la pertinence des propos sont portées par une langue française maîtrisée et généreuse. De plus, par l'éloquence et la précision de sa parole, il invite à l'écoute, capte l'attention, provoque la curiosité et amène à la réflexion. Enfin, il sait transmettre la connaissance et faire voir ce qui est dit par la musicalité du ton et l'harmonie du langage.

Le journaliste et animateur Jacques Beauchamp commence sa carrière à la Société Radio-Canada en 1987. Après des études en communications à l'Université d'Ottawa, il se retrouve dans les Prairies canadiennes. À la suite d'un bref passage à la télévision  comme reporter au Manitoba, il migre vers la radio qu'il ne quittera plus. Pendant une dizaine d’années, il animera différentes émissions à Régina, à Ottawa et à Toronto. En 1997, il accepte un poste de correspondant national à Toronto, avant de devenir, deux ans plus tard, responsable des affectations nationales pour les nouvelles à Montréal. Il se joint ensuite à l’émission Désautels où il réalise des reportages sur de grands enjeux de société au Canada et à l’étranger. En 2013, on lui confie l'animation de l'émission Pas de midi sans info. Depuis 2015, il anime Aujourd'hui l'histoire.