Accueil » Prix et distinctions » Prix médias » 

Prix Raymond-Charette

Prix Raymond-Charette

Le prix Raymond-Charette est attribué par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) à un professionnel des médias de la presse radiotélévisée québécoise pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité. Les journalistes, les animateurs et les reporteurs sont admis. Le lauréat reçoit une bourse de 2 000 $ et un parchemin calligraphié, signé par le président du CSLF.

Raymond Charette (1929-1983) était reconnu pour ses qualités professionnelles exceptionnelles et pour sa maîtrise exemplaire de la langue française. Il a fait ses débuts comme annonceur et réalisateur à la section française du Service international de Radio-Canada, en 1953. L'année suivante, il est devenu annonceur au réseau français. Deux des émissions qu'il a animées l'ont particulièrement fait connaître : Tous pour un, de 1963 à 1966, et Atome et galaxies, de 1967 à 1969.

Jean-Michel Leprince

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Raymond-Charrette 2020 à Jean-Michel Leprince. Le nom du lauréat a été rendu public le 7 mai 2020.

Le lauréat du prix Raymond-Charette a su se démarquer par la correction de la langue, par la richesse du vocabulaire ainsi que par la clarté de l'expression. Aussi, il sait allier l'élégance du style à la maîtrise de la langue française qui se révèle à la fois naturelle, authentique, accessible et précise. De plus, par une parole tout aussi éloquente que spontanée et simple, et par des récits imagés, il sait rendre compréhensibles des dossiers complexes. Enfin, la qualité de son écriture journalistique et la rigueur de ses reportages incarnent une tradition d’excellence.

Jean-Michel Leprince commence sa carrière de journaliste à la télévision de Radio-Canada en 1973. Après plus d'une décennie à Toronto et à Montréal, il est correspondant parlementaire à Ottawa de 1982 à 1989. Il devient correspondant à Washington de 1989 à 1994. À Mexico, en 1994, il ouvre le premier bureau de Radio-Canada en Amérique latine. En septembre 1998, il se consacre au grand reportage pour l'émission Zone libre. En 2005, Jean-Michel Leprince redevient correspondant pour l'Amérique latine et collabore à l'émission internationale Une heure sur terre. En 2011, il reçoit le prix Maria-Moors-Cabot de l'Université Columbia à New York pour ses reportages dans les Amériques. Depuis 2014, il est affecté principalement au Téléjournal.